Zeidane Ag Sidalamine : «On ne peut pas accuser le Mali d’avoir une politique d’exclusion des Touaregs»

9
5

Dans l’entretien qu’il a bien voulu nous accorder, l’ex Secrétaire général du Mouvement des Fronts Unifiés de l’Azawad (MFUA), Zeidana Ag Sidalamine, passe en revue le conflit actuel au Nord Mali et lance quelques pistes de réflexion sur ses solutions. Il évoque, en outre, la sempiternelle question de l’intégration des Touaregs du Mali dans la vie active.

Connaissez-vous un peu les aspirations du MNLA?
Je suis un ancien responsable des Mouvements et Fronts Unifiés de l’Azawad et j’ai dirigé le Front Populaire de Libération de l’Azawad. Je suis signataire du Pacte National du 11 janvier 1995 et l’un des organisateurs de la Flamme de la paix du 27 mars 1996 à Tombouctou, qui a procédé à l’autodestruction du mouvement que je dirigeais.
Pourquoi le conflit armé ou la rébellion du MNLA? Il ne m’appartient pas de parler au nom du MNLA, dont je ne suis ni porte-parole ni membre. Depuis la signature du Pacte national, j’ai solennellement déclaré mon attachement à la République du Mali, une et indivisible, démocratique, laïque et sociale. La déclaration solennelle du Mouvement des forces unifiées de l’Azawad et du Mouvement patriotique stipule que le recours à la violence armée n’est plus toléré. C’est l’esprit et la déclaration de la Flamme de la paix de Tombouctou du 27 mars 1996.
Donc, vous comprenez très bien que je suis très soucieux et très jaloux de ma parole, qui est une parole d’honneur. Je suis Malien, détenteur d’un passeport malien. Je voyage avec ce passeport malien et je n’ai pas d’autre pays en dehors de la République du Mali. En ce qui concerne les revendications ou les motivations du MNLA, je vous renvoie á leur site www.mnlamov.net sur lequel ils ont tout affiché.

C’est peut-être le côté «violence» qui ne vous motive pas pour faire partie de ce mouvement?
J’ai le choix politique ou démocratique d’y adhérer ou de ne pas adhérer. J’ai fait le choix lucide et patriotique de ne pas adhérer au MNLA, bien qu’il soit animé par des compatriotes maliens, d’origine Touareg et d’autres origines vérifiables sur le terrain.

Beaucoup de rumeurs existent sur une certaine collusion du MNLA avec AQMI…
Il ne m’appartient pas d’apprécier. C’est une chose qui peut être mieux appréciée ou qualifiée par d’autres experts, pour la simple raison que je suis resté plus de 8 ans et demi á l’extérieur du pays. J’étais en poste en tant que Premier conseiller à l’Ambassade du Mali á Pékin. Je suis  de retour depuis seulement 3 mois.

Cela devient très difficile pour les étrangers et les touristes d’explorer le Mali. Cela vous fait-il mal?
Si je vous dis que je ne suis pas malade en voyant ce qui se passe, ce serait mentir. Cela me fait très mal de ne pas pouvoir dormir et circuler librement au Mali, que ce soit à Tessalit, Ménaka, Anderaboukane ou dans le Tamasma. Ce sont des espaces exceptionnels et d’une rare beauté, surtout au coucher du soleil… C’est très beau. Vous savez comme moi que le monde est en recomposition. Il y a beaucoup de banditisme, beaucoup de violence, ainsi de suite. La crise libyenne est passée par là. Quelque part, nous faisons aussi les frais de l’effondrement du régime de Kadhafi, c’est indiscutable.
Les expatriés nous apportent beaucoup de choses: la chaleur, la fraternité, la coopération, l’assistance, l’aide. Le Mali est une vieille terre de civilisations, une terre de partage. Nous somme une terre et un pays de convergence, pas de conversion.  Le Mail n’est plus à convertir. Ni à l’islam, ni à l’islamisme radical, ni au christianisme.

