Antonio Guterres à propos de la mise en œuvre de l’accord de paix : « Le refus des groupes armés signataires de remettre la liste de leurs combattants demeure le principal obstacle au processus de DDR »

6
Le Portugais Antonio Guterres au siège de l'ONU à New York, le 12 avril 2016
Le Portugais Antonio Guterres au siège de l'ONU à New York, le 12 avril 2016 (AFP/KENA BETANCUR)

Dans un rapport de 28 pages publié le 28 septembre dernier, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres a diagnostiqué l’évolution de la mise en œuvre de l’accord de paix et de réconciliation, au cours des trois derniers mois. Selon lui, le refus des groupes armés signataires de remettre la liste de leurs combattants demeure le principal obstacle au processus de désarmement, démobilisation et de réintégration (DDR) qui doit commencer le 15 octobre prochain.

Selon le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres, la situation politique et les conditions de sécurité se sont considérablement détériorées depuis le 29 juin dernier. A l’origine : la reprise des combats entre les groupes armés signataires de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali dans le Nord du pays, l’insécurité croissante dans le Centre et les agitations politiques suscitées  par la révision constitutionnelle. Toutes choses, que selon Antonio Guterres, ont retardé la mise en œuvre de l’Accord.

Face à ces difficultés, révèle le rapport du secrétaire général des Nations Unies,  la MINUSMA a intensifié sa mission de bons offices en vue d’aider les protagonistes maliens à trouver des solutions pour accélérer cette mise en œuvre. Et d’après lui, des avancées ont été réalisées avec la signature, le 23 août, d’une trêve entre la CMA et la Plateforme des mouvements du 14 juin 2014 (la Plateforme). Ainsi que la signature  d’un document d’engagements entre les deux groupes armés qui met fin aux hostilités et la décision du  président Ibrahim Boubacar Keïta d’ajourner le référendum.

S’agissant de l’application du processus de DDR (Désarmement, Démobilisation, Réintégration), le chef de l’ONU, Antonio Guterres a écrit dans son rapport que le refus des groupes armés signataires de remettre la liste de leurs combattants demeure le principal obstacle.

Et pour cause, selon lui, les groupes ont exigé des quotas pour l’intégration de leurs membres dans toutes les institutions chargées de la sécurité et pas seulement aux forces armées, comme cela avait été décidé au départ. Une requête qui, dit-il,  n’a pas encore été examinée par le Gouvernement.

Il a également précisé que le 27 juillet dernier, la Commission nationale du désarmement, de la démobilisation et de la réinsertion et la Commission d’intégration ont confirmé que le processus du DDR débuterait le 15  octobre avec des membres du Mécanisme Opérationnel de Coordination. Suivront ensuite, dans l’ordre, l’intégration des soldats ayant déserté les forces armées maliennes pendant la crise de 2012, les membres des groupes armés signataires et les membres des groupes armés civils. D’après  lui, les deux commissions ont également confirmé le démarrage du processus de cantonnement dans les huit zones de cantonnement ou de casernement construites par la MINUSMA, dont elle modernise les dispositifs de sécurité pour faire face aux menaces durant le processus de démobilisation.

Par ailleurs, le diplomate onusien, Antonio Guterres,  a rappelé qu’à Gao, les manquements et l’indiscipline des patrouilles mixtes ont contribué au mécontentement croissant de la population et dans certains cas, à la création de groupes de justiciers.

A Kidal, le rapport révèle que la première phase de la remise en état du Mécanisme Opérationnel de Coordination à Kidal, qui présente une capacité d’accueil d’environ 600 combattants, a pris fin le 26 juillet. Mais précise-t-il, compte tenu de la complexité du contexte, des questions de commandement et de contrôle, des exigences logistiques et du besoin de coordination, la MINUSMA a proposé au Gouvernement et aux groupes armés signataires, un déploiement échelonné de leurs combattants au sein du Mécanisme Opérationnel de Coordination de Kidal.  A cet effet, le rapport précise que les chefs de corps des forces armées maliennes, de la CMA et de la Plateforme se sont déployés à Kidal le 28 juillet afin de planifier et d’organiser l’arrivée de leurs membres respectifs.

Sur le terrain, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, déplore la recrudescence de la violence. D’après son rapport, depuis mi-juillet, les groupes extrémistes violents et les éléments terroristes ont mené 75 attaques dont 44 contre les Forces de défense et de sécurité maliennes, 21 contre la MINUSMA et 10 contre Barkhane. Un chiffre en hausse de 102,7 % par rapport à la période précédente qui a enregistré  37 attaques dont 23 contre les Forces de défense et de sécurité maliennes, 11 contre la MINUSMA et 3 contre Barkhane.

