Interview du chef de l’Etat à l’ORTM : Notre devoir aujourd’hui est d’être ensemble au chevet du Mali

28

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a accordé, hier à l’ORTM, une interview dans laquelle il a été essentiellement question du projet de loi portant révision de la Constitution du 25 février 1992. Malgré les contestations, le chef de l’Etat pense que le processus doit aller à son terme, car cette révision est envisagée dans le cadre de l’application de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali

Question : Monsieur le président de la République, nous avons remarqué que depuis le mois de juillet, vous écoutez et vous consultez beaucoup. . Après les Institutions de la République, c’était au tour des partis politiques, y compris ceux qui ne sont pas d’accord avec votre initiative de révision constitutionnelle. Quel sens donnez-vous à ces consultations ?

Ibrahim Boubacar Kéita : Dans un pays, il arrive des moments où le sommet doit essayer de prendre le cours de la Nation. Et cela peut arriver à tout moment, même quand on ne s’y attend pas; un événement peut en amener un autre. Et cela amène à interroger les uns et les autres sur la pertinence d’une décision que l’on prend sur le plan de l’intérêt général de la Nation. C’est le cas aujourd’hui. Chacun aura remarqué que depuis qu’on est entré dans ce projet de révision constitutionnelle, de la voie référendaire, il y a beaucoup de mouvements, beaucoup d’agitations. Mais de quoi s’agit-t-il? Nous avons eu comme mandat du peuple malien d’instaurer toutes les voies, tous les chemins qui peuvent conduire à la paix. Les consultations auxquelles je me consacre en ce moment sont de l’ordre de convenance qu’en cas de besoin, le chef de l’Etat rencontre telle ou telle catégorie sociale, telle ou telle catégorie de citoyens, rien que de plus normal dans une démocratie. C’est dans ce cadre que j’ai rencontré les institutions de la République et les partis politiques.
Aujourd’hui, c’était le cas des notaires et des avocats. Nous leur avons expliqué notre démarche qui n’est d’aucune malice que ce soit, simplement dans le cours de l’action gouvernementale. Il est des moments où il faut décider. Chacun sait que la question de la révision constitutionnelle au Mali est récurrente. C’est la troisième tentative.

Les deux premières fois, il y a eu surtout le souci essentiel de conformation avec la gouvernance institutionnelle souhaitée au sein de l’UEMOA en ce qui concerne la création d’une Cour des comptes, laquelle création ne peut se faire que par voie référendaire. Nous avons également fait le constat qu’au sortir de l’Accord pour la paix et la réconciliation, il y a des attendus au plan institutionnel, notamment comment faire en sorte que certaines catégories et couches sociales puissent être dans la décision nationale, couches et catégories dont le concours s’est avéré utile dans la médiation intercommunautaire. C’est le cas des légitimités traditionnelles (chefferies et autres) que nous avons dû solliciter. Comment le faire ? La voie de la création d’un Sénat a paru la plus idoine pour ce faire. Pour beaucoup, cela devrait se faire dans le cadre d’un quota que le chef de l’Etat pourrait gérer à hauteur de souhait et avec des critères d’accord parties pour que les personnalités en question soient les plus représentatives possible. Et également aussi voir certaines choses qui, au cours de l’application de la Constitution de 92, se sont avérées difficiles ou impossibles.

Il reste entendu qu’une Constitution, comme toute oeuvre humaine, est perfectible. Il est bon qu’au bout d’un moment, l’on puisse revoir la copie et convenir des changements opportuns à apporter. C’est cela qui a motivé ce projet de révision constitutionnelle qui est de la prérogative du chef de l’Etat et de l’Assemblée nationale. Donc, nous avons usé de cela pour soumettre à l’Assemblée nationale un projet de révision constitutionnelle, lequel projet a fait l’objet de beaucoup d’examen, de va-et-vient pour qu’enfin de compte l’Assemblée nationale statue. Elle a adopté le projet de révision constitutionnelle. Après le vote qui était favorable à l’exercice, l’opposition républicaine a estimé devoir ester en justice. Elle a saisi la Cour constitutionnelle, laquelle a rendu un avis et un arrêt. Je crois que jusqu’à preuve du contraire, l’avis de la Cour constitutionnelle n’est pas susceptible de recours. Voici la phase à laquelle nous nous retrouvons aujourd’hui. La Cour constitutionnelle a estimé que la révision est tout à fait constitutionnellement recevable, mais qu’il y a, ça et là, des aspects à revoir. C’est ce qui est en cours aujourd’hui.

