Sidy Cissé, Secrétaire général du Conseil régional de la jeunesse de Gao, administrateur principal du Mouvement des jeunes patrouilleurs : « Si l’Etat ne prend pas ses responsabilités, nous prendrons les nôtres »

6
Sidy Cissé, Secrétaire général du Conseil régional de la jeunesse de Gao
Sidy Cissé, Secrétaire général du Conseil régional de la jeunesse de Gao

Le Républicain : Comment vivez-vous la situation actuelle à Gao ?

C’est une situation alarmante, déplorable qui interpelle les autorités et  toutes les forces qui sont venues nous rendre visite [majorité et IBK, opposition], parce que c’est inadmissible et incompréhensible. Aujourd’hui, Gao doit être la capitale des forces internationales, parce qu’il n’y a pas une force internationale qui n’a pas son contingent à Gao.

Il y a la Minusma, la force Barkhane et les Fama à Gao, c’est incompréhensible …

C’est déplorable et inadmissible. Nous avons toujours tiré la sonnette d’alarme pour dire à nos autorités que la sécurité des personnes et des biens incombent en premier lieu à l’Etat malien, aux autorités du Mali. Les forces étrangères sont venues en appui, mais aujourd’hui il va de soi que nous puissions avoir une politique de défense pour pouvoir sécuriser les populations de Gao, les populations du Mali de façon générale. Vous n’êtes pas sans savoir que malgré l’occupation que nous avons vécue, nos forces de sécurité, la gendarmerie, la police, n’ont  ni l’effectif, ni l’équipement adéquat qu’il faut. On a l’impression que Gao est comme Sikasso [avec moins de problème de sécurité].

Voulez-vous dire qu’il faut plus d’hommes pour ces forces?

Il n’y a ni un effectif suffisant encore moins un équipement qui permet de rassurer les populations. La preuve est là, vous avez vu le lynchage des jeunes qui ont placé une mine dans un poste de police parce que tout simplement c’est inadmissible, lorsque ceux qui sont censés nous sécuriser, ne sont pas eux mêmes en sécurité. Bon dieu où va le monde !

A Bamako, on pense qu’il y a beaucoup de militaires à Gao, et qu’ils sont en nombre impressionnant, mais qu’est ce qui se passe ?

En réalité, nous pensons que notre sécurité incombe à notre Etat. Il ne sert absolument  à rien de dire à quelqu’un de venir construire ta maison lorsque tu n’as pas de terrain. Nous pensons à nos forces de sécurité d’abord. Ils sont réellement nombreux, mais l’effectif qu’il faut n’est pas sur le terrain.

Ils restent dans les camps ?

Ils sont dans les camps, ils n’ont pas les moyens qu’il faut pour pouvoir rendre cette sécurité dont la ville a besoin. Gao, c’est un « no man’s land ». Gao est une zone sans contrôle. Je parle de toute la région à travers la commune urbaine parce que la région est à l’image de la commune urbaine de Gao. Si ce que nous vivons dans la ville de Gao est déplorable, lamentable, que dire des cercles. Les villages, les cercles ne connaissent même pas la présence des forces de sécurité, c’est à dire qu’il n’y’a pas une présence policière  ni de la gendarmerie.

Parlant de la ville de Gao, avec des obus qui tombent, qu’on ne puisse pas parvenir à circonscrire cela ?

Bien sûr, il y a toutes les forces internationales qui sont à Gao, il y a les forces Barkhane qui sont présentes sur le terrain. Mais, seulement, c’est maintenant  que la situation est alarmante parce qu’il y a eu mort d’hommes et des pertes en vie humaines. Sinon Gao a l’habitude de recevoir des obus, maintenant c’est un signal très fort. Nous sommes à notre quatrième ou cinquième fois où il y a des tirs d’obus. La MINUSMA  et les forces Barkhane nous rassurent et tous les jours nous constatons des patrouilles  par hélicoptère.

Ce qui devrait rassurer en fait ?

Naturellement, mais ce n’est pas rassurant. Raison pour laquelle à Gao depuis un certain temps, nous nous réservons de parler de forces internationales. Parce que nous avons du mal à les comprendre. Vous avez vu, ce qu’on a fait le jour où on parlait de zone de tampon à Tabankort. Vous avez vu ce qui s’est passé, à quoi ça nous a amenés? Donc, c’est pour vous dire que ça ne me plait pas de parler des forces internationales, parce qu’ils sont là-bas pour autre chose.  Et  elles savent pourquoi ils sont là-bas.

C’est quoi ‘’autre chose’’, elles sont là-bas pourquoi, selon vous ?

