Honorable Mody N’Diaye, Président du Groupe parlementaire URD (opposition) : «La Déclaration de politique générale prend trop de temps pour atterrir sur la table de l’Assemblée nationale»

3

Dans une interview qu’il nous a accordée, le Président du Groupe parlementaire Vigilance républicaine et démocratique (VRD), l’Honorable Mody N’Diaye, député élu à Baraoueli, dénonce la non présentation de la Déclaration de politique générale du Premier ministre, Oumar Tatam Ly, à l’Assemblée nationale. Il se prononce également sur le début de la 5e législature et  la collaboration avec la majorité présidentielle. Il appuie également la démarche de la lutte contre la corruption, tout en faisant des propositions.

 

 

Honorable_Mody_Ndiaye
Honorable_Mody_Ndiaye

Quel regard portez-vous sur le début de cette législature ?

Mody N’Diaye : Le début de cette 5e législature se passe normalement. Comme vous pouvez le constater, les élections du bureau de l’Assemblée nationale se sont déroulées durant une période de session. Nous avons démarré notre législature le 1er janvier 2014. Donc, nous avons été conviés en session extraordinaire pour mettre en place nos organes en priorité et prendre le décret de convocation de cette session extraordinaire qui prévoit l’examen de certains projets de lois.

 

 

 

 

Comment se passe la collaboration avec la majorité présidentielle?

En réalité, il n’y aucun problème, nous sommes tous des députés.  Au niveau de l’Hémicycle, l’opposition et la majorité ont les mêmes responsabilités par rapport à la gestion de l’Assemblée nationale. Donc, de ce point de vue, nous n’avons aucun problème entre nous. Il reste évident que, par rapport au contrôle de l’action du Gouvernement, la majorité et nous, aurons des stratégies différentes. Nous n’aurons, peut-être, pas le même regard vis-à-vis du Gouvernement. Et là, cela va se sentir dans les projets de loi que le Gouvernement va nous envoyer, notamment la séance ordinaire qu’on va préparer en avril, mais également par rapport au contrôle de l’action du Gouvernement. Parce que, tout simplement, c’est le Gouvernement qui a la responsabilité de conduire les activités de l’Etat. Il est bon pour l’opposition d’être beaucoup plus vigilante et d’être beaucoup exigeante vis-à-vis de l’exécutif par rapport aux préoccupations des populations.

 

 

 

 

Le beau-père du fils du Président de la République est Président de l’Assemblée nationale et le fils lui-même Président de la Commission chargée de la défense nationale. Quel est le regard de l’opposition sur cette situation?

Vous savez, en réalité, ce sont tous des collègues députés. Cette question, nous la réservons, en termes d’appréciation, au peuple.

 

 

 

Comment voyez-vous  les premiers mois d’IBK au pouvoir?

Il est déjà en place depuis le 4 septembre, le Premier ministre a été nommé le 5, le Gouvernement a été mis en place le 8 septembre ; de cette date à maintenant, nous pensons qu’il était bon que le Gouvernement fasse de la Déclaration de politique générale du Premier ministre devant l’Assemblée nationale une urgence, en conformité aux grands principes de gouvernance républicaine et tel que spécifié dans la Constitution. Nous pensons que cela est un élément très important. Parce qu’on ne peut juger un régime ou un Gouvernement en place si on ne connaît pas le programme ou les éléments de la Déclaration de politique générale. C’est à partir de cet instant que nous nous pourrons apprécier ce qu’ils veulent faire pour le peuple malien et suivre la mise en œuvre de cette Déclaration. Donc, nous nous pensons que la Déclaration de politique générale a pris un très long temps pour être mise sur la table de l’Assemblée nationale. Je pense que c’est un handicap qu’il faut corriger rapidement. Le second aspect, c’est qu’IBK a été élu par le peuple malien, il appartient à ce peuple, au quotidien, de donner son appréciation sur la façon dont les choses se déroulent actuellement en République du Mali.

 

 

 

 

Que pensez-vous du processus de dialogue enclenché avec les groupes armés?

Voilà, je vous l’ai dit tantôt, ce qui peut être gênant maintenant, c’est que nous assistons à des actions sporadiques par rapport à ces questions. On ne peut les apprécier que dans le cadre d’un programme ou d’une politique cohérente qui donne une visibilité par rapport à la gouvernance et à la façon dont toutes ces questions vont être traitées. Donc, je reviens sur ce que j’avais dit tantôt, il est nécessaire qu’on ait une plus grande visibilité par rapport à toutes ces questions. Je pense que la Déclaration de politique générale est le socle qui permet d’apprécier la façon dont les choses vont se dérouler. Si ce n’est pas le cas, on risque d’être dans un pilotage à vue.

 

 

 

 

Que pensez-vous de la lutte contre la corruption entreprise par le Président de la République?

Vous savez, nous sommes tous d’accord avec la lutte contre la corruption. Je l’ai dit tantôt en d’autres circonstances, la lutte contre la corruption est un problème auquel tous les régimes, de l’indépendance à maintenant, en République du Mali, ont essayé de combattre. L’approche peut différer mais c’est un  mal difficile à combattre, parce qu’il persiste et nous souhaitons que ce qui est entamé aujourd’hui par les autorités en place puisse permettre de donner des réponses justes à ce fléau qui mine effectivement l’économie, la justice sociale et qu’il faut éradiquer par tous les moyens.

 

 

 

Vous approuvez alors la démarche actuelle?

Comme je vous l’ai dit, toutes ces questions doivent transparaître, de façon globale, dans la Déclaration de politique générale. Sinon tel qu’on le fait maintenant, je pense que c’est toujours  parcellaire. Parce que la lutte contre la corruption, de mon point vue, n’est pas que de la répression. En amont, il faudra avoir toutes les procédures, il faudra prendre des mesures pour que l’occasion ne soit même donnée à ceux qui s’adonnent à cette pratique. C’est cela l’élément le plus important. Donc, tout cela, on ne peut l’appréhender que dans un document de Gouvernement qui permettrait de savoir comment le Gouvernement compte s’y prendre, de bout en bout. Parce que c’est un cycle. On ne doit pas prendre, à mon avis, seulement un élément de cette lutte, il faut de la méthode. Cela me parait être un élément essentiel pour non seulement enrayer ce fléau et permettre également que tous ceux qui ont la capacité de se valoriser dans ce pays puissent le faire dans un environnement sain.

 

 

Interview réalisée par Youssouf Diallo

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. ma foi, il a la tete bien pleine ce deputé!!! De la methode et de la coherence, voilà les deux elements qui manquent le plus à IBK en ce debut de mandat parce qu’il n’ a pas de programme de gouvernement et qu’il préfère s’entourer des siens, uniquement des siens, à savoir, le fils, le beau père du fils, le grin du fils etc..etc…

  2. Opposition can be your friend. Opposition can be the fire that tempers the better sword, as well as the ice that cools a fiery temper. Don’t ever run from it; learn from it!” We will be OK/Thanks

  3. Voila un honorable qui a la tete sur les epaules. Le gouvernement, mon cher N’Diaye, n’a fait que que violer la constitution depuis son installation…Tu uses tout simplement du langage…a lire entre les lignes. Je te connais et on attent de vous des opposants dignes de ce nom, enfin, dans notre cher pays. Bon courage Mody.

Comments are closed.