Dr Modibo Soumaré, président de l’URP : « …mettre une distance entre religion et politique. »

2
Dr Modibo Soumaré
Dr Modibo Soumaré

Dr Modibo Soumaré : « Notre parti à l’instar des autres partis vient de traverser une période morte après les élections présidentielles et législatives et se prépare activement pour les élections municipales. Nous avons noué des relations très fructueuses et de confiance avec une vingtaine de partis politiques et une dizaine d’associations pour projeter un projet politique ambitieux et crédible qui soit à la hauteur d’une vie démocratique responsable. Ce projet s’appelle l’AFD-Mali »

Le Pouce : Quelles sont les ambitions de l’AFD-Mali au sein duquel vous militez ?

Dr Modibo Soumaré : « L’Alliance des Forces Démocratiques pour le Mali, est un regroupement politique composé de   19 partis politiques et une dizaine d’associations dont le lancement a eu lieu le 30 novembre 2015 au Grand Hôtel de Bamako . Depuis l’ AFD-Mali s’est assignée comme objectifs : D’unir nos efforts et de travailler ensemble dans le respect et dans la solidarité pour assurer une pratique démocratique véritable dans notre pays ; de mobiliser les forces politiques pour aider à la mise en œuvre efficace et efficiente de la vision et du projet politique du président de la république son Excellence Ibrahim Boubacar Keita . D’effectuer un travail d’information, et de sensibilisation en direction des partis politiques, des associations démocratiques, et des populations en général ; d’organiser des concertations en vue de dégager des positions communes sur toutes les grandes questions de la nation ; d’oeuvrer au renforcement des acquis démocratiques et la réconciliation nationale, à l’émergence d’un Mali ou il fait bon vivre dans l’harmonie et la sécurité garantissant l’égalité des chances. Le but final, fonder une grande formation politique présidée par Tieman Hubert COULIBALY et moi j’en suis le porte-parole et le secrétaire général ».

Le Pouce : Comment voyez-vous l’accord d’Alger ?

Dr Modibo Soumaré : « De façon générale je me suis toujours battu contre les mouvements de rébellion, car dans notre pays existent de voies et moyens démocratiques qui permettent à l’ensemble des couches de la population de s’exprimer librement leur opinion. Malgré tout, il faut saluer la signature de l’accord de paix du 15 mai 2015 qui encore je répète est un compromis acceptable pour sécuriser notre pays et instaurer la paix afin d’enclencher le retour des réfugiés.

Aussi cette paix retrouvée nous permettra de bâtir une vraie armée républicaine qui tournera le dos aux coups d’état qui respectera la démocratie et qui sera respectée des démocrates. Au passage il faut saluer la CPA car sans elle il n y’aurait pas de cérémonie du 15 mai 2015 au cours de laquelle la crème des chefs d’état africains s’est retrouvée aux cotés du président malien pour saluer l’amorce de cette paix. L’accord d’Alger doit se faire intelligemment en respect de la constitution de notre pays. L’accord ne doit pas être la vache laitière d’enrichissement de qui que ce soit. L’application de l’accord doit permettre le traitement à la source des causes des rebellions. L’accord doit permettre l’accès à l’eau potable, à l’école au travail et la construction d’unités industrielles dans les régions du nord comme du sud. L’application de l’accord doit permettre une véritable réconciliation nationale. L’accord doit permettre une bonne application de la justice.

Le Pouce : L’URP et les élections communales et régionales ?

Dr Modibo Soumaré : « L’URP avec les autres partis de l’AFD-Mali ont convenu de la mise place de listes AFD-Mali sur l’ensemble du territoire toutes autres formations politiques qui partage les idéaux de l’AFD-Mali sera la bienvenue, notre siège de campagne est ouvert à Hamdallaye ACI contigu au siège de la sécurité alimentaire ».

