Accord pour la paix et la réconciliation nationale ; Les défis de la mise en œuvre

52

CMA-signatureAujourd’hui, le Mali fait face aux différents défis de sa mise en œuvre avec l’accompagnement de la Communauté internationale sous la direction de la Médiation algérienne, président du comité de suivi. Cela nécessite la confiance réciproque et de dialogue sans violence entre les différentes parties.

Les groupes rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) ont signé samedi 20 juin l’accord de paix, déjà accepté il y a un mois par le gouvernement malien et par les groupes armés loyalistes. Une signature qui met fin à plus de trois ans et demi de conflit, et à près d’un an de négociations. Et qui ouvre une nouvelle période sans doute pas moins compliquée, tant les défis à relever sont nombreux pour mettre en place cet accord.

Pour la mise en œuvre de cet accord, le Ministre français de la Défense, M. Jean Yves Le Drian a séjourné au Mali du lundi 22 au mardi 23 juin dernier. Au cours de cette visite, il a rencontré les plus hautes autorités du Mali, entre autres, le Président de la République, M. Ibrahim Boubacar Kéïta, le Premier ministre, M. Modibo Kéïta et son homologue malien chargé de la défense et des Anciens combattants, M. Tiéman Hubert Coulibaly.

Désormais, la priorité, c’est sa mise en œuvre. A l’issue de la signature du texte par les groupes rebelles, un comité de suivi a été mis en place et dirigé par le chef de file de la Médiation, le Ministre d’Etat Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République populaire Démocratique Algérienne, SE. M Ramtane Lamamra. Quatre commissions thématiques pour décider des prochaines échéances ont été installées pour la circonstance.

Parmi les “travaux d’Hercule” à engager désormais figurent, entre autres, l’épineux problème du désarmement, la reconstruction ou encore la formation de la nouvelle armée nationale, notamment au nord avec une cohabitation entre soldats gouvernementaux et ” ex-rebelles “, comme il convient de les appeler désormais.

Le comité a d’ailleurs tenu sa première réunion le dimanche 21 juin 2015 à Bamako pour ” organiser les modalités de mise en œuvre ” de l’accord.

De sources concordantes, cette réunion devrait s’attendre concrètement sur le terrain à un ” normalisation progressive “, avec une cessation des hostilités. Le plus important selon notre source, c’est de ” s’assurer qu’aujourd’hui, tous ces groupes qui se regardaient en chien de faïence, puissent regarder dans la même direction et pour l’intérêt du Mali”.

Au sein du comité de suivi siègeront plusieurs groupes et forces, dont la partie gouvernementale, les anciens rebelles et plusieurs médiateurs, notamment l’Algérie, qui a pris quelque peu de force la direction de l’instance. Aussi, les cinq pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU auront également leur place dans le comité.

 

“Mesures de confiance” entre les parties

Aujourd’hui, tout le poids incombe sur le gouvernement malien qui doit travailler d’arrache-pied de telle sorte que le document puisse être pris en charge réellement par la partie malienne.

Concernant la région de Kidal, très prochainement, le processus sera engagé afin que l’armée puisse se déployer sur l’ensemble du territoire national et de façon progressive. Aussi, des groupes thématiques se mettront en place pour regarder le processus de désarmement et de démobilisation. Dans ce sens, une stratégie de développement sera élaborée. Aussi, dans quelques semaines, sera tenue à Bamako une conférence des donateurs pour pouvoir mobiliser toutes les ressources nécessaires par rapport à l’application de l’accord “, révèle notre source.

Du côté de la CMA, le plus vite possible, il faut les mesures de confiance entre le gouvernement et les mouvements armés. ” Nous attendons la libération des détenus, les problèmes de sécurité, et puis l’aide d’urgence, parce que nous sommes dans une période si dure. Il faut d’urgence apporter une aide aux populations dans le nord”, a déclaré M. Sidi Ibrahim Ag Sidati, le signataire de l’accord le 20 juin à Bamako.

 

“Dialogue exigeant”, “mais sans violence”

Dans son discours, le chef de la mission des Nations unies au Mali, Mongi Hamdi, a prévenu que la mise en œuvre de l’accord de paix nécessitera du courage et de la persévérance. Des difficultés dont semble être conscient Mahamadou Djeri Maïga, vice-président de la CMA, qui a évoqué dans son discours un ” dialogue exigeant ” mais ” sans violences “.

Selon lui, l’accord ” n’est certes pas parfait “, mais il ” constitue une base de travail pour entamer un processus complémentaire sur la base d’un dialogue direct, objectif mais sans violences. Un dialogue exigeant mais sur la base des dispositions consensuellement arrêtées et mutuellement respectées ; et un dialogue qui nous conduira ensemble à trouver enfin une solution satisfaisante pour tous quant à la problématique de l’Azawad”.

