Tiebilé Dramé: «La situation sécuritaire du Mali est plus grave aujourd’hui qu’elle ne l’était au moment de l’arrivée du Président IBK au pouvoir»

25
Tiebilé Dramé
Tiebilé Dramé

Au Mali, il y a les technocrates,  il y a les politiques et il y a Tiébilé Dramé. Leader estudiantin des années 80, qui s’oppose farouchement au régime dictatorial du Général Moussa Traoré. Prisonnier dans les pires geôles du pays, puis exilé pendant presque une décennie entre Paris et Londres. Le natif de Nioro du Sahel est un patriote dont les fortes convictions en son pays ne souffrent aucune variation. Hier, il a payé de sa chair son combat pour un Mali libre et démocratique,  aujourd’hui encore, il est prêt à donner sa vie pour les mêmes aspirations. De passage à Dakar pour des raisons strictement privées, l’ancien ministre des Affaires étrangères du Mali a accepté d’accorder quelques unes de ses précieuses minutes à L’Obs. Le temps nécessaire d’aborder avec lui les questions de l’heure qui agitent la gazette politique malienne. Le projet d’IBK de révision de la Constitution, la plateforme de l’Opposition, le G5 Sahel, les relations entre son pays et le Sénégal…Le Che Guevara malien dit tout. 

 M. Dramé, l’actualité au Mali, c’est le projet de révision constitutionnelle initié par le Président IBK et qui suscite beaucoup de débats dans le pays. Qu’en est-il de ce projet de révision ?

Il n’y a pas seulement beaucoup de débats, il y a aussi et surtout une forte opposition des Maliens au projet de révision de la constitution de 1992.  Celle-ci a été écrite avec le sang des martyrs de mars 1991 dans un large consensus de toutes les forces vives de la nation après la victoire de l’insurrection populaire contre le régime de pouvoir personnel et de parti unique du président Moussa Traoré. Des centaines de milliers de citoyens,  au Mali comme dans la diaspora, se dressent contre la démarche du président de la République qui veut modifier une constitution consensuelle sans concertation ni dialogue. Il y a aussi le momentum qui choque : le Mali, en proie à une insécurité généralisée notamment au nord et au centre, aurait dû avoir comme priorité la restauration de la stabilité, de la paix et de son intégrité territoriale. Enfin, les Maliens s’opposent au projet de révision parce qu’il ramène des décennies en arrière en faisant du Chef de l’État un quasi empereur du Mali, «Jiitigi ni Maatigi (maître des eaux et des personnes».

Qu’est-ce que le Président Keïta veut concrètement changer dans cette Constitution de 1992 ?

Les principaux changements sont relatifs au renforcement du pouvoir

du président de la République. Il pourra nommer le Premier ministre et le démettre comme il l’entend,  nommer le président et le tiers des membres de la Cour constitutionnelle,  nommer le président de la cour suprême, nommer le tiers des membres du Sénat…En réalité, le président veut vassaliser toutes les institutions de la République. Et une fois le Sénat en place, le Président pourra changer la constitution sans recourir à un référendum, donc sans passer par le peuple souverain du Mali.  Chaque pays a son parcours historique. Le Mali a connu de très longues années de dictature et d’abus en tous genres. La révolution de mars 1991 était une révolution contre l’autoritarisme et le pouvoir personnel.

Et 26 années plus tard, Ibrahim Boubacar Keïta veut nous ramener en arrière à la faveur d’une révision constitutionnelle opérée nuitamment sans discussion préalable.

 

Parlez-nous de la situation sécuritaire au Mali…

La situation sécuritaire est plus grave aujourd’hui qu’elle ne l’était au moment de l’arrivée du Président IBK au pouvoir. Initialement confinée au nord, l’insécurité s’est dangereusement étendue à tout le centre du pays. Entre les mois de janvier et juin 2017, plus de 500 personnes ont été tuées au Mali. C’est un pays où il y a encore une demi-douzaine d’otages retenus par des groupes terroristes. Au cours de l’année scolaire qui s’est écoulée, plus de 500 établissements scolaires sont restés fermés, des milliers d’enfants sont restés dans la rue à cause des pressions exercées par les groupes djihadistes sur les enseignants. Des écoles ont même été brûlées dans la région de Mopti.  Des dizaines d’administrateurs et autres agents de l’État, craignant pour leur vie, ont fui leurs postes au nord et au centre. Il n’y a presque aucune région du pays qui est épargnée aujourd’hui par l’insécurité comme on l’a vu récemment aux portes de Bamako (attentat contre un campement touristique, Ndlr).  Des pans entiers du territoire malien échappent au contrôle du gouvernement.  La Constitution de 1992, que le Président veut changer, est sans  ambiguïté en son article 118, alinéa 3 : «Aucune procédure de révision constitutionnelle ne saurait être entreprise ou poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire.»

