A quelques jours de l’adoption par le Conseil de sécurité de l’ONU du plan d’intervention militaire au Mali : Ansar Eddine et le MNLA au contact de Blaise Compaoré jouent au dilatoire

7 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Le président burkinabè, Blaise Compaoré,  a reçu vendredi à Ouagadougou les islamistes d’Ansar Eddine  et la rébellion des Touaregs du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). But affiché de ce rendez-vous : faire avancer, si possible, une solution négociée. Cette rencontre intervient au moment où  la question d’une intervention militaire au nord du Mali se précise. Le Conseil de sécurité de l’union africaine a adopté, la semaine dernière, le plan d’une intervention militaire. Le 25 novembre, le Conseil de sécurité de l’ONU pourrait en principe l’adopter à son tour.

Ansar Eddine, l’un des groupes islamistes armés qui occupent le nord du Mali, et la rébellion touarègue du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) se sont dits prêts, vendredi 16 novembre, à un « dialogue politique » avec le pouvoir malien. Les deux groupes de bandits ont exprimé « leur disponibilité à s’engager résolument dans un processus de dialogue politique », selon une déclaration lue par le chef de la diplomatie burkinabé, Djibrill Bassolé, Ansar Eddine et le MNLA ont aussi « formulé le vœu » que l’armée malienne s’engage « à arrêter toutes formes d’hostilités militaires à l’encontre des populations civiles ».

La main tendue des bandits armés ne semble pas avoir l’approbation générale. Les islamistes d’Ansar Eddine continuent jusqu’à preuve du contraire à entretenir le flou sur l’abandon de la charia. Ils ont déclaré renoncer à l’extrémisme et  au terrorisme. En revanche, un des représentants a déclaré que faute de pouvoir appliquer la charia sur l’ensemble des régions du nord, Ansar Eddine l’appliquera à Kidal fief du chef des salafistes Iyad Ag Ghaly.

Par ailleurs, le MNLA a lancé dans la journée du vendredi une vaste opération visant à libérer, selon ses propres termes, les régions de l’Azawad des mains des islamistes. Le MNLA souhaite  » assainir  » de nombreuses régions selon un porte-parole ajoutant que cette opération ne sera pas la dernière. «  Elle va être élargie aux environs de Gao puis à Tombouctou pour chasser tous les terroristes de l’Azawad «  a-t-il déclaré.

Sans nul doute que  les Touareg du MNLA qui ont subi une lourde défaite face aux islamistes du Mujao n’ont pas encore renoncé à leur revendication indépendantiste.

Ces indépendantistes touareg accueillis à bras ouvert dans la capitale du Burkina Faso et qui continuent à dicter leur vision au médiateur de la Cédéao, espéraient récupérer les zones perdues, en vue d’avoir un moyen de pression sur Bamako et de pouvoir mieux peser dans la négociation. Hélas, leurs alliés d’hier, à savoir les islamistes du Mujao, ont infligé une belle raclée aux séparatistes. Selon des sources sécuritaires, les pertes au sein du MNLA seraient en réalité plus importantes.

Tout porte à croire que la solution définitive  à cette crise du nord reste purement militaire. Les autorités de Bamako doivent faire preuve de discernement et  éviter de tomber dans les mêmes erreurs que leurs prédécesseurs.

Abdoulaye DIARRA

SOURCE:  du   19 nov 2012.    

7 Réactions à A quelques jours de l’adoption par le Conseil de sécurité de l’ONU du plan d’intervention militaire au Mali : Ansar Eddine et le MNLA au contact de Blaise Compaoré jouent au dilatoire

  1. Kassin

    L’interminable crise du nord du Mali: l’angle de regard.

    Dans cette affaire de « bandits cowboys » du nord du Mali, les groupes armés qui y sévissent, sont tous bonnet blanc et blanc bonnet, quels que soient leur objectifs affichés.

    Mais une chose est sûre, bien qu’il soit responsable de crimes abominables passibles de la peine de mort, Iyad Ag Ghaly et son ansardine avec le Mujao ont été de véritables remparts contre les voyous du Mnla et les seuls vrais garants de l’intégrité du territoire malien car ils étaient contre l’indépendance fantoche du Mnla de son « Azawad » et avaient les moyens pour cela.

