Procès de Sanogo – Mme Sagara Bintou Maïga, présidente de l’Apembra : « Si la justice malienne se montre défaillante, nous allons saisir la CPI »

Démarré le 30 novembre 2016 dans la salle Lamissa Bengaly de Sikasso, le procès de l’auteur du putsch du 22 mars 2012, Amadou Haya Sanogo et 17 autres de ses compagnons connait déjà deux suspensions.

23
Mme Sagara Bintou Maïga, présidente de l’Apembra
Mme Sagara Bintou Maïga, présidente de l’Apembra

Démarré le 30 novembre 2016 dans la salle Lamissa Bengaly de Sikasso, le procès de l’auteur du putsch du 22 mars 2012, Amadou Haya Sanogo et 17 autres de ses compagnons connait déjà deux suspensions. La première suspension, le mercredi dernier à la demande des avocats de la défense pour pouvoir communiquer avec leurs clients ; la deuxième, le vendredi 2 décembre 2016 après que les avocats (de la défense et de la partie civile) aient boycottés l’audience exigeant la possession de leurs téléphone dans la salle. Les organisateurs du procès (ministère de la justice et le parquet général) refusent de voir les avocats avec leurs téléphones dans le prétoire. Chose qui a provoqué le courroux des avocats qui exigent entre autres de garder leurs téléphones dans le prétoire, l’aménagement d’une salle pour les avocats et des places dument identifiées pour les avocats de la défense et de la partie civile. Et vu l’absence des avocats dans la salle d’audience, le président de la cour, Mahamadou Berthé a suspendu le procès jusqu’à ce lundi 5 décembre 2016. Mme Sagara Bintou Maïga, présidente de l’Association des parents et épouses militaires des Bérets rouges assassinés (Apembra) qui représente les 23 membres de la partie civile, a regretté ces incidents de parcours. Selon elle, «  si la justice malienne se montre défaillante dans cette affaire, nous allons saisir la cour pénale internationale (CPI) »

Prévue pour le vendredi 2 décembre 2016 à 9 heures, l’ouverture de l’audience n’est intervenue qu’à 10h 05 minutes. Ce retard sous entendait quelque chose. Les tractations et négociations se poursuivaient entre acteurs de la justice. A 10h 06 minutes, le président de la cour, Mahamadou Berthé a appelé les accusés à la barre. Puis s’en est suivie l’appellation des témoins. Après avoir effectué ces mesures d’ordres protocolaires, le président de la cour a demandé au ministère public, Mohamed Maouloud Najim, les raisons de l’absence des avocats de la défense comme de la partie civile. Selon ce dernier, les avocats ne sont pas dans la salle parce qu’ils ont été interdits, pour des raisons de sécurité, de rentrer avec leurs téléphones dans le prétoire. « Pour des raisons de sécurité, on a décidé d’interdire les téléphones dans la salle d’audience, pour que la cour puisse juger dans la sérénité car la communauté internationale nous regarde. Tout le monde est témoin des efforts fournis par les uns et les autres. Mais à l’impossible, nul n’est tenu. Nous n’avons d’autre choix que de requérir une deuxième suspension. C’est pour cela que nous vous demandons de suspendre jusqu’à lundi », a souligné l’avocat général, Mohamed Maouloud Najim. Les trois accusés (Amadou Haya Sanogo, Ibrahima Dahirou Dembélé et Issa Tangara) qui ont pris la parole ont fait savoir qu’ils ne pourront rien dire en l’absence de leurs avocats. « Étant donné que nous ne sommes pas des professionnels du droit, nous resterons derrière nos avocats », a indiqué l’ex chef d’Etat major général des armées, Ibrahima Dahirou Dembélé. Idem pour l’ex chef de la junte Amadou Haya Sanogo qui était habillé en noir. « Merci monsieur le président de l’opportunité que vous nous offrez, nous constatons l’absence de nos conseils au même titre que vous et nous ne pourrons rien dire sur les raisons de leur absence qu’après un entretien avec eux. Autant la défense à hâte autant nous avons hâte de dire notre part de vérité. Nous préférons rester derrière nos conseils », a martelé Amadou Haya Sanogo. Ainsi, la cour présidée par Mahamadou Berthé, après avoir constaté l’absence des conseils dans le prétoire, a ordonné la suspension de l’audience jusqu’au lundi 5 décembre 2016 à 9 heures.