Il y a eu un recours en ce sens et la Cour, dans son arrêt, a indiqué que l’insécurité n’est pas intégrale…

Oui, la Cour a dit que l’insécurité au Mali était «résiduelle». On en rirait, si

la situation n’était pas grave. Les populations qui vivent au centre du Mali et dans les régions du Nord à Kidal sauront apprécier. Au moment où je vous parle, ce jeudi 6 juillet 2017 à Kidal, des affrontements sanglants sont en cours entre les groupes armés du nord. Dire qu’il y a une «insécurité résiduelle» au Mali quand le sang coule chaque jour, il faut oser. En tout état de cause, réviser une constitutionnelle consensuelle ne saurait se limiter à un avis ou à un arrêt de la Cour constitutionnelle. C’est une question éminemment politique et démocratique. Et vu l’état dans lequel le Mali se trouve, on a du mal à comprendre pourquoi le président de la République a pris le risque de diviser davantage son pays. Or, un président de la République est le garant de la cohésion nationale. C’est étonnant qu’il pose des actes divisionnistes. Le Mali a besoin d’un rassembleur.

 

Mais du moment que la Cour constitutionnelle a rendu son arrêt, pensez-vous pouvoir arrêter le Président IBK dans sa volonté de changer la Constitution?

Le président de la République a désormais la caution technique de la cour constitutionnelle. Mais politiquement et moralement, il est dans une posture intenable. Il ne peut ignorer les marées humaines de Bamako et les nombreuses manifestations à Kayes, Kita, Bafoulabé,  Sikasso, Mopti, Paris, Washington et toutes celles qui se préparent (y compris à Dakar) pour défendre la constitution de 1992. En outre, comment peut-il moralement justifier le recours à des juristes étrangers pour écrire la constitution qu’il veut imposer aux Maliens?  Comment peut-il moralement justifier les sommes faramineuses payées à ces consultants?

 

La Constitution malienne écrite par des juristes étrangers?

Hélas…. C’est la triste vérité.  Soundiata Keïta, Mamadou Konaté et Modibo Keïta sont certainement en train de se retourner dans leurs tombes. Le président IBK est allé chercher des experts français, grassement payés aux frais du contribuable malien, pour écrire son projet de constitution monarchique. Et parmi ces experts français, il y a Marcel Ceccaldi, un juriste proche du Front National, le parti d’extrême droite française. 60 ans après l’accession du Mali à l’indépendance ! Il n’y a pas suffisamment de juristes et de  politologues avertis au Mali. C’est du mépris pour les cadres maliens. La dignité et la fierté maliennes ont été malmenées par celui qui aurait dû être le garant constitutionnel.

 

Que compte faire la plateforme de l’opposition pour empêcher cette révision?

Premièrement, mobiliser les Maliens pour imposer le retrait pur et simple du projet de révision initié par le président de la République.  Deuxièmement, continuer à travailler pour préparer les conditions d’une alternance démocratique dans 12 mois. C’est vrai, en agissant de façon cavalière et méprisante, le gouvernement a créé les conditions de la création d’un immense front démocratique. Ce front doit continuer à mobiliser le pays pour mettre fin à l’arrogance d’État.

 

Est-ce que ce combat ne va encore plonger le Mali dans une autre crise dont il pouvait se passer ?

C’est une lutte démocratique que nous menons dans le respect de la Constitution. Quand nous prenons la rue, quand nous manifestons, nous exerçons un droit démocratique inscrit dans la Constitution adoptée par le peuple souverain du Mali en 1992.  Nous ne posons pas d’actes anticonstitutionnels.  Nous respectons les lois.

 

Mais l’opposition est souvent réprimée en Afrique…

Nous espérons que le gouvernement malien ne va pas à s’en prendre à

ceux qui ne font qu’exercer des droits démocratiques reconnus par la Constitution. Avant la création de cette plateforme, les jeunes qui manifestaient ont été réprimés. Nous allons continuer à exercer nos droits constitutionnels. La gouvernance actuelle est aveugle. On n’a pas l’impression que le gouvernement est connecté au reste du pays. C’est pourquoi nous allons continuer à nous mobiliser pour créer les conditions, non seulement de l’alternance,  mais aussi celles de la stabilité dans notre pays.

