Racine S. Thiam, de la CAP: «Techniquement, il est faisable de créer 1 million d’emplois au Mali en cinq ans»

1

generique-mali-portrait2_0Racine Seydou Thiam est le candidat de la Convergence d’actions pour le peuple (CAP). A 38 ans, il est un ancien cadre d’Orange Mali et promoteur d’une école de marketing de Bamako. Selon lui, la priorité pour le Mali, c’est la relance de l’économie et la création d’emplois. Il répond aux questions de RFI.

RFI : Vous annoncez vouloir bâtir une nouvelle société autour du travail. Vous vous engagez à créer un million d’emplois en cinq ans. Comment allez-vous faire ?

Racine Seydou Thiam : En réalité, nous avons pour ambition de résorber le réservoir de chômage qui est très important et qui fait qu’une génération de Maliens se sent abandonnée. C’est une génération de sacrifiés.

 

 

Dans notre projet de société, nous avons ce que nous appelons « les grands chantiers du quinquennat » qui nous permettront, effectivement, dans plusieurs domaines d’activités comme l’agriculture, l’énergie, l’assainissement, les infrastructures routières, les chemins de fer et autres de créer, de façon pérenne, un certain nombre d’emplois.

 

 

Le financement proviendrait aujourd’hui de deux sources. Nous pensons, premièrement, qu’avec une meilleure gouvernance et une efficacité beaucoup plus accrue de nos services d’impôts – fiscalité intérieure et fiscalité des droits de port des douanes –, l’économie malienne peut dégager 450 milliards de francs CFA supplémentaires pour faire face à notre projet de société.

 

 

Pour la création de ce million d’emplois, une fois que nous aurons ces 450 milliards supplémentaires, nous mettrons en place 100 milliards de fonds d’investissement pour le secteur privé, petites et moyennes entreprises, qui créeront suffisamment d’emplois et qui permettront effectivement la transformation sur place d’un certain nombre de nos produits agricoles ou encore laitiers. Techniquement, il est faisable de créer, en cinq ans, un million d’emplois au Mali.

 

 

Quelles mesures envisagez-vous pour lutter contre la corruption, notamment au sein de l’Etat ?

Nous avons deux mesures phares. La première, c’est la stratégie de la carotte et du bâton. Il est important de donner du pouvoir d’achat aux fonctionnaires de l’Etat. Nous avons décidé de doubler le salaire des fonctionnaires, ce qui va entraîner une émulation, y compris dans le secteur privé car les employeurs seront obligés de s’ajuster. Les conditions seraient ainsi créées pour permettre aux salariés de vivre de leurs emplois.

 

 

Une fois que nous aurons fait cela, nous serons implacables contre la corruption. Il n’y aura pas de tolérance. Ainsi, le vérificateur, par exemple, verra son statut amélioré pour qu’il bénéficie de l’immunité pendant son mandat.

 

 

Nous mettrons également en place une agence supplémentaire de bonne gouvernance. Ceux qui trichent et ceux qui volent l’Etat doivent payer le prix. Ils doivent rendre compte à notre Etat.

 

 Par David Baché/ RFI.

PARTAGER

1 commentaire

  1. JOUR-J – 4 L’avenir de la nation repose sur sa jeunesse, mais sur n’importe quelle jeunesse, sur les jeunes cultivés, douées et de caractères nobles et d’ambition élevées. Ensemble nous sommes capable votons Racine Thiam CAP

Comments are closed.