Question : Nous avons appris que vous allez rencontrer d’autres acteurs, notamment la société civile (jeunes, femmes, chefs de quartier). Quelle est la finalité recherchée à travers toutes ces consultations ?

Ibrahim Boubacar Kéita : Le consensus, l’apaisement et nous souhaitons toujours qu’une décision, prise au nom de la Nation, dans l’intérêt bien compris de la Nation, soit partagée par cette Nation là. Il est évident que cet effort là, nous le conduisons et nous ne le laisserons pas jusqu’à ce que nous fassions le constat. Peut-être, y-a-t-il impossibilité ou refus d’avancer ensemble, mais nous ne baisserons pas les bras et nous continuerons de voir les uns et les autres, telle est notre mission et nous l’utiliserons bien volontiers. Après la décision de la Cour constitutionnelle, je pense qu’il était vraiment logique d’attendre que l’ensemble de la nation accepte cette décision et s’y plie conformément aux exigences d’un Etat de droit. A notre grande surprise, il semble que certains de nos concitoyens veuillent remettre en cause cette décision, ou en tout cas, la refusent en estimant que le débat est clos, qu’il s’agit purement et simplement, ici et maintenant, d’abandonner ce projet de révision constitutionnelle pour différentes raisons évoquées. Il y a également des contres arguments. Tout cela est respectable et respecté, sauf que dans un Etat de droit, le droit doit être l’unique référence… Nul ne peut aujourd’hui dire qu’il s’oppose à ce que le peuple malien exerce son droit de vote. Or dire aujourd’hui qu’il n’y aura pas de révision constitutionnelle n’est pas républicain. Cela est anti national, en tout cas contraire au droit. Le devoir de l’Etat est de garantir tous les droits des citoyens de la République, y compris le droit de vote. C’est le devoir de l’Etat républicain.

Je le dis très clairement : nul ne peut s’opposer à l’exercice de ce droit sans violer la loi. Dès lors, je vais encore appeler chacun à la raison, chacun à savoir garder ses raisons et faire en sorte que notre vivre ensemble, notre devoir aujourd’hui d’être ensemble au chevet du Mali se confirme, se poursuit dans le seul but de faire en sorte que ce pays gagne en paix. Cette paix est et doit être l’objet essentiel. Ce qui est fait dans le cadre de cette révision constitutionnelle participe à cette recherche de paix, car il faut le dire, c’est bien évidemment dans la suite de l’application de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali que cette révision est envisagée. Et si nous n’y allions pas, nous pourrions donner argument à beaucoup d’autres, pas seulement à certains de nos frères, de penser que nous sommes en train de revoir notre engagement pour faire la paix et cela ne serait pas très heureux.

Dans la chaleur des tensions actuelles, j’entends également des bruits assez inquiétants. Des bruits assez inquiétants qui tendent à mettre en cause les pays alliés, notamment ceux qui furent à nos côtés quand le pays était en danger, quand la survie du pays était en cause. Qu’aujourd’hui, on en vienne à manifester bruyamment contre un pays ami dans des termes inamicaux, n’est pas conforme à la tradition malienne. Ce n’est pas conforme à nos valeurs et civilisations. Nous ne tolérons pas ce genre de comportement. Je dis aussi qu’il faut savoir quels sont les intérêts stratégiques du Mali aujourd’hui et demain dans un temps où ce pays ami est fortement engagé à nos côtés dans la mise en place de la Force du G5 Sahel dans les conditions qui ne sont pas données à tout le monde…La France est un pays ami qui doit être traité comme tel et nous y veillerons.