 

Etes-vous convaincu que l’opposition gardera son unité jusqu’à cette «alternance» que vous évoquez?

Nous l’espérons, nous le souhaitons et nous allons y travailler. La défense de la Constitution de 1992 crée une nouvelle lueur d’espoir pour tourner la page de la gouvernance chaotique installée par le Président IBK depuis son arrivée au pouvoir en 2013.

 

Y a-t-il au sein de l’opposition un leader charismatique qui cristallise toutes ces aspirations, qui incarne cette lutte ?

Nous sommes tous ensemble dans le feu de l’action. Le moment venu,  nous aviserons pour ce qui concerne celui d’entre nous qui est le mieux placé pour réussir l’alternance démocratique.

 

Comment appréciez-vous la formation du G5 Sahel, sans le Sénégal ?

Le G5 Sahel est un premier pas dans le bon sens. Il est indispensable de

mutualiser les efforts pour gagner la lutte contre le terrorisme. Je pense que des pays comme le Sénégal, la Côte-d’Ivoire, l’Algérie et le Maroc ont aussi un rôle important à jouer dans cette lutte. Il revient au G5 Sahel de tendre la main à ceux qui ne sont pas (encore) membres afin que la sécurité et la stabilité soient une réalité dans notre sous-région. Les voisins du Mali, dans l’ensemble, doivent se donner la main pour faire face à cette menace, qui ne connait pas de frontière. Il faut souhaiter que le G5 réussisse. Parce que s’il venait à échouer, à se limiter au stade des voeux pieux, c’est un très mauvais message qui serait envoyé à ceux qui cherchent à déstabiliser nos pays et à soumettre nos peuples. Les pays comme la Gambie et la Guinée-Bissau, doivent être partie prenante de la lutte contre le terrorisme.

 

Les relations entre le Sénégal et le Mali étaient à un moment de l’histoire plus huilées qu’elles ne le sont aujourd’hui. En tant qu’ancien ministre des Affaires étrangères du Mali, pouvez-vous nous dire ce qu’il faut faire pour ramener la situation à la normale ?

Je suis un fervent partisan du rapprochement sénégalo-malien. Je pense même que nous devons aller plus loin et retenter la fédération sénégalo-malienne. Pour ce faire, il faut hisser les relations d’État à            État au niveau de celles qui existent entre les deux peuples qui sont si bien intégrés. Je suggère que le Dakar-Niger soit vite relancé car il est un excellent moyen de communication, de rapprochement et d’intégration de nos économies et de nos peuples.  Il faut recréer la fédération…

PAPE SAMBARE NDOUR

L’Observateur

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

25 COMMENTAIRES

  1. QUELLES SONT VRAIES MOTIVATIONS DU PROJET RÉFÉRENDAIRE?
    On n’attendait pas autre chose des défenseurs du OUI que es les éléments de langage suggérés par le gouvernement IBK.
    Sincèrement, c’est inexact de dire que l’accord d’Alger nous un impose une révision constitutionnelle et un sénat, j’invite tous les internautes à relire l’accord.
    A supposer que ce soit vrai, un simple accord fut-il d’Alger, d’ailleurs jamais soumis au peuple, ni à ses représentants, ne saurait prévaloir sur la loi fondamentale votée par le peuple malien souverain au lendemain de sa révolution de 1991.
    En admettant ou en faisant le contraire, on viole la Constitution et c’est une trahison, un parjure, car dans un État de droit, c’est la Constitution qui prime et c’est à elle que toute norme, toute convention doit se conformer.
    Ceci est un principe élémentaire de Droit, la hiérarchie des normes juridiques.
    Au demeurant, ledit accord à été signé en mai 2015, pourquoi ne pas l’avoir aussitôt soumis au peuple, ou demander un référendum?
    En réalité, l’accord devient un prétexte pour imposer des dispositions présidentialistes dont le seul but est de perdurer au pouvoir pour de raisons que nous développerons ultérieurement.
    Nul n’est dupe
    PLUS GRAVE: presque incognito le projet de revision constitutiennel prévoit désormais deux catégories de citoyens; ceux de n’a-t-on alité maliene d’origine et ceux qui sont de nationalité malienne tout court. (Voir les critères d’éligibilité à la présidence de la république )
    Acceptons-nous une citoyenneté à deux vitesses, une discrimination, une rupture d’égalité?
    Qui vise t-on?
    A-t-on oublié la grave crise qu’a connu la Côte d’Ivoire voisine pour la même folie?
    De grâce épargnons le Mali de nos turpitudes,
    A suivre
    Répondre