Lassina NIANGALY

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Voici encore une fois, la complexité de la mise en application des accords de paix. Les enfoirés qui ont représenté le Mali sont allés nous enfoncer davantage. IBK avait refusé la participation de membres de l’opposition et de la société civile aux préalables des négociations d’Alger. L’opposition avait demandé l’organisation de concertations nationales, afin que les Maliens tombent d’accord sur la conduite à tenir et convenir des points sur lesquels le Mali doit rester intraitable. Mais les crétins sont allés, avec les instructions de celui qui prétend être le Président de la rue-publique. Ils ont cédé sur tous les caprices des bâtards de djihado-rebelles, au point de n’être qu’à deux doigts de leur accorder l’indépendance. Les connards ont accepté la régionalisation avancée, ce qui rime avec autonomie. Comment voulez-vous dès lors, que ces gens respectent les minables autorités qui leur ont servis de torchons pendant les discutions? Les salopards de la CMA refusent de livrer la liste de leurs éléments parce que à Kidal, tout le monde se connait, ils savent que leurs combattants et les djihadistes ne font qu’un. Les mêmes éléments sont tantôt rebelles, tantôt djihadistes, tout dépend de la nature de la mission du jour à exécuter. Aussi, ils sont tous des poseurs de mines, et Kidal ils sont connus et on pignon sur rue. Voilà la principale raison pour laquelle la CMA refuse de donner la liste. Les hommes du Gatia les connaissent aussi, puisque étend parfois de la même famille. Ils cherchent en ce moment, à recruter des hommes neufs, mêmes adolescents, pour constituer le peloton qu’ils veulent affecter au MOC, ceci évitera la mise à nu de leur supercherie. Le retour dans l’armée des anciens déserteurs n’est pas une bonne idée. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ces gens ne savent pas ce que c’est la loyauté. A tout moment. ils peuvent reprendre les armes contre le Mali comme ils l’avaient fait dans un passé récent. Qu’il leur soit proposé la reconversion à la vie économique pour bénéficier d’aide conséquente à ouvrir un petit commerce, même si l’on sait que la vie actuelle leur rapporte plus, à cause des pillages, des braquages et les vols divers. Tous ceux qui avaient été versés dans l’armée sous le régime Alpha sont aujourd’hui dans les rangs de la rébellion ou des djihadistes. On prend les mêmes on recommence. IBK a tout verrouillé dès le départ, il devait organiser les concertations nationales comme l’avaient demandés l’opposition et les autres acteurs de la vie socio-politique du pays. Il aurait certainement évité les entraves actuelles qui bloquent l’application de la merde dans laquelle il a foutu le pays. Et dire que ce crétin pourra être candidat à sa propre succession. Sa réélection sera un enfer pour les Maliens en plus de la partition programmée du territoire. IBK s’en fout, pourvu qu’il gouverne, ne serait-ce qu’une toute petite portion du territoire, le reste, la communauté Internationale s’en chargera. Les Minusma et autres Barkhane libéreront le Nord, les Famas traqueront et éradiqueront le djihadisme dans le Sud et au Centre du pays. IBK sera toujours Président, mais du district de Bamako et environs. Et vive la moitié du Mali, vive IBK Président du pays amputé du Mali. Quel con cet IBK!!!!

  2. BIEN dit @MYNTI le MALI a été victime par les terroristes étrangers comploté par l’ONU DIEU mern le peuple est soudé .

  3. Le refus des groupes armés de remettre la liste de leurs combattants ne surprend personne au Mali . La plupart des combattants des groupes armés sont des mercenaires et des apatrides . Il serait difficile pour eux de remettre une liste avec des noms de mercenaires étrangers .

  4. Kidal est en tout cas le fief des terroristes maliens . Un fief bien protégé par les forces étrangères . Les maliens savent maintenant le pourquoi de cela .

  5. Aux menteurs et idiots qui croient que l’accord d’Alger est pour la paix et la stabilité du Mali, lisez ce que rapporte le secrétaire général de l’ONU.
    “… les groupes ont exigé des quotas pour l’intégration de leurs membres dans toutes les institutions chargées de la sécurité et pas seulement aux forces armées, comme cela avait été décidé au départ”.

    C’est clair que dans les clauses de l’accord, tous les démons et ennemis vont infester l’armée malienne pour la miner. Ces intégrés seront prêts à fuir avec armes et secrets militaires à la première occasion pour rejoindre les ennemis du Mali et venir égorger nos pauvres soldats.
    Il n’ y aura jamais d’armée efficace contre ces séparatistes qui jouent le jeu du moment tant que ça les arrange.

    Comme si ça ne suffit pas, les groupes armés montent la barre et veulent intégrer tous leurs membres dans tout l’appareil d’état et tous les services vitaux de la République qu’ils combattent.

    Voilà pourquoi, IBK veut réviser la constitution: l’adapter à l’accord de trahison du Mali et de la constitution Républicaine.

    Ce qui m’étonne, ce n’est pas l’incompétence et la traitrise du président malien qui n’a pensé qu’à conserver son pouvoir et à échapper à la CPI en raison de ses affaires mafieuses. Ce qui étonne, c’est l’infamie des maliens dont beaucoup ont oublié Dieu et la Patrie pour soutenir un président digne de pendaison.

  6. AUCUN pays du monde n’a signé la paix avec les terroristes vous savez très bien que la ville de KIDAL et une ville de terroriste pour la paix il faut démolir KIDAL.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here