Propos recueillis
par Massa Sidibé

===============

Audiences à Koulouba : LE CHEF DE L’RTAT REÇOIT L’ORDRE DES NOTAIRES ET L’ORDRE DES AVOCATS

Depuis quelques semaines, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a commencé une série de rencontres avec les différentes composantes de notre société à l’effet de leur expliquer la situation et recueillir leurs avis et conseils sur le projet de révision constitutionnelle. C’est ainsi qu’hier, en début d’après-midi, le chef de l’État a reçu, en audience au palais de Koulouba, une délégation de l’Ordre des notaires du Mali et des représentants de l’Ordre des avocats. C’était en présence des plus proches collaborateurs du chef de l’État dont le ministre secrétaire général de la présidence, Soumeylou Boubèye Maïga.
Au sortir de la première rencontre, le président de l’Ordre des notaires du Mali, Me Alassane T. Sangaré a expliqué qu’il était venu pour partager avec le chef de l’État la vision de la profession. «Le président de la République a tenu à nous rassurer pour son accompagnement par rapport à l’atteinte de nos objectifs», a-t-il indiqué.
Par ailleurs, Me Sangaré a confié avoir eu avec le président Kéïta une discussion fructueuse sur certains problèmes importants de la nation. S’agissant du projet de révision constitutionnelle, Me Alassane T. Sangaré a expliqué que l’Ordre des notaires, après avoir été saisi, avait transmis son avis de façon officielle à la commission Loi de l’Assemblée nationale. «L’Ordre aurait souhaité qu’il y ait un vrai consensus de la nation autour de ce projet qui doit être inclusif», a-t-il conclu. A sa sortie d’audience, le président de l’Ordre des avocats du Mali, Me Alhassane Sangaré a déclaré que la structure qu’il dirige est une composante essentielle de la société civile, chargée de veiller sur le respect des libertés publiques et individuelles. L’Ordre des avocats soutient-il le projet de révision constitutionnelle ? En réponse à cette question d’actualité, Me Sangaré a dit ceci : «L’Ordre des avocats n’est pas un parti politique, encore moins une association politique. Quand il doit intervenir, il interviendra sur le terrain du droit. Aujourd’hui, nous ne sommes pas saisis de violations de libertés publiques ou individuelles. Donc, nous nous en tenons à notre rôle d’avocats et d’arbitres de l’équilibre social. Nous ne sommes pas acteurs de l’arène politique».

Massa SIDIBE

PARTAGER

28 COMMENTAIRES

  1. DANS LES URNES ET NON DANS LES RUES TEL EST LE DEVOIR D’UN CHEF D’ÉTAT DIGNE. AVOIR PEUR DE LA RUE EST UNE FAIBLESSE: combien sont dans les rues NON et combien disent OUI ? Dans un État qui se dit démocratique, c’est le peuple qui décide. Regarde au Kenya aujourd’hui, malgré le vent et la tempête, l’élection a eu lieu. Voilà un État responsable et voilà un pays démocratique !!!!!!!!!!

  2. Nous soutenons IBK aujourd’hui et demain Le Mali c’est pas BKO Vous voulez que le pays enflamme nous on se souviens des événements de 2012

    • Personne ne veut enflammer le Mali.
      Il y’a des gens qui disent non au projet de révision constitutionnelle mais c’est loin d’être une volonté d’enflammer le Pays. Personne n’a intérêt à ce que le Pays dévie.

      Le Président dans son obstination d’aller cout que cout à cette réforme, peut faire en sorte que la goute d’eau déborde le vase. Le Pays n’a pas besoin ça maintenant.