Youssouf Sangaré

 

PARTAGER

52 COMMENTAIRES

  1. Cela fait cinq ans qu’on se réjouit de l’avènement de l’indépendance de notre pays. Mais beaucoup d’entre nous ne savent pas cela fait cinq ans aussi que ces régions du nord sont sous développer, ils sont les plus délaissé. Le président de la République a une bonne raison d’avoir tenir tous ces engagements.

  2. Les âmes de ces nombreuses victimes des différents rebellions ne repose jamais en paix tant que les traitres de ce pays meurtrie ne répondent pas à leurs actes. Il s’agit d’ATT et d’Alpha, ils sont les seuls qui ont plongé le Mali dans cette crise infernale.

  3. Les problèmes de ce pays reposent sur les trois régimes précédentes, ils n’ont rien pu faire pour développer ces régions du nord. Ces questions de développement de ces territoires ne devraient pas refaire sur face après plus de cinq ans d’indépendance.

  4. Ce pays peut très bien tanguer mais ne chavira jamais. Si Dieu nous a offert un accord, il pensera surement à nous lors de son application. Ayons juste confiance en nos dirigeants et accompagnons les dans ce moment difficile.

  5. Ce n’est pas la faute d’IBK si les autres ont signé des accords non appliqué, donc ce qu’il faudra maintenant, c’est d’accepter cet accord quel qu’en soit son contenu excepté la division du Mali.

  6. Le terrain de la paix et de la réconciliation a démarré, tous les maliens sont sensé être à bord de ce terrain sans exception. La Paix et seulement la Paix pourra sauver ce Maliba. Conjuguons nos efforts pour une bonne application de cet accord, car le gouvernement tout seul ne peut rien tant que nous les soutenons pas.

  7. Présentement, le MALI a besoin de tous ses fils pour dans sa marche vers la paix !!! Nous, population malienne, devons servir de soutien au MALI et à nos autorités !!!

  8. Notre objectif a été atteint, le gouvernement malien a su relever le défi. Ils ont su répondre à nos attentes, ils ont fait leurs preuves. Et maintenant le gouvernement a besoin de notre soutien à tous !!!

  9. Nous devons nous unir derrière nos dirigeants, les soutenir, leur montrer une totale confiance de notre part pour qu’ils aient encore plus volonté dans l’accomplissement de ce processus de paix !!!

  10. La population malienne doit se tenir de prendre part au pessimisme sans raison, elle doit être à même de soutenir ses dirigeants dans cette lutte infernale pour le retour de la paix dans notre pays !!!

  11. Le MALI est un et indivisible, nous sommes tous d’accord sur cela, même les rebelles le sont 0K. Cela montre la détermination de toutes les parties pour le bon déroulement de ce processus de paix !!!

  12. Ce régime a fait ses preuves, il a démontré que les maliens pouvaient compter sur lui !!! Nous devons leur faire plus confiance pour sa mise en œuvre !!

  13. Ne voyez du mal partout, soyez un peu réaliste !!! Les dirigeants qui ont fait signer les rebelles l’accord de paix, sont les mêmes qui les dirigeants qui vont œuvrer pour son application !!!

  14. Soyez optimiste vis-à-vis de l’application de cet accord, nous devons nous sensibiliser les uns et les autres, nous unir pour soutenir notre président et son gouvernement pour qu’ils mènent à bien ce projet d’accord !!!

  15. Ne vous inquiétez de la mise en œuvre de cet accord, nos autorités ont su faire signer l’accord par les rebelles, ils sauront les inciter à son application à la lettre. Nous avons une totale confiance en eux !!!

  16. La mise en œuvre de cet accord ne fait aucuns soucis, car le plus important était la signature du dit accord. Nos dirigeants ont fait preuve de sagesse, de courage et de bravoure. Nous sommes on ne peut plus fiers d’eux !!!

  17. Cet accord est notre seul espoir de sortir définitivement de la calamité qui tient ce pays depuis 1962. Et on doit saisir cette opportunité pour ne pas que l’histoire retienne de faussement de cette nation. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: 🙄 🙄 🙄 😆 😆 😆

  18. Un accord n’est jamais parfait. C’est son application qui mettra fin à la crise qui est à la base de son adoption. 😛 😛 😀 😀

  19. Vu les difficultés rencontrés dans l’application des accords déchus sur la même rébellion. Cet accord ne sera pas comme les autres. Il sera un vrai accord, et apportera la solution définitive à notre vieil problème. 😛 😛 :mrgreen: :mrgreen: 😆 😆

  20. Il n’y aura plus d’accrochage ou de violence après cette signature du 20 juin. Cet accord est absolument le bienvenu ; il prend en compte toutes les nécessités des régions locales, sans pour autant être source d’aucun amalgame. 🙁 🙁 🙁 😀 😀 😛 😛