Pensez-vous que tous les Touaregs soient associés au MNLA?
Je pense que la communauté nationale touareg est en débat contradictoire et en débat démocratique. Tous les Touaregs ne sont pas membres du MNLA et je suis convaincu que la majorité des populations touaregs du Mali sont restées à l’intérieur du pays et restées solidaires de la Nation Malienne. Les Touaregs partagent avec leurs frères du Mali le présent et l’avenir.
Des rebellions nous entourent. On en a connu au Niger, en Casamance, en Côte d’Ivoire. On en a eu chez les Tutsis et les Hutus. Le contient africain est déchiré par les rébellions. Mais, au Mali, ceux qui ont pris les armes pour attaquer Ménaka, le 17 janvier, avaient en vue de faire ce coup depuis des années.

Comment jugez-vous l’intégration des Touaregs dans la société active?
Je fais partie de la nation malienne et j’ai accompagné le processus de réconciliation et la mise en œuvre des différents accords. Je ne peux pas avoir un discours accusateur contre l’Etat, parce que des efforts louables ont été faits. Je salue la volonté politique d’intégration, de réconciliation et de réinsertion, qui ont été mises en place pendant 20 ans. De 1992 à 2012, il y a eu des efforts immenses. Peut-être qu’ils n’ont pas donné entière satisfaction, mais on ne peut pas accuser la République du Mali de mettre en chantier une politique d’exclusion, ciblant exclusivement et uniquement la communauté Touareg. Non.
Pour preuve, vous avez, dans tous les départements ministériels, la présence physique de cadres  touareg et arabes. Ils sont fonctionnaires au sein des  différentes administrations. Il n’y a pas un service dans lequel vous ne trouvez pas un Touareg.

Les émeutes à Bamako, début février…
Bon, vous savez, les émeutes à Bamako, on les a vécues… Même dans les démocraties les plus avancées, il y a des mouvements de foule. En tout cas, je condamne toute forme de violence. Ceci dit, personnellement, je n’ai jamais pensé à quitter Bamako. Je ne me suis jamais senti en insécurité, parce que, pour moi, quand la mort arrive, il n’y a pas de négociations. Il n’y a ni mi-temps ni prolongation, encore moins report. Quand la mort doit arriver, elle arrive. Bref, je n’ai pas changé mes habitudes. Mes enfants vont à l’école, comme d’habitude, mon épouse s’occupe du foyer, comme d’habitude, et moi je vais au centre ville comme d’habitude.
Je ne dis pas qu’il n’y a pas eu de psychose, de peur et tout ce qui s’en suit. C’est regrettable et je suis de ceux qui pensent qu’il faut redonner de l’espoir à ce pays. Il faut cultiver l’espoir.

Que faudrait-il, selon vous, faire pour sortir de cette crise du Nord?
Il ne m’appartient pas de vous dévoiler la feuille de route des négociateurs. Tous les conflits armés et toutes les guerres se terminent autour d’une table. On l’a connu depuis la conférence de Yalta. Rien ne peut se faire seulement avec les fusils. Les armes ne constituent pas un modèle de gouvernance démocratique. La guerre ne constitue pas un projet de société, au plan  politique, démocratique et républicain. Je suis un démocrate, un républicain, un militant de la paix et des droits humains. Mon choix est de vivre dans une démocratie apaisée, consensuelle et plurielle.

Le Mali souffre-t-il du post-conflit libyen?
C’est indiscutable! La Lybie, l’Algérie, le Niger, le Mali, c’est le même prolongement humain et culturel. Vous avez là la théorie des vases communicants au plan culturel. C’est donc indiscutable que ce qui nous arrive est une conséquence de l’effondrement du régime de Kaddafi. A cet effondrement se sont ajoutées d’autres causes, plus ou moins expressives et pertinentes. Par exemple, l’insatisfaction de certains groupes, la volonté de certains d’arriver pus vite au bonheur…
Penser  que l’on peut tout de suite avoir le même développement,  en Lybie comme au Nord du Mali, c’est de l’utopie. En Lybie, il y a le pétrole et beaucoup d’autres ressources. Donc, on ne peut pas venir de Lybie et se dire qu’on va trouver le même développement  à Gao, Kidal ou Ménaka. Ce n’est pas possible.
Malgré tout, je n’ai jamais perdu l’optimisme. Je suis croyant et je suis convaincu que le bateau Mali peut tanguer, la pirogue Mali peut tanguer, mais elle ne chavirera jamais. Pour conclure, je paraphrase le penseur et homme de culture malien, Amadou  Hampâté Bâ: “la beauté d’un pays provient de la diversité de ses enfants. La beauté d’un tapis provient de la diversité de ses couleurs”.
Réalisé par Paul Mben et Marc Dugge (Radio et TV allemande ARD).