  3. Comment être ensemble quand toi tu es toujours dans ton avion à Dubai, Bruxelles… ou NY?
    Un avion piloté par des blancs, I Boh Kassa n’ a même pas honte!!!
    Pendant que les maliens restent dans un pays sale, poussiéreux, insécurité…

  4. Ibk made in France Ibk est complexe face a l’autorite française Ibk la situation actuelle au nord du Mali préoccupe la majorities maliens Ibk la complicité de la France contre l’armée maliens Ibk le Mali a besoin d’une armées forte Ibk ante abana

  5. comrades what that pervert MACron said rules in Mali. Let us not forget great insult he directed at incompetent drug addict alcoholic IBK when he held meeting with government of Algeria plus others but did not invite IBK. Shortly thereafter France army confiscated guns of GATIA plus gave them to CMA who then attacked GATIA killing many. IBK see that occurrence as being alright. I do not. I look forward to day IBK oppressive, incompetent plus puppet government is no longer in power. IBK you plus your family days of ruling in Mali will be over before you cure yourself of being dopefiend alcoholic. Very much sincere, Henry Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan. translationbuddy.com malinkeprice1976@yahoo.com

  6. Est-ce que les notables traditionnels ont demande’ a’ etre senateurs pour continuer a’ jouer leur role?
    Je suis d’accord avec la reponse a’ propos de la France!
    Nous n’avons pas besoin d’amendement constitutionnel pour permettre aux maliennes et aux maliens d’avoir une plus grande participation dans la gestion de leurs affaires! Des circulaires du ministere de l’Interieur peuvent faire l’affaire!!! Le referendum doit attendre car le moment n’est pas propice!

    • Mal parti..

      Ils doivent franchement éclairer le commun des maliens sur cette notion de “Senat”: une sorte de vulgarisation de cette institution et son rôle dans l’univers politique du Mali.
      Dans cette interview le Sorbonnien President se sentait mal en point.

  7. ★★★★ ” C’est le cas des légitimités traditionnelles (chefferies et autres) que nous avons eu à solliciter.” ★★★★

    Vous avez eu à les solliciter ….. pour quel résultat ?

    Nous nous souvenons du Chérif de NIORO qui a appelé à voter IBK, nous avons entendu HAÏDARA dire que c’est dans son salon qu’a commencé la campagne de IBK. S’ils veulent siéger au Sénat, pourquoi ne pas battre campagne pour eux-mêmes comme ils l’ont fait pour IBK ?

    Pourquoi les gens que l’on désigne comme “légitimités” devraient-ils avoir peur de passer par les urnes ?

    Dans ce monde à l’heure du numérique, même les États archaïques comme L’Arabie Saoudite cherchent à se moderniser, pourquoi le Mali devrait chercher à revenir trois siècles en arrière ?

    🇲🇱 🇲🇱 🇲🇱 🇲🇱 Nous ne voulons plus le retrait du projet de référendum nous voulons le départ de ce régime démagogue corrompu et incompétent. NOUS DEVRIONS FAIRE DÉGAGER IBK PAR TOUS LES MOYENS !! 🔫🔪🗡🛢🔨🔫🏹 🇲🇱 🇲🇱 🇲🇱 🇲🇱

  8. Il est évident que IBK est complexé face aux francais. C’est malheureusement un syndrome commun à la plus part des africains de sa génération qui ont vecu en France.

    • “Il est évident que IBK est complexé face aux francais”

      C’est vrai!!!

      I Boh Kassa ne peut bhotchi sans l’autorisation de la franSS!!!

      Ce vieux vautour vicieux voleur ventru ne fait pas confiance à sa propre armée ni police, comme tous les présidents francofous, voilà pourquoi ils aiment les bases militaires françaises dans nos pays, pour les sauver quand il le faut!
      Il a même fait venir, d’après un autre article de maliweb, des “mercenaires français” pour sa sécurité (ils les appellent agents de sécurités français, moi j’appelle un chat un chat), au moment du retour de Ras Bath!!!
      Les dirigeants africains francofous sont minables!!!