  2. ‘il n’y a aucun doute, le convoi de l’armée malienne a été attaqué dimanche 9 juillet par « des jihadistes ».
    SI ON SAIT QUE UNE ARMEE EST MAL EQUIPEES ON S ‘ATTAQUE A ELLE .S’IL S’ATTAQUE AU AUTRE IL AURONT UN TRES GRAND PROBLEME
    IL AVAIT REFUSER UNE ATTENTE NATIONALE SAUF CELUI ORGANISER TIRER PAR LES CHEVEUX .
    CE PROJET DE REVISION EST TOMBE A L’EAU .PENSONS ET ORGANISONS LES PRESIDENTILES DE 2018.QUE RIEN NE CHANGE A CETTE DISPOSITIF DE JEUNES .

  3. Le pouvoir en place doit faire extrêmement attention avec ces marches, contre-marches, mise en garde, manifestations… jour après jour par rapport à cette histoire de révision constitutionnelle. Déjà, jamais nous nous sommes autant sentis en insécurité au Mali, jamais la corruption et le détournement de l’argent public n’avaient atteint un pareil seuil. Une opposition est indispensable en démocratie, autrement le régime s’appellera dictature. Mais hélas, en Afrique, lorsqu’on est au pouvoir, on ne commet jamais d’erreur, jusqu’à ce que les évènements vous rattrapent. Et pouvoir, et opposition sont tous des hommes, donc qui commettent des erreurs, les uns sont pas pour et les autres contre le bonheur du pays comme pensent certains proches du pouvoir.

  4. Depuis les tout premiers jours, TOUT LE MONDE SAIT (tant les maliens que les observateurs étrangers qui qu’ils soient), que dans une guerre de type “guerilla” et sur un territoire sahélien du type du nôtre, LE SEUL et UNIQUE moyen de combattre les djihadistes c’est d’avoir une couverture AERIENNE! Hélicos, avions légers de combat, peu importe mais… UNE COUVERTURE AERIENNE!!!

    Or, depuis ces mêmes premiers jours, le vieux m’as-tu-vu bon à rien a eu d’autres “priorités”, à savoir:
    Un joujou-Boeing pour aller frimer et jouer “les grands” (President du 3eme pays le plus pauvre du monde!), et des voyages réputés “officiels” partout et à tout moment, pourvu qu’il y ait quelque tapis rouge et quelques parterres de journaleux pour filmer et immortaliser le Roi Nègre et ses lunettes de pop star et son chapeau de Mafioso!

    Comme quoi, quelque soit le régime et quel que soit le contexte: PRIORITE OBLIGE!!!

    • IBK ne connait rien de la vie militaire ou la guerre, de meme que ses ministres qui sont tous des enfants des villes et de Papa et Maman, le chef des armees dans l’Assemblee Nationale c’est KK un autre enfant des villes et de Papa et Maman qui ne connait absolument rien de la guerre ou de la vie militaire, alors nous ne sommes pas sortis de l’auberge. Nous allons souffrir et pendant longtemps.

  5. c’est juste un suicide collectif au mali, c’est ridicule cette élite politique , et les religieux de ce pays on a l’impression que ces gens n’aime pas cette nation vu leurs comportements, quant il s’agit de partager le butin pas de problème, ils sont amis et le reste????

  6. c’est juste un suicide collectif au mali, c’est ridicule cette elite politique , et religieux de ce pays on a l’impression ces gens j’aime pas cette nation vu leurs comportement, du moment il s’agit de partager le butin pas de probleme, ils sont amis et le reste????

  7. Ici le combat du Belier Tièblé est de bonne guerre car il n’a aucune crainte de dire très haut ce que d’autres n’en parlent pas.
    Mais du point de vue du Droit constitutionnel une Constitution-loi fondamentale d’un Etat-n’est pas immuable;elle doit évoluer en fonction des circonstances du moment.
    Mais dans ce cas d’espèce en voie de se produire au Mali,même si cette révision est prevue dans l’Accord-cadre de paix signé, rien ne va changer concernant l’instauration de la paix et de la stabilité du territoire qui ne se decrètent pas.La paix est un long processus de cohésion sociale et identitaire volontaire des peuples-differentes ethnies dans le cas du Mali-décidés à vivre ensemble sur le même territoire tous en se soumettant aux mêmes règles, coustumes, droit(lois, Constitution)du pays.
    Ce processus de révision constitutionnelle controversée n’est lui-même que la concrétisation d’un héritage juridique colonial français car la plupart de ces Constitutions des Pays d’Afrique francophone sont calquées sur le système français.Ce qui ne rend pas la tâche facile.
    D’autr partout cette insécurité chronique au Mali ne peut être que le reflet de la situation socio-économique et politique du pays : misère, mauvaise gouvernance, corruption de la part d’une caste d’élites politiques.

