Amputés du nord-Mali : Le cœur serré dans la joie

4

Le calvaire, la population du Nord-Mali l’a connu. Une souffrance endurée dans le silence mais sans perdre une vertu  essentielle propre aux maliens : La dignité. 

Adjouma I Yattara

Ainsi dans le pire des mensonges nos stoïques populations seront fouettées, violées, amputées qui du pied qui de la main et dans le pire des cas froidement tuées. Aldjouma, Moctar et presque une cinquantaine perdirent tout espoir d’un lendemain meilleur suite à des amputations systématiques. La providence aidant, les manchots, unijambistes regardent aujourd’hui  leurs sinistres bourreaux en fuite. Retour sur le cas cynique de  Aldjouma.

En choisissant comme métier d’aiguiser les couteaux, sabres et machettes, Aldjouma était loin de s’imaginer que son calvaire allait venir de là. Ironie du sort, c’est un couteau bien aiguisé qui le priva à jamais de l’usage de sa main droite par les soins de redoutables bourreaux du MUJAO. L’application de la fameuse charia est encore passée par là dans sa version aveugle mensongère mais combien impitoyable et aveugle.

Nous sommes jeudi 20 décembre 2012 à Gao où dans un camp militaire des hommes armés attendent tôt ce matin les sentences qui allaient être prononcées à l’encontre de présumés voleurs. Quatre infortunés attendent avec impatience le sort qui allait leur être réservé. Au nombre de ceux-ci Aldjouma Issa YATTARA, quadragénaire marié père de quatre enfants, domicilié dans la même ville précisément au quartier château.

Premier à comparaitre, l’homme peine à se reconnaitre dans un  chef d’accusation lui reprochant d’avoir volé 30.000 francs cfa à un visiteur de passage dans sa forge. Toute chose que Aldjouma en son temps avait nié. Selon lui, cet homme, de passage pour une prestation était revenu quelques instants après lui réclamer 30.000 francs tombés sur ses traces. Face à son insistance de n’avoir rien aperçu sur ses traces, son visiteur s’en alla et revint plu tard le menacer cette fois de le dénoncer aux éléments du Mujao s’il ne lui remettait pas ses sous.

De peur de passer à la guillotine pour un crime qu’il n’a pas commis, Aldjouma le supplia de prendre tout ce qu’il avait sur lui en lui  promettant de lui solder le compte les jours suivants. A peine a-t-il sorti les quelques billets de sa poche que des éléments du MUJAO firent irruption dans sa cabane de forge et, sans lui donner le temps de broncher, lui mirent le grappin dessus.  Dommage, ce récit des faits étaient loin d’avoir l’adhésion des jurés du jour qui le jugèrent coupable des faits avant de le renvoyer le même jour expier sa peine sur la place de l’indépendance.

voilà que son bras droit, sur instruction des  juges présents sur les lieux, est posé comme sur l’enclume avant de recevoir le passage du couteau par les soins d’un arabe bien connu de la population pour avoir été des leurs avant de regagner le rang des fanatiques. La charia venait d’être appliquée et le supplicié est bon à être évacué sur l’hôpital où de soins lapidaires lui seront administrés. A sa suite deux autres suspects passeront à l’enclume et recevront le châtiment du bourreau. Combien ont-ils été d’Aldjouma à subir la sentence aveugle de ces barbares dits hommes de la charia?

Aujourd’hui, ceux qui pensaient éternellement tirer profit de leur rapport de force subissent en retour une déculottée qui n’est pas sans donner le sourire à leurs suppliciés. La débandade dans leur rang est de même un signe espoir pour les Aldjoumas qui ne se privent plus d’imaginer un clin d’œil des plus hautes autorités dans le cadre d’un plan d’indemnisation des martyrs du Nord-Mali. Bien entendu après le son du clairon louant la victoire, la nôtre.

Issiaka Coulibaly

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. ……Qu’est ce que le gouvernement malien attend pour montrer au monde entier et aux ONG et journalistes qui accusent nos doldats d’exactions sur des civiles sans preuves, les maliens qui ont été amputés, châtiés et torturés par le MNLA et ses alliés. Nous sommes dans la guerre des médias ente les maliens et le MNLA doc, il faut tout montrer.

  2. j’avais mal lu ;j’avais cru lire le coeur serré dans la main 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  3. C’est DEGOUTANT et ENERVANT et voila pourquoi certains ne pardonnerons JAMAIS ces voyoux illetres assoiffe de sang. Que faire de ces bourreaux impies? 👿

Comments are closed.