Mme Sy Kadiatou Sow, présidente de la coordination de la plateforme “AN Tè A BANA” : «Nous sommes prêts au dialogue ou à des concertations pour exprimer et défendre notre point de vue»

8
Directoire de la plateforme AN TÊ, À BANA : Non à la révision constitutionnelle

Dans un entretien à bâtons rompus, la présidente de la Coordination de la plateforme “An tè A Bana. Touche pas à ma Constitution”, Mme Sy Kadiatou Sow, précise : «Nous sommes prêts au dialogue ou à des concertations pour exprimer et défendre notre point de vue afin de faire des propositions concrètes. Nous attendons cela volontiers».

AUJOURD’HUI :  Mme Sy, vous êtes un des leaders du mouvement “An tè A Bana. Touche pas à ma constitution” qui a fait une grande démonstration de force le samedi dernier. D’abord pourquoi cette plateforme ?

Mme Sy Kadiatou Sow :  Je suis Mme Sy Kadiatou Sow, la présidente de la Coordination de la plateforme “An tè A Bana. Touche pas à ma Constitution”. Cette plateforme s’est constituée autour d’un seul objectif, c’est de dire Non à cette révision constitutionnelle dans le contexte actuel dans lequel notre pays vit. Nous disons Non au référendum !

Il faut préciser que nous nous sommes retrouvés de façon spontanée parce que nous nous sommes rendu compte qu’il y a une centaine d’associations et une quarantaine de partis politiques qui avaient déjà exprimé leur position sur la question. Raison pour laquelle, nous avons décidé que tous les acteurs se retrouvent ensemble. Il s’agit donc de fédérer toutes nos énergies, nos intelligences, afin de mener ensemble des actions communes et faire le maximum de pression sur les autorités. Cela afin que ce projet de la révision constitutionnelle soit retiré. Et qu’on renonce au référendum en ce moment. Je pense que c’est clair pour tout le monde que le contexte n’est pas favorable à la tenue du référendum.

Que pensez-vous de la marche de protestation que vous avez organisée le samedi dernier ?

Je pense que de l’avis général cette marche a été un franc succès. Elle a mobilisé des centaines de milliers de personnes. C’est du jamais vu à Bamako ! C’était vraiment unique de mobiliser autant de monde. Elle a comblé nos attentes. Ce qui est très important, c’est que cette marche s’est déroulée sans aucun incident. Nous l’avons souhaité pacifique et elle l’a été vraiment. Nous avons vu beaucoup de jeunes qui se sont joints à cette marche. Et nous espérons que le message sera entendu. Mais, ce n’est qu’un début par rapport aux activités que nous envisageons.

Pensez-vous que le pouvoir va vous entendre pour tenir compte de vos préoccupations ?

Mais, nous l’espérons ! En tout cas, si le pouvoir est là pour les Maliens, ceux qui sont sortis le samedi dernier et qui continuent de s’exprimer à travers les réseaux sociaux, les radios étant à l’intérieur ou l’extérieur du pays, constituent aujourd’hui de notre point de vue la majorité. Si le pouvoir est censé être à l’écoute de tous les Maliens, majorité comme minorité, il est possible que notre message soit entendu et que les autorités en tiendront compte pour la suite.

Quels sont les principaux arguments qui motivent de votre part le rejet du projet de révision constitutionnelle ?

C’est très simple parce que nous ne sommes pas dans une situation normale. Le pays est en guerre. Il y a plusieurs dizaines de localités qui sont sous occupation où il n’y a pas d’écoles, où l’administration malienne est absente où les forces armées ne sont pas là. Pour nous, ces localités sont sous occupation. On ne peut pas dire aujourd’hui que notre intégrité territoriale est assurée. En réalité, quand il n’y a pas possibilité des populations de bénéficier des services sociaux de base, de l’administration et d’être sécurisées elles-mêmes et leurs biens, cela veut dire que nous ne sommes pas dans une situation normale.