    • Vous faites une confusion entre le developement de ‘Etat Nation et la paix. Etant donne que la nation Malienne existe deja, on peut supposer que les peuples de differentes ethnies ont accepte de vivre sous la meme Constitution, la Loi fondamentale, qui ne saurait changer au gre des humeurs….La paix est le but de toute demarche des lors.
      Anyway, il faudra au moins 34 etats en faveur d’un changement pour amender celle de l’Amerique.
      Et puis de toute facon pourquoi changer la Constitution pour une paix entre L’Etat Central et les bandes de Rebels?

      LHomme Faust
      Boston, MA. USA

      • The Bostonian
        Il ne faut pas comparer les USA et le Mali.
        Si c’était la France d’accord.
        De toute façon je laisse votre commentaire à l’imagination du grand”surrogate” d’IBK notre frère US LE ROI BITON DE SEGOU et grand lecteur/chercheur de l’histoire américaine à Columbia University.
        Have a nice hot day in Boston.
        Don’t forget to stay cool.

  8. Notre pays n’irait pas en contre sens d’une guerre civile, seul fait qui grandirait ce pays un jour, cela est sans équivoque, il faut retenir la chanson des griots maliens qui disent “kèlè de ye mandé dio kèlè de ye mandé ti” dont la traduction française est “c’est la guerre qui a construit le mandé, et c’est la guerre qui a cassé le mandé”. Ce refrain n’est pas négligeable dans l’évolution de la vie de notre très cher Mali. La vie de notre pays suit l’entropie très forte pour évoluer vers une néguentropie, c’est à dire un désordre dans la thermodynamique qui conduit à l’ordre. Nous sommes arrivés à la fin d’un désordre qui nous conduirait vers un ordre obligatoire, de toutes les façons aucun pays ne disparaitra avec une ONU forte actuelle. Après le chaos ce serait la phase de construction, c’est ce processus que le Mali suit comme ce fut les cas multiples dont les plus connus sont les chaos sous le régime socialiste de Modibo KEITA et celui du 26 mars 1991 au 20ième siècle. Aujourd’hui l’histoire étant un processus connu, la fin de la crise semble sonnée avec cette révision constitutionnelle. Le gong final de la fin du désordre semble sonner. Une nouvelle ère pointe à l’horizon et qui aboutirait sur une véritable ère de démocratie sans l’emprise d’un seul homme et de sa famille dans l’exercice du pouvoir comme c’est le cas aujourd’hui avec IBK. Pourtant ça ne devrait pas être le cas avec des hommes comme IBK et son entourage qui ont vu naitre cette démocratie malienne en mars 1991 dans la douleur et dans le sang de centaines de maliens. D’autres maliens ont purement disparu car totalement consumés dans des incendies de certains entrepôts à travers le pays. Notre pays suit sa route, cela est indéniable.

    • Lol,
      A suivre les kopins car tous ces politichiens et politichiennes sont du pareil au meme et sur notre scene nationale depuis plus d’un quart de siècle. Ils/elles ont ete tout et a plus ou moins occuppes tous les postes mais rien……..Riennnnnnn et Riennnn. Des hypocrites, cameleons, crocodiles, requins, renards, loups, coyotes, anacondas et vampires reunis.

      Pauvres de Nous.

  9. Si IBK pouvait se rebseigner auprès des populations , il allait se convaincre de la fin de son règne . Il est le problème des maux qui minent le Mali, jamais il ne saurait être la solution . IBK est le seul à connaître comment il a fait irruption sur le terrain politique. Il se sert des traîtres comme l’Assemblee Nationale, la Cour Constitutionnelle, des farfelus comme Me Kassim TAPO, qui ne chante que pour le prince du jour. Il a chanté pour AOK, ATT, General Amadou Aya SANOGO et IBK maintenant. Il est l’homme des sales besognes. La révision de la constitution annonce la fin du régime IBK .