Des salles aménagées pour les avocats ?

Pour en savoir un peu plus, nous avons approché le procureur général près la cour d’appel de Bamako, Mamadou Lamine Coulibaly qui nous a fait savoir que pour des raisons de sécurité, l’usage des téléphones est interdit pour tout le monde sans exception. A ses dires, les avocats ont dit qu’ils ne rentrent pas dans la salle sans leurs téléphones. « On va aménager une salle pour les avocats pour qu’ils puissent travailler facilement », a promis le procureur général. Tous les avocats sans exception exigent de garder leurs téléphones dans le prétoire car, selon eux, c’est leur outil de travail. « Ce matin, nous sommes venus et on nous a fait savoir qu’on ne pourra pas avoir accès à la salle d’audience avec nos téléphones, nous estimons que ce sont des formes de suspicion vis-à-vis de l’avocat. Nous avons fait bloc. La demande que nous avons formulée est d’autant plus légitime que les avocats de la partie civile se sont associés à cette demande. Le téléphone est un instrument de travail pour les avocats, d’autres ont leurs codes dessus, d’autres ont leurs jurisprudences dessus. Ils se promènent sans support papier. Ils ont tout dans leur téléphone. Nous pouvons comprendre pour la sérénité des débats, qu’on nous dit : rentrer avec vos téléphones mais s’il vous plait essayer de les mettre sous vibreur ou même les éteindre. Mais trouvons inacceptable qu’on nous demande de laisser dehors nos téléphones. Nous trouvons cela inacceptable. Dès le début de ce procès on a l’impression qu’on nous traite comme des spectateurs. Hier on nous a imposé des badges, aujourd’hui c’est les téléphones, demain on va nous demandé de laisser totalement la robe devant la porte », a martelé Me Alimam B Abdoulaye, avocat de la défense. Me Boubacar Karamoko Coulibaly de la défense évoque la même chose. « Nous avons refusé de rentrer dans la salle parce qu’on ne nous autorise pas à rentrer avec nos téléphones. Ils ont évoqué que c’est pour des raisons de sécurité alors que ce n’est pas les avocats qui vont empêcher le bon déroulement du procès. Le téléphone est un instrument de travail. Les avocats enregistrent leurs codes. C’est une atteinte à la liberté de la profession et un manque de respect à la profession », a déploré Me Boubacar Karamoko Coulibaly de la défense. Même son de cloche auprès des avocats de la partie civile. Pour Me Wali Diawara de la partie civile, dans ce chapitre, les avocats sont les mêmes, qu’on soit de la partie civile ou avocat des accusés. « Nous avons les mêmes droits. Nous refusons dans ce contexte de prendre part à ce procès tant qu’on ne nous aurons pas respecté », a-t-il précisé.

‘’Si la justice malienne se montre défaillante dans cette affaire, nous allons saisir la CPI’’

Quant à Me Assane Dioma Diagne de la partie civile, dans ces genres de procès, il y a des audiences de mises en état où des règles sont très déterminées. « On ne peut pas comprendre que le mardi, il y a eu des règles, l’audience s’est bien déroulée et que ce matin alors que les avocats se sont bien préparés par rapport à leur appareil électronique et qu’on nous interdise de rentrer avec le téléphone. C’est une question de dignité et de libre exercice de la profession d’avocat. Je pense que c’est inacceptable, on aurait pu nous convier à une audience où des règles consensuelles seront établies et qu’on instaure un climat de sérénité. Personnellement, n’étant pas du Mali, je regrette qu’on arrive à cette situation et qu’on me prive du droit de défendre mes clients. On crée cette tension artificielle, c’est regrettable, je pense qu’on n’a pas le droit d’en arriver à ce paroxysme surtout qu’on nous dit que c’est un procès ordinaire », a déploré Me Assane. Et de poursuivre en disant : « l’autre jour, on s’est offusqué du fait que Amadou Haya Sanogo se soit prévalu de sa qualité d’ancien chef d’Etat ou de général, on lui a dit que vous êtes un citoyens. Qu’est ce qui fait que par rapport aux autres audiences, il y a des règles qui sont établies et par rapport à ce procès, on aménage des règles particulières dérogatoires, des règles que les avocats connaissent, je pense que c’est inacceptable et nous avocats de la partie civile, nous sommes solidaires des avocats de la défense. Il ne s’agit pas de privilégier des positions processuelles mais de se battre pour la profession d’avocats et c’est ce qui a été fait ce matin ». Mme Sagara Bintou Maïga, présidente de l’Association des parents et épouses militaires des Bérets rouges assassinés (Apembra) qui représente les 23 membres de la partie civile regrette ces incidents de parcours. Toutefois, elle a indiqué que si la justice malienne se montre défaillante dans cette affaire, elles vont saisir la cour pénale internationale (CPI). Dans une conférence de presse qu’il a animée le vendredi soir, l’avocat général, Mohamed Maouloud Najim a promis qu’ils vont continuer à dialoguer pour le bon déroulement du procès.

