Attaque des bandits armés contre le Mali : La guerre est surtout une guerre de communication

0
0

En plus des victoires sur le terrain contre les bandits armés, le gouvernement malien doit chercher à gagner aussi la guerre communicationnelle. Qu’il perd largement pour l’instant.


Il est vrai que les victoires de l’armée nationale sur les bandits armés ne sont pas totales, puisque les victimes sont des côtés. Mais force est de reconnaître que l’armée du Mali, partout où elle a été attaquée a surpris les agresseurs par une capacité de réaction et de résistance obligeant ces derniers à prendre la tangente malgré des trahisons au profit de ces bandits. D’ailleurs, toutes les localités tombées entre les mains des bandits armés (avec la complicité de certains éléments de l’armée elle-même, il faut le dire), ont été très vite libérées. Certaines localités comme Léré sont tombés entre les mains des bandits armés parce que la majorité des soldats censés sécurisés cette localité a fait défection au profit des agresseurs.
 Il semble bien clair que les bandits n’attaquent pas une localité sans être rassurés de la complicité de certains éléments de l’armée loyale. Grâce à ces complicités ils arrivent à contrôler un temps soi peu certaines localités et donnent des informations comme quoi il y a une vraie rébellion au Mali afin d’obtenir l’implication de la communauté internationale dans ce conflit. L’objectif des bandits c’est au finish, d’obtenir un cadre de dialogue avec le gouvernement malien sous l’égide des Nations Unies.


Pour arriver à cette fin machiavélique, les bandits armés, récupérés par quelques exilés vivant majoritairement en France utilisent des moyens de communication modernes. Ils sont très actifs sur Internet à travers des sites web et des pages facebook. Ils diffusent régulièrement des messages faisant croire à une réelle rébellion au Mali, invitant tous les touaregs du Mali à se joindre à eux, accusant l’Etat malien d’être en complicité avec AQMI et d’organiser des massacres à l’endroit des touaregs.


Ces informations sont couramment relayées sur la toile mondiale, mais en face, le gouvernement malien ne propose aucune information contradictoire. Il reste étonnement muet. Le Président ne parle pas, le porte-parole du gouvernement ne parle pas aussi. Aucun site gouvernemental ne donne des informations pour crédibiliser les actions de l’Etat sur le terrain. Le gouvernement ne donne même pas des informations à la presse nationale pour qu’elle relaye ces infos. Même la peur des populations dans les zones du nord s’est exacerbée à cause du manque d’information de la part des autorités. C’est des rumeurs seulement qui gouvernent les populations dans tout le nord du pays. Elles ne savent pas réellement ce qui se passe.
« Même si ton interlocuteur ment et que tu ne démontres pas qu’il ment, ses mensonges seront considérés comme vérités puisqu’il est le seul à parler ! »
Diakaridia M’pè TOGOLA

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.