Sinon, ce qui est arrivé pas plus tard que dimanche dernier, n’arriverait jamais, parce que les terroristes ne sont pas plus dotés et mieux équipés que les forces internationale, la MINUSMA et les forces Barkhane. Donc, c’est inadmissible de voir des obus tomber non loin des camps, où habitent la Minusma ou les forces Barkhane. Je ne comprends pas. Et aujourd’hui ce ne sont plus les camps qui sont visés, mais les populations  civiles. Les patrouilles mixtes qui se passent entre la Minusma et nos policiers ne sont des patrouilles honorables. C’est une patrouille qui fréquente les grandes artères et qui ne va pas en profondeur dans les zones d’insécurité. C’est une occasion de dire à l’Etat que s’il ne prend pas ses responsabilités, nous  nous prendrons les nôtres.

Qu’est-ce que vous voulez dire ?

Vous avez sans doute constaté pendant l’occupation qu’il y a eu moins de cas de vols malgré tout. Parce que tout simplement nous avions mis en place un système de résistance à travers l’organisation des patrouilles par les jeunes. Cela s’est arrêté avec l’arrivée de l’armée malienne. Parce que nous nous sommes dit que c’est une mission régalienne. Nous sommes et demeurons des Maliens et des républicains.

Et quand vous dites que vous allez prendre vos responsabilités, c’est reprendre les patrouilles ?

Non, nous sommes dans une phase d’analyses profondes pour voir ce que nous allons faire. La patrouille ou autre chose, les gens le sauront dans les jours à venir. Mais nous nous mettons toujours derrière l’Etat tout en l’interpellant à prendre ses responsabilités. Parce que nous, en tant que fils et autochtone de Gao, nous ne pouvons pas continuer à être de simples observateurs de nos enfants, nos femmes et nos frères qui meurent tous les jours.

Le 27 janvier dernier, il y a eu des victimes, les résultats d’enquêtes de l’ONU révèlent la responsabilité des casques bleus. Comment avez-vous accueilli cette décision ?

C’est une décision réelle et une vérité absolue. Nous avons rencontré les trois émissaires de l’ONU par rapport à cette enquête. Ils n’avaient pas besoin de tout ce temps pour rendre le verdict. Parce que c’était aussi clair. Ils étaient sur le terrain. Ils savaient de quoi il était question. Des enfants qui étaient en face et n’avaient aucune arme à feu ni aucune arme blanche. A Gao, nous n’avons même pas certaines pierres pour pouvoir les lancer. Et ces enfants se retrouvent blessés, tués. C’est lorsqu’ils ont commencé à tirer que nous avons utilisé de l’essence tirée dans nos motos, pour jeter des cocktails molotov. Ça, on le dit, on le répète, on le maintien parce que face à quelqu’un qui tire sur toi, tu te défends avec ce que tu as. C’était en réaction de leurs  tirs que certains, deux ou trois personnes se sont comportées de la sorte parce que trop c’était trop. Ils devaient quand  même faire des tirs de sommation, mais ils ont tiré à balle réelle.

Maintenant, les résultats sont là, des éléments du contingent rwandais de la Minusma seraient  en cause. Comment voyez-vous la suite ?

La suite, il ne faut pas que ça soit un verdict de bureau. Il faut que ça soit un verdict des faits pour que les auteurs de l’acte ignoble, de l’acte barbare, de l’acte assassin puissent répondre, parce que … Si des responsables de famille,  par patriotisme se lèvent pour aller dire non à ce qui est en train de se faire sur leur terre, et que des hommes qui sont sensés épauler l’Etat, tirent à balle réelle sur les populations, c’est inadmissible. Au même moment ils prennent la fuite devant les femmes et les jeunes de Kidal.

Et si des tractations au haut niveau aboutissent pour laisser partir les auteurs au Rwanda pour y être jugés, quelle serait votre réaction ? 

Nous sommes dans un Etat de droit, l’acte qui a été posé, l’a été en terre malienne et les victimes sont du Mali. Il serait inadmissible qu’il y ait des tractations. Un transfert de compétence au Rwanda est inadmissible. Nous avons des tribunaux compétents, nous avons une justice compétente et nous pensons que nous sommes dans les règles pour pouvoir juger ces auteurs qui ont commis cet acte chez nous. Il faut qu’ils soient jugés conformément à nos lois. Et pour purger leurs peines, peut être qu’ils vont pouvoir le faire chez eux. Mais c’est chez nous, conformément à nos textes, qu’ils seront jugés  et punis. C’est chez nous que l’acte a été posé et ce sont les fils du Mali qui ont été victimes. Quand le président a été à Gao pour présenter ses condoléances, il a juré de faire la lumière sur cette histoire.

Mais comment vous voyez les perspectives ?

