Entretien avec Oumar Sabo: “je veux mon diamant de 40 milliards”

2

Dans notre parution N°344 du lundi 25 juillet 2016, nous publiions l’histoire d’Oumar Sabo, ce jeune homme qui, après avoir ramassĂ© un diamant, avait Ă©tĂ© agressĂ© par un prĂ©tendu acheteur: Youssouf Poudiougou. Suite Ă  cette publication, l’intĂ©ressĂ© a acceptĂ© de nous accorder une interview dans laquelle il revient sur sa mĂ©saventure mais aussi sur les derniers dĂ©veloppements de l’affaire.

Comment avez-vous ramassé le diamant ?

 

Un matin du mois d’avril 2016, je revenais du village de Papara, situĂ© sur le territoire ivoirien, près de la frontière malienne, pour rendre visite Ă  des parents  dans le hameau dĂ©nommĂ© Allahmdouliilaye-Dadjan. Ce hameau dĂ©pend du village de Finkolo, dans la commune malienne de Fourou. Pour vous y rendre, vous devez vous faire transporter par des motocyclistes. C’est ainsi que j’ai louĂ© les services d’un motocycliste qui m’a dĂ©posĂ© au bord d’un marigot qui constitue la limite entre le Mali et la CĂ´te d’Ivoire. Il n’y a qu’Ă  traverser le lit du marigot pour se retrouver dans le hameau. Pendant que je traversais le marigot, j’ai aperçu une pierre qui brillait. Pour avoir travaillĂ© dans des mines traditionnelles il y a quelques annĂ©es, j’ai compris que la pierre brillante n’Ă©tait rien   d’autre qu’un diamant. Fou de joie, j’ai ramassĂ© la pierre et j’ai foncĂ© dans le premier bureau d’achat de pierres prĂ©cieuses de la localitĂ©. Le gĂ©rant de ce bureau s’appelle Youssouf Poudiougo. Je le savais acheteur habituel de pierres prĂ©cieuses. Lui et moi sommes originaires de la mĂŞme localitĂ©: le cercle de Koro. Lorsque je suis arrivĂ© chez lui, il m’a reçu et je lui ai prĂ©sentĂ© ma pierre.      Après l’avoir vĂ©rifiĂ©e, Youssouf Poudiougo a confirmĂ© qu’il s’agissait bel et bien d’un diamant d’une valeur marchande de 40 milliards de FCFA! Il tremblait de tous ses membres. Il m’a photographiĂ© et m’a remis une attestation de rĂ©ception du diamant. J’ai compris plus tard que pour aiguiser mon appĂ©tit, il a surĂ©valuĂ© le poids  de la pierre en prĂ©tendant qu’elle pesait 20 kilos. Aujourd’hui, je me rends compte que ce poids Ă©tait exagĂ©rĂ© mĂŞme si je suis convaincu de l’immense valeur du diamant. Ne sachant ni lire, ni Ă©crire, je me suis fait piĂ©ger au sujet de l’attestation oĂą il a mentionnĂ©: “Oumar Sabo reconnaĂ®t avoir reçu des mains de  Oumar Sabo” la pierre prĂ©cieuse.

 

Et après ?

Après, nous avons pris la route de Bamako à bord de son vehicule 4X4. A Bamako, Poudiougou devait me remettre mes 40 milliards de FCFA. Dans le véhicule, Poudiougou a fait entrer trois autres hommes. A l’entrée de Bamako, Poudiougou a arrêté le véhicule dans un endroit obscur et en est descendu au motif que c’est là que les 40 milliards me seraient remis. Il a fait semblant d’appeler au téléphone ses clients qui devaient apporter l’argent. A ma grande surprise, les trois hommes qui ont voyagé avec nous m’ont aggrippé, battu, ligoté et laissé pour mort. Revenu à moi-même le matin, j’ai été sauvé par un passant qui avait entendu mes cris de détresse. Je porte encore les stigmates partout sur mon corps.

Lisez la suite en cliquant ici

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Une histoire monte’e!!!
    I DO NOT BELIEVE IT!!!!
    PEUT-ETRE QUE JE ME TROMPE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. CE DIAMAND APPARTIENDRA AU TROISIEME GAOU.UNE PIERRE QUI BRILLAIT DS L’EAU DU MARIGOT ENTRE LA FRONTIERE DU MALI ET RCI .

Comments are closed.