Interview de Moussa Souma MAIGA chef coutumier Songhoi de Gao à l’issu du Forum de l’Entente organisé par la Plateforme des mouvements armés les 28, 29 et 30 Septembre 2016 à Gao

3

Bonjour Monsieur, présentez-vous s’il vous plait pour nos lecteurs

MSM : je m’appelle Moussa Souma MAIGA chef coutumier Songhoi de Gao

Monsieur pensez-vous que ce forum de l’Entente a été inclusif dans l’organisation ?

MSM : Moi je pense que ce forum dans l’organisation a été  inclusif, vous savez dans la vie aucune œuvre  humaine n’est parfaite. Il y a eu certes quelques petites ratées, cela le forum le comprend ça permet de se perfectionner pour les prochaines fois. Donc d’en tirer des leçons tout de suite.

Est-ce que toutes les communautés ont été représentées à ce Forum ?

MSM : Elles ont été presque toutes représentées, les communautés. Vous savez il n’est pas facile parfois d’organiser les choses surtout dans ces conditions où il faut que tout le monde se retrouve ; vous -même vous avez- suivi les lourdeurs avant que ça ne démarre donc ce n’est pas facile d’accorder les violons, mais je dirai qu’il a été inclusif parce qu’il est organisé sur initiative, sur intention, sur résultat d’intérêt général, d’intérêt global donc je dirai que ça a été un forum légitime et positif.

 Vous estimez que les résultats escomptés sont atteints où seront atteints à la clôture du forum ?

MSM : je dirai qu’il ya beaucoup de choses que les gens croyaient difficiles que Dieu a facilité à travers ce forum

Par exemple ?

MSM : Par exemple la réconciliation entre certains leaders et l’intéressement des populations et des communautés qui se sont approprié ce forum, donc vraiment ce forum a été une réussite.

Parlant de réconciliation, celle qui a eu lieu hier est elle à de votre point de vue une réconciliation sincère ?

MSM : je le pense car premièrement nous sommes de culture musulmane, la réconciliation s’est passée dans une mosquée, une très grand mosquée de la place ; deuxièmement nous étions tous présents aussi bien les leaders communautaires, les chefs, les notabilités que les leaders religieux, tous les responsables étaient là et ce qui étaient absents se sont fait représenter et vraiment quand les hommes entre eux acceptent d’effacer l’ardoise, de reprendre un nouveau chemin en se donnant la main à la suite d’excuses acceptées entre eux en se serrant la main en prévalant pour l’avenir la concertation, le vivre ensemble pour l’intérêt supérieur de nos communautés, pour l’intérêt supérieur de notre nation, à cause de Dieu, à cause de Dieu tout puissant, moi je dirai que c’est une réconciliation sincère ?

Mais vous savez que dans la vie tout ce que l’on fait a besoin de suivi, cet accompagnement demandé, je pense qu’il faut les accompagner sur ce plan, c’est de très bonnes intentions. Les leaders que nous avons rencontré hier je dirai, ont laissé tomber la politique, l’histoire du Gorgias et du Dallas qui sont des histoires de trahisons et de manque de confiance. Ils se sont serrés la main, en regardant dans la même direction pour un avenir meilleur.

Selon vous cette réconciliation nous mènera t-elle vers la Paix des cœurs et des esprits ?

MSM : cette réconciliation nous mènera bien sûr la paix, vous savez Gao est qu’à même le point focal du Nord de notre pays, cette entente dans Gao doit être le moteur des Accords de Paix et de Réconciliation issu des pourparlers d’Alger. Tant que Gao ne se retrouve pas, tant que Gao ne s’approprie pas cet Accord, tant que Gao ne comprend pas qu’il faut être ensemble, il ne peut pas y avoir d’accord, ni de paix, ni de réconciliation. Et moi à ce niveau, je suis très très optimiste.

Ce forum va-t-il contribuer a préparé les communautés pour une Justice transitionnelle ?

 

MSM : la justice transitionnelle, vous savez je suis Président d’un cadre de concertation des organisations de la société civile de Gao pour la justice transitionnelle, je sais bien ce que c’est. Dans tous les accords précédents, si vous prenez la rébellion de 1963 en faisant un peu l’historique des conflits au Mali et les mécanismes de gestion y afférents, il y a pas eu de justice transitionnelle.

