Arrangement sécuritaire à Alger: Déclaration de la Plateforme 05 juin 2015

15

Declaration Plateforme 05 juin 2015

PARTAGER

15 COMMENTAIRES

  1. J’en courage fortement la population de Menaka, nos pères, mères, fils et filles en plus des vieux et des jeunes a s’opposer avec fermeté a ces retraits de l’armée et du gatia tant aussi longtemps que la cma et ses racailles ne seront pas desarmés, pareil partout et kidal sera liberée.

  2. Les populations de Menaka doivent tenir bon… et refuser le retour du MNLA…
    Etant donne que IBK ne sert plus les intérêts du Mali, il est crucial que les populations réalisent enfin que leur destin dépend de leur seule volonté…..

    Tout au long de cette crise il est un fait que le pouvoir a laisse les populations du Nord a leur sort…… Ibk s’est balade dans le monde entier avant de rendre visite au martyrs du Nord….

    IBK est le plus mauvais président que le Mali a connu….. Honte a lui…

  3. On verra si la CMA une fois, tient sa parole.

    Qu’en est-il de Kidal.

    L’accord doit être entier et non partiel.

    Kidal est malien et il le restera.

  4. Le volte-face du 6 juin 2015 ou le numéro d’équilibriste du régime IBK à la recherche de la paix canardée

    I. Rappelons les faits:

    Le 18 juin 2013, l’accord dit préliminaire de Ouagadougou, prévoyait le cantonnement des groupes armés qui lézardent l’immensité du désert malien.

    Si cet accord, préliminaire, a permis de faire les élections présidentielles et législatives de 2013 au Mali sur toute l’étendue du territoire malien, il n’a jamais permis de cantonner, comme il le prévoyait pourtant, les groupes armés illégaux qui font la loi au nez et à la barbe des soldats de l’ONU et de Berkhane au nord du Mali.

    Après une aventure “Maranesque” de Moussa Mara, qui s’est soldée par la bérézina pour l’armée malienne à Kidal en mai 2014, les fantassins de la CMA, un groupe armé illégal bichonné royalement par la communauté qui se dit “internationale” depuis 2011 au Mali, en a profité pour réoccuper militairement presque intégralement toute la région de Kidal et même certaine partie des régions de Gao et de Tombouctou.

    IBK et son régime qui n’ont ni vision ni méthode, n’avaient que leurs yeux pour constater les dégâts et impuissants ils s’en remettent au président Mauritanien, celui-la même qui a hébergé et qui héberge encore les membres du Mnla depuis le temps ATT et dont l’un de ses conseillers cinéaste est réalisateur d’un film “Timbuctu” pour falsifier l’histoire et montrer à la face du monde que ce sont les touareg seuls qui sont persécutés au nord du Mali alors que l’occupation des islamistes en 2012 a éprouvé toutes les populations du nord du Mali sans distinction de race ni de couleur de la peau.

    La France de Hollande qui tire les ficelles de la guerre d’asymétrie depuis 2013 au Sahel à la suite de celle de Sarkozy en Libye en 2011, a plaidé à l’ONU pour des résolutions qui ont finalement donné naissance à la Minusma pour colorer un peu Serval et Berkhane qui n’ont point besoin de résolution de l’ONU, mais s’accommodent parfaitement d’une simple lettre de Dioncounda, nuitamment signée le 10 janvier 2013.

    La France joue donc sur plusieurs tableaux pour maximiser ses chances:

    -militaire (Serval puis Berkhane),

    -diplomatique (résolution de l’ONU, appuis à la Minusma et aux médiations burkinabé et algérienne),

    -financier (coopération bilatérale, financement divers au Mali et remise de dettes au profit du Mali)

    -mais surtout officieux ( large collaboration avec les groupes armés de la CMA à Kidal).
    Dans ce registre, elle a pressé pour avoir un accord de paix lors des négociations d’Alger qui ont suivi la cuisante défaite de l’armée malienne en mai 2014.

    Et en mars 2015 un accord d’Alger 2 a été paraphé par certaines parties prenantes à la négociations (gouvernement du Mali et plateforme) et finalement en mai 2015 par les éléments de la CMA avant la signature du 15 mai 2015 à Bamako.

    Peu avant cette signature, il est apparu clairement que le sous secrétaire général de l’ONU aux opérations de maintien de la paix, Mr Ladsou, un français à l’ONU, a plaidé vivement pour la CMA “ceux qui ne sont pas la”.

    La France a brillé par sa présence au minima sans ministre ni haut dirigeant au CICB de Bamako, le 15 mai dernier, mais Mr Ladsou a bien fait savoir à tout le monde la politique française du Nord du Mali.