Les perspectives, c’est d’abord saluer le verdict. Nous le saluons et nous pensons que les familles des victimes  dans un bref délai vont être dédommagées ainsi que les blessés  de l’incident.

Est-ce qu’entre temps déjà l’Etat malien s’occupe des parents des victimes ?

S’occuper c’est trop dire, excepté les dons que  les gens ont amené sous la forme de contribution. Je parle sous le contrôle du président de la commission qui est là. Excepté cela, je n’ai pas connaissance de prise en charge des parents de victimes.

Avez-vous des mots à ajouter ?

Nous interpellons notre Etat comme nous l’avons toujours fait, pour qu’il prenne ses responsabilités  afin que nous puissions désormais dormir sans l’inquiétude de se réveiller avec des obus ou autres choses. Gao ne mérite pas ce qui est en train de se faire, Gao a montré son patriotisme à l’égard du Mali, nous sommes en train d’œuvrer dans ça. Nous sommes dans une perspective de faire la promotion de la paix  et de la cohésion sociale à Gao. Après la résistance, il faut que nous vivions en paix.

On vous a vu très récemment saluer l’accord et inviter la  Cma a le signer. Le pensez-vous sincèrement ?

Oui. Nous l’avons dit lors du meeting  que nous sommes partisans de la paix, partisans de la non-violence et nous sommes aussi républicain, nous sommes pour l’Etat du Mali. Si l’Etat du Mali se permet de parapher un accord le 1er mars, nous sommes maliens, et nous sommes obligés d’être derrière notre Etat. Raison pour laquelle nous sommes sortis sous réserve, parce que nous n’avons pas accepté le mot Azawad  qui ressort encore sur le document paraphé. Mais pour l’intérêt de la paix, nous disons oui à l’accord, oui à la paix. Dans la mise ne œuvre nous saurons de quoi il est question. Nous disons que l’Azawad n’est pas un concept géographique et nous nous donnerons le temps de pouvoir réellement examiner tous ces détails. Nous sommes Gao, nous demeurons Gao, nous sommes pour le Mali, merci bien …

Réalisé par B. Daou

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Jeune homme Daou vaut même mieux que toi. Tu es jeune et tu ne connais rien de ces choses qu’on te fait raconter. La politique est autre que comme tu pense et il faut laisser les politiciens se battre. Ou étiez vous quand ATT vendait le Mali?. Tu es dans un pays faible et ne venez pas faire le brave!!!!

  2. seul Dieu peut essuyer les larmes des habitants de gao ne compter sur personne, compter sur vos propres forces et le reste n’est qu’une sorte de masturbation mediatique

  3. Lorsque les forces internationales veulent s’installer durablement pour profiter des gamines et de déstabilisations de la région et sont même capables de donner des informations aux voyous pourvu que ça dure.
    crées par eux-mêmes comme homme de main, exemple Iyad Agali avec ses négociations nébuleuses d’otages, pour ma même vision future de la sous région.
    Parfois, en pareille occurrence, les responsables sont complices du système pour détruire leurs propres pays avec des explications évasives et homicides parce que cardiaque à cause de leurs engagements franc maçonniques.
    En coupant ces révélations colériques, vous devez vous réveiller de votre côté pour fournir des informations constatées sur des familles impliquées afin de juguler sans pitié cette mascarade établies pour des années si l’état ne veut pas comprendre. Kalabatiéya té témé nikokan, dioufarali déba aban!
    Le médicament des bandits, c’est de les tuer tout simplement en les mettant du pétrole

  4. Lorsque les forces internationales veulent s’installer durablement pour profiter des gamines et de déstabilisations de la région sont même capables de donner des informations aux voyous
    crées par eux comme de main, exemple Iyad Agali avec ses négociations nébuleuses d’otages, pour ma même vision future de la sous région.
    Parfois, en pareille occurrence, les responsables sont complices du système pour détruire leurs propres pays avec des explications évasives et homicides parce que cardiaque à cause de leurs engagements franc maçonniques.
    En coupant ces révélations colériques, vous devez vous réveiller de votre côté pour fournir des informations constatées sur des familles impliquées afin de juguler sans pitié cette mascarade établies pour des années si l’état ne veut pas comprendre. Kalabatiéya té témé nikokan, dioufarali déba aban!
    Le médicament des bandits, c’est de les tuer tout simplement en les mettant du pétrole.

  5. L’absence des forces de défense et de sécurité favorise les attaques.
    Chaque arrondissement doit avoir une unité de sécurité permanente sans compter les équipes de ratissage.

  6. MR, CISSE j’ai dis je le répète les terroristes incapable de faire la guerre classique pour arrêter cette pratique il faut armer les civiles sera cesser très rapidement 🙄 🙄 🙄 🙄 🙄

Comments are closed.