Le directeur Général de l’agence Friends productions, Abdoulaye namandy Tembely, le Raoul Follereau malien : “J’ai décidé de créer l’émission Philanthropie parce que j’ai vécu toute mon enfance dans la souffrance”

0

Toujours jovial avec une allure de jeune dynamique, Abdoulaye Namandy Tembely, directeur de l’agence de communication Friend’s Productions spécialisée dans la production audiovisuelle, est aussi le président de l’Association Philanthropie. Doté d’un master en communication institutionnelle et d’une maîtrise en psychologie, ce jeune dogon bon teint, a le nez creux pour avoir goupillé une des émissions phares de l’Ortm : “Philanthropie”. Cette émission estampillée humanitaire et sociale, a pour dessein d’intensifier l’entraide dans notre pays.

Aujourd’hui : Comment peut-on vous présenter succinctement ?

Abdoulaye Namandy Tembely : (l’air gêné pour parler de lui-même). Je suis un jeune Malien né en Côte d’Ivoire. Je suis issu d’une famille modeste de huit enfants ; j’ai perdu mon père à l’âge de 11 ans.

Vous ne pouvez pas en dire plus sur vous ?

Plus que ça ? Ben, qu’est-ce que vous voulez savoir alors ?

Qui est ce jeune homme discret qui en veut tant ?

(Rires) ! Je pensais avoir déjà répondu à cette question. Je dirige une agence de communication spécialisée dans la production audiovisuelle. Il s’agit  de l’Agence Friends Productions. Nous possédons notre parc de matériel professionnel de prises de vues très haute définition (caméra Red, digital cinéma 4K), matériel son, éclairage, de machinerie et nous investissons constamment dans de nouveaux moyens techniques. Nous disposons également d’un studio de postproduction équipé des meilleurs outils de montage image et son, de traitement, d’étalonnage et de création graphique.

Pourquoi avoir orienté votre agence de communication vers la production audiovisuelle ?

Grâce à Dieu, notre pays regorge de nombreuses agences de communication, mais les 90% sont des globales. Pendant un moment, il fallait faire le choix de venir étoffer cette liste ou se démarquer. C’est après des études de marchés, des enquêtes, que nous avons décidé de nous spécialiser en production audiovisuelle. Le paysage audiovisuel malien (PAM) n’est pas encore exploité. Il y a beaucoup à faire et nous pensons être des précurseurs dans ce secteur. Avec la libéralisation de la télévision, nous espérons être incontournables pour les différentes chaînes de télé qui viendront enrichir le PAM. Déjà nous avons mis sur orbite deux programmes télé : le premier programme était diffusé sur Africable Télévision. Malheureusement, ce programme n’a pas eu le succès escompté, compte tenu de la crise que notre pays a traversée. L’émission s’appelait Elite Music Awards. Elle mettait un baromètre scientifique pour récompenser les meilleurs artistes du Mali. Le deuxième programme s’appelle Philanthropie, il est diffusé sur notre télévision  nationale (Ortm). Ce deuxième programme, de par sa spécificité, fait l’unanimité aujourd’hui. Elle traite de l’information humanitaire et sociale. Nous en sommes à deux éditions. Nous préparons la 3ème édition.

La 1ère édition fut consacrée à l’enfance en situation difficile. Une série de douze émissions a pu être consacrée aux enfants des camps de déplacés, aux enfants des camps de refugiés,  aux enfants des soldats tombés sur le champ d’honneur, etc. Nous avons pu mobiliser plus de 60 millions de francs Cfa pour la cause de nos cibles. La 2ème édition est consacrée aux veuves. Dans toutes les régions du Mali, ainsi que le district de Bamako, nous avons mis en place des équipes techniques chargées de sélectionner une veuve. Ces équipes techniques sont composées des directrices régionales de la promotion de la femme, des directeurs régionaux du développement social, des chargés de l’action humanitaire des différentes régions et des représentants du service social des armés. Les critères pour le choix des veuves sont les suivants : la veuve  ne doit pas avoir d”activité génératrice de revenu, elle ne doit pas avoir de soutien pertinent, elle doit avoir beaucoup d’enfants. Nous produisons des émissions grand-public pour lever des fonds dans l’espoir de lui construire une maison.

Comment est venue l’idée d’une émission telle que philanthropie ?

