Bakary Fomba, secrétaire politique adjoint du BEN URD : « Dans le BANICO, l’URD est une force politique »

0
9

En marge de la 7eme conférence régionale de Koulikoro tenue à Dioïla, nous avons rencontré le 3e secrétaire politique adjoint du Bureau exécutif national de l’URD et non moins secrétaire général adjoint de l’URD à la section de Dioïla. Monsieur Bakary Fomba, puisqu’il s’agit de lui, mène un travail de fourmi pour l’implantation du parti dans le BANICO. Il nous parle de cette mobilisation effarante, de l’état de l’URD à Dioïla, de ses clubs de soutien qui n’ont d’autre motivation que le soutien et la consolidation du parti…

Le matinal : Pouvez- vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bakary Fomba : Je m’appelle Bakary Fomba. Je suis le secrétaire général adjoint de la section de Dioïla. Je suis le 3e secrétaire politique adjoint au niveau du bureau national de l’URD. Je suis, professionnellement, directeur d’un bureau d’ingénieur conseil.

Le matinal : Quel sens donnez-vous à cette conférence régionale de Koulikoro ?

Bakary Fomba : Cette conférence est placée sous le signe de l’unité et de la cohésion pour la victoire électorale de 2012. Vous n’êtes pas sans savoir que l’année 2012 est une année électorale au Mali avec les présidentielles et les législatives.

Le matinal : En tant que secrétaire politique adjoint du parti, vous disposez des clubs de soutien. Cette situation ne contribue t-elle pas à fragiliser le parti ?

Bakary Fomba : C’est plutôt une action de consolidation du parti. Chaque localité a ses spécificités et ses subtilités. Moi, je suis un enfant du terroir, les clubs de soutien sont l’émanation d’une volonté spontanée de ses enfants. Je suis natif de Dioïla, mais je travaille ailleurs. Ces clubs de soutien travaillent, uniquement et exclusivement, pour le parti. Les clubs portent les logos du parti. Il n’y a aucune contradiction majeure. Donc, les clubs procèdent d’une volonté de consolidation du parti. L’histoire des partis politiques, de plus en plus, milite pour les individus. C’est plus, aujourd’hui, une question de personne que de parti. C’est une subtilité que chacun de nous doit cerner pour mieux servir le parti.

Le matinal : Cette subtilité explique t-elle la grande mobilisation d’aujourd’hui ?

Bakary Fomba : En grande partie, c’est des hommes et des femmes qui sont en train de piloter l’URD sur laquelle les gens portent espoir et qui constitue des facteurs de mobilisation. Au niveau de Dioïla, ce sont les personnalités qui font bouger les choses.

Le matinal : De tel club de soutien existe-t-il à Bougouni où vous résidez ?

Bakary Fomba : Mon club de soutien n’existe pas à Bougouni. Des gens ont voulu le créer là – bas, mais j’ai jugé nécessaire d’être utile pour le parti directement à l’intérieur des structures. Je suis connu à Bougouni, certains pensent même que j’y suis originaire. Mais je ne me suis jamais départi des valeurs du terroir. Je dors avec mes collègues d’enfance. Cela est très important pour moi car je suis issu d’une famille très modeste. Je n’ai pas été éduqué dans l’individualisme, j’ai toujours évolué dans le groupe. Je suis ouvert à tout le monde.

Le matinal : Et votre impression sur la visite de Soumaïla Cissé à Dioïla ?

Bakary Fomba : Je suis mal placé pour donner mon point de vue sur cette mobilisation parce que je suis aujourd’hui acteur qui doit être jugé. Mais, de façon objective, je pense que ça été une réussite. C’est la première fois que l’URD organise une conférence régionale dans le cercle de Dioïla. La mobilisation était très satisfaisante. C’est le signe d’une conviction,  d’un engagement malgré des imperfections dans l’organisation. Ç’a été une réussite.

