Bakary Togola, Président de l’APCAM : « La mauvaise gestion de nos stocks, est à la base de tous les problèmes alimentaires »

5

Dan une interview  qu’il a  bien  voulu nous accorder, le président  de l’Assemblée  Permanente des Chambres  d’Agriculture  du Mali Bakary Togola  nous parle des rôles et missions de  sa structure et livre  ses impression par rapport à la récente  tournée  du PDG de la CMDT  à l’intérieur  du pays. Originaire de  Niamana dans la   région  de Sikasso, le président de l’APCAM  invite  les paysans à suivre  les conseils des spécialistes  pour  une  assurance de l’autosuffisance  alimentaire.

 

 

Bakary Togola
Bakary Togola

Le Pouce : Comment se porte l’APCAM ?

Bakary Togola : Je peux, aujourd’hui, sans me tromper, vous affirmer que l’APCAM  se porte  très  bien. Le service fonctionne comme il a toujours été. Nos activités se déroulent   normalement et nos portes sont ouvertes à tous les paysans.

 

 

Le Pouce : Quels sont vos rapports avec vos partenaires et   votre département de tutelle ?

Bakary Togola : Nous sommes complémentaires. Nous, au niveau de la base, formulons des actions et en haut, c’est aux autorités de trouver des visions   politiques pour résoudre les préoccupations générales des agriculteurs. Nous sommes de la même   famille   car, nous avons un objectif commun.

 

 

Le Pouce : Que retenez- vous  de la récente  visite du PDG  de la CMDT  à l’intérieur du pays ?

Bakary Togola : Je faisais partie de la mission. C’était une prise de contact pour le PDG qui vient de prendre fonction. Il s’agissait de conforter  la commercialisation du  coton. Car, la visite s’inscrivait à donner des messagers utiles et clés aux producteurs et à l’encadrement. Je pense que le  tout nouveau  PDG  de  la CMDT  rassure les producteurs  à travers son engagement  et sa volonté  à renforcer   les rendements agricoles.

 

 

 

Le Pouce : Quelle  lecture  faites- vous  de la  campagne  agricole  qui vient de s’achever ?

Bakary Togola : La campagne agricole 2012-2013 a été  très  difficile. Nous avions eu des difficultés pluviométriques au démarrage de la campagne ce qui a joué   sur les récoltes. Seule la chance a fait   la  différence. D’une manière générale, on peut   dire que l’autosuffisance est assurée. Il n’ y a de  problèmes   de   sécurité  alimentaire. Mais, ce que nous demandons à l’Etat  et à tous  les Maliens,  c’est de veiller sur les  stocks. C’est la mauvaise  gestion de nos stocks qui  est   à la base  de tous les problèmes alimentaires. C’est le lieu  de remercier le gouvernement  qui a assuré  la subvention des  intrants agricoles et   d’autres  mesures de facilitation. Les producteurs eux- mêmes étaient engagés. Tout   le problème  a  été  le déficit   de répartition de la pluie. Ca, c’est la volonté de Dieu.

 

 

Le Pouce : Quelles sont les perspectives pour l’année 2014

Bakary Togola : Tout  a été  programmé car, c’est dès  maintenant que se prépare la mise  à disposition des engrais, les superficies  à cultiver. Nous souhaitons  que la prochaine campagne  ne soit pas comme celle de cette année.

 

 

Le Pouce : Avez- vous un message à l’endroit   du  monde  rural ?

Bakary Togola : Je demande aux uns et autres d’être   très   vigilants. Le monde a changé avec les nouvelles technologies. Il s’agit   de savoir   économiser car la  vie   se complique   de jour après  jour. Aussi, il faut avoir   une vision à long   terme. Les paysans doivent   savoir que l’agriculture, la pêche et autres, constituent   des domaines   promoteurs où on peut   bien gagner sa vie. Il faut seulement respecter les normes et écouter l’encadrement.

 

 

Entretien réalisé par Maï Diallo,stagiaire

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. l veut se faire connaitre auprès de ceux qui sont au pouvoir.
    Les paysans sont sans voix. Ils ne sont pas du tout contents de ses actions. Ses employés de champ sont traités comme des animaux.

  2. Bakary Togola doit aller en prison, c’est le plus grand corrompu de l’agriculture au Mali.
    Le ministre de la justice doit se pencher sur son cas.
    Journaliste, vous savez mais vous nourrissez la corruption.

    • Qu’a-t’il fait comme crime qui lui vaut d’aller en prison?
      Il ne s’agit pas de venir dire des betises pour le simple plaisir, mais nous voulons plutot des preuves.
      Quelle honte!!!

Comments are closed.