Les canadiens au secours de l’école malienne : 30 000 livres destinés à l’enseignement supérieur

0

Dans un entretien qu’il a bien voulu nous accordé, le directeur de l’organisation des Maliens résident au Canada et non moins attaché au consulat du Mali au Canada, Zakaria Zan Touré, aborde plusieurs sujets brulants de l’actualité, notamment la question de  la participation des Maliens de l’extérieur au développement socioéconomique du pays, la démocratie malienne, le bilan du président ATT  à la tête de l’Etat et  le bureau du vérificateur général… 
 
MA PATRIE :    Qu’est ce que vous pensez de la démocratie malienne en tant que Malien résident à l’extérieur ?
M.TOURE : je pense que nous sommes sur la bonne voie.  Il  y a certes des lacunes, comme la faible participation  des peuples dans la construction d’un Etat de droit véritable, nous sommes quand même dans une très bonne dynamique.
 
MA PATRIE : Quel est l’apport des Maliens résidents au Canada dans le développement de notre économie ?
M.TOURE : Le Canada est un pays où les expatriés maliens tissent beaucoup de relations entre eux et participent à la construction nationale à travers beaucoup de donations de livres, de médicaments et d’autres articles. Et nous mettons en relation les opérateurs économiques canadiens avec ceux du Mali.  En, plus nous participons à tous les débats de la République à travers l’association des Maliens de l’extérieur. Egalement, les Maliens qui sont au Canada envoient de l’argent aux parents qui sont restés au pays. Ce n’est pas seulement de l’argent, ils travaillent beaucoup avec les pouvoirs publics. Nous avons des professeurs émérites comme le Dr Maguiraga qui a initié le projet de NBA à l’université, c’est-à-dire former des cadres maliens. Ceci est un grand pas  car la majeure partie des cadres formés aujourd’hui sont les fruits de ce projet.

MA PATRIE : Malheureusement, on constate le blocage des dons dans les ports de transit (Dakar, Guinée..). Quelle est la responsabilité de l’Etat dans cette situation déplorable ?
M.TOURE : Ce n’est pas l’Etat. Il y a une procédure à suivre quand les Maliens reçoivent des dons. Nous avons beaucoup de dons qui sont acheminés au niveau du consulat. Il faut que les dons soient exempts d’impôts. Le problème est que ceux qui reçoivent les dons ne veulent pas participer aux frais d’envoi. Donc , nous sommes obligés au consulat de nous organiser le plus souvent pour récolter de l’argent de gauche à droite si minimum soit-elle, souvent on prend attache avec les sociétés  évoluant au Mali pour nous aider à acheminer les dons. Ce n’est pas facile, mais aujourd’hui, je dirai que nous sommes à plus de 500 millions de donations sans exagération. Ce chiffre concerne seulement les deux dernières années, on ne parle pas des années antérieures, donc c’est un créneau non-négligeable. C’est l’occasion pour moi de lancer un appel aux acteurs politiques d’ouvrir un œil sur les donations en provenance du Canada. Il peut y avoir des livres, des ambulances, des équipements pour le maintien d’ordre … Au moment où je vous parle, 30 000 livres destinés à l’enseignement supérieur attendent d’être acheminés pour l’université de Ségou. Le Canada est un pays légendaire qui vient constamment en aide aux pays en voie développement. Donc, c’est un créneau qu’il faut voir, cela peut aider nos campagnes, nos villes…

MA PATRIE : Quel regard portez-vous sur le bilan du Président ATT en tant que malien résident au Canada ?
M.TOURE : le bilan du président ATT est honorifique. Nous, en tant que Maliens résident au Canada, sommes très satisfaits. Je citerai quelques exemples dont le  président ATT s’est inspiré du Canada qui font avancer la démocratie Malienne tel le bureau du vérificateur, qui est parti du Canada, la Direction Générale des élections entre autres. Par ailleurs, le Canada participe énormément au niveau de ces différentes structures avec l’appui financier. Bref, le bilan du Président ATT est très positif. Nous avons senti en venant ici souvent qu’on a amorcé un élan de développement notamment les infrastructures et nos villes ont changé de visage ; elles se sont embellies surtout à l’intérieur du pays. Nous avons des routes qui ont complètement désenclavé et facilité l’acheminement des vivres et autres transactions. Les grands axes routiers sont ouverts, les chantiers ne sont pas finis, surtout les logements sociaux que les Maliens de l’extérieur ont bénéficié. Donc, ATT est un travailleur acharné qui avait une vision pour le Mali. En somme, nous sommes vraiment satisfaits. II a fait ce qu’il peut et c’est aux autres de continuer l’œuvre entreprise.

MA PATRIE : Parmi les candidats déclarés ou annoncés, lequel pourra continuer l’œuvre d’ATT ?
M.TOURE : Nous voulons que le président ATT passe le flambeau à quelqu’un qui puisse continuer son œuvre. Je pense que ce n’est pas la tête d’un candidat qui m’importe, mais plutôt ce qu’il peut faire pour le pays. C’est très important en matière de démocratie et de développement. Nous les jeunes maliens au Mali et à l’extérieur, on doit scruter à la lettre le programme de chaque candidat avant de nous prononcer. Je crois que c’est fini le « temps de l’amateurisme politique ». Je pense à l’éducation, à l’emploi  et à tant d’autres secteurs prioritaires.  Nous ne  voterons pas en faveur d’un candidat qui ne nous propose pas une sortie de crise. La multitude de candidatures est une bonne chose si elle propose une multitude de programmes pour qu’on puisse faire le meilleur choix.

MA PATRIE : Quelle comparaison pouvez faire entre le bureau du vérificateur au Mali et celui du Canada ?
M. TOURE: Vous savez que les institutions maliennes et celle du canada ne sont pas pareilles. On a essayé d’adopter une structure sur un terrain particulier. Nous sommes une jeune démocratie. Le bureau du vérificateur date de sept ans seulement au Mali, or au Canada il date de plusieurs années. Certes, il y a des similitudes à savoir  le dépôt annuel d’un rapport, mais il faut préciser que le vérificateur n’est pas un policier. En fait, l’objectif du bureau du vérificateur est très mal compris par les Maliens. On a instaure un vérificateur pour qu’il ait l’œil sur la gestion des finances publiques. Comment l’améliorer ? Certes, on a des lacunes voici les pistes de sortie. On aurait pu sauver de l’argent dans tel ou tel domaine mais voici ce qu’on a été dépensé. Vous savez, le bureau de vérificateur doit venir en complément à d’autres structures de contrôle qui existent déjà au Mali comme la Cellule d’appui aux structures de contrôle de l’administration (CASCA) par exemple. Parallèlement au Canada, chaque année le vérificateur dépose son rapport à l’Assemblée Nationale qui critique. S’il y a une défaillance dans tel ou tel domaine c’est à l’opposition d’en faire une arme contre le parti au pouvoir. Donc, le vérificateur donne des outils à l’opposition à travers son rapport. Mais, il ne sanctionne pas. Plutôt, il attire l’attention sur les structures qui sont mal gérées.

MA PATRIE : Votre mot de la fin ?
M.TOURE : Vous savez, notre pays est à un tournant décisif et 2012 est très proche. Nous allons changer le président de la République, il y a des grands chantiers qui ont été lancés par le président de la République ATT à qui je rends un vibrant hommage. Je dirai que la jeunesse malienne de la diaspora est fière de l’œuvre qu’il a accomplie. J’invite la jeunesse à participer pleinement au débat politique, car elle constitue l’avenir de ce pays.
Propos recueilles par Mamadou Kanté

Commentaires via Facebook :

PARTAGER