  9. IBK nous dit que nous devront être reconnaissant à le France qui nous aura sauver de l’invasion des djihadistes. Mais IBK oublie que c’est la France qui armé et poussé la rébellion contre notre pays. C’est cette mêmes France qui nous a ramené les rebelles vaincues et exilés au Burkina par les djihadistes. C’est la France qui s’est interposé entre l’armé et Kidal quand les Généraux Didier et Gamou ont pris Anefis sous prétest que des discutions vont être ouvert à Ouaga et l’armé rentrera pacifiquement après. Quand se fut le cas notre armé y a été cantonné par la FRANCE. Se fut la mêmes chose quand le GATIA avait pris la mêmes ville. C’est la mêmes France et la MINUSMA qui avaient créés à la violation de l’accord par le GATIA quand ce dernier avait pris certaines localités à la CMA; et avais mêmes ramené la CMA avec l’intervention publique d’IBK en personne. Aujourd’hui la CMA fait la mêmes chose ni IBK, ni la France et ni la MINUSMA ne dit mot. Nous autres Maliens avons bien compris qui est avec nous et qui est contre nous. Nous ne nous contenterons pas seulement de le dire haut et fort. Nous ne nous résoudrons pas a laisser la France divisée notre PAYS SANS REAGIR N’EN DEPLAISE A IBK.

  10. “Qu’aujourd’hui, on en vienne à manifester bruyamment contre un pays ami dans des termes inamicaux, n’est pas conforme à la tradition malienne. Ce n’est pas conforme à nos valeurs et civilisations. Nous ne tolérons pas ce genre de comportement”.
    Ces propos revelent toute l arrogance de ce petit sous prefet francais qu’est IBK, si vous adulez la France ennemi no1 du Mali, c est votre tabac, la liberte de manifester et de choquer pour eduquer sur l’hypocrisie de la FRANCEest aussi un droit constitutionnel que vous etes obkiger de tolerer que vous le voulez ou pas, apres tout le peuple meurtri du Mali n est il pas en train de tolerer jusqu’ici tes gaffes
    Alors fais gaff ibk

  11. IBRAHIM BOUBACAR KEITA a retrouvé sa vigueur de 1994 car un ordre lui a été donné par son maître EMMANUEL MACRON,comme celui donné par ALPHA OUMAR KONARE pour assurer la sécurité sur toute l’étendu du territoire.
    Il est brillant pour exécuter des décisions,pas pour prendre les prendre.
    Il est prêt à engager un bras de fer contre les maliens qui contestent son référendum que de l’ engager contre les bandits armés criminels assassins des hauts fonctionnaires de l’ ÉTAT.
    Le président IBRAHIM BOUBACAR KEITA a choisi son camp :celui des ennemis de la nation malienne.
    Aux patriotes de se tenir prêt pour engager ce bras de fer tout sachant que notre ÉTAT est pris en otage.
    Ibk ose continuer à dire que la France est l’ami du MALI.
    LA FRANCE N’A PAS D’AMIS,MAIS DES PARTENAIRES.
    Elle vise son intérêt,elle ne se déplace pas avec tout un armada d’armements pour faire de l’ humanisme,elle vient pour son intérêt.
    Notre président a préféré défendre celui des français,plutôt que le nôtre.
    L’ ennemi est dans nos murs.