    IBK qui n’a ni politique, ni vision, ni méthode pour régler la crise au nord de notre pays, s’est s’enflammé dans un discours populiste, belliqueux et belliciste pour répondre au tic au tac à Mr Ladsou.

    Il était évident que l’accord d’Alger qui fut signé le 15 mai 2015 ne satisfaisait ni la CMA ni la France puisqu’il ne permet pas d’avoir une autonomie fédéraliste dont ils espéraient.

    La technique de la CMA et de la France a été de jouer au “Stop And Go” avec l’accord d’Alger afin de pouvoir y ouvrir une brèche quand bien même que les négociations étaient sensées être clauses depuis mars 2015.

    Le “stop” s’était, refuser de signer l’accord par la CMA et le “Go”, s’était de proposer de nouveaux rounds de négociation pour déverrouiller l’accord signé le 15 mai 2015 et y introduire des Clauses d’une parfaite autonomie au nord du Mali et au profit des seuls membres de la CMA.

    Ce qui est totalement scandaleux!

    Mais au moment même où la CMA s’active dans cette voie royale tracée spécialement pour elle et reçoit les membres de l’ONU et la médiation à Kidal, elle essuie, contre toute attente de sa part, des échecs militaires cuisants à Ménaka, Teninkou, Tinfadimata, Léré, Tessit, etc.

    Agacés, les stratèges militaires de la CMA, le “Colonel” Mohamed Ag Najim et Cheick Ag Aoussa, inventèrent leur nouvelle technique de la “morsure de fourmi” ou de la “piqure de moustique” qui consiste à attaquer et piller tout azimut les localités du Nord du Mali sans avoir l’intention de les garder.

    Cette nouvelle stratégie non plus ne permet pas à la CMA de reprendre pieds à Ménaka, par les armes, dont les populations soutiennent, ardemment, les combattants du Gatia qui ont investi la ville et défait les fantassins de la CMA.

    Alors, la CMA à travers la machine de communication du Mnla, s’adonne à sa vielle technique de la victimisation et accuse le Gatia d’exactions contre les civils qui passe comme une lettre à la poste à la Minusma qui ouvre à son tour, fièrement, une enquête pour crimes contre les civils.

    Mais tout le monde a compris que c’est le Gatia qui est dans le viseur de la Minusma!
    Et surprise générale, le gouvernement IBK, au moment même où la CMA est en difficulté sur tous les fronts militaires au nord du Mali, se résout à se rendre encore à Alger pour renégocier avec la CMA, seul groupe récalcitrant qui a osé dire non à la signature du 15 mai 2015 de l’accord d’Alger 2 à Bamako.

    Pourquoi cette volte-face du régime IBK?

    Est-ce parce que Mediapart ait auparavant rappeler à IBK son accointance flagrante avec Michel Tomi à travers des écoutes téléphoniques que pratique la justice française sur cet homme d’affaires Corse?

    Si tel est le cas, comment IBK peut-il prendre le risque de défier la France alors qu’il copine dangereusement avec les milieux crapuleux en France?

    II. Mon constat:

    De deux choses l’une:

    1. Soit IBK a eu une soudaine apparition qui lui permet de narguer, sans vergogne, les combattants de la plateforme et du Gatia, en allant renégocier à Alger, l’accord signé le 15 mai 2015 à Bamako et eu le courage de signer le 6 juin un “arrangement” sécuritaire qui donne carrément un ultimatum de 72 heures à la plateforme de déguerpir de Ménaka et qui crée les germes d’une armée sous régionale au nord du Mali dirigée par les fantassins de la CMA uniquement.

    2. Soit il ne sait plus ce qu’il fait à la tête de notre pays.

    On ne peut pas être un dirigeant d’un pays souverain et avoir les pieds et mains liés.

    IBK a eu deux bonnes années pour se préparer à toutes les éventualités face à une crise gravissime qui avait déjà balayé le régime laxiste et naïf d’ATT.

    Mais apparement, il a cru qu’il a gagné au loto ou au PMU Mali en gagnant les élections en 2013, et s’est adonné à du luxe inutile, des voyages inutiles, des surfacturations inutiles, et des fréquentations inutiles avec les milieux mafieux et crapuleux comme le montre si bien les transcriptions des écoutes téléphoniques avec Michel Tomi.

    Dans ces conditions IBK a joué le jeu de la France contre le Mali et contre le peuple malien.

    La signature du 6 juin 2015 à Alger par son ministre Diop des Affaires Azawadiennes, d’un ultimatum au Gatia, seule force militaire qui déchire les drapeaux fantaisies du Mnla et les remplace par le drapeau malien au nord du Mali, en est la parfaite illustration.
    En ce mois de juin 2015, mois du centenaire du président Modibo Keita, la trahison d’IBK, contre la république du Mali, est de taille mais le peuple malien ne va pas se laisser faire.