Aguibou Sogodogo, envoyé sp

PARTAGER

23 COMMENTAIRES

  1. Est ce que cette dame est une malienne,ou elle vient d arriver au mali?
    La Cpi pour quoi faire?la vie des bérets rouges est elle meilleure que celle des militaires égorgés au nord?pourquoi cette dame n à pas menace de saisir la cpi,si on inculpé pas les dirigeants du mnla?
    Quelle justice la Cpi à rendu depuis sa mise en place il y a 15 ans?Poursuivre les africains, distribués plus d un milliard de dollars à des faux témoins pour incriminer les présidents africains alors que les crimes commis en libye,en Afghanistan, au nord mali se voient comme le nez sur le visage.
    Non,arretons ce proces,ou s il faut rendre justice,faiyes arrêter tous les responsables militaires des bêtes rouges qui ont planifié et ordonné,qu ils nous expliquent leur passivité de 10h du matin jusqu a 23h alors que l ortm est à moins de 10 mn de leur camp.
    Pourquoi n ont ils pas occupé l ortm pour éviter toute diffusion?
    Les bérets rouges ont manque de couille ou ont trahi ATT,plus équipes, mieux entraînés leur présence dans le périmètre de l ortm et autres lieux auraient dissuade tout coup d état ce jour.
    Il faut une cour martiale pour écouter les responsables des bérets rouges qui ont poussé les enfants d autrui à attaquer leurs frères d armes.
    Que l on sache pourquoi à l annonce de la mutinerie,les bérets rouges qui constituaient la garde présidentielle n ont pas reagi,qui devrait donner l ordre de déplacement ? Qui a donné ordre aux bérets rouges d attaquer alors que le coup d état était consomme ?
    Que cette dame arrêté son cinéma de Cpi,des maliens sont morts,il faut situer les responsabilites,et rendre justice.
    Toute réaction vient après une action,et entre militaires il n y a pas de disproportion car des deux côtés ils sont égaux en armes et en formation de base.
    qu on nous distrait pas pour diviser notre armée sinon on va à notre propre perte.

    • Massa,
      Vous jouez à l’amalgame en guise de défense du multicriminel Amadou Haya Sanogo.
      C’est une façon désespérée des partisans des criminels de les défendre parce qu’ils sont indéfendables.
      Ce n’est pas parce que les rebelles qui ne se reconnaissaient plus au Mali avaient égorgé nos soldats que Sanogo et sa bande de malfrats seront pardonnés pour avoir assassiné leurs frères d’armes et rempli des puits de leurs cadavres. Ils étaient désarmés avant d’être assassinés et au moment où le Mali avait le plus besoin d’eux.

      Allez y juger les rebelles si vous pouvez mais vous n’arracherez pas le criminel Sanogo à la justice.
      La dame a raison de parler de la CPI car ce sera le recours si la justice malienne n’arrivera à faire son travail correctement.
      On sait que Sanogo a des complices au pouvoir comme dans la rue. Mais ils sont minoritaires par rapport aux épris de justcie.

      Vous êtes des ennemis du Mali, de la paix et de vous-mêmes car vous et votre délinquant Sanogo ne survivrez pas à la paix nationale.