  21. C’est normal que les ex-rebelles et le gouvernement siègent au sein du comité de suivi. Car cette disposition est contenue dans l’accord. Et l’accord dispose que le CSA (comité de suivi pour la mise en œuvre de l’accord) peut, en outre, inviter, en tant que de besoin, d’autres acteurs et institutions financières internationales, à participer à ses travaux. Toutes les mesures nécessaires sont prévues pour l’application parfaite de cet accord. Il ne reste plus que l’assistance de la population civile. 😆 😆 :mrgreen: :mrgreen:

  22. Les choses se passent comme prévu dans l’accord. Depuis que ce document a été signé, il n y a eu aucun combat dans localités du septentrion. Cela est un progrès dans l’application de l’accord. 🙄 🙄 😳 😳 :mrgreen: :mrgreen:

  23. Déjà un demi-jour après la signature du vingt juin, le comité de suivi a tenu sa première réunion à Bamako. Donc il ne reste plus qu’une bonne compréhension de la part de la population civile. Les maliens doivent faire preuve de bonne foi au cours de ce processus. :mrgreen: :mrgreen: 😈 😈 🙄 🙄

  24. Certes, il y a beaucoup de défis à relever, mais la volonté des parties est déterminante. Celles-ci se sentent dans l’obligation de mener à bien cet intervalle passager qui vient de s’ouvrir après la signature du 20 juin 2015. 😀 😀 😆 😆 😆

  25. Ces défis appartiennent à la population et à toutes les parties, Mr le rédacteur. Le comité de suivi est là et il doit être accompagné par la population. 😀 😀 😛 😛 😛 😛

  26. L’application d’un accord de paix relève toujours des défis. Et ces défis sont pour les signataires et la population civile bénéficiaire qu’on est. Cet accord, pour qu’il produise ses effets doit faire l’objet d’une application intégrale. 😀 😀 😆 😆

  27. Le peuple du Mali dans sa totalité se réjouit aujourd’hui que nous soyons parvenus à un Accord au terme d’intenses négociations. Cet Accord est le résultat d’une volonté commune des fils d’un même pays d’aboutir à une solution juste et équitable dans un contexte difficile. De par son caractère inclusif, cet Accord est le fruit d’un effort collectif, une œuvre commune, qui permet de réconcilier les maliens. L’Accord conclu est une base solide pour travailler à la restauration de la paix, de la sécurité et de la stabilité de notre cher pays, le Mali. Il offre en effet un cadre de réconciliation des cœurs et des esprits, un cadre de cohésion sociale, de renforcement de l’unité nationale. Il faut le dire avec force, par la dynamique positive de paix et de réconciliation qui sera créée, la mise en œuvre de l’Accord ouvrira de nouvelles perspectives pour le développement, non seulement des régions Nord, mais du pays dans son ensemble. Son application demandera certainement de la part des maliens un travail acharné, car les questions sont complexes et les moyens à mobiliser importants. Je suis persuadé que si nous nous rassemblons, ce dont je ne doute pas, l’appui et l’accompagnement de la communauté internationale suivront.

  28. Tout comme son ancêtre, IBK est un grand pilier de ce pays, l’issue de cet accord de paix a fait de lui un héros, son application ne pourra que rehausser l’image du Mali et de mettre fin à jamais la rébellion.

  29. Un peuple-un but-une fois. Le Mali est in et indivisible, nos dirigeants ne le diviseront jamais. Arrêtez de raconter des bardas. Le gouvernement ne pourra jamais prendre un engagement qu’il ne peut pas assumé. L’essentiel a été fait, quand à l’application de cet accord ne va pas poser de problème si on se donne tous les mains. Restons mobiliser derrière notre gouvernement et tout ira bien.

  30. Mettre les points sur les « i » ne veut pas dire que la réhabilitation de ces régions épuisera le budget public. De toutes les façons ces mêmes accords ont été signés au par avant mais n’ont jamais été appliqué.

  31. Si la communauté internationale a imposé à notre gouvernement la signature de cet accord, ce qu’ils feront tout leur possible pour sa mise en œuvre. Cela ne doit point nous alarmer.

  32. Certes ces régions recevrons une partie du budget national, mais comprenez juste que cela en vaut la peine vu que depuis l’indépendance jusqu’au jour d’aujourd’hui aucun de ces régions n’a reçu les revenus des nombreux serments entrepris par nos dirigeants. En réalité IBK est à soutenir et encourager.

  33. C’est dans le but de l’aboutissement d’une paix durable que nos dirigeants ont tout accepté, donc prions pour le bon accaparement de ses engagements.

