Cheick Oumar Doumbia, président YFC-Mali : «La propreté de nos quartiers est le minimum des devoirs que les jeunes doivent assumer»

1

«Ensemble embellissons notre ville», telle est la prochaine activité phare de Youth For Change Mali (YFC-Mali). La première phase de ce projet sera exécutée le 31 juillet 2016 à travers une action d’envergure de la jeunesse malienne, particulièrement celle de Bamako, contre la saleté dans dix quartiers (Bolibana, Bamako Coura, Niaréla, Djicoroni-Para et Sébénincoro, Niamakoro, Torokorobougou, Sabalibougou, Banankabougou et Magnambougou) du district. Dans un cet entretien, le président Cheick Oumar Doumbia de YFC-Mali nous explique les grandes lignes de cette vaste opération, ses objectifs, les moyens dont dispose son organisation et aussi les ambitions de son Association. Interview !

 

Le Reporter Mag : «Ensemble embellissons notre ville» est la prochaine activité phare de Youth For Change Mali (YFC-Mali). Qu’elle est votre motivation à travers ce projet ?

 

Cheick Oumar Doumbia : Embellir la ville, rendre Bamako coquette, c’est plus qu’une volonté. Il s’agit surtout de la protection de l’environnement et de mettre notre population à l’abri de maladies indésirables. Nous sommes extrêmement motivés car ce projet, à notre avis, est le premier pas vers le retour de la jeunesse aux activités citoyennes et patriotiques. Assurer la propreté de nos quartiers, c’est le minimum d’actions et de devoirs que nous, les jeunes, pouvons assurer et assumer.

 

Quels sont les objectifs visés ?

 

Cette première phase du projet d’assainissement de Youth For Change Mali est pour nous un match d’ouverture. Elle est d’une importance cruciale, alors, nous avons soigneusement axé nos objectifs sur trois volets. Primo, la propreté des lieux publics (écoles, marchés, centres hospitaliers…). Secundo, la sensibilisation des populations. Tertio, la mise en place de régiments de jeunes contre l’insalubrité en vue de pérenniser cette initiative.

 

Quelles sont les actions majeures envisagées pendant cette journée ?

 

Tout au cours de la journée, des bénévoles seront déployés non seulement pour le nettoyage, mais aussi pour la sensibilisation. Nous passerons dans des familles pour nous renseigner sur les difficultés rencontrées vis-à-vis de la gestion des ordures afin de perfectionner nos solutions. Nous prévoyons également la participation de nombreuses personnalités, artistes et athlètes, pour motiver davantage les participants. Nous prévoyons aussi des stands de nourritures et rafraîchissements afin d’assurer le confort des bénévoles. Les participants recevront leur invitation pour le Salon de l’héritage et du progrès que Youth For Chance Mali prévoit en août 2016. Nous profiterons aussi de l’opportunité pour mettre les participants aux couleurs de notre association (tee-shirt, autocollants…).

 

Quels sont les moyens dont vous disposez pour mener à bien cette opération d’assainissement de la capitale ?

 

Le matériel étant une partie cruciale de toute forme de nettoyage, notre alliance avec les mairies locales et d’autres organismes concentrés sur le nettoyage promet une satisfaction du besoin en matériels lors du nettoyage.

 

Qui sont vos partenaires dans cette opération ?

 

Nous aurons le soutien de la Direction nationale de l’assainissement, de la mairie du District de Bamako et d’Ozone Mali. Ces travaux seront ainsi exécutés avec l’autorisation et l’accompagnement de la mairie du District ainsi que le soutien technique d’Ozone Mali que nous remercions ici. D’autres appuis (équipement ou en nature) seront aussi bienvenus pour nous aider dans cette action citoyenne et patriotique.

 

Est-ce qu’une seule journée suffirait à redonner à Bamako sa coquetterie d’antan ?

 

Une journée ne suffirait certainement pas. Mais une dizaine de quartiers en un jour, c’est un premier pas important. Nous voulons surtout marquer les esprits afin d’éveiller les consciences sur la nécessité pour les citoyens de prendre en main l’assainissement de leur cadre vie.

 

Comment comptez-vous perpétuer une telle activité ?

 

Le focus sera surtout mis sur la création de ce que nous appelons les régiments de jeunes contre l’insalubrité. Le travail de ces régiments sera d’encourager, d’assister, d’éduquer, puis suivre les populations dans l’exécution des bonnes pratiques. Et après ces dix quartiers, nous choisirons dix nouveaux pour y reproduire le même système, tout en l’améliorant au fur et à mesure que nous apprenons.

 

Qu’attendez-vous des autorités politiques et administratives du District de Bamako ?

 

Nous attendons des autorités leur franche collaboration, qu’elles s’assurent de ne pas fournir à la jeunesse des raisons de se décourager, mais plutôt qu’elles s’assurent que le nécessaire soit fait pour que nos actions soient fructueuses et continuelles.

 

Quel appel lancez-vous aux populations de la capitale, notamment à la jeunesse, pour cette journée d’embellissement de la capitale malienne ?

 

La participation de tous, sans exception, est notre souhait. Chaque paire de mains fera la plus grande des différences. Ensemble, décidons de vivre mieux !

Propos recueillis par Moussa BOLLY

 

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Du courage YFC du MALI et Mr chieck oumar et son équipe, je suis avec vous, par ce que j’ai toujours critiqué l’image du Mali en particulier celle de Bamako par rapport ses saletés et j’avais toujours des projets en tète mais la vérité est bonne a dire j’ai pas pus mettre en application, donc tu est à saluer. Mais ne soit pas comme des maliennns qui disent tout mais ils font rien. Je serais au rendez vous pour travailler merci.

Comments are closed.