Hassane Ag Mehdi dit Jimmy l’ex-rebelle secrétaire général du FPA : «Ce n’est ni le moment de faire le brave, ni le moment de faire la guerre, c’est le moment de préserver nos acquis»

4
Hassane Ag Mehdi  dit Jimmy l’ex-rebelle secrétaire général du FPA : «Ce n’est ni le moment de faire le brave, ni le moment de faire la guerre, c’est le moment de préserver nos acquis»
Hassane Ag Mehdi

Hassane Ag-MehdLe Front populaire de l’Azawad (Fpa), l’un des membres actifs de la plate-forme des forces patriotiques, vient de porter un coup sévère au Mouvement national de libération de l’Azawad (Mnla). En effet, les combattants du Colonel Hassane Ag Mehdi dit Jimmy  ont chassé le Mnla de Tin-Aouker dans la commune du Tilemsi. Le Colonel Hassane Ag Mehdi compte des combattants à Tin-Aouker et à Tin-Afer, toujours dans le Tilemsi, dans la région de Gao. Le Fpa compte en son sein des combattants de plusieurs communautés touarègues, principalement les Chamanas, très nombreux dans la région de Gao. C’est à la suite des violences sur le terrain que nous nous sommes entretenus avec le colonel Hassane Ag Mehdi, le secrétaire général du Fpa, pour qui, l’heure de la consolidation des acquis a sonné pour aller vers une paix durable.

Le Reporter : Comment suivez-vous ce regain de tension dans les localités nord du Mali ?

H.A.M : Je n’ai pas de commentaire à faire par rapport à ça. Ce qui m’anime aujourd’hui, c’est une tristesse, surtout quand je vois ces pertes en vies humaines des Maliens, après tout cet acquis que nous avons eu. Tous les jours, ce sont des Maliens qui tombent. Je ne crois pas que ça soit la solution pour un peuple qui veut avancer, pour un peuple qui veut corriger les erreurs commises. Je pense qu’il est très important aujourd’hui que chacun comprenne que le plus brave, c’est celui qui a aidé ce pays à consolider ses acquis. Que certains Maliens arrêtent de se provoquer, qu’ils arrêtent de se pourchasser, qu’ils arrêtent de faire croire à qui veut l’entendre que cette guerre-là continue, il n’y a plus de guerre au Mali. Nous avons un accord, nous l’avons consolidé. Consolidons-le, accompagnons-le et préparons sa signature le 15 mai 2015. Je pense que ce n’est pas le moment de provoquer, ce n’est pas le moment de faire le brave. Aujourd’hui, c’est le moment pour chacun d’amener son apport à la construction de ce pays. C’est le moment de déposer les armes ; c’est le moment de raisonner ; c’est le moment d’avoir le courage de s’asseoir pour dire ce qu’on pense. C’est le moment de défendre son opinion par la voix, la détermination et par les actes.

Les violences actuelles sur le terrain ne vont-elles pas prendre en otage la signature de l’accord le 15 mai prochain ?

Plus rien ne peut nous prendre en otage aujourd’hui, si les Maliens sont déterminés. Si ceux qui s’attaquent, si ceux qui s’entre-tuent ne sont que des Maliens, qu’ils le comprennent. Du moment où les Maliens sont déterminés à aller vers la signature, je ne vois pas ce qui peut les perturber. Nous allons à cette signature et nous allons tout droit, sans aucun prétexte. On peut comprendre qu’il y ait des barrages, qu’il y ait des obstacles qui peuvent nous empêcher d’aboutir à cette solution. Mais, le devoir que nous avons aujourd’hui, c’est de s’accompagner, c’est comprendre, comprendre celui qui est dans l’erreur, comprendre celui qui veut faire comprendre aux autres la réalité et l’accompagner.

Il y a eu trop de mouvements sur le terrain. Est-ce que les combattants du Fpa ont consolidé leurs acquis ?