    Ils ont obligés les occidentaux à revoir leur copie sur le dossier du nord du Mali, le fameux « péril islamiste » d’Alain Juppé à l’Onu, alors patron de la diplomatie française.

    Ils ont obligés les occidentaux à changer leur rapport avec les fanfarons du Mnla, après que leurs supercheries à répétition aient été mises à nu par les islamistes avec lesquels ils ont eu des accords formels et solennels, car très peu de responsables politiques en Europe osent s’afficher désormais en leur donnant un minimum crédit.

    Si à ce jour personne ou presque dans le monde ne remet en cause l’intégrité territoriale malienne, c’est du en grande partie à la peur ou à la hantise de la Charia d’Iyad Ag Ghaly et associés.

    Mais cette Charia et son application sauvage a fait des pertes inestimables sur le précieux patrimoine culturel du nord du Mali et conduit à des crimes atroces contre l’humanité et sur des citoyens maliens vivant sous occupation obscurantiste au nord de notre pays.

    Le Mnla, même en grande difficulté (difficile reconnaissance internationale, absence de soutien de son projet d’indépendance, défaites militaires et pertes de terrain face au Mujao, discrédit auprès de Paris et de ses médias de la « croisade »…) joue un numéro d’équilibriste pour continuer à exister et peser dans les débats et les négociations sur la crise du nord du Mali.

    Il a trouvé un allié de poid et un terreau facile auprès Blaise Compaoré, sulfureux et très controversé président du Faso et de sa médiation Cedeao ambiguë.

    Mais la vraie chance du Mnla dans ces moments troubles de l’histoire du Mali indépendant, est l’hallucinante cacophonie à Bamako (coup d’état inopportun, inutile et dangereux pour l’unité, la stabilité et la crédibilité du pays, crise institutionnelle qui l’a suivi avec la guerre irresponsable des politiques, déchirés entre le MP22, le COPAM, le FDR et bien d’autres, l’opportunisme mal placé du premier ministre de la transition Cheick Modibo Diarra et de ses deux gouvernements de l’inaction de 8 mois, le manque de Charisme et de leadership du président Dioncounda Traoré et enfin l’étonnante et énervante passivité voire lâcheté de l’armée malienne plus à l’aise dans une « guerre de bérets » à Bamako ou dans la chasse aux civils désarmés que dans une offensive militaire au nord).

    Le Mnla joue avec ces tares de la gouvernance transitoire à Bamako pour multiplier des initiatives maladroites au Burkina, sur les médias internationaux et sur internet, avec des déclarations et contres déclarations toutes provocantes les unes après les autres pourvu que cela permet de les tenir au chaud de l’actualité pour exister et peser dans le dossier du nord du Mali.

    Sa dernière trouvaille est la guerre à reculons, c’est à dire provoquer le Mujao, fuire et faire la gueule sur internet pour faire croire qu’il a une présence militaire au nord du Mali.

    C’est la stratégie de Playstation 5 et de Nintendo DS qui lui permet de gagner virtuellement les batailles qu’il a réellement perdues.

    Le gouvernement transitoire de Cheick Modibo Diarra qui n’a jamais eu une ligne de conduite claire dans aucun dossier qui lui est confié dans cette transition incrédule (libération du nord et organisation des élections) est passé maître dans l’art de la confusion (tantôt pour la négociation, tantôt pas d’accord avec la Cedeao, tantôt bien en phase avec la communauté internationale, si ce n’est le flou sur les opérations de l’organisation des futures élections, tantôt des actes de diversion: faux diplômes des fonctionnaires, concertations nationales, lutte inespérée contre la corruption, audit, ministère du culte…

    Cette attitude a fait perdre trop de temps pour la reconquête du nord et surtout agacé à maintes reprises les partenaires classiques du Mali, notamment les Etats-Unis d’Amérique, qui ont beaucoup fait ces dernières années pour le Mali (millenium challenge, Agoa, coopération militaire…)

    Cet état de fait n’a pas facilité l’avancé du dossier d’une résolution en faveur d’une intervention militaire étrangère à l’Onu, puis que les américains ont traîné les pieds sur le dossier malien tant que les putschistes du 22 mars tirent les ficèles du pouvoir transitoire à Bamako.

