Maïmouna Traoré promotrice de «Made in Mali» : «Réussir à développer une entreprise fait partie de mes ambitions»

1
Maïmouna Traoré
Maïmouna Traoré

Dotée d’un rigoureux esprit d’entreprenariat hérité de son humble père, Traoré Maïmouna se définit comme une personne dont la philosophie d’entreprise est basée sur le respect de l’autre. La jeune femme malienne de 23 ans, partage avec nous ici les préparatifs du lancement de sa marque de vêtement «Made in Mali»  au sein de la mythique ville ocre du Maroc : Marrakech. Créer de l’emploi au bénéfice des plus démunis de son pays en introduisant la mode éthique au Mali, telle est la finalité de «Made in Mali»,  une initiative de TRAORE Maïmouna avec du prêt-à-porter de luxe constitué uniquement de matières nobles et écologique à l’instar du lin et du coton. Les tissus utilisés sont assez luxueux en plus d’être confortables et élégants.

 

 

Pouvez-vous nous présenter votre parcours et votre entreprise ?

 

Maïmouna Traoré : Mon parcours est orienté vers la création d’entreprise allié à une réelle passion de l’action humanitaire. Dès l’âge de 10 ans, Je m’amusais à tricoter des petits torchons, à confectionner des barrettes, à coudre des tabliers de cuisines, à faire des bracelets de perles ou même à dessiner par moment des robes ou modèles qui me traversaient l’esprit. Je prenais toujours du plaisir à rester tout près de ma mère lorsque celle-ci lisait des magazines de mode. De même, le fait d’avoir grandi aux côtés de cette Dame extrêmement élégante et chic va beaucoup influer sur mes choix et visions. Toutefois, ce n’est pas pour autant que je ferais des études de stylisme car parmi mes nombreux projets, un d’entre eux semble me tenir particulièrement à cœur : c’est celui de pouvoir voyager un peu partout dans le monde et de venir en aide aux plus démunis.

 

 

Alors après mon Bac, je me suis rendue au Maroc pour des études de Droit. Au terme d’une licence en Etudes internationales, j’ai décidé de continuer avec une spécialisation en Droits de l’homme et libertés publiques. En parallèle à mes études, j’ai commencé par travailler dans l’un des palaces les plus luxueux du Maroc, pour ne pas dire le plus luxueux : l’Hôtel SELMAN Marrakech. C’est dans cet établissement que mes idées vont se fixer peu à peu avec notamment la rencontre de ce que j’appelle ma deuxième famille, celle de mon Papa Abderrahmane Bennani Smires et de ma Mamita Bennani, deux personnes d’exception, avec lesquels je vais découvrir cette magnifique alliance du luxe et de la sobriété. Continuant à écrire encore et encore des projets allant dans le sens de mes aspirations, j’ai décidé un jour de me lancer dans un projet à travers lequel je ferais non seulement quelque chose qui me passionne mais surtout le plus important, je rendrais service à ma chère Patrie en contribuant à l’amélioration des conditions de vie de ne serait-ce qu’une petite partie de la population malienne. Voici un peu comment est né le projet de création de la marque  «Made in Mali».

 

 

Pourquoi avez-vous décidé d’entreprendre aussitôt ?

Entreprendre à 23 ans au lieu de suivre un parcours professionnel classique, me permet de concrétiser mes projets et les idées emmagasinés depuis mon enfance. Mais l’ambition n’est pas absente de ma démarche, j’ai en modèle de nombreuses «Success story», réussir à développer une entreprise au fort rayonnement international fait toujours partie de mes ambitions.

 

 

Quels ont été les plus grands obstacles que vous avez rencontrés lors de la création de votre entreprise ?

Sans hésitation : la crédibilité et comment faire en sorte que mes interlocuteurs me prennent au sérieux. Une autre difficulté, interne à moi-même celle-là, admettre que dans une société le dirigeant est avant tout un chef d’orchestre, censé organiser en déléguant le plus possible, j’ai tendance à tout vouloir faire par moi-même (rires).

 

 

Quelles ont été vos plus grandes réussites jusque-là ?

Sans nul doute, la création de ma propre marque de vêtements et d’accessoires  avec un concept unique et original.

 

 

Comment voyez-vous l’avenir de Made in Mali ?

L’avenir de «Made in Mali», c’est la diversification de nos offres et l’authenticité de nos produits. Nous œuvrons, mes partenaires et moi-même, dans ce sens.

 

 

Comment arrivez-vous à manager votre équipe malgré votre jeune âge ?

Avec respect et rigueur, mes collaborateurs, fournisseurs et partenaires qui travaillent avec moi, contribuent à la réussite de la société de demain. Je respecte donc leur travail et leurs compétences de façon réelle et sincère. Une relation de confiance s’est ainsi établie entre mes collaborateurs et moi-même.

 

 

Quels conseils pourriez-vous donner aux lecteurs pour la création d’une entreprise en tant que jeune entrepreneur ?

Vous voulez créer ? Votre idée vous semble excellente mais votre entourage vous en dissuade, car ce n’est pas le moment, pas la bonne conjoncture ; vous êtes trop jeune, trop ci, pas assez ça !… Ecoutez, analysez… mais si votre projet vous paraît toujours réaliste, alors allez-y, foncez ! Une autre suggestion, avant chaque décision, prenez bien le temps de la réflexion. Lorsque l’on est jeune, on peut parfois être impatient de réussir, restez nuancé afin de ne pas sombrer dans la précipitation.

 

 

Si vous deviez revenir quelques années en arrière, choisiriez-vous la même orientation ?

Sans la moindre hésitation. J’aurais mis vraisemblablement des années dans un parcours professionnel classique pour acquérir les connaissances que l’entreprenariat m’a permis de maîtriser en seulement quelques mois.

 

Safiatou THIAM

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.