  2. Nous disons et rappelons les bérets rouges ont commencé les premiers et ont tué des bérets verts qui n’étaient point membres du comité de Sanogo dans les rues de Bamako à partir de Djikoroni en passant par la RTM où des bérets étaient assis tranquillement

    Nous disons et rappelons CES BÉRETS VERTS ATTRAPÉS ET TUÉS Á TRAVERS LES RUES DE BAMAKO ET ASSIS DEVANT DE LA RTM NE SONT ILS PAS AUSSI DES HUMAIS NE SONT ILS PAS DES MALIENS ET POURTANT LES BÉRETS ROUGES RESPONSABLES DE CES CRIMES ODIEUX SONT LIBRES ET SE LA COULENT DOUCE AVEC LEURS ÉPOUSES DANS CE CAS ON TROUVE QUE LA JUSTICE EST CORRECTE

    Nous disons et rappelons leurs camarades d’armes ONT DONC AUSSI ATTRAPÉ DES BÉRETS ROUGES ET LES ONT TUÉ LA JUSTICE DOIT AUSSI LES LAISSER LIBRES ET QU’ILS SE LA COULENT DOUCE AVEC LEURS ÉPOUSES

    Nous disons et rappelons dans le CAS CONTRAIRE LA JUSTICE DOIT ÉGALEMENT ARRÊTER LES CHEFS DES BÉRETS ROUGES ET LES FAIRE COMPARAITRE DEVANT LA MÊME COURS D’ASSISE ET S’IL Y A CONDAMNATION LES CONDAMNER TOUS OU LES LIBÉRER

    Nous disons et rappelons IL NE PEUT PLUS AVOIR UNE JUSTICE Á DEUX VITESSES

    • LE MALIEN A UN PROBLEME-SE REMETTRE EN QUESTION…
      VOUSDITES VRAI KOUMBA, A MON AVIS SI SANOGO EST JUGE ABEDINE DOIT ETRE A SES COTES ET LA REPONSABILITE EST PARTAGEE!
      DES MALENS CIVILS ONT ETE TUES, …PAS DE JUSTICE POUR EUX?
      LA RELIGION MUSULMANEA FAIT DUMALIEN UN ETRE QUI NE RECONNAIT PLUS LA VERITE ET EST IRRESPONSABLE PAR CONSEQ!

    • Koumba Sacko,

      Tu continue tes refrains stériles qui te saoûlent toi-même et t’empêchent de voir clair ?
      Les bérets rouges étaient en droit d’agir pour rétablir l’ordre constitutionnel.
      Le coup d’état contre un régime régulièrement établi est un crime imprescriptible que tout citoyen, et précisément l’armée devrait combattre.

      Quand tu tentes de te défendre contre un brigand ou quand ton voisin tente de te prêter main forte contre des criminels, la justice ne peut pas te blâmer.
      C’est le cas des bérets rouges qui ont tenté de défendre un régime régulièrement établi.

      Tant que les maliens n’auront pas une vision respectant les principes républicains, l’insécurité, le clientélisme et la destruction seront leur compagnons fidèles.

      Si les maliens n’ouvrent pas les yeux, la haine, le régionalisme, le clanisme qui influencent leurs jugements conduiront à la destruction totale du Mali quelle que soient l’aide qu’il recevra.

      Que Dieu aide la vérité.

      • Les bérets rouges font honte de l armée malienne,ou ils sont incapables ou ils ont trahi ATT.
        La mutinerie à commence du matin jusqu au soir et la télévision ortm,sont plus proches du camp des parzcommandos que les gens de kati.
        Qu ont ils fait ce jour de 1h à 22h, rien,donc dire qu ils sont revenus rétablir l ordre constitutionnel, c est faux.iks sont venus pour un autre dessein propres à eux.
        Cette dame qui parle de CPI n à pas honte ou bien ?
        Les bêtes verts ont été attaque par les bérets rouges,tout le monde le sait.
        Pour rendre justice,il faut faire comparaître les responsables des bérets rouges qui ont ordonné l attaque des bérets verts et chercher à savoir s il y a des politiciens derrière les débusquer et les juger.
        Le mali n à pas besoin de la CPI.
        Ou était cette dame mecreante quand on egorgeait les soldats militaires au nord mali?Pourquoi ne saisit elle pas la CPI pour poursuivre le mnla?ou les bérets rouges valent mieux que ces militaires égorgés ?
        Non,il faudrait une justice impartiale sinon notre armée ne s en relèvera jamais.
        Pourquoi,une cours d assises?pourquoi pas une cours martiale?
        Bérets verts,berets rouges ou noirs ce sont tous des maliens.
        Les bérets rouges font honte à notre armee car ils pouvaient éviter ce coup d état ne serait ce que contrôler l ortm et les points sensibles de bamako. Ils avaient les moyens et les hommes.on doit les poursuivre pour trahison, manque d assistance à la République car les bérets rouges constituaient la garde présidentielle.
        Ils peuvent pas fuir le jour des événements et revenir mettre le chaos dans notre armee.

