Miss Mali France, Asta Camara, à propos de la crise malienne :  » Les médias internationaux en disent trop sur la situation sécuritaire au Mali… »

3 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Pour son premier voyage au Mali après son sacre le 30 novembre dernier en France, la Miss Mali France, Asta Camara a lors de son séjour, animé une conférence de presse dans le but de se présenter au peuple malien. Elle a  assisté Miss Ortm Mali 2012, Zalihatou Maïga dans l’organisation de la soirée dédiée à la paix au Mali. Elle a clôturé son séjour par la remise de dons à l’orphelinat de Dialakoroba. Dans un entretien qu’elle nous a accordé, la jeune Miss se dit sidérée de la manière dont les médias traitent les informations sur la situation du Mali.

La miss Asta Camara avec notre consoeur Clarisse NJIKAM

L’Indépendant Weekend : Merci de vous présenter à nos lecteurs

Je m’appelle Camara Asta, j’ai 23 ans et je vis en région parisienne. Je suis d’ethnie Bambara et Peul, plus précisément des régions de Kayes et Ségou. J’étudie les ressources humaines en Master (4ème année). J’ai opté pour ces études, afin de me tourner par la suite vers le poste de Responsable Recrutement.

Pourquoi ce choix ?

C’est peut être bête, mais j’espère avec cette fonction remédier à la discrimination dans l’emploi dont nous sommes victimes tous les jours vous et moi. En bref, je souhaite aider chacun à trouver sa place dans le domaine professionnel qu’il souhaite et ne pas être imposé dans un métier du fait de sa couleur, son origine ou même son appartenance à une ethnie.

Vous êtes la nouvelle ambassadrice de la beauté franco-malienne. Quelles sont vos impressions ?

C’est une fierté pour moi de porter cette écharpe de l’ambassadrice de la beauté jeune franco-malienne. Etant donné la situation que traverse mon pays, quand d’aucuns préfèrent fuir leurs responsabilités, moi je suis plutôt fière de pouvoir aider mon pays à trouver des moyens pour un sortie de crise.

Quelle proposition faites vous donc pour une sortie de crise ?

L’association 2ème génération fait déjà beaucoup dans ce sens, en essayant de mettre en pratique la double culture, à travers des projets qui permettent à toutes les couches de s’impliquer dans la gestion de la nation. Avec ces projets, nous essayons d’élever le Mali partout ou nous sommes. En ce qui me concerne, de par ma motivation, ma persévérance et mes ambitions professionnelles, un projet me tient à cœur. C’est d’inciter mes semblables du Mali vers l’évolution professionnelle sans discrimination. J’aimerai surtout  travailler avec les jeunes filles, les préparer  dans les prises de décisions, l’évolution professionnelle, car la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui, nous appelle tous à construire dès maintenant notre futur. C’est dès maintenant que la jeunesse devrait trouver des solutions, afin de contrer ce genre de problème dans le futur. Et c’est ça l’un des objectifs de l’association 2ème génération.

L’élection Miss Mali France est un concept de l’association 2ème génération. Pouvez-vous nous présenter cette association ?

L’association « 2ème Génération » a été créee en 2004 suite à la diffusion sur plusieurs chaines de télévision du téléfilm « Fatou La Malienne » qui a connu un grand succès. C’est une fédération qui regroupe en son sein des associations et des personnalités. Elle a pour but de faire de la double culture un atout par la mise en place d’actions de part et d’autre des 2 continents (Afrique et Europe) afin de renforcer les liens existants, de conscientiser la jeunesse sur des questions citoyennes universelles, de développer un esprit citoyen et francophone facilitant les échanges socio-économiques dans le cadre du co-développement, d’identifier les différents partenaires de la fédération dans le but de cibler les besoins et les futurs débouchés entre l’Europe et l’Afrique, de favoriser la promotion de jeunes talents (artistiques et entrepreneuriales …) et les accompagner dans l’élaboration et la mise en œuvre de leurs projets.

Qu’est ce qui explique votre présence actuellement au Mali ?

Je suis au Mali pour passer un message de paix à tout le peuple malien, car tous les jours qui passent on a comme l’impression que la situation se détériore.  Ma prière quotidienne est que  Dieu le Tout Puissant nous aide à trouver une porte de sortie de cette crise, et que nous retrouvons la paix et la cohésion sociale d’antan.  L’une des raisons est de me présenter au peuple malien, qu’il sache qui est l’Ambassadrice de la beauté jeune franco-malienne. J’étais aussi là dans le cadre  de la nuit du plaidoyer en faveur de la paix au Mali, qui a été organisée par la Miss Ortm Mali 2012, Zalihatou Maïga, donc je profite de vos colonnes pour la remercier sincèrement de cette invitation et lui souhaite plein succès dans tout ce qu’elle entreprend dans le futur. J’ai aussi organisé une conférence de presse, j’ai fait des dons à l’orphelinat de falatojiguiyaso à Dialakoroba. Sans oublier les shooting avec les modèles de la styliste Maria Bocoum. Certes mon séjour a été très court, mais j’ai pu faire l’essentiel.