    Ils voulaient carrément et publiquement une élection d’un nouveau président légitime et légale élu au suffrage universel conformément à la constitution en vigueur au Mali, pour conduire le dossier du nord devant le droit international à l’Onu.

    Le volontarisme de la France de Francois Hollande, plus menacée que l’Amérique par les terroristes d’Aqmi, et son industrie du crime organisé qui fait florès au nord du Mali, semble à présent convaincre les américains de lâcher la position algérienne de la négociation politique en faveur d’une intervention militaire étrangère sous mandat de l’Onu.

    La résolution 2071 deuxième round de la 2056, a permis aux africains réunis à Abuja le 11 novembre 2012 de parfaire « un concept d’opération » pour 3300 hommes, après une préparation marathon et interminable des experts militaires et des diplomates de tout bord.

    En même temps comme un système des vases communicants, les négociations avec des groupes armés et criminels du nord avancent.

    Mnla et Ansardine font des concessions et acceptent publiquement et respectivement d’abandonner indépendance, Charia et terrorisme, en clair revenir à la mère patrie Mali en tournant le dos à tour à tour à leur Azawad et à copains d’Aqmi.

    Si cela est réel ça ne peut être que salutaire mais ça n’efface pas et ça ne doit pas effacer les crimes de guerres et crimes contre l’humanité commis au nord du Mali par le Mnla et Ansardine avec alliés sur les pauvres populations prises au piège d’une folie meurtrière sans nom.

    Mais au vu de plus de 50 ans de rébellions touareg et de leurs dénouements permettez moi d’être sceptique sur la crédibilité et la sincérité des responsables du Mnla et d’Ansardine qui jouent depuis belle lurette toute les phases finales de la coupe monde de la pirouette.

  2. DANS CE MONDE ET CE MALI DU 21è SIÈCLE PLUS RIEN NE PEUT ETRE NÉGOCIE ET OBTENU SUR UNE BASE PUREMENT ETHNIQUE OU RACIALE ET C’EST CELA TOUTE LA BÊTISE ET LA STUPIDITÉ DU mnla.
    PEUPLE TOUAREGS, ARRÊTONS L’ESCALADE DES MAINTENANT, NE SOYONS PAS LES AUTEURS DE NOTRE PROPRE GÉNOCIDE.
    JE VEUX DIRE LES TOURISTES EUROPÉENS ENLEVÉ POUR LES VENDRE A AQMI EST BIEN LE TRAVAIL DE CERTAINS TOUAREG.
    CERTAINS TOUAREG = PRENEURS ET VENDEURS D’OCCIDENTAUX AUX ISLAMISTES QUI SONT EUX-MÊME CERTAINS TOUAREG. IL Y’A DONC PLUSIEURS TYPES DE TOUAREG :
    1/ LES TOUAREG RÉPUBLICAINS
    2/ LES TOUAREG ELEVEURS NOMADES
    3/ LES TOUAREG VOLEURS D’OCCIDENTAUX QUI VENDENT LEUR BUTIN AUX TERRORISTES
    4/ LES TOUAREG AVEC DES ARABES TERRORISTES (AQMI)
    5/ LES TOUAREG ISLAMISTES (Ansardine)
    6/ LES TOUAREG INDÉPENDANTISTES (mn,a)
    7/……………
    8/…………………………………….
    ……………………………………………COMPLÉTEZ LA LISTES S.V.P.……………

  3. Timbuktu

    JE JURE SUR LE SAINT-CORAN LA SEULE VRAI SOLUTION C’EST D’ACHEVER LES TRAITRES RACISTES DU MNLA UNE FOIS POUR TOUTES

    :!: :!: :!: :!: :!: :!: :!: :!: :!: :!: :!:

  4. Abdoooooooooo

    Il faut exterminer le mnla, c’est la plus grande pandémie que le Mali ne connaitra jamais.Après les islamistes l’armée va vous massacrer, bande de voyous racistes

  5. Abdoooooooooo

    Il exterminer le mnla

  6. koudis

    Le MUJAO organise un ratissage dans les zones de Menaka, des combats en cours !!! Les islamistes contôlent l’ex camp militaire déjà… 8-O 8-O