Le Pouce : Que retenez-vous de la situation politique et sécuritaire du Mali

Dr Modibo Soumaré : « Pour ce qui est de la situation politique, je me félicite de la constitutionalité retrouvée et remercie le président Dioncounda TRAORE pour les efforts fournis, aussi je pense que des débats se passent à l’assemblée nationale et aussi l’organisation de la conférence nationale pour que les maliens se prononcent sur certains aspects de l’accord d’Alger. Nous devons perfectionner davantage le code électoral ; il y a lieu de se poser la question de la nécessité de mettre des critères pour pouvoir être candidats (le niveau d’instruction) .Aussi il sera important de mettre une distance entre religion et politique. Sinon avec cette promiscuité, on assistera à coup sur à un déclin certain de la démocratie au Mali.

Pour ce qui de la sécurité dans notre pays, il est évident que les maliens sont inquiets de Kayes à Tombouctou, de l’attaque de la terrasse à des voitures qui sautent sur les mines sur la route de Gao, il y a du travail .C’est ensemble que nous allons pouvoir sécuriser notre pays. Les ex responsables et combattants de la rébellion devront ici jouer toute leur partition. Aussi vivement que l’armée malienne soit déployée à Kidal.

C’est le lieu de tirer le chapeau au ministre de la défense et des anciens combattants et au chef suprême des armées pour le nouveau visage dont fait montre les hommes en uniforme de notre pays. Peace for Mali 

Entretien réalisé par Tiémoko Traoré

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Quelle clairvoyance.Certain pense qu’en s’appuyant sur la religion en faisant de la politique qu’elles gagnerons le paradis.
    un bon model de religieux peut diriger et repecter le droit de tous.
    Religion et politique vont deux .
    Qu’IL Y EST DES GENS POUR LE SIGNALER .
    Dommage tout le monde veut berner le peuple avec quelque mots arabes et arriver au pouvoir .
    Dans un pays ou 60% suivent aveuglement les autres il est difficile de prendre le micro et de dire :Religion et Politique font ;Deux.

  2. "Aussi il sera important de mettre une distance entre religion et politique. Sinon avec cette promiscuité, on assistera à coup sur à un déclin certain de la démocratie au Mali." . est ce que ce soit disant vrai faux docteur a consicence de ses propres inepcies. si la majorité des gens qui s'adonnent à la politique au Mali s'averent etre de vrais faux musulamans du fait des coups bas qu'ils n'hesitent et n'arretnt pas de donner à leur peuple. pourquoi ceux qui se disent fervents musulmans et qui travaillent avec les preceptes de l'islam devront etre priver des mèmes droits. et lorsque l'on prive le droit à la pratique de la politique à cette certaine frange de la population se reclamant de l'islam; est ce que l'on fait la promotion de la democratie ou le contraire. ce vrai faux docteur, comme ces leaders pro-occidentaux ne portant aucune ambition réelle pour le Mali que la politique sans vergogne de leur ventre doivent d'abord mesurer leur dires à l'aune de leurs actes avant de se poster en defenseur ou proner la defense de la democratie que eux meme ont torpillé à coup de detournements de milliards, d'accaparement des terres, de corruption tout azimut et de lamination des institutions de la république. qu'ont -ils laissé au peuple que honte, deshonneur et décheance. un etat en lambeau, dans des precipisses ténébreux et à la solde de tout bandit sans scrupule.il serait abeurrant voire suicidaire de se laisser encore diriger par les memes individus qui sans vergogne au lieu de s'amender deavnt l'histoire trouvent encore et toujours le courage de se montrer à decouvert pour proner la democratie de façade dans le but exclusif de beneficier des fonds occidentaux. c'est surement de cette democratie de façade dont parle ce vrai faux docteur. eh bien la montée en puissance des leaders religieux ne sera certainemen,t pas de tout répis pour cette democratie de façade.il est grand temps que ceux qui pronent la verité au nom de dieu avancent leurs pions et s'associent à la gestion de leur cité et au dela c'est le peuple tout entier qui devra desormais s'eriger en sentinelle de la democratie au Mali et reagir par des marches tout azimut et avec spontaneité chaque fois quanfd il y'a peril en la demeure.

Comments are closed.