    • Parler de cette révision constitutionnelle au Mali est une honte. IBK qui a promis du bonheur aux maliens lors de la campagne présidentielle de 2013, n’ayant aucune solution aux nombreuses promesses vient d’exposer à la face du monde son plan “B”, la monarchie avec la complicité de certaines institutions et personnalités médiocres du pays : l’Assemble Nationale, la Cour Constitutionnelle , Me Kassim TAPO le traître attiré de tous les régimes , Mananasa DAGNOKO qui ne pense jamais qu’un jour elle va mourir . Aujourd’hui j’ai honte de me présenter comme malien. Le pays des grands empire va sombrer devant le regard impuissant des héritiers de Sounduata KEITA , Babemba TRAORE, Firon et autres. Les bandits armés de la CMA se moquent de la Republique . Plutôt la mort à la honte . IBK est un vacancier, il a déçu et doit se demettre. L’image de ce vaillant pays de guerrier est devenu sous IBK, le champ de mil de nos voisins qui avaient peur de notre armée nationale devenue des proies faciles des groupes terroristes au motif qu’elle est sous équipée , mal formée et moins engagée parce que nos hommes et femmes politiques sont des menteurs par excellence avec des promesses jamais tenues.

  10. C’est même inquiétant car l’intégrité de Bamako est fortement menacé et Koulouba est à 0 km. Sur le plan sécuritaire l’heure est on ne plus grave au Mali. Jamais ce Niveau n’a été atteint. God Bless Mali.

  11. Le defunt president Americain JFK disait: “Ask not what your country can do for you. Ask what you can do for your country.”
    Je demande a’ chacune et a’ chacun, sans exception, de nous dire ce qu’il /elle a fait pour le Mali!!!
    IBK en tant que president est certes le responsable de tout ce qui se passe en ce moment. C’EST LA NATURE DE SON BOULOT QUI LUI DONNE LA RESPONSABILITE’ mais en realite’, notre responsabilite’ est collective. NOUS SOMMES TOUS RESPONSABLES DE NOTRE MERDE!!!!! La sagesse bamanan dit: ” KO NI IYAME’ OU KO DJAH AW YE’ KONO MINA, OU YA YE’ A PAN TIOKO DE LA!!!!!!!!
    Nous ne faisons que disserter et critiquer!!!!
    LE PEUPLE MALIEN MERITE MIEUX!!!!!!!! CE SONT BIEN LA CLASSE INTELLECTUELLE MALIENNE ET LA CLASSE POLITIQUE MALIENNE QUI NE VALENT RIEN!!!!! DEUX CLASSES PRETES A’ VENDRE LE MALI AU DIABLE POUR LEURS INTERETS EGOISTES ET PERSONNELS!!!! SHAME ON THEM!!!!!!

    • Avec une telle classe d’intellectuels et de politiciens, au delà de la dénonciation dis nous ce que nous on peut faire et tu verras par toi-même que tu es super con ! 😀😀😀😀😀😀

  12. Kinguiranke, tu sais les tenors du mouvement démocratique du 1991 sont tous coupables de la situation actuelle du pays. Je m’explique: la réussite de la lutte contre Moussa Traoré vient de la synergie d’action de tous et de toutes qui ne voulaient plus voir le régime dictatorial. Après la chute du régime ils se sont livrés à des jeux d’intérêt personnel, chacun pensant que s’était lui le plus méritant. Je m’en veux principalement à Moutaga Tall, Alpha Konaré, Oumar Mariko, ATT et Feu Demba Diallo….Au lieu de s’entendre sur une gestion consensuel et concerté du pays, ils se sont livrés des conflits inutiles. L’exemple du COPO en dit long.
    Si tu vois que IBK a pu s’y mixer c’est grace à tout cela.
    Et ce même scénario pointe à l’horizon, ils se retrouvent pour empêcher IBK de nous imposer un régime dictatorial et après ils vont se livrés à leur jeu favori.
    Quand on est patriote, on le reste durant toute la vie et on s’efface devant l’intérêt collectif. Acceptez le partage, le consensus et l’effacement, vous allez voir la suite. Je m’excuse.

  13. Nous disons et rappelons la vérité fait mal aux malhonnêtes et les met hors d’eux mais apaise et rend heureux les honnétes

    1)Nous disons et rappelons

    *toutes nos condoléances aux parents des morts et prompt rétablissement aux blessés

    *TOUS PAUVRES VICTIMES DE LA CUPIDITÉ DE L’ÉGOISME DE L’INGRATITUDE DE LA MÉCHANCETÉ DE LA SOUMISSION DU SANS DENTISME IMPÉNITENTS NOTOIRES DU

    *lettré mutant politique « Sybarite politiguimôgo le Marco Polo Malien » président du Mali choix de la « France-Afrique » ami d’un parrain des parrains de la mafia un charlie de 1ère ligne de la « lutte anti-Mohamedane  et un des responsables de la déliquescence du Mali et qui confond tout avec son gouvernement de lettrés mutants de juges magistrats de gouverneurs et ses députés maires religieux mutants et Fidèles klébars et doungourous de partisans et partisanes mutés