L’insécurité  contrairement à ce que la Cour constitutionnelle a dit, n’est pas résiduelle. C’est une insécurité chronique et généralisée. Chaque jour qui passe, nous en donne la preuve. Nous pensons que ce n’est pas le moment d’organiser un référendum. Il faut s’assurer d’abord parce que c’est une fois pour toute. On ne fait pas un référendum chaque année ou cinq ans. L’actuelle Constitution date de 1992. C’est très important de tenir tout cet aspect. Et c’est un paquet qui va être soumis au référendum. On ne va pas dire aux Maliens de voter Oui pour ceux qui sont d’accord avec le Sénat. C’est un paquet qu’on va donner. C’est-à-dire à prendre ou à laisser. Il s’agit de Oui ou Non.

S’il y a des dispositions dans la nouvelle Constitution proposée qui peuvent satisfaire certaines catégories socio-professionnelles de notre pays ou couches, il y a aussi d’autres dispositions qui ne vont pas dans le sens de l’intérêt du pays. Il vaut mieux ne pas faire le référendum plutôt que d’aller vers un référendum juste pour dire que nous l’avons fait. Ou on va dire que nous avons le Oui, qui est majoritaire, alors qu’on a pu consulter que le tiers de la population malienne. Il y a beaucoup de Maliens qui se trouvent dans les zones sous occupation, que ce soient les régions dites du Nord (Tombouctou, Gao, Kidal et toutes les nouvelles régions créées) et une bonne partie de la région de Mopti. Même à Ségou, il y a l’insécurité. Sans oublier les réfugiés et les déplacés qui ne peuvent pas voter parce qu’ils sont absents de leur localité. C’est important qu’on prenne en compte l’avis de tous ces Maliens. C’est comme si nous acceptons de faire la partition du pays et la division des Maliens. Une partie des Maliens vote tandis qu’on refuse que l’autre se prononce sur la loi fondamentale qui doit régir la vie, le présent et l’avenir de toute une nation. Nous nous référons à l’article 118 alinéa 2 de l’actuelle constitution. La réalité sur le terrain, c’est que l’Etat est absent dans ces zones. Et l’Etat est absent, cela veut dire que d’autres sont là-bas, c’est-à-dire les groupes armés ou des djihadistes.  Nous préférons qu’on s’en tienne à la réalité du terrain.

Nous pensons qu’il n’est pas possible d’organiser un référendum digne de ce nom dans ce contexte actuel. C’est pourquoi, nous rejetons ce référendum. Nous voulons que l’Etat laisse tomber ce projet de révision jusqu’à ce que toutes les conditions soient réunies. Et on verra après. Mais, il faut que toutes les couches de la nation participent à cette réflexion, au dialogue et à la concertation qui va se faire autour de ce projet, qui est très important. Il s’agit de réviser la constitution. Ce n’est pas n’importe quoi.

Et si le pouvoir s’entêtait dans sa logique d’organiser le référendum ? 

Nous pensons que l’Etat ne va pas s’entêter. Puisque ce n’est dans l’intérêt ni du pouvoir ni des Maliens en général. Nous ne voulons pas envisager même cette  éventualité que l’Etat organise le référendum après toutes ces manifestations et protestations. Nous ne pensons pas au niveau de la plateforme que les autorités vont réagir en disant que, bon, nous avons décidé, nous allons le faire malgré une très forte opposition d’une bonne partie de la population.

Mais si le pouvoir s’entêtait, nous apprécierons. Pour le moment, nous n’avons donné aucune consigne. Nous apprécierons le moment venu de la consigne qu’il faudra donner au niveau de la plateforme. Nous préférons vraiment parier de façon positive sur le fait que ce projet soit retiré.

Irez-vous en campagne électorale pour tenter de faire gagner le “Non” ou adopterez-vous une position de boycott ?