  12. Maliens et Maliennes
    Levez-vous ! Indignez-vous ! IBK a trahi le pays. Il n’est ici que préserver et sauvegarder les intérêts de la France. Il l’a dit et clairement préciser « Dans la chaleur des tensions actuelles, j’entends également des bruits assez inquiétants. Des bruits assez inquiétants qui tendent à mettre en cause les pays alliés, notamment ceux qui furent à nos côtes quand le pays était en danger, quand la survie du pays était en cause. Qu’aujourd’hui, on en vienne à manifester bruyamment contre un pays ami dans des termes inamicaux, n’est pas conforme à la tradition malienne. Ce n’est pas conforme à nos valeurs et civilisations. Nous ne tolérons pas ce genre de comportement. Je dis aussi qu’il faut savoir quels sont les intérêts stratégiques du Mali aujourd’hui et demain dans un temps où ce pays ami et fortement engagé à nos côtes dans la mise en place du G5 Sahel dans les conditions qui ne sont pas données a tout le monde…La France est un pays ami qui doit être traite comme tel et nous y veillerons. »
    IBK est un traitre. Comment peut-on imaginer un seul instant qu’un président de la République mette en demeure ses concitoyens au profit des intérêts de la France qui tout le monde sait est à la manœuvre pour saboter et vilipender notre Mali. Comment IKB ose-t-il menacer les maliens parce qu’ils ont manifesté leur mécontentement contre la politique Française au Mali au profit des rebelles. Que Dieu se souvienne de toi et te traite selon ta traitrise !
    Maliens de l’intérieur comme de l’extérieur, levez-vous et battez-vous pour sauver ce pays. Vous n’avez pas de dirigeant qui vous aime. Il n’a cure que de lui-même et de sa famille malheureusement. Jusqu’à hier soir, je continuais encore de compter sur son patriotisme, mais avec sa mise en demeure contre les maliens parce qu’ils ont osé demander à la France de clarifier sa position dans la gestion de Kidal ! Eh Dieu, sauve-nous de cet apatride !
    Toutes les couches de la société malienne, levez-vous et battez-vous ! Si d’aventure IBK reconnaissait son erreur et revenait sur ces propos et qu’il aurait démontré qu’il aime encore ce pays, peut-être qu’on lui donnerait une seconde chance. Mais c’est la deuxième qu’il torpille les intérêts maliens aux profits de ceux de son pays, la France. Rappelez-vous qu’il avait fait libérer un brigand sur demande de la France en sacrifiant des maliens.
    Ni an dalen tora, an si baana !!!!!!!!!!! (Si nous restons couchés, c’est la vie de notre vie)

  13. Je cite ce nieme president super-hyper vampire apres ces 2 precedents AOK et pseudo-democrats super-hyper vampires aussi: “Notre devoir aujourd’hui est d’être ensemble au chevet du Mali”.
    De grace ou etiez vous quand vous etiez PM de AOK et president de l’Assemblee Nationale ATT?
    Gardez vos discours et paroles de politichiens pour vous desormais.
    1- des pays responsable comme le Senegal, un pays frere a supprime son Senat pour plusieurs raisons et cette institution etait archie inutile a savoir:le cout de fonctionnement, les partisanneries, la mauvaise gestion et j’en passe. Un autre pays hypocrite comme la Mauritanie, je parle de l’hypocrysie de son chef d’état et sa politique sous regionale, pas le peuple frere mauritanienne. Manipuler un peuple pour placer des assassins et criminels comme vous meme et vos semblables dans un senat soi disant sages du peuple avec des criminels qui ont tue, assassine et viole, ampute et martyrise….NNNNOOOONNNNNNNN.
    2- le pays en crise jamais egalee et vous voulez par vos conneries de politiques et diplomaties imposes par l’etranger surtout la France et votre lachete dans la sous regionale offrir le Mali a cadeau gratuit.
    3- ces 3 pseudo-democrats AOK, ATT et vous meme IBK, vous avez partage, viole, vole, abuse, manipule le peuple et le faconner a telle sorte que depuis 1991 nous allons de pire ne pire, pire en pire et pire en pire avec d’abord des fonctionnaires millionnaires pis AOK, milliardaires sous ATT et multi millionnaires et milliardaires sous vous meme IBK. Vous Nous avez pas asses vole, viole, abuse, arnaque, mnipule et detruit comme Ca?
    4- notre argent a distribue et donne gratuiment a des crimoinles, assasssins et bandits qui ont tue et continuent a tuer le peuple. Acheter un boeing ou vos fesses se prominent dedans en longueur d’annee. Alors l’armee a besoin d’equiements surtout aeriens.
    5- vous et votre clans de racailles de requins et crocodiles pour ne pas parler des loups, coyotes et vautours sont entrain de nous sucer encore et encore meme etant Mort “le Mali”. N’est pas assez?
    6- vos les politichiens oublient des que vos fesses sont asssis dans nos fauteuils que VOUS ETES AUX SERVICES ET DEVOIRS DU MALIBA, PAS A VOS PROPRES SERVICES ET DE VOUS SERVIR GRAOS ET FOUTRE ELE CAMP APRES.
    7- vous devez des comptes au peuple malien de AOK a Vous IBK en passant par ATT et leurs racailles de clans aussi.
    8- VOOUS, tous ces poltichiens deuis plus d’un quart siecles tant du pouvoir que de l’oppostion doivent degager maintenant. Vous n’avez fait que nous voler, nous mettrer a genoux nous tuer. Je dis bien vous tous et toutes depuis de 25 ans certains depuis GMT (POUVOIR ET OPPOATION CONFONDUS: NOUS VOULONS PLUS DE VOUS ET DEGAGEZ, FAITRS DE L’AIR, AUX DEPOTOIRS A JAMAIS)
    9- je peux en citer beaucoup plus encore…….
    10- la vraie liberte, paix et developpement ne se fera jamais au Mali sans un PRIX, UN LOURD PRIX A PAUYER COMME DANS TOUTE VRAIE REVOLUTION.

