Nord Mali : Interview du Porte-parole de l’Armée Malienne, le colonel Idrissa Traoré

6
3

D’habitude peu prolixe, comme toutes les armées du monde, a fortiori en temps de guerre, l’état-major de l’armée malienne a bien voulu répondre à nos questions par le biais de son directeur de l’information et des relations publiques. Le colonel Idrissa Traoré reconnaît la puissance de frappe du MNLA, tout en soulignant sa tactique militaire équivalente à une guerre d’usure urbaine. Attaques-surprises et fuite. Zoom sur une guérilla particulière dans l’immensité de la bande sahélo-saharienne. De Bamako, entretien…

Le Jeune Indépendant : Les hostilités ont été déclarées, le 17 janvier dernier, par l’attaque de Ménaka. Quelle a été la réaction de l’armée malienne ?

Idrissa Traoré : Il faut que l’opinion internationale sache et comprenne bien que c’est le MNLA qui a ouvert les hostilités et que nous sommes les victimes, les offensés. Nous faisons face au MNLA et ses connexions, notre mission c’est de protéger les populations, les biens et aussi, bien entendu, l’intégrité territoriale de notre pays. Telle est la mission régalienne des forces armées et de sécurité. Pour revenir aux attaques, il y a eu d’abord l’assaut ayant visé le petit camp militaire d’une compagnie (environ 60 hommes, NDLR). Il faut savoir qu’il s’agit d’une petite unité située à l’ouest de la bourgade de Ménaka qui a subi une attaque-surprise, sans aucun signe l’annonçant.

A combien d’assaillants estimez-vous le groupe qui a attaqué à Ménaka ?

Il est difficile de se faire une idée précise aujourd’hui. Ils ont certainement bénéficié de quelques complicités locales. Nos soldats, malgré l’effet de surprise, ont riposté quand même et ont infligé de lourdes pertes aux agresseurs. Ces derniers ont été obligés de battre en retraite vers le nord, en direction de Kidal ou de la frontière algéro-nigérienne. Nous avons donc décidé d’acheminer des renforts à partir de Gao où se trouve une grande caserne.
Y a-t-il eu un message politique qui vous aurait été transmis pour expliquer cette attaque ? Un communiqué, des tracts ?

Aucun message ni tract. Juste une attaque violente que nos soldats ont repoussée.
Les rebelles ont-ils récupéré des armes lors de leur offensive ?

Il n’a pas été fait état d’armes dérobées lors de l’attaque de Ménaka, mais cela a été le cas dans d’autres localités lorsque d’autres petits postes militaires ont été la cible des bandits armés, qui ont misé sur l’effet de surprise et la disproportion de la force.
Justement, pouvez-vous nous présenter une récapitulation des foyers de combat depuis le 17 janvier ?

Au lendemain de l’attaque de Ménaka, c’est-à-dire le 18 janvier, c’est Aguelhoc qui a été une première fois visée. Aguelhoc se situe entre Gao et Tessalit. Encore une fois les criminels du MNLA ont été repoussés et ont subi d’importantes pertes. Les combats ont été très rudes et les troupes présentes de l’armée malienne y ont consenti beaucoup de ressources. Très mobiles, en gardant la tactique de l’attaque inopinée suivie de la fuite, les terroristes du MNLA se sont volatilisés pour revenir en force le 24 janvier et perpétrer le massacre d’Aguelhoc lors d’une deuxième attaque.

Que s’est-il vraiment passé à Aguelhoc ?

Ils sont revenus en surnombre pour commettre des atrocités. Ils ont utilisé des boucliers humains ramenés manu militari de l’Institut de formation des maîtres, l’IFM, dans le voisinage du camp militaire, et ont réussi à prendre le dessus. Des militaires ligotés ont été sauvagement exécutés. Certains par balles tirées à bout portant dans la tête.
D’autres égorgés. Les preuves matérielles existent et une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de cette tuerie avec plus d’exactitude. Des civils ont aussi été suppliciés. Ce qui s’est passé dépasse tout entendement et viole la convention de Genève, comme tout le monde a pu le constater. On aurait souhaité que les instances internationales se penchent de plus près sur ce crime contre l’humanité et ouvrent une enquête. On a déploré une soixantaine de victimes. Il faut remarquer que ce mouvement armé se dit «touareg», mais c’est faux car il ne représente qu’une partie infime, et la grande majorité des Touareg ne s’y reconnaissent pas. Bien au contraire, il y a des Touareg et des Maliens issus d’autres communautés implantées au nord qui luttent dans les rangs de l’armée contre le MNLA.

N’y a-t-il vraiment pas d’estimation sur les effectifs du MNLA ? Sur la nature de leur équipement militaire ?

Sur le nombre que peut recruter le MNLA il demeure difficile de se prononcer. Cela fait partie aussi de leur propagande…

Mais il y a bel et bien eu de nombreuses désertions dans les rangs de l’armée. Il y a quelques jours, le cas du chef de la section de gendarmerie de Tombouctou chargée de la lutte contre les stupéfiants…

Tout au plus, une centaine de soldats ont déserté les rangs pour diverses raisons. Il faut signaler qu’il y a beaucoup de non-Maliens dans les rangs du MNLA qui a recruté des mercenaires.
Ils sont aussi lourdement armés qu’on le dit ?

