L’humoriste comédien ivoirien Agalawal à propos de la crise malienne: ” Les occidentaux qui ont pour missions de régler nos problèmes, souhaitent en même temps que cela perdure…”

2
Kra Kobenan Kouman Ignace alias ” Ambassadeur Agalawal “

Kra Kobenan Kouman Ignace alias ” Ambassadeur Agalawal ” est un humoriste, comédien hors pair. Il  s’est frayé un chemin dans le monde de l’humour ivoirien et même international. Mais cela n’a pas été facile. De difficulté en difficulté, il s’est distingué comme la révélation humoristique ivoirienne de l’année 2009, grâce à une émission sur la chaine nationale ivoirienne. L’homme que nous avons rencontré est svelte,  avec  1 mètre 67 pour  58 kilos. L’aspect sérieux qu’il présente contraste fortement avec le comédien qu’on connaît. Hors scène, on a du mal à reconnaître l’homme.  Invité du mois dans l’émission de téléréalité Africa comedy sur Africable, il nous a accordé un entretien, dans lequel il nous parle de ses projets, ses appréhensions sur la comédie malienne et ses sentiments par rapport à la crise qui sévit au Mali.

L‘Indépendant Weekend: Qu’est ce qui fait l’actualité d’Agalawal ?

Je suis dans ma  série de tournées. Je suis aujourd’hui au Mali, après ce sera le Niger, puis Paris et je retourne à Abidjan.

 

Pouvez-vous nous relater en quelques mots votre parcours ?

Après mes études secondaires au lycée moderne de Grand-Lahou, je me suis  inscrit à l’université de Cocody, où je suis sorti avec une maîtrise en anglais. Je ne suis allé à aucune école de théâtre. Il m’a fallu faire la courbette auprès des aînés pendant des années. Par amour pour la chose, j’ai accepté les humiliations, jusqu’à ce qu’arrive ”Bonjour 2009”,  une émission de la Radio Télévision Ivoirienne  (Rti). C’est une phase importante de ma vie car cette émission a permis aux Ivoiriens et au monde entier de me connaître.

D’où vient le pseudonyme Agalawal ?

Agalawal, est une déformation du nom du footballeur international nigérian Garba Lawal. Comme j’aimais bien jouer au foot et que je ne pratiquais pas bien ce sport, on m’avait donné un nom de footballeur professionnel. Un grand frère du quartier avait pris l’habitude, sous forme de moquerie de m’appeler Agalawal, en pensant au joueur nigérian Garba Lawal.

Agalawal qui passe de l’humour à la chanson, est ce de la dichotomie ?

Non, c’est une suite logique, car l’art est très large dans son sens et on ne peut pas épuiser totalement son contenu, car  dans l’art il y a tout. Moi je veux être un artiste complet. Alors il ne faudrait pas que vous soyez surpris d’entendre un jour que Agalawal est devenu un peintre ou bien que je fais de la danse contemporaine etc. tout ca entre dans le registre de l’art.

Pensez- vous avoir des aptitudes pour vous lancer dans la chanson ? Si oui de quelle trempe ?

Ca dépend de la où on se situe. Je pense que de nos jours on n’a pas besoin de trop se casser pour chanter. Les Dj par exemple n’ont pas besoin de norme classique ou convenable à la musique. Moi c’est juste une parodie. Je ne me positionne pas comme chanteur, mais j’essaye de caricaturer un peu la nouvelle manière de chanter en Côte d’Ivoire. Car il y a une nouvelle vague de chanteurs  de nos jours à Abidjan que nous appelons des ” faiseurs de bruit “. Des gens qui n’ont aucune connaissance du rudiment de la musique et qui se disent chanteurs. Alors je me dis que si pour se qualifier de chanteur, il suffit de faire le bruit, nous tous nous savons le faire.

C’est par ironie alors ?

Oui, mais si en même temps ca me permet de vivre tant mieux (rires).

Nouvellement arrivé dans la comédie, est-ce que ce métier nourrit son homme ?

Oui, tout travail nourrit son homme. Il suffit de prendre au sérieux ce que nous faisons, puis suivra le rendement. L’art peut pleinement nourrir son homme en Afrique.

Comment jugez-vous la comédie malienne et avez-vous un comédien malien qui vous a marqué par son style?

Oui je travaille beaucoup avec les comédiens maliens et je compte même approfondir cette relation. Nous travaillons à distance, car nous sommes sur plusieurs  projets. ATT Junior franchement est une fierté pour le Mali. Ses spectacles sont à l’image des spectacles des comédiens internationaux. Il est vraiment pétri de talent et c’est vrai que l’homme n’est jamais parfait, il faut toujours de la perfection. Mais moi déjà à ce niveau je  trouve très plaisant ce qu’il fait.

Un mauvais vent souffle sur l’Afrique avec des mouvements un peu partout. Après la Côte d’Ivoire, c’est le Mali dans la sous-région. Quels sont vos sentiments par rapport à la crise malienne ?

Je suis la personne la mieux placée pour véhiculer un message au peuple malien par rapport à cette crise. D’abord parce que je suis un diplomate ” Ambassadeur “, mais aussi  parce qu’étant ivoirien, j’ai vécu la même crise. Ce qui est malheureux c’est que cela finit toujours au détriment du peuple innocent. Je m’adresserai surtout à la jeunesse malienne de se ressaisir, car l’avenir de ce pays est entre ses mains.

Aux politiques, je leur demanderai  de cultiver la paix, de mettre en avant le dialogue, qui a longtemps été un atout dans la gestion de la crise dans ce pays  et surtout de rester modérés. Qu’on fasse ce qui est dans l’intérêt et l’avenir du Mali. Les décideurs généralement ne sont pas là pour assumer, d’autant plus qu’ils disparaissent lorsque la guerre éclate. Et comme je le disais c’est le peuple qui écope.

Les partenaires internationaux du Mali se battent pour que ce pays retrouve sa paix d’antan. Pensez-vous que cela soit sincère ?

Les occidentaux qui ont pour missions de régler les problèmes en Afrique souhaitent en même temps que cela perdure. Sinon comment l’Onu par exemple fonctionnera, d’autant plus qu’elle vit de nos problèmes. S’il n’y a plus de guerre, c’est clair qu’elle ne fonctionnera plus. Voilà comment les occidentaux et l’opinion internationale se foutent de nous. Si on continue à les suivre dans leur logique, on va s’entretuer et ils vont se nourrir sur notre dos. Donc on a intérêt à arrêter de se faire manipuler, tout en mettant d’abord fin à nos querelles internes.

       Clarisse NJIKAM

cnjikam2007@yahoo.fr

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. …”Les occidentaux qui ont pour missions de régler nos problèmes,”…

    J’ai honte d’être Africain!!! Voila qui résume et illustre à merveille cette mentalité irresponsable et assistée de beaucoup trop d’Africains: Nos problèmes, ce sont les blancs qui ont “pour mission” de les résoudre!!! Pour ceux qui n’auraient toujours pas compris pourquoi avec le continent le plus riche de la planète, nous restons toujours les derniers dans tous les domaines 50 ans (!…) après nos indépendances!

    Tous les pays du monde se battent pour résoudre leurs propres problèmes et tenter d’avancer, nous, pays africains, on s’assoit à l’ombre des manguiers et on attend que le blanc le fasse pour nous!… Normal: C’est sa mission! Pitoyable!…

Comments are closed.