  3. LES LOIS LES INSTITUTIONS SONT LA MAIS LA CORRUPTION ABRAHAMIQUE RELIGIEUSE A EU RAISON DU GRAND PAYS DES SOMAW SONI ALI SOUDJATA ,BITON , DAH MONZON, KUMI DIOSSE, FIHRUN,TIEBA ET AUTRES QUI JURAIENT QUE PAR LEUR PEUPLE ET CULTURE ET NON LES GRAND O-AKHBAR!

    5 PRIERES PAR JOUR VOUS RENDENT IDIOTS

  4. HEY MAIGA MUSO! C’EST UNE BAGARE SUR LES DUNES DE SABLE, OU QUOI?
    LA DECISION FINALE NE NOUS LA DICTEZ PAS! CE CI NOUS N’ ACCEPTERONS PAS!
    LA CPI DES IDIOTIES – GARDEZ POUR VOUS!

    CPI PAR CI CPI PAR LA COMME UNE QUEUE DE SINGE!
    OU SONT LES BERETS ROUGES A LA BARRE?

    IL N Y PAS DE JUSTICE SANS ABEDINE JUGE AVEC SANOGO!

    ET QUI A TUE DES CASQUES NOIRS(INOCENTS PEUPLES NOIRS )DEVANT L’ORTM ET AUTRES PARTS? 🙂

  5. « Si la justice malienne se montre défaillante, nous allons saisir la CPI »

    Bravo Madame, bravo Tantie! 😉 😉 😉 😉 😉 😉

    C’est exactement le message qu’il faut faire passer pour remettre à temps les idées en place au gros lourdaud Zonkeba!!!

    Ce vieux lourdaud d’Ibk avait d’abord envisagé de faire traîner les choses en longueur “jusqu’à fatiguer” et libérer en douce le macaque, mais pas de chance pour lui, Le Sphynx à l’époque et aussitôt après les organisations internationales des droits de l’homme avaient éventées ses intentions, et les avaient DENONCE PUBLIQUEMENT!!! :hmm: :hmm:

    Donc: Raté pour ce vieux tricheur! 😎 😎 😎

    Une fois son “plan” de libération en douce connu de tous et donc impossible, le vieux lourdaud toujours aussi dépassé a alors joué à repousser les choses indéfiniment, comme si ça pouvait sortir son “protégé” du piège où il se trouve; Mieux, sans doute pensait-il pouvoir s’en tirer avec un procès bidon assorti d’une peine dérisoire!

    Mais là encore, (et le message de Madame Sagara tombe à merveille!), il faut bien qu’Ibk comprenne qu’on est en 2016 et au 21ème siècle, et qu’on ne peut rien magouiller A L’INSU des organisations des droits de l’homme! 😉 😉 😉 😉 😉 😉

