Alhousseini Abba Maïga 4ème vice-président des Fare : «Ou le Président s’assume et prend les choses en main, ou c’est le chaos !»

4
Le Secrétaire général des Fare à la cérémonie d’adhésion de l’association Djiguiya Ton : «Nous n’avons plus Kidal et d’autres localités aujourd’hui par la faute des apprentis politiques»

Alhousseini Abba Maïga est le 4ème  vice-président du parti Fare «An Ka Wuli» ; ses camarades des sections de Bamako l’ont désigné comme celui qui portera les couleurs des Fare pour les élections régionales prochaines. Dans cette interview, il parle de la grève illimitée des syndicats de la santé qui a occasionné plusieurs morts, l’inaction des autorités face à cette situation, surtout le silence du président de la République.

Quel est le rôle d’un coordinateur FARE du district de Bamako ?

Alhousseini Abba Maïga : Le coordinateur comme son nom l’indique est le trait d’union entre le SEN -Secrétariat exécutif national- et les structures du parti dans la région. Il est chargé de porter l’information, de faciliter la communication et de donner plus de visibilité aux actions du parti au niveau régional. Il doit également soutenir, appuyer et accompagner les sections de sa région afin d’impulser la dynamique nécessaire à la vitalité du parti.

Après les municipales, les élections régionales s’approchent.  Est-ce que les FARE sont partants ?

Évidemment!!! Nous serons de toutes les batailles électorales. Je dois même vous annoncer que mes camarades des sections de Bamako m’ont fait l’honneur de me désigner comme celui qui portera les couleurs des FARE pour les élections régionales prochaines. Nous travaillons en ce moment à constituer notre liste et le processus de renouvellement de nos structures est en cours. Espérons que le gouvernement tienne l’agenda, car avec celui-ci il faut s’attendre à tout, sinon de notre côté, nous travaillons sérieusement et sereinement sur le terrain pour parer à toute surprise. Ce même travail est en train d’être fait dans les autres régions du pays. Nous sommes conscients de nos faiblesses, mais nous travaillons à les corriger au plus vite. Nous sommes un parti jeune qui a déjà fait ses preuves, mais qui a encore beaucoup de défis à relever dans un contexte politique national marqué par l’incertitude et le flou, avec des réformes conduites souvent sans vision d’ensemble et à la hâte.

Cela fait bientôt un mois que les syndicats de le santé observent une grève illimitée, quel est le point de vue des FARE sur cette grève ?

Pour vous dire la vérité, je ne suis pas choqué, je suis enragé par cette situation. Je n’arrive toujours pas à comprendre que le président de la République ne prenne pas en main, lui-même, cette question. Cela fait un mois que des Maliens meurent dans nos hôpitaux, faute de soins. Je ne rentrerai pas dans le débat sur la légitimité des revendications des personnels de santé, ce n’est pas à moi de faire ça. Mais une chose paraît évidente : la fuite en avant du gouvernement face à ce problème. Quand on gouverne un pays, à défaut d’anticiper les problèmes, au moins on y fait face. Ceci est valable pour les médecins mais aussi pour toutes les autres corporations qui revendiquent des choses. Un ami m’a dit hier que le président ne se préoccupe pas de cette question car lui il se soigne en France (rires).

Actualité oblige, les FARE sont de l’opposition, mais vous n’avez pas participé à la CEN, alors que certains partis y ont pris part.

Se référer à la déclaration du NPP (Nouveau pôle politique de la gauche républicaine), dans cette déclaration notre position est bien exposée.

Avez-vous un mot de la fin ?

Vous savez, prions tous pour que ce régime termine son mandat sans entraîner le pays dans le chaos, et préparons-nous à devenir une alternative crédible et salutaire pour notre pays. C’est en tout cas ce sur quoi nous travaillons au niveau des FARE. C’est pourquoi nous nous évertuons à rehausser le débat sur des sujets qui pourraient nous aider à sortir de cette impasse : la nécessaire refondation de notre système. Nous vivons dans un pays qui est complètement bloqué car le système ne fonctionne plus. Alors, réfléchissons ensemble à un système alternatif avant que ce soit trop tard.

Réalisé par Kassim TRAORE

 

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Vous ne comprenez pas français on dit pas je suis choqué mais enragé, on dit plutot je suis plus que choqué je suis enragé, cet jeune vieux ne comprend rien Modibo empêchez des opportunistes vauriens de parler en votre nom, ce jeune était avec Soumeilou Boubeye avec SOUMEILA CISSé, avec Poulo ouis ilcrée son parti qui n’a duré que le temps d’une election dont il sort dernier pour en fin attérirchez les fares, il ne connait rien que la tratrise demandez nous a l université touts ls gens savent que c est un traitre pretentieux qui est capable de vendre sa mere pour briller, ah ABBA continuer votre cabale nous les jeunes des partis presidentiels nous savons ce que tu etais ce que tu es meme si on te voit dans une belle voiture d ou cacun se demande qui est ce que tu as escroqué pour l avoir, mais nous te demandons simplement de nous rejoindre au RPM pour sauver ton avenir; j esperes que tu n as pas preter cette veste.
    CHEICK Cissoko

  2. Mais ce gars est avec les voleurs et les chercheurs des voleurs, on ne comprend rien dans ce qu il dit, il a été dernier aux elections présidentielles et il veut etre dernier encore, il n aura meme pas 1 pour cent encore, franchement les farre meritent mieux, il a lair d un escroc qui ne sent que l odeur du vole et il veut que le pouvoir aille et que lui il vient avec Modibo, Modibo est vigilant et doit savoir ce gars doit etre imbibé de traitrise. IL SE SOUCIE DE SES FRINGUES QUE DES PROBLEMES DU MALI; ranchement ce gars ne comprend rien alors qu il y a matiere à critiquer dans ce pays et en plus il ne dit rien pour quelqu un qui veut etre maire tout est flou et floc avec ce FAUX mAIGA
    KEITA BA

  3. Cher camarade Abba, c’est bien beau de s’inquiéter de la situation actuelle du pays mais, vous ( votre parti) étiez où lors de la manif dernière justement pour dénoncer le comportement deshorent de nos irresponsables ?.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here