En réalité, au niveau de la plateforme nous n’avons pas décidé de cela. Nous sommes convaincus qu’il n’y aura pas de référendum. Nous sommes prêts au dialogue ou à des concertations pour exprimer et défendre notre point de vue afin de faire des propositions concrètes. Nous attendons cela volontiers. Peut-être à l’issue de ces concertations, on se mettra d’accord sur quelque chose. Mais pour l’instant, nous ne sommes pas dans ce schéma de boycott ou de voter.

Ne pensez-vous pas que ce projet de référendum est aussi un détonateur de la manifestation d’un profond malaise quant à la gestion du pays ?

Ah oui. C’est très clair ! Il n’y a pas que la question du référendum. La plateforme a mobilisé autour de cela, mais au-delà, il y a beaucoup d’autres préoccupations qui s’y greffent, notamment la mal gouvernance. Sans compter beaucoup de frustrations au sein de la population. Lorsqu’il y a un mouvement comme celui que nous avons enclenché, il faut s’attendre effectivement à ce qu’il y ait une jonction avec tous ceux qui ont besoin d’exprimer leurs frustrations. Tout le monde sait que le front social reste en ébullition. Il y a énormément de problèmes aujourd’hui dans le pays, à commencer par la sécurité. Donc, il est normal que lorsqu’un  espace d’expression comme celui est offert, que d’autres viennent s’ajouter.

C’est pour vous dire que cela va au de-là de la question de la révision constitutionnelle. C’est pour cela que nous pensons que les autorités doivent être vraiment à l’écoute et prendre la juste mesure de ce qui est en train de se passer aujourd’hui.

Quel message lancez-vous à la population malienne ?

Il faut que les Maliens gardent leur capacité d’indignation. Quand ils ne sont pas d’accord, il faut qu’ils disent qu’ils ne sont pas d’accord. Au niveau de la plateforme, c’est vraiment ce que nous disons. Quand nous ne sommes pas d’accord, nous disons cela. Mais ce n’est pas une opposition systématique pour s’opposer. On ne s’oppose pas pour le plaisir de s’opposer. Nous faisons également des propositions. Nous disons aux Maliens de se mobiliser. Ce qui se passe aujourd’hui concerne votre présent et votre avenir, surtout les jeunes. C’est pourquoi, nous sommes très satisfaits de la mobilisation des associations de jeunes qui constituent la principale force de la plateforme. C’est vraiment eux qui constituent la cheville ouvrière.

Nous demandons aux jeunes de toutes les couches sociales de se mobiliser pour freiner ce processus de référendum parce qu’il consacre la division du pays. Cette révision constitutionnelle va constituer un recul pour notre démocratie. Mobilisons-nous pour dire Non et préparons-nous pour mener ce combat dans le respect strict de ce que notre constitution prévoit, la liberté d’expression et de manifester.

Nous sommes des républicains, des démocrates. Et nous allons rester dans le cadre de ces lois républicaines et nous allons continuer à agir. Nous demandons aux populations  maliennes de se mobiliser. Nous sommes en contact avec des Maliens de l’intérieur et de l’extérieur. Et nous sommes en train de mettre des coordinations régionales, locales et même de la diaspora. Nous en appelons au sens du patriotisme de tous. Les Maliens ont aujourd’hui d’autres chats à fouetter que d’aller dans une campagne référendaire.

             Réalisé par A.B. HAÏDARA

PARTAGER

8 COMMENTAIRES

  1. APPEL DE Dr ANASSER AG RHISSA A LA CMA

    Bonjour,
    Bonne fête de ramadan à tous/toutes.

    Bonne arrivée à Sidi Brahim Ould Sidatt comme Président de la CMA.

    La mise en œuvre de l’accord de paix a été émaillée d’incompréhensions entre les parties prenantes provoquant des retards ou des blocages.

    CE QUE NOUS SOUHAITONS, MAINTENANT, C’EST JUSTE UNE MISE EN ŒUVRE STRICTE ET SANS COMPLAISANCE DE L’ACCORD DE PAIX.

    La CMA est souvent pointée du doigt pour les retards de l’accord de paix, Sidi Brahim Ould Sidatt est attendu pour corriger ce point et contribuer à une mise en œuvre stricte et sans complaisance de l’accord de paix.

