Pr Cheick Oumar Guinto à l’Aube : « La maladie de parkinson est une réalité au Mali »

0

« L’homme propose, Dieu dispose ». C’est là une vérité immuable qui se justifie au quotidien. La semaine dernière, notre ami, Lamine Tiécoura Coulibaly, nous demandait de lui publier l’interview qui lui a accordée  le Pr Cheick Oumar Guinto, neurologue et membre de l’Association malienne de lutte contre la maladie de parkinson. De temps à autre, Lamine nous sollicitait pour ce genre de service que nous acceptions volontiers. L’interview qui devrait être publiée dans notre parution de jeudi dernier n’a pu l’être pour des raisons techniques. Nous vous la proposons :

 

L’Aube : Qu’est-ce que la maladie de parkinson et pourquoi l’appelle-t-on ainsi ?

Pr. Guinto Cheick Oumar : La maladie de parkinson est une maladie neurologique chronique, liée à la destruction progressive des cellules de la substance noire du cerveau.

On l’appelle maladie de parkinson parce qu’elle a été décrite pour la première fois par James Parkinson en 1877.

 

Quelles sont les causes et les symptômes de cette maladie que beaucoup de Maliens classent parmi les pathologies généralement rencontrées dans les pays développés ?

Les causes de la maladie de parkinson ne sont pas connues. Cependant, des facteurs génétiques sont avancés. On retrouve dans certaines familles la transmission de la maladie par un gène.

La maladie de parkinson existe dans tous les continents. On la retrouve  dans les pays dits développés et aussi dans les pays en voie de développement.

Au Mali, c’est une maladie qui est sous diagnostiquée. Une étude réalisée en 2010 au service de neurologie du CHU du Point G a retrouvé une fréquence de 1,04% soit 33 cas diagnostiqués entre le 1er janvier et le 31 décembre 2010.

Elle se manifeste par des symptômes majeurs qui sont essentiellement moteurs : tremblements, raideur et lenteur du mouvement.

Les tremblements apparaissent au repos ; ils sont fins et touchent la main et surtout les doigts. Au début, le tremblement est unilatéral. On l’assimile dans l’opinion publique à la maladie de la main qui tremble.

La raideur, c’est l’excès de tension des muscles.

La lenteur du mouvement est caractérisée au début par des difficultés à initier les gestes simples (se boutonner ou ouvrir une porte) et ensuite des gestes compliqués.

 

Quelles sont les difficultés liées à la prise en charge des patients et au traitement de la maladie ? Que faut-il faire ?

La prise en charge des patients présente plusieurs difficultés dont l’accès aux structures de soins ; l’accès au personnel soignant ; l’accès aux médicaments ; l’insuffisance des neurologues (neurologues pour 16 millions d’habitants). En plus, les services de neurologie au Mali sont très limités. Le médicament antiparkinsonien est cher. Le principal médicament coûte environ 13 500 FCFA la boite. Il faut en moyenne 2 ou 3 boites par mois de prises de médicaments.

L’amélioration de la prise en charge passe par le renforcement des structures sanitaires dans les différentes régions, la formation des neurologues  et l’accès des médicaments antiparkinsoniens en dénomination commune internationale.

 

Comment prévient-on  la maladie de parkinson ?

Il n’existe pas à ma connaissance des moyens reconnus pour prévenir la maladie.

 

Quelles sont les avancés enregistrés dans la prise en charge des malades ?

Des avancées considérables ont été enregistrées depuis la création de l’Association Mali Parkinson en mars 2012. Au cours des journées de consultations organisées par l’Association, nous avons consulté plus de 400 malades et diagnostiqué plus de 100 cas de maladies de parkinson.

Depuis juin 2015, des journées de consultations sont organisées le dernier mardi de chaque fin du mois à la Maison des Aînés.

Grace à l’appui de l’Association Mali Parkinson, le ministère de la santé et du personnel soignant, des résultats encourageants sont enregistrés pour rendre accessibles les médicaments antiparkinsoniens en dénomination commune internationale.

 

Feu le Professeur Moussa Traoré s’est illustré dans le développement des neurosciences au Mali et comment la perpétuez-vous au quotidien ?

Professeur Moussa Traoré est le père de la neurologie au Mali. Il créa le service de neurologie de l’Hôpital du Point G en 1983 et en devient le médecin chef jusqu’en 2014.

Il s’est illustré aussi avec courage et détermination en créant le 1er mars 2012 l’Association Mali Parkinson afin d’offrir aux malades une prise en charge adaptée et adéquate.

En  1984, il devient Responsable de l’enseignement de la neurologie à l’Ecole nationale de médecine et de pharmacie.  Le poste de Doyen de la Faculté de Médecine lui a été confié de 1998 à 2006.

Dans le souci de développer la neuroscience au Mali, il initia un congrès de neurosciences dont la première édition s’est tenue en 2009 au Mali.

Médecin infatigable, enseignant éloquent et honnête, chercheur émérite, Professeur Feu Moussa Traoré a su inculper à de nombreuses générations le sens de la responsabilité, l’honnêteté, le don de soi, la rigueur et le travail bien fait. C’est encore une occasion pour nous de renouveler toutes nos condoléances.

Lamine T. Coulibaly

PARTAGER