Je veux faire savoir à qui veut l’entendre que nous ne sommes pas des  milices. Nous ne sommes financés par personne. Le Fpa est un mouvement comme tous les autres mouvements. C’est un mouvement qui a accepté, qui a compris ses erreurs et qui a compris qu’il faut qu’il vienne en aide à son pays. Nous ne sommes ni les milices du Mali, ni les milices de la Cma, ni de la communauté internationale. Nous sommes un front ouvert aux Maliens pour se concerter, pour s’accompagner et pour reconstruire ce qu’eux-mêmes ont cassé. C’est très clair, il faut qu’on soit clair sur ce point. Maintenant, en ce qui concerne les acquis, tout ce que nous pouvons faire, nous sommes en train de le faire. Nous avons des armes, nous avons des hommes, nous sommes dans notre secteur, nous continuons à les sensibiliser, nous continuons à sécuriser nos populations dans nos propres terroirs. Et si chacun faisait cela, il n’y aurait même pas de problèmes. Si chacun s’occupait de son terroir, s’occupait de ce qui est autour de lui pour consolider l’acquis, expliquer ce qui se passe, ramener les gens à la raison, je pense qu’aujourd’hui, les choses n’allaient pas arriver au point où on ne sait plus sur quel pied danser. Nous nous voulons la paix, nous sommes pour la paix, on va vers la paix. Nous nous sommes consacrés à un document que nous avons pu réaliser. Dans tout ce qui se passe, pour moi, c’est comme un rêve. Et ceux qui attaquent et ceux qui provoquent, pour moi, tout ça n’a pas de sens. C’est le moment aujourd’hui de ramasser toutes ces armes-là, de les déposer en attendant la signature de cet accord avant d’aller vers le cantonnement pour un Mali nouveau.

Un mot en guise de conclusion ?

Je lance un appel aux Maliens, parce que pour moi, tout le monde est Malien. Il faut qu’on comprenne tous que l’avenir de ce pays est entre nos mains ; qu’on arrête vraiment de se provoquer, de nous ramener à quatre ans en arrière. Aujourd’hui, ce dont le Mali a besoin, c’est d’éviter de compter ses morts, d’éviter de compter ses victimes, d’éviter de dire moi je suis ça ou ça. Je pense que si la plate-forme aussi veut être plate et garder sa forme, qu’elle reste ouverte, très ouverte. Parce que tout ça, ce sont des acquis. Ce que nous attendons de tous les Maliens, c’est d’avoir le courage de lever la tête haute et de dire que nous sommes pour la paix. On ne peut pas être pour une chose et vouloir son contraire. Il faut se lever. Je suis pour ça. Les solutions seront trouvées, car un problème qui n’est pas connu, n’a jamais de solution. Aujourd’hui, notre problème, nous le connaissons. Donc, on va lui trouver une solution.

Réalisée par Kassim TRAORE

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Jimy balkanise de fait le Mali en affirmant: “Nous avons des armes, nous avons des hommes, nous sommes dans notre secteur, nous continuons à les sensibiliser, nous continuons à sécuriser nos populations dans nos propres terroirs”. Que signifie le pronom personnel “nos” selon Jimy?
    Le GATIA ne dira jamais “chez nous” ou “dans notre secteur”.
    S’il veut rentrer dans les girons de la République qu’il s’exprime en REPUBLICAIN c’est à dire au nom du peuple malien et non au nom de la vallée du Tilemsie. Assez de verbillages, de fanfaronnades et de double langages ont été tenus. Je vois encore cet officier devant les objectifs des cameras de France24 montrer un helico malien hors service dans l’alvéole de l’aéroport de Gao. Je vois cet officier devant un cheick pointe juste à la sortie du pnt Wabaria, se pavanant en tenue bariolée et déclarant tout haut que plus rien ne sera comme auparvant entre le Mali et l’Azawad. Je vois cet officier à l’hotel Silmandé de Ouaga dire aux journalistes que plus rien ne peut empêcher l’indépendance de l’Azawad. Quelques mois après, c’est de coups de télephones à tel conseillers du département de la Sécurité Intérieur, tel anciens camarades de commandement dans la gendarmerie ou tels hommes politiques, et même des femmes de gendarmes, pour exprimer sa volonté de rejoindre la Mali après la repugnance à son égard exprimée par les cadres de Kidal (HCUA et le MAA). En un mot, Jimy est retors et plus que ambivalent
    Alors, avec cet autre revirement spectaculaire, nous observons sans pour autant rejeter systématiquement.
    VIVE LA REPUBLIQUE.

  2. Il faut que l’ensemble des Touareg sachent que la situation actuelle de crise dans cette zone de Kidal ne profite qu’à un petit groupe et cela est très dommage pour les populations de cette région.

Comments are closed.