    Suite à la rencontre, du 20 juin 2017, qu’a eue le Premier Ministre, Abdoulaye Idrissa MAIGA, avec les parties prenantes à l’accord et la médiation internationale, la date buttoir du 31 juillet 2017 est importante pour permettre le retour du gouverneur, le fonctionnement normal des autorités intérimaires, le retour des réfugiés, la restauration des services de base et de l’administration à Kidal ainsi que l’installation du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination) et plus tard du DDR (Démobilisation, Désarmement et Réinsertion).

    Tous ces aspects, à Kidal et dans les autres régions du nord du Mali, doivent être achevés avant le référendum.

    Ils contribueront à installer la confiance entre Maliens.

    Je lance un appel à la CMA pour aider à installer cette confiance et permettre, A TRAVERS LA SYNCHRONISATION AVEC LES AUTRES PARTIES PRENANTES A L’ACCORD DE PAIX, LES FORCES DE DÉFENSE ET SÉCURITÉ DU MALI, BARKHANE ET LA MINUSMA, la tenue du référendum partout au Mali, en particulier à Kidal, dans de bonnes conditions sécuritaires.

    Je viens d’écrire une lettre ouverte en ligne qui va dans ce sens, elle est intitulée :

    ORGANISER, LE PLUS TÔT POSSIBLE, LE RÉFÉRENDUM AU MALI EST LA SEULE RÉPLIQUE VALABLE ET DURABLE AU TERRORISME, A L’INSÉCURITÉ ET A LA PARTITION DE NOTRE PAYS.

    Elle est adressée au Président de la République, au Premier Ministre, aux Maliens, aux partenaires et aux regroupements armés, CMA et Plateforme.

    Vous trouverez cette lettre à l’adresse :

    http://www.maliweb.net/contributions/organiser-plus-tot-possible-referendum-mali-seule-replique-valable-durable-terrorisme-a-linsecurite-a-division-de-pays-2349632.html/

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    Président de l’ONG TILWAT International
    E-mail: tilwatinternational@yahoo.fr
    TEL 00223 95 58 48 97

  2. Merci Madame SY Kadiatou SOW. Le pays est dans des problemes , en plus de l’insecurite , la mal gouvernance caracterise le pouvoir IBK. Le referendum n’est pas aujourd’hui une priorite . Le pouvoir veut seulement distraire le peuple. Les complices d’IBK dans ce chema sont nombreux, pour diverses raisons. Le tout pour des interets personnels, y compris IBK lui meme . La plate forme est un regroupement de patriote. Son leader Mme SY n’est plus a presenter. Artisan de la democratie au Mali, son bebe ne doit pas mourir sous ses yeux. Ils sont nombreux, mais nul part le nom d’IBK n’apparait sur la liste des artisans de la democratie malienne. Aujourd’hui qu’il a ete invite au tour du plat, cet homme , sa famille, amis et allies veulent s’accaparer de tout, ignorant les martyrs . Que le monde est injuste.