Vous savez la Justice transitionnelle est le moteur d’une paix et d’une Réconciliation nationale. Sans elle, il n’y a pas de Paix et de réconciliation. Il est très simple de le faire comprendre au citoyen lambda. Je n’irai pas très loin techniquement mais, la Justice transitionnelle se base sur la Vérité, la Justice, le Droit à la réparation et la Garantie de non récurrence, c’est cela la gestion de n’importe quelle situation conflictuelle ; s’il n’y a pas cela, il ne peut y avoir de paix, le conflit ne peut finir.

Est-ce que les questions de réinsertion socioéconomique des ex combattants ne contribuent pas à la prolifération des armes légères ?

MSM : Je dirai que c’est la situation que nous avons vécu depuis 2012 qui a favorisé la prolifération des armes légères, la réinsertion c’est le meilleur boulevard pour absorber ces armes qui sont proliférées dans la nature, favorisant ainsi l’instauration d’un climat de paix sociale, de lutte contre le banditisme ; cela permettra d’éviter l’amalgame parce qu’il ya un certain amalgame. Donc la récupération des armes c’est une très bonne chose et  puis il la faut. Je crois que nous sommes sur le bon chemin, nous, nous avons eu le meilleur accord qui soit. Il a prit en compte tous les problèmes que la nation peut avoir, qui sont d’ordre institutionnelle, juridique, socio économique, politique,   culturel et sécuritaire.

Moi je dirai même que cet accord est le meilleur, l’unique alternative pour que notre pays se retrouve.

 Croyez-vous sincèrement que la situation à Kidal joue sur les autres régions du Nord notamment Tombouctou et Gao ?

MSM : Bien sûr que ça joue la dessus, c’est pour cela que je disais que cette rencontre de Gao est un élément essentiel dans la résolution du problème de Kidal car une fois que les communautés songhoi se retrouvent elles se rendront compte qu’elles ont un rôle important dans la résolution du problème de Kidal.

Vous savez, ce qui est malheureux dans la gestion de l’évolution de cet Accord, qui est un compromis et qui a demandé à chacun un dépassement de soi-même, les mécanismes socio culturels n’ont pas été mis en première séance. Nous sommes un pays de vraie culture, très divers ; mais, si vous regardez au sein de cette diversité la culture est presque la même au niveau de toutes nos communautés, nous devions beaucoup exploiter cela et moi je dirai que le meilleur tremplin que nous ayons pour absorber ce problème, c’est les mécanismes socio culturel à eux vient s’adjoindre le mécanisme institutionnel.

Sinon le problème à Kidal, il agit sur Gao, il agit sur Tombouctou, il agit sur Ségou, il agit sur la nation par extension sur toute l’Afrique et sur le monde entier;

Il y a beaucoup de choses dans ce conflit. Le Mali vient de loin. Les crises, elles sont d’ordre soit politique, soit sociale, soit économique soit religieuse mais le malheur que le Mali a eu est que notre crise est d’ordre multi dimensionnelle, tout cela se retrouve en même temps dans la corbeille. Dieu merci il n’y a pas eu trop de dégâts, prenons les choses en mains, essayons d’éviter le pire, gérons le problème, ayons de la pro activité, gérons les choses avec velléité, faisons du suivi et évaluation dans tout ce que nous entamons. Concertons-nous et je crois que nous pouvons nous en sortir.

Vous venez de dire concertons nous est ce que vous insinuez par là qu’il faut organiser beaucoup d’autres forums ?

MSM : Dans de telles situations une seule rencontre n’a jamais tout entamé, il faut une suite dans les choses ; c’est pédagogique, mais il l faut. On doit organiser beaucoup de forums surtout dans les régions du Nord pour que ceux-ci se retrouvent et je sais que les frères du sud suivront sans problème.

Président, les frères du sud pensent que trop de forums sont organisés au Nord, ne faut il pas sensibiliser les frères du sud aussi ? Ne pensent ils pas que le Nord est un problème à part ?