    Salute.

  5. La seule partie dans toute cette panoplie de signataires de l’accord de paix qui a réellement le souci des populations à la base est LA PLATE FORME. Toutes les autres parties (Autorités maliennes, CMA, médiation internationale) ne sont pas sincères. Elles font de cette situation une géo politique où chacun a son propre agenda. Chose compréhensible pour tout le monde sauf pour le gouvernement malien. Ce gouvernement qui est une véritable machine à acquiescer tout sans réellement bouger. Avec son ministre des AE toujours prêt à signer n’importe quoi et venir défendre indéfendable devant les maliens. Alors qu’on veut qu’il utilise ce “talent” pour faire cela à Alger et à New York. Des imposteurs qui répondront de tous leurs actes devant l’histoire. VIVE la PLATE FORME

  6. Il est notoire et flagrant que cette déclaration n’est signée que d’un vague et global “La plateforme”…
    En clair, AUCUN représentant désigné ni AUCUNE personnalité politique impliquée n’a tenu à apposer son propre NOM au bas de ce ………document! 8) 8) 8) 8)

    Curieux non? 8) 8)

  7. Bonjour,
    Félicitations à la médiation internationale et aux parties prenantes Maliennes d’avoir établi le consensus et d’avoir signé les deux documents historiques issus des rencontres, qui ont eu lieu à Alger du 25 Mai 2015 au 05 juin 2015, pour la préparation de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

    Le premier document porte sur les conclusions des consultations sur la préparation à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix, issu du processus d’Alger.

    Le second document porte sur les arrangements sécuritaires pour une cessation des hostilités sur le terrain.

    Après avoir paraphé le projet d’accord d’Alger, la CMA (Coordination des Mouvements de l’azawad), n’avait pas signé, le 15 Mai 2015, l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, car, disait-elle, ses aspirations n’avaient pas été prises en compte.

    Un des objectifs des consultations préparatoires à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, organisées par la médiation élargie, du 25 Mai au 05 Juin 2015 à Alger, est d’étudier la possibilité de prise en compte des aspirations de la CMA pendant la mise en œuvre de l’accord.

    Naturellement, l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé le 15 Mai 2015 à Bamako, n’a pas été modifié et ne sera pas modifié.

    Plusieurs aspirations de la CMA seront prises en compte partiellement pendant la mise en œuvre de l’accord et d’autres n’ont pas été retenues telles que la création d’une fédération ou confédération, la création d’une assemblée interrégionale et les quarante pourcent du budget de l’Etat par an, sur vingt ans, qu’elle souhaite que l’Etat alloue aux régions du nord.

    La conférence d’entente nationale (article 5 de l’accord) qui sera organisée, plus tard, examinera la demande de validation de l’azawad comme entité géographique, politique et juridique.

    Nous allons voir que les deux documents (prise en compte des aspirations de la CMA pendant la mise en œuvre de l’accord et les arrangements sécuritaires pour une cessation des hostilités sur le terrain) ne mettront pas en péril la souveraineté des régions et celle du Mali.

    1. Aspirations de la CMA prises en compte partiellement

    Sur Le relevé des conclusions des consultations préparatoires à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger, fournit par la médiation élargie, à l’issue des consultations avec les parties prenantes au processus d’Alger qui se sont tenues, du 25 Mai au 05 Juin 2015, à Alger, fait apparaître comme éléments prenant en compte certaines aspirations de la CMA (Coordination des Mouvements de l’azawad), les points 6 et 9, deuxième tiret :

    – Création des régions de Ménaka et Taoudéni

    L’accord d’Alger ne prévoyait pas explicitement la création des régions de Ménaka et Taoudéni mais laisse la possibilité d’un aménagement futur du territoire. Cependant, la création des régions de Taoudéni et Ménaka étaient déjà en projet au Mali.

    Le point 6 de ce relevé de conclusions des consultations préparatoires à la mise en œuvre de l’accord va accélérer une telle création mais génèrera un précédent car d’autres grandes villes du Mali pourront être tentées par leurs transformations en régions.

    – L’inclusion des ressortissants des régions du nord du Mali dans les forces de défense et sécurité

    L’article 22 de l’accord d’Alger va dans le même sens que l’article 6 (niveau national, dernier tiret).

    Ce dernier stipule qu’il faut, AU NIVEAU NATIONAL, assurer une meilleure représentation des populations du nord du Mali dans les institutions et grands services de l’Etat, corps et administrations de la République.

