Assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon : le témoignage de Mohamed Bazoum, ministre des Affaires étrangères du Niger

19
Mohamed Bazoum, ministre des Affaires étrangères du Niger.
Mohamed Bazoum, ministre des Affaires étrangères du Niger.

Les réactions sont très nombreuses après l’enlèvement et l’exécution, samedi 2 novembre 2013, de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, deux envoyés spéciaux de RFI à Kidal, au nord-ouest du Mali. L’annonce de leur décès a plongé la rédaction de RFI dans une profonde tristesse et suscité une vague d’émotion en France et à l’étranger. Mohamed Bazoum, ministre des Affaires étrangères du Niger, répond aux questions de Radio France Internationale.

RFI : Quelle a été votre réaction à la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon ?

Je suis très attristé, je suis atterré comme tout ceux qui ont connu ces personne, mais aussi contre ces meurtres, quelle qu’en soit la raison. Permettez moi avant tout de présenter mes condoléances à la rédaction de RFI, à tous les amis journalistes de RFI et au gouvernement français.

 

 

Qui sont, selon vous, les ravisseurs qui ont exécuté Ghislaine Dupont et Claude Verlon ?

Il est difficile aujourd’hui, sauf à spéculer, d’affirmer qui peuvent être ceux qui sont à la base de l’enlèvement et du meurtre des deux journalistes. Mais, ce qui est sûr, c’est que ce « statut spécial » qu’on a voulu conférer à Kidal dans le traitement du problème malien, lorsque la communauté internationale s’était mobilisée pour libérer le nord du territoire est à la base de cette situation. Il n’y a aucune raison pour ne pas traiter Kidal comme on avait traité Gao, Tombouctou et les autres parties du Mali. A l’époque, nous l’avons dit dans toutes les réunions où nous avons pu parler de ce sujet là. Et aujourd’hui, on est en train de créer un autre nord Mali à partir de Kidal. Or malheureusement, ce qu’il faut savoir, c’est que tous les problèmes du Mali, depuis toujours, sont partis de Kidal !

 

 

La communauté internationale n’aurait pas dû laisser la gestion de la ville de Kidal au MNLA depuis tous ces mois ?

Oui, d’autant que le MNLA avait totalement disparu, il n’existait plus comme force militaire, ni même politique, ni même morale, pratiquement. Et on l’a réinventé, on l’a reconstruit à la faveur de la libération du Mali et puis on lui a laissé ce territoire et les terroristes sont venus. Aujourd’hui, vous avez déjà Ansar Dine qui a pignon sur rue dans Kidal. Le MNLA, qu’est-ce que c’est ? On aurait dû faire les choses de façon propre et régler le problème du Mali, à Kidal aussi, comme on l’a fait ailleurs.

 

 

Le MNLA a-t-il une part de responsabilité dans la mort de nos confrères ?

Ecoutez, dans ces circonstances, les mots peuvent parfois avoir des sens qu’on ne veut pas leur conférer forcément. De toutes façons le MNLA a créé une situation de non droit dans Kidal qui est susceptible de permettre toutes les dérives, qui est susceptible de créer des choses comme celle à laquelle nous venons d’assister. Oui moralement, ils ont une responsabilité parce que le MNLA n’aurait pas dû être à Kidal, tout simplement. Il n’y étaient pas, ils n’auraient pas dû y être.

 

 

Il y avait également des hommes en armes qui ont collaboré avec AQMI durant l’occupation et qui avait effectués , ces dernières semaines, leur retour à Kidal ?

Il y en a qui n’ont jamais quitté Kidal, ceux qui dominaient, Kidal pendant l’occupation sont ceux qui sont restés pour en continuer la gestion. L’erreur réside dans le fait qu’on ait voulu conférer ce statut spécial à Kidal et qu’on ait laissé là le germe de l’instabilité, le germe du crime, le germe du terrorisme. Ce germe là, on l’a laissé, Claude Verlon et Ghislaine Dupont viennent d’en être victimes.

 

 

Donc la communauté internationale s’est totalement fourvoyée selon vous ?

Absolument, elle s’est fourvoyée, nous l’avons mise en garde. Le Niger a dit que ce statut qu’on a voulu conférer à Kidal, est une erreur et nous le payons cash aujourd’hui et c’est Ghislaine malheureusement et Claude qui le payent. Mais c’est nous tous qui, moralement, en sommes affectés aujourd’hui.

 

 

Y a-t-il un lien entre la mort de nos confrères et la libération des quatre otages d’Arlit la semaine dernière ?

Ce n’est pas important qu’il y ait un lien. Le plus important qu’on doit savoir, ce que, de toutes façons, tant que Kidal aura ce statut là, c’est cette situation qui va prévaloir et elle va se dégrader.

 

 

Mais la négociation avec les preneurs d’otages et ceux qui détenaient les otages d’Arlit, n’a peut-être pas impliqué toutes les mouvances, ce qui a peut-être généré des frustrations, cela peut peut-être expliquer l’enlèvement de nos confrères hier ?

Nous serions dans la spéculation si nous devions faire de telles conjectures. Moi je ne les ferai pas. Ce que je sais, c’est que tant qu’il y aura une situation de non-droit quelque part au Mali, cela va générer une situation comparable à celle contre laquelle nous nous sommes mobilisés en début de l’année 2013.