    Ce temps-là est fini, mais Ibk a (au moins) 30 ans de retard! 😎 😎

  6. Comrades it sadden me to think if a court decision is not as a group desire it is considered injustice by group whose desires is not fulfilled. We should not allow our personal desires to over ride rationale for justice. For justice is properly determined by weight of evidence in consideration to charges as to be examined as set by law. Primary factors in this case are corruption, lawlessness by government, lack of security from external evil forces, military split by some willingness to uphold lawlessness of government plus other willingness to bring legal propriety back to governing in Mali by any means necessary. In short this is a case where lawless government illegally turn governing conditions to a case of survival of fittest. Fortunately God saw to it that those who favored best interest of people of Mali prevailed. We all are greatly hurt by fact a most undesired sacrifice of Red Beret was made for supporting a corrupt plus lawless government to their death. nothing will change death of Red Beret or circumstance but we should use fact condition came about to legislate laws plus enact actions which prevent corruption plus lawlessness which created that condition for ever coming about in Mali again. Under total circumstance it is most equitable action which could be taken by good men however, evil men will only seek to produce greater hardship for some or all. It is very much asinine to turn to ICC (veiled colonialists) to resolve African problems were we duly apply all essentials. To think of doing like thing is to declare one self slave to foreigners. No Buntu from this day forth should do or tolerate such actions if we sincere about developing plus maintaining self-sufficient plus self-sustaining Africa. Very sincere, Henry Author Price Jr. aka Obediah Buntu IL-Khan aka Kankan.

  7. voir seulement le défaut des autres est une faiblesse ignoble , c’est ce surpasser de ses qualités.
    IL ne s’agit ni de Att ni de sanogo mais de crimes volontairement commises si selon le general ATT avait affronté ces soit disant béret vert de votre sanogo combien seront les morts et il répondra a la justice aujourd’hui telle n’est pas ce cas .le Mali n’a pas besoin d’homme fort mais d’une forte institution ; et sans justice pas d’institution a bon entendeur salut

    • LES INST-TIONS AU MALI, IL YA! LES (H/F)OMMES AVEC LA TETE ET LA VOLONTE COMME KOUMBA PEU TROP PEU , LES FEMMES EN MAJORITE ESCLAVAGISEES ET LES HOMMELETTES SE PARENT POUR DEFILER DANS LES MOSQUEES BLABLATANT IRRESPONSABLES…

      LES LOIS LES INSTITUTIONS SONT LA MAIS LA CORRUPTION ABRAHAMIQUE RELIGIEUSE A EU RAISON DU GRAND PAYS DES SOMAW SONI ALI SOUDJATA ,BITON , DAH MONZON, KUMI DIOSSE, FIHRUN,TIEBA ET AUTRES QUI JURAIENT QUE PAR LEUR PEUPLE ET CULTURE ET NON LES GRAND O-AKHBAR!

      5 PRIERES PAR JOUR VOUS RENDENT IDIOTS

  8. Tous des tarés ces pauvres maliens ! On a tous assisté au procès du Général Moussa Traoré. Alors qu’est ce que vous voulez maintenant? De grâce ! Le Malien a un seul complexe, ce qu’il est nul a tous les niveaux, il le sait et refuse tout de même de le reconnaître. Si vous croyez que c’est en trichant ou mentant que les choses vont s’améliorer, eh bien ,alors c’est du leurre.

    • tu ne vas un peu loin là Monsieur le moine, tu ne peux pas traiter tous les maliens de nul quand même et que l’on ne soupçonne pas toi aussi. es tu sain d’esprit pour dire de telle ineptie?

  9. Nous disons et rappelons UNE VRAIE ÉPOUSE CONSEILLE TOUJOURS LA MODÉRATION L’HUMILITÉ Á SON ÉPOUX

    Nous disons et rappelons tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté que Sanogo Général Pépinière Ramasseur de Pouvoir et Ses Soudards après avoir ramassé le pouvoir abandonné par ATT Général Pépinière Fuyard Abandonnant Ses Troupes aux Fronts n’ont point attaqué les bérets rouges car ils savaient que depuis que l’humain est sur cette terre l’affrontement entre guerriers soldats ne respecte aucune règle Il est violent et ne prend fin que quand l’adversaire est anéanti totalement sans aucun état d’âme et ce qui sont en déroute sont recherchés et mis hors d’état de nuire sans aucun état d’âme aux fins que plus jamais il vient à l’idée à d’autres de récidiver LES BONNES ET HUMBLES ÉPOUSES DES BÉRETS VERTS ONT CONSEILLÉ Á LEURS MARIS BIEN QU’ILS SOIENT AU POUVOIR DE NE PAS ATTAQUER LEURS FRÈRES BÉRETS ROUGES CAR L’AFFRONTEMENT ENTRE MILITAIRES OU GUERRIERS EST VIOLENT ET SANS MERCI ET CEUX SONT LES FEMMES ET LES ENFANTS QUI PAYENT LE LOURD TRIBUT AVEC LA MORT DES ÉPOUX