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
Elkher<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 43</span>
Membre
Elkher 43
4 années 6 mois plus tôt
des foutaises , Ag Sidalamine pour le respect que j avais pour ton père je ne peux pas te rappeler certains faits qui vont choquer . l’integration dont tu parles sous entend qu il ya eu exclusion de 1960 a 1978 et meme massacre , viol et autres traitements tu etais un bambin ,trop petit pour tout comprendre .Feu Zoul vous a evite les descentes du sinistre Diby Silas Diarra dans les campements chamanamas Tu connais certainement le nombre des combattants rebelles des annees 91 ton epoque issus de viol des femmes touareg par les militaires On etait ensemble pour chercher leur pere apres les accords dont tu parles fierement certains on a la chance de rencontrer leur pater a kati qui leur ont montrer que du degout,ils ont ete rejette par les siens du sud on les appelait les raisins de la colere et ils ont repris les sentiers de la revolte a leur tete ba Moussa diarra La reinsertion etait meritee on la devait pour tous les touareg surtout pour cet officier qui est reste 22 ans lieutenant et nous autres exclus des concours militaires apres avoir brievement passe nos bacs ,nos promotionnaires derniers de nos classes arborent… Lire la suite »
WAKAM<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 130</span>
Membre
WAKAM 130
4 années 6 mois plus tôt
Votre haine et votre racisme vont vous perdre à jamais. Une geurre personnelle qui vous mene à tuer et massacrer des paisible citoyens sous le label d’une geurre de libération ou d’autonomie qui est dailleurs un chimère mon frère. Ceux qui vous manipulent ont d’autres objectifs et vous savez qu’ils ne sont mûs que par leur interets. Chaque fois qu’un touareg qui ne sent pas dans votre entreprise mafieuse parle honnêtement, vous vous attaquez à lui pourquoi? Est-il obligé de vous suivre dans votre perte? non et non. Faites votre geurre, poussez vos propres familles à l’exode, à la merci des intempéries, de la faim, de la soif et des maladies mais laissez tranquille ceux qui ne voient pas ou plus les choses comme vous SVP!!!. Vous n’êtes pas honnêtes (mes excuses si ce mot vous choque) quand vous ne parlez que les choses dont vous prétendez être victimes. Mais pourquoi vous ne mentionnez pas que des touaregs sont dans tous les services de l’administrtaion publique au MALI(Présidence de la République, Impôts, Trésor, Douanes, Police, gendarmerie, Armée etc…) et des fois sans répondre aux critères intellectuels. Combien de COLONELS ont deserté en ci peu de temps dont certains qui ne… Lire la suite »
BASSAM<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 8</span>
Membre
BASSAM 8
4 années 6 mois plus tôt

La fin de ces fils de putes est toute proche…..les combats seront très difficiles mais à ma fin il seront vaincus….