    Dans les corps c’est-à-dire dans les forces de défense et sécurité, comme dit l’article 22 qui est clair, les forces redéployées devront inclure un nombre significatif de personnes originaires des régions du nord, y compris dans le commandement, de façon, à conforter le retour de la confiance et faciliter la sécurisation progressive de ces régions.

    Au préalable, l’intégration et la réinsertion dans les forces de défense et sécurité se feront en utilisant des critères qui seront spécifiés par la commission DDR (Démobilisation Désarmement et Réinsertion) et la commission d’intégration.

    Il ressort des articles 6 et 22, de l’accord d’Alger signé le 15 Mai 2015, que l’inclusion (intégration/réinsertion) des ressortissants des régions du nord du Mali dans les forces de défense et sécurité se fera au NIVEAU NATIONAL.

    Le point 9, deuxième tiret, de ce relevé des conclusions des consultations préparatoires à la mise en œuvre de l’accord d’Alger, stipule que la médiation veillera, qu’en vertu de l’article 22, qu’une insertion prioritaire et majoritaire des combattants des mouvements politico-militaires, notamment de la CMA , soit prévue au sein des forces de défense et sécurité reconstituées déployées au Nord.

    En ayant oublié que les règles de la régionalisation doivent s’appliquer à l’identique dans tous les domaines (au sein des forces de défense et sécurité, dans la fonction publique au niveau régional, …), certains, dont moi-même dans un premier temps, ont traité ce point 9, tiret 2, de discriminatoire.

    En fait, certains citoyens, dont moi-même, ont été surpris par l’inclusion prioritaire et majoritaire des ressortissants du nord dans les forces de défense et sécurité qui seront redéployées au nord du Mali, point 9, tiret 2, du relevé de conclusions pour la préparation de la mise en œuvre de l’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali, MAIS, si on se réfère à la régionalisation, mise en avant par l’accord d’Alger, qui doit transférer des compétences, du pouvoir et de la souveraineté aux régions, nous devons revenir sur nos propos.

    En effet, rappelons que la régionalisation permet la libre administration des régions en mettant les citoyens et ressortissants de ces dernières au centre de leurs gouvernances et gestions. D’où, l’implication et l’inclusion prioritaires et majoritaires des ressortissants de ces régions pour leurs gouvernances et gestions.

    De ce fait, peut-on parler de discrimination or c’est l’essence même de la régionalisation : faire du développement endogène en utilisant, autant que possible, les ressources locales (ressortissants locaux, …) ?

    En effet, même si la souveraineté de l’Etat intègre les fonctions de défense et sécurité, pourquoi, une partie de ces fonctions ne pourrait pas être transférée aux régions, tout en gardant le contrôle global au niveau national, d’autant plus que l’Etat s’engage, se référer à l’article 16 de l’accord, voir ci-dessous, à :

    – Transférer aux collectivités territoriales les services déconcentrés relevant de leurs compétences,

    – Rendre plus attrayante la fonction publique des collectivités territoriales, PRIORITAIREMENT, dans les régions du nord du Mali,

    – Favoriser le recrutement dans la fonction publique des collectivités territoriales, dont les effectifs seront MAJORITAIREMENT réservés aux ressortissants des régions du nord du Mali.

    Sachant qu’en plus, l’accord d’Alger n’exige pas de critères pour le recrutement dans la fonction publique des collectivités territoriales, or, des critères sont exigés par cet accord pour l’intégration/réintégration/réinsertion dans les forces de défense et sécurité.

    Il y a transfert d’une partie de la souveraineté de l’Etat en souveraineté des régions sans mettre en péril la souveraineté nationale, ceci à travers le recrutement en utilisant des critères et le contrôle effectués aux niveaux national et régional.

    En effet, les forces redéployées sont recrutées au niveau national pour être ensuite affectées au niveau régional.

    Acceptons l’application à l’identique des règles de la régionalisation dans la fonction publique des collectivités territoriales et pour les forces de défense et sécurité.

    Acceptons, donc, en tenant compte des règles de la régionalisation et du contenu de l’accord, le relevé de conclusions (premier document) des consultations pour la préparation de la mise en œuvre de l’accord d’Alger pour la paix et la réconciliation au Mali, qui a été signé à Alger le 05 juin 2015.

    2. Y aurait-il perte de souveraineté avec l’application de l’accord d’Alger ?

    D’après le constitutionaliste Allemand, Georg Jellinek, la souveraineté est la compétence des compétences.

    Le souverain peut être l’Etat ou un citoyen ou une région ou une commune ou un peuple ou une nation, …. D’après Wikipédia, le souverain est celui qui décide, qui a le pouvoir de commander et comment il lui a été conféré.

    Le souverain peut déléguer ou transférer des compétences sans porter atteinte à sa souveraineté (ses fonctions régaliennes) tant qu’il possède la possibilité de reprendre ces compétences.

    On peut faire du partage ou de transfert de souveraineté, exemples, transferts de la souveraineté de l’Etat aux citoyens, aux régions, aux communes, au peuple et à la nation.

    D’où plusieurs formes de souveraineté :

    – la souveraineté de l’Etat : administration organisée à l’intérieur de l’Etat, exercée à travers l’autorité (gouvernement légitime) et le contrôle (police et loi).

    – celle qui est conférée à un citoyen, souveraineté appartenant à un citoyen, exercée à travers le suffrage universel direct,

    – celle qui est conférée au peuple : souveraineté populaire (souveraineté appartenant au peuple), exercée à travers des mandataires du peuple agissant pour les intérêts de leurs électeurs,

    – celle qui est transférée au peuple d’une région : souveraineté d’une région. Les forces de défense et sécurité redéployées au niveau de chaque région, en particulier d’une région du nord du Mali, vont aider à sauvegarder la souveraineté de cette région en liaison avec les forces de défense et sécurité au niveau national.

    – celle conférée à la nation : souveraineté nationale (souveraineté appartenant à la nation), exercée à travers des représentants de la nation (régime représentatif), agissant pour l’intérêt général, et à travers le référendum.

    Contrairement à ce que certains insinuent, ce n’est pas ce partage ou transfert de souveraineté qui fera perdre au Mali sa souveraineté.

    Théoriquement, en droit international, tous les états sont égaux et indépendants (souverains).

    Mais est-ce toujours possible de garder sa souveraineté (indépendance) ?

    En pratique, des Etats peuvent être influencés et même contrôlés par d’autres états ou des organisations internationales.

    Il peut y avoir des impacts sur leurs souverainetés à travers, par exemples :

    – la coopération et les relations internationales,

    – la glocalisation ou la mondialisation ou les liens géostratégiques et géopolitiques,

    L’accord d’Alger, à travers la régionalisation, le transfert des compétences et du pouvoir vers les citoyens, les communes, les régions, le peuple et la nation tout en garantissant les fonctions régaliennes de l’Etat, permettra au Mali de garder sa souveraineté à travers les différentes formes de souverainetés, qui, avec une utilisation et une coopération intelligentes, un renforcement de capacités, une veille et une implication de tous pour la mise en œuvre de cet accord et pour son suivi, éviteront que le Mali soit influencé voire contrôlé par des organisations ou des puissances extérieures.

    Chacun (e) doit être gardien de la souveraineté du Mali, à travers la sienne, celle de sa commune, de sa région, de la nation et l’impact de la glocalisation (impact aux niveaux local et régional de la globalisation), de la mondialisation, des coopérations, des relations internationales et des intérêts géostratégiques et géopolitiques sur cette dernière.

    Pour la sauvegarder, l’implication et la participation de tous/toutes est indispensable.

    3. Arrangements sécuritaires

    Afin de faire régner la quiétude, il est souhaitable, comme les arrangements sécuritaires à Ménaka sont temporaires et que la MINUSMA a pris la responsabilité d’assurer cette sécurisation, que toutes les parties prenantes, y compris le GATIA et la Plateforme, acceptent et signent les arrangements sécuritaires (deuxième document) proposés par la médiation élargie pour une cessation des hostilités sur le terrain.

    Toutes les parties prenantes au processus d’Alger ont signé, le 05 juin 2015, à Alger, sauf la plateforme.

    A travers ces arrangements sécuritaires, la protection des personnes et de leurs biens à Ménaka incombe à la MINUSMA en liaison avec les forces de défense et sécurité du Mali.

    Si un problème, lié à la sécurité et à la protection des personnes et de leurs biens, se produit à Ménaka, c’est, sous la responsabilité de la MINUSMA.

    Il n’y a pas de perte de souveraineté car la MINUSMA assure cette sécurisation en liaison avec les forces de défense et sécurité du Mali présentes à Ménaka : les FAMAs (Forces Armées MAliennes) sont positionnées à Ménaka et la MINUSMA assure, en concertation avec les autorités compétentes, la protection de la population civile à Ménaka et sur toute l’étendue du Mali.

    Par la suite, conformément à l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, les forces de défense et sécurité seront déployées graduellement pour renforcer et garantir la souveraineté des régions et du Mali tout entier.

    Collaborons étroitement et efficacement avec les différentes parties prenantes pour arriver rapidement à la mise en œuvre effective de l’accord.

    4. Conclusion

    Favorisons le déploiement des forces de défense et sécurité incluant des ressortissants des régions du nord, au niveau national, comme le stipulent l’article 6, dernier tiret, et l’article 22 de l’accord pour la paix et pour la réconciliation au Mali signé le 15 Mai 2015.

    Ces deux documents historiques, comme dit le Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU au Mali, Hamdi Mongi, qui viennent d’être signés, le 05 Juin 2015 à Alger, ne modifient pas l’accord d’Alger, signé le 15 Mai 2015, mais sont des préparations pour sa mise en œuvre.

    Ils n’occasionneront pas non plus une perte de souveraineté : ils contribueront à la sauvegarder.

    Nous devons TOUS, indépendamment des bords politiques, nous unir autour de l’accord d’Alger signé le 15 MAI 2015 et des deux documents de préparation à la mise en œuvre de cet accord.

    5. Contact

    Dr ANASSER AG RHISSA
    Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
    E-mail : Webanassane@yahoo.com
    TEL 78 73 14 61

    • Mon frère, tout est historique chez vous. L’application sincère de ce fameux accord de paix nous empêchera de signer, signer toujours signer des futilités qui seront pas réellement respecter par ces criminels de la CMA. Ils s’empressent de signer ces bouts de papier parce qu’ ils n’ont pas pu par les armes faire quitter la plate forme à Menaka. Point barre. Sinon, ils s’empressent pas de signer cet accord à la IBK. Honnêtement, la démarche de cette médiation dans sa partie graisseuse après le 15 mai 2015 ne doit plus être la signature d’autres torchons qui sont minimes par rapport à l’essentiel.

  8. A la lecture de cette declaration, il apparaît pour moi que la plateforme est divisée de nos jours. La déclaration est signée la plateforme sans mentionner un porte parole ou un chargé de communication totalement anonyme. Personne ne peux s’assumer pour signer ceci voudrait dire que la plateforme est morte avec le document signé hier entre la CMA et le gouvernement malien.
    D’autre part, le document de la plateforme tourne à rond et malgré son opposition au retrait de Ménaka il cherche à caresser dans le sens des poils la communauté internationale!!!!Quelle honte!!!en plus il lance un appel a la CMA pour signer l’accord de paix!!!!depuis quand la plateforme fait des bons offices au près de son ennemi choisi??? vraiment il y a un grand manque d’inspiration et transpire beaucoup de peur, cette déclaration est un indice d’un soleil couchant, le mali va continuer sans sa milice et les jours à venir seront plus durs…….
    Finalement je me réfère à la pièce théâtrale de Shakespeare ” too much adds about nothing” Trop de bruit pour rien .

  9. 1)Nous disons et rappelons tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté même les tarés idiots de naissance et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons primaires primitives égoïstes partisanes que dans cette compétition mondiale économico politico-militaire religieuse il n’y a pas de place pour les pleurnichards

    Nous disons et rappelons donc aux maliens et maliennes fiers honnêtes aimant leur Mali qu’il ne sert à rien de « pleurnicher de se lamenter »

    Nous disons et rappelons aux maliens et maliennes fiers honnêtes aimant leur Mali que le mois de Juin a été le mois du début de l’instauration et la réalisations des aspirations d’hommes et de femmes fiers honnêtes aimant leurs pays à travers l’histoire

    Nous leur disons et rappelons grâce au courage et détermination des américains et américaines fiers aimant leur Amérique le 15 juin 1775 « bafouèrent déchirèrent mirent fin à l’Accord Grande Bretagne-Amérique » qui n’était pas « 1bon Accord » pour leur Amérique Ainsi l’Amérique devint l’Amérique voulue et souhaitée par les américains et américaines fiers honnêtes aimant leur Amérique

    Nous leur disons et rappelons grâce au courage et à la détermination des français et françaises fiers honnêtes aimant leur France qui ont suivi l’exemple américain le 20 juin 1789 avec le serment de la « salle du jeu de paume » à Versailles ont « bafoué déchiré et mirent fin à « l’Accord Roi de France » qui n’était pas « 1bon accord » pour leur France et la France devint la France voulue souhaitée par les français et françaises aimant leur France Il en fut de même avec l’appel du 18 juin 1940 lors de l’occupation de la France par les collabos français et l’ennemi nazi

    Nous disons et rappelons donc aux maliens et maliennes fiers honnêtes dans la vie civile dans l’armée aimants leur Mali tels les autres hommes et femmes honnêtes fiers aimant leurs pays à travers l’histoire des vraies démocraties d’inscrire en ce mois béni de Juin le début de l’instauration « d’1Mali réellement voulu et souhaité » par eux

    Nous leur disons et rappelons que cela passe par leur détermination et courage
    Nous leur disons et rappelons d’exiger immédiatement (au cas il refuse exiger sa démission) au lettré mutant politique «Sybarite politimogo » président du Mali choix de la « France-Afrique » ami d’1parrain des parrains de la mafia 1charlie de 1ère ligne de « la lutte anti-Mohamedane » lançant à tout vent « des Inch’A1lah et des Soubhanalatallah ostentatoires non productifs et inefficaces » et 1 des responsable de la déliquescence du Mali à son gouvernement de « fidèles klebars et dougourous » aux lettrés mutants députés Hommes politiques Hommes en armes sociétés civiles religieux tous responsables de la déliquescence de leur Mali

    *l’équipement de l’armée en armes hélicos avions véhicules de combats adaptés modernes non retapés et de confier le front de combat aux soldats et officiers prototypes des maliens et maliennes antiques fiers honnêtes courageux intrépides sans peur ayant 1amour profond pour leur Mali
    *l’évacuation du nord de leur Mali de tous les soldats sous mandats

    *Nous leur disons et rappelons de s’unir aussi à l’exemple des américains et américaines des français et françaises honnêtes fiers aimant leur pays de mettre fin à «l’Accord bidon et foutaise d’Alger en Accord arrangement bidon et de foutaise d’Alger » qui « n’est pas bon pour leur Mali en le bafouant déchirant et en y mettant fin en évitant ainsi la Kidalisation l’Awadisation de leur Mali» dans l’action dans le sacrifice dans l’espoir et aller libérer Kidal de tous les ennemis du Mali et de leurs collabos en les mettant hors d’état de nuire sans aucun état d’âme car l’intégrité du Mali est en péril et ils doivent tous être tous au front de guerre pour le sauver tel indiqué dans leur hymne nationale « Si l’ennemi découvre son front au-dedans ou au dehors debout sur les remparts nous sommes résolus de mourir Notre combat sera unité Débout villes et campagnes Débout femmes vieux et jeunes pour la patrie en marche »

    2)Nous disons et rappelons tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté même les tarés idiots de naissance et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons primaires primitives égoïstes partisanes que nous sommes dans 1compétition mondiale économico politico- militaire religieuse où tous les coups sont permis sans aucun état

    Nous disons et rappelons l’usage combiné de la technologie de la communication à la méthode ou principe de conditionnement de Pavlov est à l’heure 1arme « fatale » pour entrainer à « sa cause à ses idées » pour « dominer » des milliers voire des millions de personnes En effet à force de répéter les mêmes images les mêmes idées les mêmes paroles les mêmes écrits même s’ils sont faux les gens finissent par y croire car ils ne prennent pas leur temps pour faire des analyses

    *Nous disons et rappelons les soit amis ennemis « les Autres » du Mali dans le conditionnement par l’usage combiné des technologies de la communication et du principe de Pavlov ont fini par faire admettre à beaucoup de personnes inconscientes de cette compétition mondiale économico militaro politico religieuse où tous les coups sont permis sans aucun état d’âme « qu’il y avait au Mali 1véritable problème touareg »

    *Nous disons et rappelons sinon tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté même les tarés idiots de naissance et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons primaires primitives égoïstes partisanes que le soit disant problème touareg est 1histoire fabriquée depuis fort longtemps par les soit disant amis ennemis les « Autres » du Mali aux fins d’occuper le nord du Mali à jamais et pour toujours pour ses richesses hydro minières énergie solaire le Moyen et le Proche Orient sont également à portés de missiles Ils ont utilisé ils utilisent et utiliseront 1minorité de touaregs toujours issus des même familles et des même tribus qui ont toujours collaborés qui collaborent et qui vont toujours collaborer avec les ennemis de leur Mali pourvu qu’on leur promette l’assistance et la pitance à vie

    *Nous disons et rappelons tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté même les tarés idiots de naissance et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons primaires primitives égoïstes partisanes qu’au Mali toutes les races ethnies religions ont toujours vécu vivent et vivront en parfaite harmonie attente paix d’Est en Ouest du Nord au Sud en passant par le Centre

    *Nous disons et rappelons tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté même les tarés idiots de naissance et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons primaires primitives égoïstes partisanes qu’au Mali il n’a jamais existé il n’existe pas et il n’existera jamais 1discrimination entre les régions (Nord Sud Centre Ouest Est) du Mali

    *Nous disons et rappelons tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté même les tarés idiots de naissance et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons primaires primitives égoïstes partisanes que le développement des différents régions du Mali est le faits de l’argent des « enfants travailleurs honnêtes fiers ayant 1amour profond pour leurs régions leurs villes leurs villages leurs hameaux » qui sont au Mali ou qui ont immigré partout à travers le monde Et NON

    Nous disons bien et rappelons le fait des différents gouvernements de lettrés mutants préoccupés à manger avec leurs familles clans et « fidèles klébars et dougourous » le « Gâteau-Mali succulent savoureux qui donne de l’embonpoint »

    3)Nous disons et rappelons tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté même les tarés idiots de naissance et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons primaires primitives égoïstes partisanes que dans cette compétition mondiale économico politico-militaire religieuse il n’y a pas de place pour les sentimentaux

    *Nous disons et rappelons les maliens et maliennes croyant que les soit disant amis ennemis les « Autres anciens colonisateurs de leur Mali » étaient venus les « sauver et libérer la partie nord de leur Mali » étaient sortis en masse pour leur exprimer ainsi qu’à leur président leur « sentiment de reconnaissance » Pourtant depuis ce jour jusqu’à maintenant la « partie nord de leur Mali n’est point libéré » Et pourtant s’ils étaient venus pour libérer la partie nord du Mali ils l’auraient fait depuis fort longtemps car ils en ont les moyens

    *Nous disons et rappelons tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté même les tarés idiots de naissance et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons primaires primitives égoïstes partisanes que les soit disant amis ennemis les « Autres anciens colonisateurs de leur Mali » sont venus en fait « pour coloniser la zone du Mali qui les intéresse »
    Ainsi quand ils partaient « coloniser cette zone » ils ont interdit aux forces maliennes de les accompagner et ils leur interdisent jusqu’à ce jour son accès
    L’accès est aussi interdit au lettré mutant politique «Sybarite politimogo » président du Mali choix de la « France-Afrique » ami d’1parrain des parrains de la mafia 1charlie de 1ère ligne de « la lutte anti-Mohamedane » lançant à tout vent « des Inch’A1lah et des Soubhanalatallah ostentatoires non productifs et inefficaces » et 1 des responsable de la déliquescence du Mali à son gouvernement de « fidèles klebars et dougourous » aux lettrés mutants députés Hommes politiques Hommes en armes sociétés civiles religieux tous responsables de la déliquescence de leur Mali

    Nous disons et rappelons pourtant tout le monde sait avec 1brin d’honnêteté même les tarés idiots de naissance et ceux qui refusent de connaitre la vérité d’1chose pour des raisons primaires primitives égoïstes partisanes que des soldats maliens sont morts pour « la libération totale » du pays des soit disant amis ennemis les « Autres anciens colonisateurs du Mali» En effet les soldats maliens « non point soutenu leurs collabos et leur n’ont point proposé de dialoguer avec les collabos et l’ennemi nazi » Les soldats maliens ont tué sans aucun état d’âme les collabos et l’ennemi nazi et ont libéré toutes les villes et les détachements dont ils faisaient partie ont libéré également la capitale des soit disant amis ennemis les « Autres anciens colonisateurs du Mali»

    • Tout ce que vous dites là est noble et véridique et surtout clair comme l’eau des sources. Toutefois, je pense que vous êtes en train de rêver, ce qui est normal aussi!!! les américains qui ont rejeté l accord de la grande Bretagne était, des citoyens honnêtes, engagés qui ont non seulement mis leur ressource et leur sang à la disposition de la patrie. Les leaders avaient une vision, un idéal, ils n étaient pas venus s’enrichir sur le dos de la nation par des pratiques de la surfacturation sur les équipements de l’armée, les leaders ne cherchaient pas un confort personnel, ils dormaient trois heures par jour et ils travaillaient sans relâche.
      Les hommes restent la seule valeur sur pour le changement positif; pour ce faire il faudrait reconstruire le malien et cela maintenant, sinon vous n’auriez que vos larmes pour pleurer, ceux qui ne sont pas en accord avec les pratiques actuelles vont se rebeller et demander leur indépendance de la mafia centrale.

  10. On s’arrange entre amis ou copains, tel n’est pas le cas présent.
    Donc aucun arrangement n’est possible.
    Le GATIA ne doit pas tenir compte du gouvernement.
    Il faut se montrer aussi intrépide et intransigent que le MLNA.

  11. A la cma, on a donné un sauf-condouit ; maintenant , on veut créer le surhomme , des monstres au service du diable . C’est l’impression générale , disons .
    Gatia, défendez votre vie , et celle de toute une nation . Le devenir du Mali , se trouve quelque part dans votre main . Combattez vous intelligemment , et gardez votre flegme . Le peuple est derrière vous. Il vous soutient
    Soyez bénis . Amen !

Comments are closed.