    *QUI ONT REFUSÉ QUI REFUSENT QUI REFUSERONT D’ÉQUIPER LES FORCES DE DÉFENSE ET DE SÉCURITÉ DE LEUR MALI MUTÉ NE SERAIT CE EN HÉLICOS ET DROMES DE COMBAT TOUT EN SACHANT QUE LES ENNEMIS NE SONT POINT DES FOUDRES DE GUERRE CAR CERTAINS DÉTALENT TELS DES LAPINS QUAND ON MET LE FEU Â LEURS FESSES CAR ILS NE VEULENT PAS MOURRIR ET LES AUTRES SE FONT VITE EXPLOSER PAR PEUR POUR REJOINDRE RAPIDEMENT L’ENFER LEUR HABITAT NATUREL QU’ILS CONSIDÈRENT COMME LEUR PARADIS

    *QUI PAR CONTRE PRÉFÈRENT LES RENDRE DES CIBLES FACILES VISIBLES DE LOIN PAR LES ENNEMIS EN LES DOTANT UNIQUEMENT DE TENUES ET DE CHAUSSURES NEUVES

    *CAR AUCUN DE LEURS ENFANTS FRÈRES ET MARIS NE SONT AUX FRONTS DE COMBATS

    2)Nous disons et rappelons tout le monde sait avec un brin d’honnêteté mêmes les tarés idiots de naissance et ceux et celles qui refusent de connaitre la vérité d’une chose d’une situation pour des raisons primaires primitives égoïstes et partisanes que

    *L’ABSURDE L’ABSURDITÉ LA BÉTISE LA CONNERIE LA COUILLONNADE LA CRÉTINERIE LE DÉRAISONNABLE L’INEPTIE L’INSENSÉ LE RIDICULE LE RISIBLE LE SAUGRENU LE STUPIDE LA STUPIDITÉ LA VAUDEVILLESQUE heureusement ne tuent pas au Mali

    *SINON COMMENT PEUT-ON OSER MODIFIER LA LOI SUPRÊME DU PAYS ET OSER ORGANISER UN RÉFÉRENDUME DANS UNE OCCUPATION DE TOUT LE NORD DU MALI ET DANS UNE INSÉCURITÉ TOTALE DANS TOUT LEUR MALI

    3)Nous disons et rappelons tout le monde sait avec un brin d’honnêteté mêmes les tarés idiots de naissance et ceux et celles qui refusent de connaitre la vérité d’une chose d’une situation pour des raisons primaires primitives égoïstes et partisanes que

    *FAIRE UN TELLE CHOSE DANS UNE TELLE SITUATION IL FAUT ÊTRE CRUELS AU COEUR NOIR HORRIBLES MALFAISANTS MALHONNÊTES MÉCHANTS PERFIDES PERVERS SADIQUES DE

    *lettré mutant politique « Sybarite politiguimôgo le Marco Polo Malien » président du Mali choix de la « France-Afrique » ami d’un parrain des parrains de la mafia un charlie de 1ère ligne de la « lutte anti-Mohamedane  et un des responsables de la déliquescence du Mali et qui confond tout avec son gouvernement de lettrés mutants de juges magistrats de gouverneurs et ses députés maires religieux mutants et Fidèles klébars et doungourous de partisans et partisanes mutés