    Non le Peuple se reveille tranquillement, PLUS JAMAIS CA……

    VIVIE UN NOUVEAU MALIBA UN ET INVISIBLE

  14. Comment se mettre au chevet d’un pays que vous, vous divisiez au Nord avec le favoritisme en vers la CMA, au Centre en vous taisant sur cette situation des peuls, au Sud avec la mauvaise révision constitutionnelle dont vous tenez tant. Vous êtes le véritable diviseur du Mali sur l’ensemble du territoire. Mais, mais, mais votre régime est dans l’œil du cyclone par la même, l’ensemble du Mali. Nos soldats tombent comme des mouches et votre Présidente de la cour constitutionnelle trouve qu’il n’y a qu’une insécurité résiduelle, cela est bizarre et très bizarre de la part d’une femme dotée de toutes ses capacités se met à spéculer uniquement pour soutenir votre maudite révision constitutionnelle. IBK doit se réveiller, car cette révision plongera ce pays dans plusieurs années de crises que vous ne pourriez jamais, jamais, jamais juguler et les maliens tomberaient comme des mouches au cours de ces crises.

  15. La seule chose dont il se plaint ce sont les critiques contre la France. Donc ne vous fatiguez pas pour le faire reagir viser l’angle des interets francais c’est la seule chose qui est importante pour lui.

  16. Un petit résumé du bilan des 4/5 ans: La consternation !
    A force de scandales :
    – achat de l’avion et marché des équipements militaires, (affaires à présent non élucidées),
    – polémiques stériles face aux groupes armés qui occupent le nord (je ne négocierais pas le couteau sous la gorge, aucun rebelle armé ne se hissera à mon niveau, aucune fanfaronnade ne me fera prendre mon avion pour atterrir en zone occupée…),
    – promesses non tenues,
    – gaspillage d’argent du contribuable,
    – irresponsabilité dans la négociation avec les groupes armés,
    – gestion opaque.
    – tentative de tripatouillage de la constitution…

  17. IBK, Toi aussi tu penses que les Gens se soulèvent contre seulement un Arrêt de la cours constitutionnelle, contre la Loi ?!!!!! yoooRoooo!
    Que fais tu du contenu du Projet sur lequel la cours ne peut pas se prononcer ?
    Pourtant la loi t’autorise à aller a KIDAL , pourquoi tu n’y va pas ? alors tu viole la loi Bourama !
    Mais tu sais qu’il y’a des préalables à ton Arrivée à KIDAL, autant il y’a aussi des préalables pour aller au Referendum!!!
    Si tu es Chanceux, tu Ecouteras ton peuple………………………….. et tu le confondra pas avec l’Opposition…………….!