Le matinal : Quelle est actuellement la position de l’URD dans le Banico ?

Bakary Fomba : BANICO répond exactement au slogan du parti à savoir l’URD la force montante. En 2007, l’URD se classait 7e avec 17 conseillers, et, aujourd’hui, nous avons 54 conseillers sans compter les nouveaux arrivants. Vu les sollicitations actuelles, dans le BANICO, il faut avouer que l’URD est une force politique sans laquelle il est difficile d’aller.

Le matinal : Alors, l’espoir est-il permis ?

Bakary Fomba : Oui, qu’il s’agisse, d’abord, des élections présidentielles, dans les plus brefs délais, ensuite, les législatives.

Réalisée à Dioïla

La conférence de Dioïla
Les résolutions

L’an 2012 et le 22 janvier, s’est tenue dans la salle de spectacle de Dioïla, la 7eme conférence régionale de Dioïla, placée sous la présidence de Mahamadou Sissoko, 2eme secrétaire adjoint du Bureau exécutif national de l’URD. La conférence a noté, avec satisfaction, la présence des membres du bureau exécutif national du parti, des élus de la région de Koulikoro et de nombreux cadres.

Les résolutions :
Vu les échéances électorales à venir notamment l’élection des conseillers nationaux, les élections législatives et les élections présidentielles, la conférence régionale de Koulikoro recommande au BEN URD de prendre toutes les dispositions au niveau de la région de Koulikoro et au niveau national pour le succès de l’URD. La présence des délégués et autres agents électoraux étant très importantes pour le parti et pour les candidats, la conférence appelle les sections à un meilleur choix de ses agents, des critères d’âge, d’engagement pour le parti ou les candidats, de disponibilité et de niveau d’instruction.


Vu l’approche des élections législatives et l’engouement que cela suscite, à tous les niveaux, candidats et partis politiques, la conférence demande au BEN à faire prendre les dispositions avant les élections présidentielles pour le choix des alliés à ces élections.
Considérant le renouvellement du mandat des conseillers nationaux, dans la perspective de la mise en place du sénat, la conférence demande à la coordination régionale, de prendre rapidement les dispositions nécessaires pour le choix des candidats du parti et des éventuels alliés d’autres formations politiques en tenant compte de la solidarité qui doit prévaloir entre les sections de la région et des efforts fournis par chacune d’elles dans le cadre de l’implantation du parti ;


Considérant la complexité et les enjeux des élections générales de 2012, la conférence sollicite du BEN URD, dans un bref délai, des appuis matériels et financiers à toutes les sections afin de les permettre une meilleure mobilisation pour une évaluation réelle de l’implantation et du bon fonctionnement des structures de base ;


Vu la place et le rôle de l’information et de la communication dans la mobilisation, lisibilité et la cohésion au niveau du parti, la 7eme conférence régionale de Koulikoro recommande au BEN URD, de mettre en place une structure appropriée pour faire face aux différentes campagnes d’intoxication et de dénigrement de l’URD et de son candidat ;


Vu le nombre de jeunes diplômés au chômage et le taux élevé de pauvreté des femmes, la conférence régionale de Koulikoro recommande au candidat Soumaïla Cissé une grande attention à ces deux couches dans son programme de société.


Vu la prolifération des associations et clubs de soutien à Monsieur Soumaïla Cissé,
Vu le rôle capital que ceux- ci peuvent jouer lors des élections présidentielles, la conférence régionale de Koulikoro recommande une meilleure réglementation des rapports entre les entités et les sections de l’URD.


La conférence a aussi adressé des motions de remerciements et de félicitations à la section de Dioïla en raison de la mobilisation et de la qualité de l’accueil. Des motions de félicitations ont été également adressées au BEN et aux élus URD, aux notabilités, préfet pour leur considération à l’endroit de leur candidat en faveur duquel une motion spéciale de remerciement a été adressée. Sans oublier des motions de reconnaissance aux partis amis.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.