  14. Il est tout simplement impensable qu’un pays confronté à une guerre asymétrique comme le Mali, ne puisse pas doter son armée de drones et d’hélicoptères de combat, tout outillage indispensable pour lutter efficacement contre le djihadisme qui terrorise les populations et déstabilise l’état jusque dans ses fondements. La guerre a changé de façade, il faut des moyens aériens conséquents pour mener une telle guerre. Les convois militaires, les patrouilles et les missions de reconnaissance ne doivent s’ébranler sans couverture aérienne. Il faut sécuriser les parcours à l’aide de drones qui informent sur l’état de la route, surtout pour éviter à la troupe de tomber dans des guet-opens des tendus par l’ennemi. I.B.K a la dent dure, après quatre ans d’exercice du pouvoir, pour un homme qui s’est engagé à éradiquer le djihadisme, qu’à présent, l’armée ne dispose pas encore d’équipement aérien capable de donner en temps normal, les informations indispensables à la sécurisation des mouvements des soldats au sol. Cet genre de guerre ne se gagne que par le renseignement matériel et humain. Aucun engagement n’est pris dans ce sens. Comment l’armée peut-elle vaincre si elle n’est pas dotée des moyens évoqués. Le laxisme et l’incompétence de ce pouvoir pourri et corrompu a définitivement plongé le Mali dans une spirale de violence jamais égalée. Où va donc tout l’argent destiné à la défense? Qu’en fait-ont? Autant de questions qui interpellent l’incapable pouvoir d’un Président sans aucune vison. Les Français et les autres troupes européennes opérant sur le terrain sont équipés de drones et d’hélicoptères, mais ils ne partagent pas l’information avec l’armée nationale, sinon les pièges dans lesquels tombent les soldats Maliens seraient évités. A quoi sert donc la coopération militaire et leur présence sur le sol Malien? Qu’est ce qui empêche le Mali de se doter de ce genre d’équipement qui ne demande pas beaucoup d’argent? Décidément, I.B.K est plus préoccupé par la poursuite du prochain mandat que la sécurité de ses populations. Lorsque dans un pays, des pans entier du territoire échappent à l’autorité et à la souveraineté de l’état, il y’a problème. Lorsque le Président ou un des hauts responsables étatiques ne peuvent poser les pieds dans une partie du pays, là aussi il y’a problème, mais dus à la seule incompétence du pouvoir. Tant que le niveau d’équipement de l’armée ne répond pas aux réalités du terrain, des hommes continueront à mourir sans combattre. Il est tout à fait inconcevable, que chaque jour, des militaires périssent sous les assauts répétés de l’ennemi sans jamais avoir le temps ou l’occasion de se défendre. Comme si les soldats allaient chaque fois se livrer comme des moutons à l’ennemi bien embusqué. Voilà qu’aujourd’hui, plusieurs soldats ont disparu sans que l’on sache où ils ont pu passer, faute de drones. C’est avec cet instrument que les mouvements de la troupe et ceux de l’ennemi sont surveillés, ce qui arrive aujourd’hui est bien la conséquence du manque de ces instruments indispensables à toute armée qui se respecte. Les méthodes de la guerre ont changé, les techniques et l’équipement doivent suivre. L’armée Malienne est à des années lumières des réalités de la guerre moderne par le seul fait de l’obstination du gouvernement à équiper sa troupe qui se démène comme elle peut, pour assurer tant bien que mal la sécurité des populations et l’intégrité du territoire. Après quatre années d’immobilisme et de laxisme, si les Maliens doivent supporter I.B.K encore cinq autres années, le Mali serait en lambeaux de plusieurs petits pays après sa partition. Chasser I.B.K est un devoir sacré pour chaque Malien jaloux de sa liberté et de l’intégrité de son pays.

  15. Voilà un sujet à réflexion et à discussion…………………….. les maliens devraient discuter et voir quelles solutions on peut envisager pour résoudre le problème de la sécurité, au lieu de nous fatiguer avec la révision de la constitution!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  16. bonjour a touts je demande a tous est ce que ils ne sons pas tous responsable ils tous responsable depuis 1991 drame il est presnt aux mali donc quand le pays est menasse il ya pas oposition ne devons tous faire pour gagne contre enemi u il demande quelle proposition il fait depuis 2012 a cejour pour sortir le mali dans cette etat merci a tous

  17. Plus de 500 écoles fermées pour raison d’insécurité, l’état est absent des deux tiers du territoire national, plus de 500 morts en moins de 6 mois et cela s’appelle insécurité résiduelle ! Malgré cela dure depuis 5 ans, il y a une cour constitutionnelle qui ne voit toujours pas d’insécurité chronique. Au lieu de chercher à trouver une solution à cette situation fâcheuse, la priorité va à la réforme de l’état, un état absent ! Malgré tout cela, nous avons un Président de la République pour qui l’accord de paix est en bonne. Qu’à part quelques incidents mineurs qui d’ailleurs sont inhérents à toute situation de post-crise, tout va bien. Malgré tout cela, il y a des laudateurs qui ne voient d’urgence que le tripatouillage constitutionnel.

    BIENVENU AU PAYS DES RECORDS !!!

    Nous avons les seuls soldats au monde qui manquent de balles pour se battre sinon même le soldat Somalien qui a combattu pendant près de 30 ans dans un pays sans état n’a pas manqué de balles ! Au lieu de demander le retrait du régime, Tiébilé et les amis demandent le retrait du projet de loi …

    BIENVENU AU MALI !!

  18. Tieble a raison et si nous ne faisons pas attention IBK va mettre KK pour le remplacer c’est tout son desir ardent de dictateur, IBK n’a jamais lutte pour la democratie au MAli mais il en a beneficie beaucoup, voici un profiteur et un mafiosi.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here