Al Hadder rescapé de la bataille du 21 mai à Kidal : «J’ai perdu un bras, mais je suis vivant»

3
ampute
Al Hadder

Al Hadder est un jeune de 22 ans. Originaire de la commune de Soni Ali Ber, dans le cercle de Gao, il décide un jour de s’installer à Kidal où il espère gagner un peu plus d’argent en exerçant son métier de soudeur. Deux mois plus tard, son rêve se brise. Hôpital de Gao, Mali. Al Hadder sur son lit après l’amputation de son bras droit.

 

«Ça s’est passé un matin de mai 2014, le jour même de la reprise des combats entre l’armée malienne et les groupes armés», nous explique Al Hadder. À la faveur d’une courte accalmie observée dans la ville, les habitants de Kidal étaient sortis de chez eux pour se ravitailler. Al Hadder en faisait partie : «Je suis retourné à mon atelier ; je voulais gagner un peu d’argent pour acheter de quoi me nourrir». «Chacun vaquait à ses activités quand les combats ont repris», dit Al Hadder. Le jeune homme a immédiatement décidé de fermer son atelier et de retourner se mettre à l’abri dans sa maison. Pendant qu’il s’affaire à fermer les portes de son atelier, il est atteint par une balle perdue. «J’ai été touché à l’épaule droite».

 

Transporté immédiatement au centre de santé de Kidal par des personnes de bonne volonté, le jeune homme y reçoit les premiers soins. Il est ensuite transféré à l’hôpital régional de Gao où il est pris en charge par l’équipe chirurgicale du CICR. La vie du jeune homme est en danger ; son bras est presque gangréné. À l’issue du diagnostic, une seule solution s’impose : «Nous n’avions pas d’autre choix que de lui proposer une amputation, explique Aly Ouattara, chef du projet du CICR à l’hôpital de Gao. Après concertation et accord du patient et de sa famille, nous lui avons amputé le bras droit».

 

Aujourd’hui, Al Hadder va beaucoup mieux. Il a quitté l’hôpital et poursuit ses soins en ambulatoire. «Maintenant, je n’ai plus peur, je sais que je vais guérir. Dès mon arrivée à l’hôpital, j’ai été bien accueilli et bien soigné. Je remercie le CICR de m’avoir sauvé la vie, dit le jeune homme. J’ai perdu un bras, mais je suis vivant. Je reste optimiste et j’espère reprendre une activité dès que possible». Une fois les plaies bien cicatrisées, le CICR estimera si le jeune homme peut bénéficier de son programme de réadaptation physique. Il pourrait ainsi récupérer une certaine autonomie, grâce à des soins de kinésithérapie et un appareillage adapté.

 

L’hôpital régional de Gao, l’un des deux établissements médicaux les plus importants de la région, bénéficie du soutien d’une équipe médicale du CICR, spécialisée dans la prise en charge des blessés de guerre. Cette équipe est composée de médecins généralistes, d’un chirurgien, d’un anesthésiste, d’infirmiers, d’une sage-femme et d’un responsable de la pharmacie que le CICR a installé et qu’il ravitaille régulièrement en médicaments.

 

La Rédaction

 

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Kassin tu est vraiment plus con qu’ont ne le croix Att a fait quoi pour ce pays
    Il est le pire ennemi de ce pays

  2. Paraît-il qu’ils ont fuit!

    Ah ah ah les ministres de l’incompétence du gouvernement d’incapables notoires de Ladji Naloma et de son Moro Mara de Malheur, ont paraît-il claqué la porte parce que les gens auraient acclamé ATT au CICB hier 19 août 2014…

    Bande de cons!

    Vous êtes plus de 30 ministres a tourner en rond depuis 1 an, sans programme, sans politique économique et sociale crédible pour le Mali, mais pour mentir, voler l’argent public et servir une Famille, celle de Ladji Naloma, et ses belles familles.

    Et vous voulez que les bamakois vous applaudissent?

    Bande de cons!

    Non ils en ont assez de vos mensonges et de vos incompétences majeures, à gérer la crise du crise et à donner du travail aux maliens.

    Bande de cons!

    Vous avez, en complicité avec la famille de Ladji Naloma, bouffé 258 milliards de FCFA en 1 année de gouvernance chaotique et dramatique pour le Mali mais mielleuse pour vos familles à vous.

    Bande de cons!

    Cette somme d’argent pouvait remettre l’armée sur pied, et gagner des combats au nord, construire des routes, étendre les réseaux d’électricité et d’eau potable du pays, construire des écoles et des hôpitaux, et créer des emplois pour des jeunes.

    Bande de cons!

    Mais vous avez préféré être complices actifs de Ladji Naloma et contre les préoccupations quotidiennes des maliens qui peinent aujourd’hui à se nourrir, à se loger et à avoir un emploi.

    Bande de cons!

    Vous savez très bien que Ladji Naloma ne fait rien pour soulager la souffrance des maliens mais qu’il est prêt à tout pour mettre sa famille et ses belles familles au beure sur le dos fatigué des maliens.

    Bande de cons!

    Mais vous choisi de profiter à ses côtés de voler à deux mains les maigres ressources du pays.

    Bande de cons!

    Les partenaires financiers et techniques avec en tête le FMI vous ont coupé les sous en moins d’un an au pouvoir et c’est une première en Afrique pour un pouvoir issu des urnes parce que votre boulimie pour le gaspillage de l’argent public n’a d’égale que votre incompétence notoire et fétide.

    Bande de cons!

    Les partenaires sociaux avec en tête l’UNTM commencent à se réveiller et vous réclament des comptes car ils ne peuvent pas travailler dur jour et nuit pour que vous voler l’argent du Mali par centaines de milliards alors qu’ils ne peuvent ni payer un sac de riz, ni payer leur loyer, ni payer leur facture d’électricité et d’eau, ni payer l’éducation et la santé de leurs enfants.

    Bande de cons!

    Bande d’incompétents notoires, vous n’avez pas fini de claquer les portes car 2018 c’est encore dans 4 ans c’est à dire 4 fois le temps que vous déjà fait au pouvoir.

    Wa salam!

Comments are closed.