 

Par RFI

PARTAGER

19 COMMENTAIRES

  1. Je suis tout a fait d’accord avec le ministre pour le problème du nord mali il fallait écouter le président Nigérien depuis le tout départ quand il disait que le MNLA ne représente rien des touaregs que c’est des terroristes qu’il fallait les combattre comme AQMI,AMS ardine,ou MUJAO l’opinion internationale ne l’a pas écouter voila que deux personnes clé pour l’Afrique viennent de payer au plus fort de leur vie la sale besogne de ce MNLA Je profite de cette page pour présenter mes condoléances les plus attristées aux familles des disparus a R FI et à la Nation françaises que leurs âmes se reposent en paix Amen!

    • M.T je ne sais pas si tu es malien, mais en tant que malien je suis très très fier de l’analyse de SE Bazoum.

      Voici un homme d’Etat dont l’Afrique peut être fier.

      Il est polticien, mais il a regroupe a lui seul, tous les éléments d’un homme d’Etat.

      GRAND MERCI, encore SE Monsieur le Ministre.

  2. Ras ! Rien a signaler vouloir faire un autre commentaire apres ce grand monsieur c’est marcher sur sa langue (je m’excuse du terme).Merci Mr le ministre si on avait 2 ministres de votre carrure en Afrique on en serait pas la!

    • c’est la faute de la france .malheure d’ afrique en generale .la france n’aime pas les africains qu’il soi muslument ou chretien ou animis arab,berber bambara ils veulent seulment installer leur force partou en afrique pour mou recolonnise ❗ ❗

  3. En reagissant a cette question posee par RFI,concernant la mort des 2 journalists francais”La communauté internationale n’aurait pas dû laisser la gestion de la ville de Kidal au MNLA depuis tous ces mois ?” le minister nigerien des affairesetrangeresadit”Oui, d’autant que le MNLA avait totalement disparu, il n’existait plus comme force militaire, ni même politique, ni même morale, pratiquement. Et on l’a réinventé, on l’a reconstruit à la faveur de la libération du Mali et puis on lui a laissé ce territoire et les terroristes sont venus. Aujourd’hui, vous avez déjà Ansar Dine qui a pignon sur rue dans Kidal. Le MNLA, qu’est-ce que c’est ? On aurait dû faire les choses de façon propre et régler le problème du Mali, à Kidal aussi, comme on l’a fait ailleurs.IL a ajoute” la communauté internationale s’est totalement fourvoyée,tantqueKidalaura unstatutspeciallasituationsecuritairevacontinuerasedegrader!”PAR respectpourlepeuplenosautoritesdoiventdenoncercetteduprie internationelle!

  4. IBK et son ministre de la justice devraient écouter ce monsieur. C’est un Grand Monsieur, un Grand Ministre.
    Eux qui libèrent des criminels pour avoir la paix, ils devraient s’inspirer de ce qui se passe au Niger, au Tchad…..

  5. niger bon voisin,vous resterez dans nos coeurs,merci pour l’aide diplomatique et militaire en faveure du MALI,vous faites la fierté vousinage et toute l’afrique.

  6. Je trouve que le ministre est lucide devant la situation que la France a crée a Kidal, en y implanté le mouvement du Zazaouad qui ne s’y trouvait pas. Car Kidal a été le fief des islamistes!!!

    Sinon personnellement je n’ai rien contre les gens qui veulent posés des revendications, même si je ne les partage pas, mais bon sang arrêter de tuer!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Il faut les désarmer

  7. Voila qui devait être dit clairement. C’est fait, bien fait et bien dit.
    100% d’accord avec Monsieur le Ministre. Que les responsables de cette situation s’assument.

  8. Un homme qui dit haut ceux que les autres pensent tout bas.Chapeau Mr Bazoum.C’est le statut particulier de Kidal qui nous pourritla vie.

  9. Il est plaisant d’écouter un monsieur qui assume et qui s’assume.
    Merci M. Bazoum.

  10. “Il est difficile aujourd’hui, sauf à spéculer, d’affirmer qui peuvent être ceux qui sont à la base de l’enlèvement et du meurtre des deux journalistes. Mais, ce qui est sûr, c’est que ce « statut spécial » qu’on a voulu conférer à Kidal dans le traitement du problème malien, lorsque la communauté internationale s’était mobilisée pour libérer le nord du territoire est à la base de cette situation. Il n’y a aucune raison pour ne pas traiter Kidal comme on avait traité Gao, Tombouctou et les autres parties du Mali.”

    Merci monsieur le ministre Mohamed Bazoum,qu’Allah le tuout puissant vous benisse

    Si jamais j’avais les moyens ,j’allais ecrire ces belles phrases sur la LUNE pour que le monde entier puisse les lire.

    • Doudouba t’as pas besoin d’aller jusque sur la lune pour ecrire quoi que ce soit, il faut rester sur terre ici et simplement dire a IBK de parler un peu moins et d’agir un peu plus. Qu’il dise a son ministre des affaires etrangeres ex-REBELLE de se bouger un peu comme le fait ce BAZOUM. Et s’il ne peut pas parler clairement a ses ex-comaquisards, qu’il le dise et qu’on le fasse remplacer par un autre.

Comments are closed.