Sékou Keïta à propos de son spectacle « le Mali des merveilles » « C’est pour montrer qu’en dehors des problèmes de guerre, il y’a des choses merveilleuses au Mali »

0
Le chorégraphe Sékou Keïta à cœur ouvert
Sékou Keita

Dans une interview qu’il nous a accordée, Sékou Keita, initiateur du spectacle ‘’le Mali des merveilles’’ nous en dit plus sur ce spectacle. Lisez plutôt.

Le  Tjikan : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Sékou Kéita : Je m’appelle Sékou Keita, je fais de la danse contemporaine. Je suis professeur de danse, chorégraphe-danseur. Je travaille partout au Mali, au Brésil, en Suisse entres autres. Je vis en Suisse mais je viens au Mali au moins deux fois dans l’année.

Parlez-nous de votre nouveau spectacle : 

Le nouveau spectacle ‘’le Mali des merveilles’’ est un spectacle qui est constitué de chants et de danses. Je travaille sur ce spectacle depuis plus de trois ans. Il y’a un an et demi, j’étais à Bamako pour travailler avec des artistes comme Bassékou Kouyaté,Toumany Diabaté ,Babani Koné ,Oumou Sangaré, Mamany Kouyaté entre autres pour faire des vidéos, des danses et des sons. Donc, j’ai eu la chance de le faire avec eux et après et je voulais en faire un grand spectacle.

Comment est venue l’initiative ?

Il y’a eu deux choses : j’avais envie de faire un spectacle seul en solo. Il s’agit de danser  seul sur scène. En dehors de cela, depuis qu’il y’a eu des problèmes au Mali par rapport à la barbarie, j’avais envie de monter un spectacle pour   montrer qu’en dehors  de ces  problèmes de guerre, des djihadistes, qu’il peut y avoir des choses merveilleuses au Mali et qu’il faut qu’on continue artistiquement à faire la danse et les chants pour montrer qu’on est soudés artistiquement les uns et les autres.

Quel est le contenu du spectacle ?

Le contenu est très varié et très dense. Mais j’ai fait appel à des gens avec qui j’ai travaillé et avec qui,  j’ai une certaine affinité. Il y’avait Khaïra Harby du nord, Amadou et Mariam,  Bassékou Kouyaté. Malheureusement Toumany Diabaté n’était pas là. Ils ont joué avec l’ensemble instrumental. Il y’avait Babani Koné qui a joué avec l’ensemble instrumental un morceau, Oumou Sangaré aussi entres autres. Et moi-même, j ai fait un spectacle de 30 minutes avec mon groupe de danse. Le thème portait sur la guerre, l’environnement  climatique et le thème « Djiguiya ».

Qu’est-ce que vous comptez faire pour la promotion de ce spectacle ?

J’ai eu la chance et je remercie Africable qui a  assisté à toute la préparation de ce spectacle du début à la fin. Africable va permettre aussi que ce spectacle soit vu et revu du début à la fin à la télévision par des millions de personnes. Il y’ aura aussi des diffusions quotidiennes sur ce spectacle chaque jour à partir de 18 heures sur Africable.

Est-ce que le spectacle sera reproduit à l’extérieur ?

J’avais envie d’abord de faire ce spectacle à Bamako avec nos artistes notamment  l’Ensemble instrumental. Tous ces artistes ont un programme chargé et varié et j’ai eu la chance  de les réunir à Bamako. A l’extérieur, ça ne sera pas facile. Mais, il y’a un objectif aussi c’est  que mon spectacle soit véhiculé dans divers autres festivals.

Avant le Mali des merveilles, avez-vous produit d’autres spectacles ?

Effectivement, un spectacle avec plus de 70 artistes au CICB, c’était ma première grande production. Mais j’ai collaboré à beaucoup de vidéos et à beaucoup de spectacles de renommée.

J’ai collaboré avec d’autres artistes surtout et avec Diata Production, la première grande production est l’album de  Maimouna Dembélé qui n’est pas encore sorti.

Quels sont vos projets ?

Que ce projet qui n’est pas encore sorti à la télévision ait une place dans le cœur du peuple malien. C’est aussi de continuer. Après ce projet, je dois partir  pour  aller travailler sur d’autres projets et pour d’autres horizons.

Un dernier mot ?

J’aime bien mon pays le Mali et je sais qu’artistiquement ce n’est pas facile. Il faut s’accrocher, qu’on s’entraide entre nous et qu’on communique les uns et les autres et les choses vont aller de l’avant. Malheureusement, la guerre a toujours existé mais n’a jamais résolu quelque chose. Au contraire, elle entraine de la  haine, de la jalousie, de la barbarie. Ce qui constitue un drame pour nos enfants et la nouvelle génération. J’espère que bientôt, nous allons oublier tous ces problèmes !.

Propos recueillis par Fatoumata Fofana

PARTAGER