FARA1001<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 348</span>
Membre
FARA1001 348
4 années 6 mois plus tôt
4 avions occidentaux bourrés d’armes atterrissent à Gao au Mali Des pays africains accusés de soutenir Bamako et des blessés Azawad à l’hôpital de Reggan Des sources bien informées ont révélé que l’occident continue d’approvisionner Bamako par les armes. Des avions militaires occidentaux ne cessent d’atterrir à l’aéroport de Gao, chargés de quantités importantes d’armes et de munitions que l’Armée Malienne utiliseront dans sa guerre contre les rebelles Azawad et le l*mouvement des partisans de la religion « Ansar Eddine ». Effectivement, quatre avions militaires, provenant de l’occident, chargés d’armement et de munitions, de moyens de télécommunication et jumelles infrarouge, de missiles anti-aviation, ont atterri Lundi et Mardi, à l’aéroport de Gao. Des dirigeants au sein du mouvement national de libération de l’Azawad, en guerre contre le gouvernement de Bamako depuis le 17 janvier dernier, ont indiqué que des pays africains ont attribué des aides militaires au gouvernement de Bamako. Par ailleurs, des sources ont révélé à El Khabar que 26 combattants Azawad ont été retenus en otage dans la bataille de Tassalit déclenchée dimanche passé. Ces derniers ont été remis aux services de la 6ème Région Militaire dans la ville de Gao au Mali. Dans la même bataille, 9… Lire la suite »
Ibag<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 5</span>
Membre
Ibag 5
4 années 6 mois plus tôt

Zeïdane Ag Sidalamine qu’Allah fasse du Mali un nid de paix. Mais ce serai difficile avec des gens comme toi. Je ne croit pas a vos fanfaronades, vous voulez juste vous faire remarquer c’est a cause de vous les leaders que le Nord Mali s’embrase. Je pari que le gouvernement t’a fait appel pour que tu y jete ton venin dans l’espoir d’etre gater par un sacré poste prochainement, et dès que tu apprendra une eventuelle république azawad tu filerai a la douce. Si il n’y avait ni Etat ni MNLA ni MFUA on en serait pas là, depuis des lustres les habitant du Sahel et du Sahara vivent en etroite symbiose. Votre immixion n’augure rien de bon …

Sidney<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 82</span>
Membre
Sidney 82
4 années 6 mois plus tôt

Chapeau bas Mr.Zeïdane. Ce discours républicain ne nous étonne pas.Je suis fier de vous, car c’est ensemble que nous bâtirons le Mali.Le Mali est multi ethnique et tous vivent en paix et en harmonie depuis des lustre.Merci de continuer à œuvrer pour la paix. Et merci d’avoir dit à la face du monde que bcp a été fait pour le nord Mali.

Confiance<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 129</span>
Membre
Confiance 129
4 années 6 mois plus tôt

C’est lui meme. Zeidane Ag Sidalamine, cet homme tres lucide. S’il y avait trois hommes politiques de paix comme toi au Mali, plus ATT, nous aurions nous serions definitivement reconcilies deja. Mais dommage que les maliens sont trop rebelles. S<il y a des rebelles touaregues, c'est du fait qu'il y a des energumenes racistes de l'autre cote. Merci Zeidane, sans oublie feu Abdou Salam.

waritiki<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 604</span>
Membre
waritiki 604
4 années 6 mois plus tôt

tout les desérteurs doivent passée au cour marciale att na pas interet a les inserés dans l armée national

satoutou<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 132</span>
Membre
satoutou 132
4 années 6 mois plus tôt

D’après Adama Dahico “… en Afrique il n’y a pas d’opposants mais que des opposés. Quand tu leurs dis de venir, beh …ils te rejoignent !”

Ceci dit, avec tous le respect que je dois à ce Monsieur, que je le connais pas personnellement, mais je trouve que son sort encourage tous les leaders de ce MNLA/AQMI. Figurez-vous depuis 92 jusqu’à ce jour, à chaque fois qu’il y a eu une rébellion, les leaders ont été injectés dans toutes les hautes du Mali après un cessez-le-feu. Les illettrés ont été recruté dans l’armée et les portes sont bénéficié des postes de d’ambassadeurs, de conseillés et autres. Il n’y a jamais de procès contre un leader rebelle au Mali. En tout cas pas à ma connaissance. Certes le pardon est Malien mais ils faut que nos dirigeants prennent leur responsabilité de juger et punir certains de ces leaders pour les crimes qu’ils ont commis.

wpDiscuz