Rencontre avec Mohamed Ag Hamed dit Dofana, Maire de SOUMPI :

0
32

Monsieur le maire, pouvez-vous nous présenter votre commune?
Je vous remercie. Sachez tout d’abord que Dofana  est un village rural créé par  mon père en 1982. En fait c’est en 1982 que cette création de village a été officialisée, la demande ayant été faite auprès des autorités depuis 1957. J’ai fini moi-même après mon père de créer ce village que j’adore. Par ceque c’est ici que je suis né , c’est à Dofana que j’ai grandi et je dois tout à Dofana. Vous comprenez maintenant pourquoi on m’appelle Dofana tout simplement.  Mon village se situe à 50Km à l’EST de Niafunké et à 9km de SOUMPI chef lieu de la commune.  Il se situe au bord de la route Nationale LERE – NIAFUNKE.  Ma commune Soumpi, regroupe 25 villages et fractions en plus d’une dizaine de fixation c’est-à-dire des hameaux de Bozos, Peulhs, nomades, etc..  Ces  dernières années, on est au delà de ces chiffres de populations que nous avons pu sédentarisées et c’est bien, c’est bon signe puisque ça veut dire qu’il y a des jeunes qui restent, même si on compte beaucoup de personnes âgées dans les villages. Nous sommes fiers d’avoir pu augmenter le nombre d’écoles avec  des  classes assez modernes  grâce au concours de nos partenaires un.  Les enfants ont encore une grande place dans notre commune, on fait pas mal d’investissements, pour que les locaux soient agréables et adaptés à une classe normale. Sinon, nous sommes un village assez traditionnel qui tient à ses valeurs et culture.


Les merveilles  de la commune de SOUMPI?

L’histoire de la commune est   merveilleuse et je m’en félicite.  Je suis à mon troisième mandat par la grâce du TOUT PUISSANT, mon peuple m’estime et EST  avec moi de jour comme de nuit  et moi aussi je suis à leur côté. Qu’il pleuve ou qu’il neige ma passion c’est de me mettre à leur service.   C’est pourquoi la première merveille, c’est que depuis mon premier mandat, j’ai commencé à sédentariser les nomades.  Cependant comme vous le savez à l’époque les évènements du Nord ont un peu troublé mes activités. C’est pourquoi j’espère que vous me donnerez l’occasion d’en parler, c’est partant de ce que je faisais comme leadership dans l’ex arrondissement de Soumpi que j’ai été indiqué par les populations pour être maire. Pour les chiffres, j’ai eu n14 conseillers sur 17 pour ce faire. Ces nomades ne connaissaient que l’élevage des bovins ovins et caprins. J’ai réussi à les réunir autour de l’agriculture et surtout des cultures de contre saison. Et par enchantement, j’ai été appuyé par les bailleurs, l’ensemble des services techniques et les autorités administratives. Personne n’a ménagé son temps pour nous apporter aide et assistance dans les 25 villages et fractions de SOUMPI. Des merveilles, il ya en a vraiment. Depuis l’indépendance jusqu’à la décentralisation, l’arrondissement de SOUMPI n’avait que 2 écoles et 1 seul dispensaire. Aujourd’hui nous avons pu créer 13 écoles fonctionnelles dont 2 second cycle, 4 écoles mobiles, 4 centres d’alphabétisation et 1 CED et 2 Medersas.  Dans le cadre de l’accès à l’eau potable, aucun  village , fraction ou fixation ne souffre de manque d’eau potable. Toutes les infrastructures y existent : pompe, forage et même château dans la commune.  Dans le cadre de la santé, trois CSCOM sont opérationnelles et le personnel est étoffé. Dans le domaine agropastorale, plusieurs périmètres existent dans les villages. Dans le domaine de la protection de l’environnement, plus de 1000ha sont reboisés. Voici de façon modestes les quelques merveilles de ma commune.
Il y a beaucoup de projets, c’est donc bon signe même s’il n’est pas facile de tous les concrétiser en même temps.

Oui, ça prouve qu’il y a de la vie dans la commune. Je voudrais remercier le conseil municipal, car il y a vraiment une bonne ambiance et toutes les personnes sont parties prenantes dans tous les projets, ce qui permet de voter, quasiment, toutes les délibérations. C’est donc agréable de travailler avec un conseil municipal et des adjoints qui connaissent parfaitement la commune et qui savent bien indiquer ce qui serait bien ou pas. Il n’y a pas vraiment d’opposition systématiquement négative et on essaye de faire les choses de façon constructive. Tout n’est pas parfait, sûrement, mais comme vous dites, avec le temps, pourquoi pas, mais la commune de SOUMPI a toujours des objectifs et des idées.

Je vous remercie de nous avoir consacré un peu de votre temps et pour finir, je vous laisse carte blanche

Pour terminer, j’aimerais vous parler de ma fonction de maire en zone rurale, rôle auquel je ne m’attendais pas du tout. Si j’avais déjà  au carrefour de toutes les activités de développement dans l’ex arrondissement de SOUMPI  ce qui était la gestion en appui au fonctionnement d’un arrondissement, qui n’a rien à voir avec celle libre et transparente d’une commune. Le maire a pratiquement tous les rôles, même s’il est aidé par une secrétaire de mairie. Je crois qu’aujourd’hui, mon métier principal est "chef de travaux", mais c’est aussi gestionnaire des finances de la commune, de l’école, des permis de construire, des problèmes de voisinage ou sociaux en général, l’association foncière, la sécurité routière, le contrôle sanitaire, etc…

Et je n’imaginais pas assister à autant de réunions, pour la communauté de communes, les chantiers, la gestion foncière,  les associations, les réunions politiques, les assurances, etc…, sans parler des rendez-vous imparables avec les services administratifs.
Le métier de maire en zone rurale est finalement très prenant, mais très intéressant aussi par sa vocation constructive et sociale. J’aime faire bouger les choses, essayé de trouver des solutions justes aux problèmes qui se posent. Mon gros défaut, sûrement, c’est le manque de patience. Tout me parait infiniment long à mettre en oeuvre, surtout sur le plan administratif.
Les projections, c’est les pistes rurales, la vaccination, encore 2 autres CSCOM, et 4 nouvelles écoles en plus des puits à grands diamètre.
Enfin, les élections c’est pour 2012, ce sont cette fois des élections à grands défis qu’il faille lever. J’en appel à la citoyenneté de chacun et de tous, pour un Mali uni prospère paisible et qui sait pousser les montagnes. Je vous remercie

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.