Oui. Leur armement c’est d’abord celui de la Libye, avec tout ce qu’on peut imaginer : BM21, canons de différents types, fusils d’assaut, munitions… c’est maintenant une petite armée.
Des missiles aussi ?

Assurément, même s’il n’est pas prouvé qu’ils ont l’expertise pour en faire usage ni même qu’ils sont destinés à attaquer l’armée malienne. On peut envisager d’autres desseins… Ils ont aussi des véhicules qu’ils ont volés un peu partout. N’oublions jamais leurs liens étroits avec Al-Qaïda. Dans leur mode opératoire, on retrouve la signature du GSPC et d’AQMI. Il y a aussi les témoignages comme ceux des otages civils rescapés du massacre d’Aguelhoc.

Qui est le chef militaire du MNLA ?

C’est confus. Ils ont plusieurs chefs. Najim, Assalat, Ba Ag Moussa… Iyad Agali serait mort dans les combats de ces derniers jours…

Nous ne pouvons ni confirmer ni infirmer cette information.

Il y a eu aussi l’attaque de Goma Koura bien au sud des premières attaques… Un autre front tactique de la part des rebelles ?

Cette autre agression s’est déroulée dans une région où l’Etat réalise un projet routier qui reliera Tombouctou à l’Office du Niger, véritable poumon agricole du pays. Les assaillants se sont retirés vers Fassala… des blessés y auraient même été soignés. Sans commentaire. Un constat. En plus de l’attaque de Goma Koura, on doit rappeler que le chef du village de Hombori a été lâchement assassiné pour dresser les communautés les unes contre les autres. Pour faire grossir les rangs des réfugiés dont le mouvement et le nombre auraient la cynique vocation d’internationaliser la crise interne du Mali.

Le MNLA oserait-il s’en prendre aux populations civiles ?

Bien entendu ! Si ce mouvement se revendique pour la liberté… pourquoi s’attaque-t-il alors aux projets de développement, pourquoi détruit-il les châteaux d’eau ? Pourquoi pille-t-il les centres de santé communautaires, les caisses d’épargne ? Il se discrédite tous les jours, son objectif étant d’installer un climat d’instabilité durable et favorable à son trafic en tous genres.
Ces derniers jours, Tessalit est devenu le principal théâtre d’affrontements, d’intenses combats.

Un enjeu particulier ?

Non, pas pour nous du moins. Je vous rappelle ce que je vous disais plus haut : la mission des forces armées et de sécurité c’est d’assurer la sécurité des personnes et des biens dans le cadre de l’intégrité territoriale du Mali. Partout dans le pays. Il s’avère que Tessalit représente peut-être un objectif pour les assaillants du MNLA, en raison de sa piste d’aviation, pour on ne sait quel dessein…

Quelle est la situation au moment où nous parlons ?

Ils ont voulu empêcher nos forces de ravitailler le camp de Tessalit mais ils ont échoué et nous avons mené à bien notre mission. Notre objectif de ravitaillement a été atteint. Le MNLA a subi d’énormes pertes en hommes et en matériel.

Utilisez-vous l’appui de l’aviation dans vos opérations ?

Cela va de soi ! Quand le contexte le demande. Quand c’est nécessaire.

On parle de bavure lors d’un bombardement qui aurait tué une maman et sa fillette dans un camp de civils…

Oui, sur RFI… Un soi-disant représentant d’une ONG qui a annoncé, à partir de Kidal, ce bombardement et la mort d’une fillette. Etait-il sur place pour témoigner avec tant de certitude&#8200?

Ne peut-on pas envisager une manipulation de la part du MNLA ?

Je suis personnellement pilote de chasse, je voudrais vous demander s’il vous paraît possible, selon votre bon sens, qu’un aéronef bombarde un camp à forte densité d’habitants en laissant le bilan circonscrit à deux personnes atteintes ? Ce n’est pas crédible ! Nous sommes une armée professionnelle dans un pays démocratique. Nous n’avons pas fait le choix de raser, «nettoyer des zones»… on en aurait fini. Mais nous voulons, d’abord et avant tout, préserver les populations, tandis que le MNLA veut les utiliser comme bouclier pour ses replis après ses lâches attaques.

Sur ce plan strictement militaire, l’armée malienne peut-elle, oui ou non, venir à bout de la rébellion ?

Nous avons la légitimité, la foi avec nous et le soutien de notre peuple. Comme le dit notre devise : «Un peuple, une foi, un but.» Toutes les communautés combattent pour la paix dans nos rangs pour un Mali «un et indivisible».