La miss Ortm Mali n’aura pas lieu cette année. Quelles sont vos impressions, quant à l’annulation par l’Etat de cet évènement ?

Cet évènement à toutes les raisons d’avoir lieu, car en l’annulant c’est comme si l’Etat acceptait l’implication de la charia dans notre pays. En organisant cet évènement dans le contexte du pays, je pense que c’était une façon d’offrir l’opportunité aux différentes candidates de s’exprimer sur la situation du pays. C’est vraiment dommage.

Avez-vous des projets en commun, la Miss Ortm 2012 et vous ?

Nous sommes en bonne voie car elle en tant que Miss locale et moi Miss qui vit en France, mon association cherche à faire de la double culture donc je pense qu’on pourra faire beaucoup de chose ensemble surtout dans le but d’apporter notre pierre dans l’édifice du Mali.

Qu’est ce qui vous a motivée à vous présenter à ce concours?

C’est vrai que la situation que traverse mon pays est pour beaucoup dans  ma candidature cette année à ce concours. J’admire énormément mon pays pour sa beauté, sa richesse, sa culture et son formidable parcours. Et j’ai du mal à comprendre que cela est en train d’être bafoué par certaines personnes. Et je pense que le combat quant à l’intégrité territoriale doit être le combat de tous. Je suis aussi  passionnée de mode. Mes amis et mes parents m’ont toujours poussée à faire un pas dans ce milieu parallèlement à  mes études.

Qu’est ce qui a changé dans votre vie depuis votre sacre ?

De nos jours, j’ai la possibilité de prendre la parole à des endroits ou je ne pouvais pas parler, et mon avis compte aussi beaucoup

Vous étiez très confiante lors de votre élection.

Oui je m’étais très bien préparée pour gagner et en plus, j’avais beaucoup d’amis et membres de ma famille qui m’ont beaucoup soutenue lors du concours.

Avez-vous quelques complexes ?

Oui, une femme a toujours des complexes. Le mien est lié à ma taille. Je pense que je suis très grande, et quand je dois encore mettre des chaussures hautes, ça me gène un peu.

Vu la situation que traverse le pays, comment vous de la diaspora apercevez vous cette crise?

Ce que les médias occidentaux nous font croire à propos de cette crise est bien différent de ce qui se passe dans le pays. Je pense que les medias internationaux en disent trop sur la situation sécuritaire au Mali…J’avoue que j’avais beaucoup de crainte avant mon voyage, vu ce qui se raconte sur les médias, mais arrivée j’ai plutôt vu le contraire. Je pense que si les maliens acceptent de voir dans la même direction, nous trouverons très tôt une porte de sortie.

Quels sont vos projets ?

Mon projet le plus concret est de développer un partenariat avec une association au Mali,  pour pouvoir m’occuper des jeunes filles, les mettre dans un système de développement professionnel dès le bas âge, ne pas seulement les laisser s’occuper de leur foyer. Je pense qu’au niveau ou se trouve le Mali, on a besoin de voir plus de femmes dans les prises de décision et pour cela il faut être bien formé à la base. J’aimerai aussi bien m’impliquer dans le mannequinat, car j’y pris goût lors du concours.

Côté jardin avez-vous un cœur à prendre ?

Un cœur à prendre oui, mais ce n’est pas la priorité pour le moment.

Quels sont vos loisirs ?

A mes temps libres, je fais beaucoup de sport.  Surtout du handball. J’ai d’ailleurs joué dans l’équipe espoir de France et j’ai fait des championnats de France. Mais pour le moment je vais beaucoup plus me concentrer sur ma vie de mannequin.

Un mot pour terminer cette interview ?

Je souhaite que la paix revienne dans mon pays, et j’espère que les Maliens garderont la tête haute, feront tout pour se serrer le coude et voir dans la même direction, afin d’atteindre l’objectif attendu par tous. Et aux jeunes c’est nous de la 2ème génération qui sommes l’avenir de ce pays et c’est dès maintenant que nous devons travailler pour assurer la relève et trouver des stratégies pour pouvoir récupérer nos terres.  Je lance un appel aux Maliens qui ont besoin de l’aide pour développer des projets, ma porte est grandement ouverte.

Clarisse NJIKAM

cnjikam2007@yahoo.fr

 
SOURCE:  du   21 déc 2012.    

3 Réactions à Miss Mali France, Asta Camara, à propos de la crise malienne :  » Les médias internationaux en disent trop sur la situation sécuritaire au Mali… »

  1. rodrigues Soares

    journal qui se nomme L’ INDEPENDANT : Miss Mali France… Ou est MISS MALI Papoua New Guinea, ou MISS MALI Burkina Faso, Angola, Niger?
    >je ne savais pas que les miss du mali seront desormais chosies en france. :lol:

  2. Blanche Neige tu es vraiment fort mon gars. J’ai failli mourir de rire en lisant ce commentaire. Tu as vraiment raison. A TA KA BON DALA :twisted: :twisted:

  3. blanche neige

    oh la miss ,contentes toi de montrer tes fesses et laisses la politique :wink: …….au fait tu à été à l’orphelinat c’est trés bien , mais as tu été à Kati apporter de la bière à Sanogo ?? :mrgreen: :mrgreen: