Le Secrétaire général adjoint de la Fédération nationale des syndicats et conducteurs routiers du Mali, s’explique à MALI DEMAIN : « Nous ne sommes plus prêts à accepter des autorités qui ne respectent pas les loi de ce pays !»

1

 

Harouna konaté

Dans un entretien exclusif, le secrétaire Général adjoint de la fédération Nationale des Syndicats des Transporteurs Routiers du Mali, M. Harouna Konaté, explique les raisons profondes de leurs débrayages, évoque sans ambages leur mise en garde contre le Ministre dans la mise en place d’un nouveau bureau à la CCIM en violation des textes de cette organisation. Lire l’entretien réalisé par Bokari Dicko.

Mali Demain : Quel bilan faites-vous de la journée de grève d’hier ?

M. Harouna Konaté : La grève a été une réussite à 98% par ce qu’à part les taxis, tout le monde a respecté notre mot d’ordre. Même dans les régions, la grève a été suivie. Les taxis qui ont circulé ne représentent pas 2%. Mais nous faisons avec ceux-ci.

Mali Demain : Pour quoi partez-vous en grève maintenant malgré la grave crise que vit notre pays ?

« Si ça ne va pas au nord, ça ne va pas au sud non plus ! »

M. Harouna Konaté : Si ça ne va pas au nord, ça ne va pas sud non plus à cause des tracasseries routières qui dépassent leurs limites. Qu’il s’agisse des patrouilles, de la Gendarmerie, de la Police, tous nous fatiguent. A titre d’exemple à Sévaré, les agents font décharger un camion-remorque arguant qu’il contient des marchandises suspectes. Le chauffeur est obligé de payer 15 000 FCFa pour éviter de tels déboires du déchargement. C’est fort de tous els griefs que nous avions décidé que la situation ne pouvait pas continuer. Il faut ces tracasseries cessent.

Mali Demain : Que comptez-vous faire aujourd’hui, second jour de grève ?

« Nous sommes prêts à atteindre les 100% aujourd’hui »

M. Harouna Konaté : Nous sommes prêts à atteindre les 100% aujourd’hui en sensibilisant nos camarades, surtout ceux qui ne sont pas dans les comités. Ceux qui circulent sont des taxis qui ne sont pas membres des comités. Cette grève est une occasion de mettre de l’ordre dans notre secteur. Ceux qui ne respecteront pas nos consignes, n’engagent qu’eux parce que les avantages quid écouleront de notre combat, ils en bénéficieront. Donc, aujourd’hui, nous visons d’atteindre les 100% de réussite malgré que nous ayons rencontré les Directeurs généraux de la Police et de la Gendarmerie.

Mali Demain : On parle aussi que l’un des objectifs de votre grève, est le problème crée à la CCIM avec la mise en place d’un nouveau bureau. Que répondez-vous ?

M. Harouna Konaté : Cette mise en place de ce nouveau bureau, ne nous engage pas parce que nous l’avions fait part au Ministre de l’Industrie et du Commerce en son temps parce que nous sommes derrière la loi. Et pour cause, nous luis avions dit qu’entre deux cessions, la loi dit que c’est le bureau sortant qui devra gérer les affaires courantes. Nous lui avions signifié que sa décision ne fait pas le poids devant la loi. Et en conséquence, nous lui avions signifié que s’il procédait ainsi, nous irons en grève. Et c’est ce qui se passe actuellement.

Mali Demain : Pourquoi, vous n’avez pas attendu le jugement de la Cour Suprême du 06 décembre prochain sur cette affaire pour aller en grève de la sorte ?

« Nous en sommes pas au courant de la date… »

M. Harouna Konaté : Nous ne sommes pas au courant qu’il y a procès ce 06 décembre. Je veux dire que nous n’étions pas au courant de la date. Seulement, nous avions mis en application notre mis en garde au Ministre de l’Industrie et du Commerce.

Mali Demain : Après cette journée, avez-vous été approché par les pouvoirs publics ?

« Aucune autorité n’a daigné nous contacter »

M. Harouna Konaté : Aucune autorité n’a daigné nous approché à part le Directeur Général de la Gendarmerie qui nous appelé.

Mali Demain : Sur quoi a portée votre rencontre ?

« La rencontre a été bénéfique »

M. Harouna Konaté : La rencontre a été bénéfique puisque le patron de la Gendarmerie a promis qu’il se battra pour que cessent les tracasseries au niveau de son corps. Idem pour le directeur Général de la Police. Tous ces hauts cadres des forces de sécurité de notre pays se sont engagés à faire cesser les tracasseries dont nous sommes victimes.

Ce que vous déplorez, c’est que depuis le 14 novembre que nous avions déposé notre préavis de grève. Ce n’est que le 27 novembre que nous avions été appelé à la négociation malgré que les décideurs se sont débinés laissant leurs fauteuils vides envoyant leurs conseillers qui en peuvent prendre aucune mesure idoine de sortie de crise.

Mali Demain : Est-ce à dire que votre objectif primordial, c’est la démission du Ministre de l’Industrie et du Commerce et le Premier Ministre ?

« S’ils ne respectent pas la loi… »

M. Harouna Konaté : S’ils ne respectent pas la loi, ce n’est pas la peine qu’ils restent à leur place. Nous ne sommes plus prêts à accepter des autorités qui ne respectent pas les lois de ce pays !

Mali Demain : est-ce à dire que s’ils mettent fin aux tracasseries routière, remettre le bureau de CCIM à la place, vous arrêterez vos débrayages ?

« Si les lois sont appliquées… »

M. Harouna Konaté : Si les lois sont appliquées, nous n’avons pas à nous plaindre. En clair, si les textes sont appliqués, nous sommes prêts à suivre nos autorités. Dans le cas contraire, nous le faisons savoir par nos débrayages.

Mali Demain : Avez-vous un appel ?

« …nous programmerons prochainement d’autres débrayages… »

M. Harouna Konaté : Même si les autorités prennent des dispositions pour faire cesser les tracasseries et que le problème de la CCIM n’est pas réglé, nous programmerons très prochainement des débrayages avec les commerçants.

J’aimerai que tout le monde respecte la loi. C’est cela notre casse-tête chinois par ce que le Mali est un pays de droit. Il faut els autorité respectent la loi.

Propos recueillis par Bokari Dicko

PARTAGER

1 commentaire

  1. MONSIEUR LE JOURNALISTE VOTRE JOURNAUX NE MERITE PAS DE PORTE LE NOM MALI DEMAIN.CAR LE MALI DEMAIN DOIT CHERCHE A UNIR LES MALIENS ET NON LES DIVISE.VOILA UN MONSIEUR QUI A UN VENTRE PLEIN DE LA CORRUPTON.S’IL YA UN NON RESPECT DE LA LOI C’EST BIEN VOUS LES TRANSPORTEURS CE GOUVERNEMENT NE VOUS AIDE PA DANS VOS PROJET.. LE PREMIER MINISTRE VA JAMAIS DEMISSIONER KE CELA SOIT CLAIR

Comments are closed.