  3. President IBK, je vous conseille de lire attentivement cette interview! Les propos sont sages. Entre madame Sy et ceux qui vous conduisent droit au mur, je prefere madame Sy.
    Les engagements internationaux doivent etre respecte’s. Je pense que des projets de loi qui seront adopte’s par l’Assemble’e Nationale doivent etre suffisants pour appliquer les Accords d’Alger.
    Finissez tranquillement votre mandat Si les maliens vous confient un deuxieme mandat, remplissez le dans la dignite’ et le respect. NE CHERCHEZ NI A’ VOUS ETERNISER AU POUVOIR NI A’ TRANSMETTRE LE POUVOIR A’ UN MEMBRE DE VOTRE FAMILLE.
    LE REFERENDUM N’EST PAS NECESSAIRE! En tant que president de la republique, vous avez deja la haute main sur tout ce qui bouge au Mali. Je prefere ne pas dire plus ici! SI VOUS N’ECARTEZ PAS CERTAINES PERSONNES BIEN CONNUES QUI SONT DANS VOTRE ENTOURAGE IMMEDIAT, ILS PROVOQUERONT UN COUP D’ETAT. CEUX QUI DISENT QUE LA PRESENCE DES FORCES INTERNTIONALES REND UN COUP D’ETAT IMPOSSIBLE, SE TROMPENT. N’OUBLIONS JAMAIS QUE CERTAINS MOUVEMENTS SERONT SIMPLEMENT VUS COMME UN PROBLEME INTERNE. JE NE SOUHAITE POINT UN AUTRE COUP D’ETAT AU MALI. LA SAGESSE BAMANAN DIT: ” NI BA DEGOUNA, ABE’ KIN’NI KE’!!!!!” En d’autres termes, si tu continues a’ harceler une chevre, elle finira par te mordre.
    Je veux voir aupres du president une personne sage qu’il respecte et qui peut lui dire non. Je veux quelqu’un qui peut agir comme l’ancien PM Modibo Keita.
    LE MALI N’EST NI UN PETIT JEU POLITIQUE NI DES PETITS CALCULS EGOISTES QUI NE PEUVENT QUE DETRUIRE NOTRE FASO. LE PEUPLE MALIEN MERITE MIEUX!!!!
    ALLAH KA BE’ SON HAKILI GNOUMAN NA!

    • 1- Vous êtes d´autant plus sage aujourd´hui que Mme SY!
      2- Le retrait pur et simple de ce chiffon que vous aviez essayez de défendre par des histoires de SENAT, d´Accord…
      3- Et que le prsdt IBK se libère enfin de ces “Béro” et autres cousins Bella qui l´entourent, sinon il va droit au mur!!!

    • M Le BITON
      1- Vous êtes d´autant plus sage aujourd´hui que Mme SY!
      2- Le retrait pur et simple de ce chiffon que vous aviez essayez de défendre par des histoires de SENAT, d´Accord…
      3- Et que le prsdt IBK se libère enfin de ces “Béro” et autres cousins Bella qui l´entourent, sinon il va droit au mur!!!

  4. Vous savez en a marre des AOK et as listes-sa, ATT-sa, IBK rmistes-sa et vous les autres chefs vampires et leurs clans depuis toujours qui nous ont sucé et continuent jusqu’à présent. C’est assez et foutez Le camp. Nous n’avons pas de leçons surtout de Vous.
    Le peuple en a marre de ces bouffons de politicards, tous ces politicards réunis. Mme une ademiste-sa n’est pas mieux, avec en son temps le sacré renard AOK, qu’eux et celles d’aujourd’hui. Voyons donc elle peut dire tout ce qu’elle veut mais ceux sont eux les pseudo démocrates racailles vampires de AOK à IBK en passant par ATT sont se sont succédés en très mal sous AOK à pire sous ATT et pire pire encore avec IBK aujourd’hui.

    Donc les salades de Mme Sy elle peut les garder pour elle et ceux et celles de son genre.
    Le peuple en a marre de ces bouffons de politicards tant pouvoir que de l’opposition ces pseudo démocrates qui ses qui se prennent pour des sages et républicains.
    Tous et toutes des pourritures, requins crocodiles loups vautours hyènes anacondas coyotes caméléons, hypocrites.

    Vivement du Renouveau sans Ces racailles depuis presque 50 ans Nous manipulent, volent, mentent, abusent de Nous etc….avec leurs clans.

    C’est Assez et Mettez les au fond fin de depotoirs à ordures pourquils pourrissent tous et toutes enfuis en empêchant que leurs odeurs ne s’échappent pour Nous Recontaminer…

    • Tu es en train de jetter le bebe avec l’eau de bain, mefies-toi car parmi ceux que tu cites ici Mme Sy a demontre qu’elle est une femme de valeur et est prete a mourir pour sa patrie contrairement a IBK et ses Tapo et autres ruminants vestiges de la corruption et du mensonge d’état.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here