  34. C’est vrai qu’on s’étonne des fonds qui seront attribués à ces régions du nord mais on ne peut connaitre la réalité de la situation que si on se rend dans certaines localités du nord. Allah ki ii sara IBK, et inch’Allah puisse Dieu vous accompagne dans son application.

  35. En voyant l’état de ces régions, je me demande ce que G.Moussa Traoré, Alpha.OK et ATT ont fait à leur temps pour ces localités. En réalité IBK a fait plus que ces prédécesseurs.

  36. Les régions du nord sont sous développer, les anciens régimes ont signé des accords qui n’ont pas été appliqué. Dans cette pensée que le président IBK et son staff compte faire mieux pour que cette rébellion ne puisse plus jamais recommencer.

  37. Fait un tour à Kidal, tu comprendras mon cher qu’il faut plus pour ces régions, tu verra le président IBK est à saluer pour cette initiative.

  38. Les anciens régimes n’ont rien pu faire pour développer les régions du nord, maintenant qu’un président s’est engagé, à mon humble avis je pense qu’on doit tous le soutenir, c’est le seul moyen de mettre terme à la rébellion.

  39. j’interviens rarement sur ce forum, c’est la première fois. Je remercie chaleureusement le président de la République pour l’issue de cet accord. Ses serments vis-à-vis des régions du nord sont salutaires, ça fait mal de voir qu’en 21ème siècle, ni Kidal, ni Gao, ni Tombouctou sont sous développé. Avec la bénédiction du bon Dieu et de nos anciens, l’application de cet accord sera un succès.

  40. Malgré que je ne sois pas du nord, je déplore constamment les conditions de vie de ces habitants. Même si les armes n’étaient la bonne manière d’atteindre les objectifs, j’avoue que ces sommes ne sont pas colossales pour ces régions. Bon courage à vous IBK !!!

  41. Go and see the condition life of the north-Mali populations, c’est la lamentable !!!!

    Nous remercions juste le président IBK et son staff pour ses engagements entrepris et prions pour sa mise en œuvre.

  42. Cinquante ans d’indépendance, jusqu’à l’heure où nous sommes ces régions du nord vivent dans la cherté totale. Même pour avoir de l’eau à boire est un vrai casse-tête. Je me demande si les régimes anciens ont fait un tour dans ces localités pendant leurs mandats. Bravo au président IBK nous prions pour la mise en œuvre de cet accord, qu’Allah vous donne la capacité suffisante de faire face à cette lourde tache.

  43. Walaye, il suffit d’être au nord pour comprendre les conditions de vies de la population, il y’a des cercles et villages qui ne possède toujours pas de l’eau potable à boire. Nos dirigeants mérité le maximum de soutien pour l’application de cet accord.

  44. Tout d’abord je tiens à remercier le président IBK et son équipe pour l’issue de cet accord de paix et de la Réconciliation. Tout comme l’issue de cet accord, la communauté internationale nous aidera à combler ces engagements entrepris par le gouvernement malien. Tout ce que nous devons faire maintenant c’est de conjuguer nos efforts pour relever ce défi qui est l’accaparement de cet accord.

  45. Les habitants du nord méritent ces milliers de nos francs qui leur seront octroyés. A reconnaitre que ces régions sont les plus délaissé, le président ATT a jugé nécessaire de doté les chefs rebelles des milliards que de construire ces régions.

  46. Il n’y a plus de question de justice, du moment où d’autres ont signé des accords qui n’ont jamais été appliqué à la lettre. Le régime actuel n’est pour rien dans cette affaire, il ne fait qu’appliqué ce que d’autre ont signé depuis des années.

  47. Le régime actuel ne fait qu’appliquer les taches qui devraient être exécuté il y’a des années de cela. Vue que les différents accords signés par nos ex présidents n’ont jamais été appliqué, on a plus d’autre choix que les appliqués et d’accepter tous les revendications prônés par la CMA.

  48. Main dans la main appliquons cet accord à la lettre, elle est l’unique astuce qui peut nous amener la Paix. Le comité de suivi contenant tous les partis prenantes de l’Accord et de la médiation, je pense que chacun sera un témoin de l’application de cet accord.

  49. On a voulu la paix et voilà on l’a maintenant, pourquoi jouer les pessimistes. C’est un nouveau Mali qui vient de naitre nous devons tous l’accompagner.

  50. La signature de cet accord est l’avatar de la paix et de la réconciliation. Nous approuvons sa crédibilité et son efficacité au sein de notre pays. C’est vrai que les défis à relever sont nombreux, mais nous prions toujours pour sa bonne mise.

  51. De toute les façons ibk incapable lâché a signé a la place des maliens en faisant ce acte il nous a trahi vendu
    Les rebelle savent qu’on a un président faible qui n’a plus de crédit au niveau international

Comments are closed.