  18. Le Président de la Republique IBK est toujours dans sa logique de réviser la constitution. Les arguments avancés ne tiennent pas. Adapter la constitution à l’accord pour la paix? du jamais vu. Jamais le peuple dont il s’engage à défendre ne lui à investi de cette mission. Cet accord qu’il défend n’a jamais eu le quitus du peuple souverain du Mali. La paix d’accord mais qui ne passe pas nécessairement par la révision de la constitution . Aussi, IBK fait l’avocat du diable, l’accord pour la paix est conçu pour défendre les bandits armés de la CMA, alorsqu’il est ignoré des leaders de ce mouvement armés. De l’accord pour la paix, en passant par l’installation des autorités intérimaires jusqu’à son fameux projet de révision , le peuple n’a jamais été associé à ces prises de décisions qui pourtant engagent le peuple malien tout entier.

    • Démocratiquement , si vous voulez opéré une révision de la constitution , en face la majorité s’oppose et pourquoi vous insistez ? Pas pour le peuple mais pour d’autres fins personnelles. Tous les sondages attestent que la majorité rejette la révision de la constitution . Malgré cette réalité , IBK tient à sa fameuse révision . Pourquoi ? Parce que l’idée de réviser la constitution est dictée par la France qui protège la CMA.

  19. IBK tu as plonge le Mali dans le coma profond a cause de ton incompetence congenitale, ton manque de savoir faire et de vision, non tu n’es pas un conducteur d’Hommes et surtout pas un politique, tu dois partir et tu partiras car le Mali n’a pas besoin d’un noceur paresseux et vagabond.

  20. Malheur à toi IBK ! Malgré la perte de la popularité tu t’accroches au pouvoir ! Il faut savoir partir, tu veux sortir les pieds devant ?

  21. Non à l'amalgame et au mensonge comme ceux utilisés par IBK pour imposer l'accord contre le Mali

    Vous aviez utilisé les mêmes amalgames et mensonges pour faire avaler l’accord d’Alger que vous aviez signé sans consulter le Peuple. Même le MNLA s’était reféré à sa base avant de parafer l’accord.
    Mais IBK et sa bande de suppôts ont signé d’abord avant de venir nous dire que c’était la seule solution pour la paix et que ceux qui étaient contre l’accord étaient des ennemis de la paix et du Mali !
    On sait aujourd’hui que ce sont l’accord anticonstitutionnel et ses défenseurs les vrais ennemis du Mali.
    Notre devoir et celui du Peuple, c’est de nous lever pour rejeter l’accord et chasser les traîtres signataires, IBK et son gouvernement de famille.

    Si les maliens étaient des vrais républicains, IBK serait en prison au lieu de se retrouver à Koulouba.
    Clientélisme, régionalisme et sentimentalisme clanique l’ont emporté sur les principes républicains, la raison et l’intérêt supérieur du Pays.
    Un putschiste aussi incompétent que malpropre a été élu et l’accord contre le Mali a été signé pour le seul intérêt du président qui avait besoin d’échapper à la CPI suite à ses affaires mafieuses et ses scandales.

    Après la signature de ce compromettant accord devant la communauté internationale témoin, il est condamné à faire profil bas face aux vainqueur de la crise qui est la CMA.
    Le Peuple trahi et leurré découvre chaque jour une des conséquences incalculables de cette signature sans son avis.

    Une seule chose reste: soit le Peuple Souverain se soulève pour rejeter l’accord signé contre son intérêt sans le consulter, soit les maliens la ferment définitivement pour subir leur triste sort, le sort de vendus et d’éternels humiliés.

    Massalam.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here