MSM : moi je pense que les forums il y en a eu beaucoup peut être, mais ils ne sont pas de même nature ni de même qualité. Ils ont la même portance et c’est à cela que nous devons beaucoup veiller. Nos frères du sud savent que c’est surtout au nord que le torchon brûle et par extension c’est rentré dans le centre et un foyer il faut l’éteindre au départ, ne pas attendre que ça se propage pour essayer de l’éteindre. Donc, qu’ils nous comprennent ; et qu’ils nous assistent par des prières. Nous, nous savons qu’on ne peut rien faire si ce n’est qu’avec eux, collégialement ; parce que ce pays, il nous unit tous. Nous sommes dans ce pays comme les membres d’un même corps ; donc qu’ils aient beaucoup de patience, beaucoup de sérénité, de calme, et que nous agissons avec la raison et la communication entre nous. Je crois qu’en ce moment nous pouvons traverser cette crise la tête haute.

Avez-vous un appel à lancer aux Partenaires techniques et Financiers, à l’Etat malien et aux communautés dont vous êtes un leader

 MSM : Aux PTFs et à l’aide Internationale je dirai que nous sommes beaucoup reconnaissants de ce qu’ils sont entrain de faire. Nous leur demandons de toujours continuer à aider le Mali, de nous assister, nous savons combien notre problème leur tient à cœur et qu’ils ne se découragent pas, qu’ils continuent à rester à nos cotés pour que nous puissions sortir de ce problème, sinon ce problème risque d’être d’ordre international ce qui n’est pas bien pour tout le monde. Ça je sais qu’ils l’ont compris. J’attends beaucoup de rencontres sur ce plan. Ils sont entrain de beaucoup faire. Communiquons, organisons beaucoup de séances de communication.

A l’Etat malien je demanderai de saisir l’opportunité que lui offre la communauté internationale car c’est le départ pour un nouveau Mali. Nous attendons le soutien de la communauté internationale pour la restauration de l’Etat et pour la sécurité.Aux communautés, je leur demande de s’approprier l’Accord de Paix et de Réconciliation Nationale issu du processus d’Alger et de savoir que nous devons préserver l’essentiel. Le Mali c’est à nous et à nous de le bâtir car personne ne le fera sans nous.

Mon dernier mot est un mot de remerciement envers vous les médias, votre rôle est capital et je compte sur vous pour faciliter la communication, inviter à la paix et ne pas inciter à la violence et surtout de promouvoir des espaces de communication.

Honorable Moussa Souma MAIGA, Merci.

Réalisé par Hamidou El Hadji TOURE

Malimédias

 

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Bon voyez, au moment où l’on parle de réconciliation, y’a des bâtards qui eux, créent des groupes d’autodéfense, mais quand est-ce que ça va finir? On a l’impression qu’au Mali, y’a que les Touaregs qui font la loi. Mais, d’autres Touaregs sont là, tranquilles, hallal, ne font du mal à personne, vivent normalement entre eux, avec les autres, mais on ne comprend rien avec les autres. Ils prétendent qu’ils ont été exclus du processus, et nous autres? Nous avons été exclus aussi, mais laissons les autres faire la paix. Mais bourdameys-là, vous voulez quoi au juste? Y’a quoi même? Même chez nous abidjan mainan-là, y’a la paix unpé un pé. Mais vous-là, c’est palabre selma vous content. Héee ça c’est quel façon l’homme ça. Esqué palabr là c’est mangé et pi on contan ça. Fo pitié vous mêm padon. Fo prezden ki é là là, il fait quoi même? FO tip là. ça là cé pa gaçon mêm

    • la rebellion – c’est manger, c’est comme les differentes oppositions au gouvernement en periode de crise….quand on parle d’union sacree, il ya des egoistes qui pense a se servir si pas tt suite then in future, so they start right now making troubes….

  2. Mr Maiga, je vous remercie pour vos mots sages! Le Mali sortira definitivement de l’impasse si nous arrivons a’ realiser les points suivants:
    1- Favoriser la reconciliation nationale au detriment du cercle vicieux des revanches
    2- Partager equitablement le pouvoir
    3- Ecouter attentivement les pays freres et amis, les organisations internationales et les grands decideurs internationaux comme la France et les USA.

    INCHALLAH LE MALI S’EN SORTIRA!!!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here