    Nous disons et rappelons LES ARROGANTES ÉGOÏSTES HAINEUSES ET MÉCHANTES FEMMMES DES BÉRETS ROUGES PAR CONTRE ONT ENCOURAGÉ LEURS ÉPOUX BRAS ARMÉS DU FDR Á ALLER ATTAQUER LEURS FRÈRES BÉRETS VERTS CAR ELLES ESPÈRAIENT TIRER LES AVANTAGES DE LA VICTOIRE DE LEURS ÉPOUX

    Nous disons et rappelons L’ÉGOÏSME L’ARROGANCE LA HAINE LA MÉCHANCETÉ CONDUIT TOUJOURS Á LA PERTE DE SON AUTEUR TEL FUT LE CAS DE SATAN

    Nous disons et rappelons donc à madame Sagara et Consorts QUE LA NON CONDAMNATION DES BÉRETS VERTS SIGNIFIE DÉFAILLANCE DE LA JUSTICE ET POURTANT LEURS ÉPOUX N’ONT POINT ÉTÉ INQUIÉTÉS NI CONDAMNÉS APRES QU’ILS AIENT TUÉ PLEIN DE BÉRETS VERTS SUR LEUR ROUTE

    Nous disons et rappelons à madame Sagara et Consorts de SAISIR ALORS DÈS MAINTENANT NON SEULEMENT LA CPI MAIS AUSSI LE TRIBUNAL PENAL DU FDR LES MAITRES ET COMMANDITAIRES DE LEURS ÉPOUX

    • “…Ses Troupes aux Fronts n’ont point attaqué les bérets rouges car ils savaient que depuis que l’humain est sur cette terre l’affrontement entre guerriers soldats ne respecte aucune règle Il est violent et ne prend fin que quand l’adversaire est anéanti totalement sans aucun état d’âme et ce qui sont en déroute sont recherchés et mis hors d’état de nuire sans aucun état d’âme aux fins que plus jamais il vient à l’idée à d’autres de récidiver…” 😕

      Je te savais idiote mais j’ai jamais cru que t’en etais arrive’e a ce point. Si je suis ton raisonnement bidon, Iyad et ses assassins etaient dans leur plein droit de tuer comme des CHIENS nos soldats a Aghelhok et ceux apres la visite mortifere de Moussa Mara a Kidal en 2014.

      Quelle honte!!!

      • 😀😀😀😀😀😀😀😀😀 BOUGO, tu n’es pas Catholique, comment peux-tu qualifier notre KOUMBA NATIONALE d’idiote ?? 😀😀😀😀

        Arrêtes de raconter des idioties comme CAPI sinon comme lui toi aussi tu seras un idiot. 😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀

    • KOUMBÂTI je te recommande le psychiatre de CAPI !! 😀😀😀😀😀😀😀😀

      Ici on parle de prisonniers arrêtés à domicile ou dans des SOTRAMA pour ensuite être froidement assassinés. Si ce n’est pas la démagogie qu’est-ce qui fait de cela une histoire de Bérets Rouges contre Bérets Verts ? Attaquer les délinquants du CNDERRIÈRE n’est pas attaquer les Bérets Verts qui ne se reconnaissaient pas en Sanogo et sa bande de fripouilles.

      Si les choses étaient aussi simples que tu le décris pourquoi ces gens là vont croupir 3 ans en taule sans porter plainte alors qu’ils ont été attaqués en premiers ? Pourquoi alors ils ont dissimulé les corps pour les faire passer comme morts au front ? Ne savaient-ils pas qu’ils ont été attaqués par eux ? Que penses-tu de ces rebelles qui ont égorgé des prisonniers à AGUEL HOK ? Ne fallait-il pas les anéantir aussi ?

      Ma sœur bien aimée, le psychiatre de CAPI n’est pas un excellent psy mais il lui arrive de faire raisonner cet EXACON. 😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀😀 WALLAYE, il vaut mieux que rien !

  10. qu’est ce qui t’empêche de ne pas aller à la cpi c’est toi et les gens qui l’ont poussent qui ont peur sinon Sonogo et c’est coaccusés sont prêts vipeur là mon oeil

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here