Cette idée m’est venue de mon vécu personnel. Je suis issu d’une famille modeste et j’ai perdu mon père quand j’étais enfant. J’ai vécu, dans une mesure moindre peut être, la frustration vécue par mes cibles. Enfant, je voyais ma pauvre mère se coucher après tout le monde et se lever avant tout le monde pour nous trouver à manger et nous permettre de dormir sous un toit. Pendant les fêtes de tabaski, les papas de mes amis achetaient des moutons et des bœufs, tandis que ma pauvre mère se ruinait pour nous acheter deux poulets. J’ai vécu toute mon enfance sans que nous n’égorgions un mouton pendant les fêtes. Cette frustration ne me permet pas d’être silencieux face aux souffrances des familles qui vivent dans la précarité, d’où cette émission.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans la réalisation pratique de cette émission ?

Waouh ! Nous en rencontrons énormément. Vous savez, le domaine de l’humanitaire n’est pas chose aisée. Mon équipe et moi travaillons dans des conditions très difficiles souvent. Quand nous sommes allés dans les camps de refugiés du Burkina et du Niger au moment fort de la crise, nous avions énormément souffert. Notre hôtel était à 15 km du camp de Goudebo, nous étions obligés de faire des allers-retours tous les jours sur des motos. Là bas, on a l’impression que le soleil était plus proche de notre tête. On a mangé dans des gargotes, on a dormi à la belle étoile parfois, sans moustiquaire ni drap, dans un froid glacial. On ressort souvent en larmes tant la misère a su prendre possession de certaines vies.

Pour la réalisation d’une telle émission, il faut déployer de gros moyens de production. Comment arrivez-vous à faire face à ces dépenses ?

Vous aviez vu juste. Une telle production nécessite autant de ressources financières qu’humaines. Depuis le début de cette aventure, nous avons la chance d’avoir pour sponsor officiel la Sotelma/Malitel. Cette entreprise citoyenne ne ménage aucun effort pour la réalisation pratique de cette émission. En plus de la Sotelma/Malitel, nous avons comme sponsors la nouvelle Brasserie Bamakoise, Coris Bank international Mali, Assurance Lafia, Saham Assurance, la Canam, Imprim Services, Institut Vito, Ortm. C’est grâce à ces entreprises citoyennes que nous arrivons à supporter l’effort de la production. Nous profitons de votre tribune pour leur exprimer toute notre gratitude.

Certains vous surnomment le Raoul Follereau malien, est-ce à juste titre ?

Vous m’apprenez quelque chose comme ça. C’est quand même très flatteur de porter le nom de ce grand humaniste. C’est comme si tu dis à un jeune footballeur qu’il est surnommé Lionel Messi. Je ne pense pas avoir mérité de porter un tel poids en moi.

Quels sont les projets de Friend’s Productions ?

Nous lancerons un nouveau programme au mois de juillet. L’émission se nomme Emergence. Emergence sera un magazine d’informations économiques et financières et qui fera la promotion de la destination Mali. Vous savez, depuis la crise multidimensionnelle que notre pays a traversée, les investisseurs se font rares. Il s’agira, à travers cette émission, de favoriser le climat des affaires tout en faisant la promotion de l’entreprenariat. A  chaque fois que les medias occidentaux parlent du Mali, c’est le Mali des attentats, des corruptions, de la famine, etc. Un sombre tableau qui ne correspond pas à l’image reluisante de notre pays.

De l’agence de communication Friend’s Productions à l’association Philanthropie, y a-t-il un projet derrière ?

Aucun projet. Après la 1ère édition où nous  avions pu lever des fonds d’une valeur exacte de 68.675.650 Fcfa, il était indispensable que nous ne limitions pas toutes ces réalisations au simple fait de l’agence de communication Friend’s Productions d’où l’association Philanthropie. Cette association nous a permis de mieux structurer et de lever des fonds.

Votre dernier mot ?

Je profite de votre tribune pour remercier tous nos donateurs car c’est grâce à eux que cette aventure continue. Je remercie l’ensemble de presse malienne pour le soutien accordé à nos actions. J’aimerais que les uns et les autres sachent qu’on n’a pas besoin d’être millionnaire pour aider son prochain. On va jouer sur le nombre : imaginons nous que sur les 15 millions de Maliens que nous sommes, 1 million acceptent de donner, ne serait que 100 F par mois, arithmétiquement, ça fait 100 millions Fcfa. En 10 mois, ça fera un milliard, ainsi, on pourra aider plusieurs familles à sortir de la précarité. Hélas, cette pensée n’est pas comprise par tous. Mais je garde foi et nous continuerons à sensibiliser pour un changement de comportement.

              Réalisé par A.B.HAIDARA

PARTAGER