Pourquoi ces quêtes d’argent à travers le pays pour aider l’armée malienne ? Le gouvernement, le COREN… cela peut inquiéter les observateurs sur les capacités et la logistique de vos troupes…

Ce ne sont pas l’Etat ni l’armée qui ont demandé cette aide… C’est une histoire de mentalité, celle d’un peuple qui a, dans ses coutumes, cette spontanéité pour l’expression de sa solidarité. L’expression de son unité sacrée comme vous les Algériens face au terrorisme il y a quelques années. A l’instar des cérémoniaux de deuil ou de mariage où les Maliens apportent avec eux une participation… C’est un acte collectif symbolique. Le premier Malien qui a eu ce réflexe culturel est un jeune chômeur proposant 2 000 FCFA (environ 300 DA) et un lot de bouteilles d’eau minérale. Il s’est aussi déclaré volontaire pour s’enrôler dans l’armée et aller se battre contre la subversion. Cette dynamique de quêtes bruyantes au profit de l’armée c’est, avant tout, une manière pour les Maliens du pays de défier la terreur du MNLA.
Bénéficiez-vous d’une coopération militaire ? Le CEMOC est-il en action ou est-il réservé à la lutte antiterroriste ? L’intervention de l’armée d’un des pays du champ, en renfort, demeure-t-elle possible ?

Bien malin celui qui me prouvera la différence entre ces nébuleuses armées et subversives. Les structures de coopération face à la menace ont un contenu. Il s’agit de crimes contre l’humanité, la lutte peut opter pour un traitement suprafrontières.

On peut aussi envisager un dialogue, d’ailleurs des émissaires seraient revenus du terrain et seraient à Alger…

C’est un volet qui relève des politiques, des Affaires étrangères…

Pensez-vous que vos forces font les frais du retrait du nord du pays dans le sillage de l’accord d’Alger de 2006 ?

Certainement ! Nous faisons les frais de la démilitarisation de la zone qui a laissé place à tous les trafics les plus dangereux.

Quelle échéance vous fixez-vous pour la maîtrise de la situation ?

Quelle armée au monde a pu savoir, à l’avance, quand elle en finirait avec le terrorisme ? On prendra le temps qu’il faudra. On y parviendra avec l’aide de Dieu.

Entretien réalisé par N.M

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
frazao<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 13</span>
Membre
frazao 13
4 années 6 mois plus tôt

Urgence urgence j’informe nos autorités à prendre toutes les dispositions nécessaires pour renforcé nos troupes qui sont au front, même s’il faut faire appel au Américains pour donner un coup de main à nos troupes sinon l’MNLA à fait appel à tous les gens d’Al-Qaïda, les mercenaires venus de Tchad, même la branche Boko-Haram du Nigéria sont tous présent entrain de combattre nos soldats en ce moment à Tessalit.

Un Peuple un But une Foi 2012<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 29</span>
Membre
Un Peuple un But une Foi 2012 29
4 années 6 mois plus tôt

Même si c’est du plagia! merci de nous livrer cet interview.

Clapham<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 31</span>
Membre
Clapham 31
4 années 6 mois plus tôt

A l’attention du journal ” LA VERITE”. Je me pose la question si cette interview est de vous ou d’un journal Algérien? Ayons l’honnêtété intellectuelle quand même.

Kassin<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 4307</span>
Membre
4 années 6 mois plus tôt
Non on ne négocie pas avec des criminels! En 51 ans d’indépendance, la nation malienne vit la question Touareg à travers les guerres de rébellion à répétition  comme un drame qui meurtrit son cœur. Au Sud, aussi très pauvre rappelons le, on n’a du mal à comprendre la persistance d’une attitude belliqueuse et d’une haine viscérale qui sévit au nord contre la nation malienne, malgré le pacte national, l’agence du développement du nord, ADN, la flamme de la paix, les vastes programmes d’intégration à l’armée, et de recrutement dans la fonction publique et des services déconcentrés de l’état (souvent sans diplômes et sans compétence) des ressortissants du nord, le Pspsdn (programme spécial pour la paix la sécurité et le développement au nord),… C’est vrai que les impacts et les retombées de ces programmes et actions sur les conditions de vie des populations du nord se font attendre.  Mais c’est tous nos compatriotes au nord qui vivent les mêmes conditions de mal vivres de la même manière qu’ils soient Touareg, peuls, Behlla, arabe, sonrhai, ou autres. Il y a longtemps qu’on devrait faire l’audit des actions entreprises au nord pour le développement pour savoir pourquoi les programmes mis en oeuvre sont… Lire la suite »
Ndy<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 128</span>
Membre
Ndy 128
4 années 6 mois plus tôt

J’informe, j’avertis, je préviens, je mets en garde, quiconque signera un soit disant cesser le feu avec ces bandits et bouchers de Aguel Hoc viendra me trouver ici.

airen2<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 132</span>
Membre
airen2 132
4 années 6 mois plus tôt

Merci pour ces quelques mots de soulagement.Mais attention! la devise du Grand MALI est ‘UN Peuple-Un But-Une foi’laisser les choses a leurs places,ca veut dire ce que ca veut dire.
Ensemble pour la victoire sur ces Battards.Bon courage a l’Armee Malienne.Que DIEU benisse le MALI.

wpDiscuz