Arnauld Akodjénou : « Nous ne voulons plus de tirs et d’embuscades à partir du 16 mai »

5

La nature du mandat de la Minusma et la particularité de la crise malienne ne rendent pas la tâche facile aux casques bleus, selon le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations Unies, Arnauld Akodjénou. Il était l’invité principal de la 2ème édition de la conférence débats de l’Amicale des anciens Ambassadeurs et Consuls généraux du Mali, le mardi 12 mai 2015, à l’Institut français du Mali. Le conférencier a rassuré que la Minusma fera tout ce qui est nécessaire pour que toutes les parties signent l’accord d’Alger le 15 mai prochain à Bamako.  « Nous ne voulons plus de tirs et d’embuscades au nord du Mali à partir du  16 mai », a dit le conférencier. Le thème de cette conférence était: « la contribution de la Minusma à la stabilisation du Mali ».

Arnauld Akodjénou, représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations Unies
Arnauld Akodjénou, représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations Unies

A trois jours de la signature de l’Accord de paix d’Alger qui nécessitera l’adoption d’une résolution des Nations Unies pour réorienter la mission de la Minusma au Mali, l’Amicale des anciens Ambassadeurs et Consuls du  Mali a ouvert le débat, le mardi 12 mai 2015, sur le rôle de la Minusma dans le processus de la stabilisation du Mali. Pour élucider cette question, restée quelque fois confuse pour bon nombre de Maliens, l’Amicale des anciens Ambassadeurs et Consuls du  Mali ne pouvait trouver mieux que le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations Unies au Mali.

Et comme on pouvait si attendre, les différentes interventions des participants ont porté sur l’insécurité débordante dans les régions du nord du Mali où la Mission intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation du Mali défend avoir déployé 90% de ses militaires et policiers. Face à ses préoccupations de son auditoire, Arnauld Akodjénou dira que la Minusma est une opération de maintien de la paix qui intervient après que les parties en conflit aient trouvé les voies et moyens pour parvenir à la paix. A l’en croire, sans l’accord de Ouaga qui avait réuni l’essentiel pour un retour à la normale, la Minusma n’interviendrait pas au Mali. « La Minusma est un outil politique qui n’a pas vocation à faire recours à la violence. Elle a pour objectifs : la protection des civils, l’appui au dialogue politique national. La Minusma n’a pas comme attribution de s’occuper des terroristes. Que ce soit dans les résolutions 2100 ou 2164, cette tâche a été confiée à l’opération Barkhane », a dit Arnauld Akodjénou. C’est pourquoi, explique -t-il, les parties doivent rapidement aller à la signature de l’accord. Car selon Arnauld Akédjénou, si l’accord d’Alger n’est pas parfait, il revêt l’esprit de la refondation du Mali et d’un nouveau contrat de vivre ensemble entre les Maliens mettant un accent particulier sur le caractère inclusif que doit revêtir l’Accord après sa signature. Car pour lui, la réussite de l’accord viendra de son approbation par tous les Maliens. « Nous ne voulons plus de tirs et d’embuscades au nord du Mali à partir du  16 mai », a dit Arnauld Akodjénou. Sur un tout autre plan, Arnauld Akodjénou dira que la faiblesse de la Minusma vient de sa communication qui, selon lui, n’a pas su suffisamment expliquer aux Maliens les raisons de sa présence au Mali en allant d’avantage vers les populations.

Youssouf Z KEITA

 

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. Les mots ne suffissent pas , ne pas savoir comment mener bien sa mission , la MINUSMA a perdu toute sa crédibilité aux yeux du peuple malien !!!
    Changez de méthode donc et en ce moment nous allons vous croire aussi !!!

  2. Nous allons nous en prendre à la MINUSMA et barkhane les principaux alliés du MNLA et HCUA etc..

  3. Cette condamnation est trop tard. Si la France voulait la Paix au Mali, elle devait laisser l’armée malienne à Kidal au lendemain du départ de Moussa Mara. Ces hypocrites savent changer de langues. Pourquoi les soldats français se sont joint à eux avec les islamistes pour chasser l’armée ce jour à Kidal ?
    Pourquoi avec la MINUSMA, la France n’arrivent à comprendre qu’ici nous à Menaka, on ne veut pas ces batards-là chez nous tout comme Kidal comme en témoigne la marche hier à Bamako par les habitants de Kidal ?
    Nous ne croyons pas à la France qui n’est pas un ETAT honnête, responsable face toute la considération que le peuple malien lui aurait accordé ni encore moins à L’AMUSEMENT ou MINUSMA.
    Que Hollande sache et cela à jamais que la Paix du Mali est la clef de sa réélections en France car le Mali n’est pas un pays maudit

  4. Ce sont des balivernes que raconte cette personne. En RDC la Mi…..bombarde les rebelles. Aussi, pourquoi imposer un embargo contre le pays alors; quand on sait le Mali fait face et à une rébellion armée et à des djihadiste, des narco trafiquants.

    La jeunesse malienne doit comprendre que la Minusma n’est pas une solution pour le Mali. Disons tous ensemble, A BAS LA minusma, VIVE L’ARMEE MALIENNE.

  5. Nous voulons nos 4 véhicules enlevés et le remboursement des 2 véhicules calcinés. Nous voulons 9 morts dans la famille de IBK aussi pour calmer les nerfs.
    A BAS 15 MAI
    LIBÉRER BER
    ATTAQUER KIDAL

Comments are closed.