Baba Diakité, président du mouvement vert, jaune, rouge : «La laïcité, l’unité et l’indivisibilité du Mali ne sont pas négociables»

0

Aujourd’hui, tout porte à croire qu’avant toute guerre de libération des trois régions au nord du Mali, tombées entre les mains des bandits armés du MNLA, Ancar Dine et leurs alliés du MUJAO et AQMI, le Mali ira en négociation directe avec ses fils apatrides qui se sont volontairement mis en dehors de la république. Mais, en attendant d’éventuelles négociations, le Mouvement VERT JAUNE ROUGE, dirigé par Baba Diakité, a décidé d’attirer l’attention des autorités maliennes sur un certain nombre de préoccupations du peuple malien dans son ensemble. Dans une déclaration déposée à notre rédaction, le Mouvement VERT JAUNE ROUGE est formel : « La laïcité, l’unicité et l’indivisibilité du Mali ne sont pas négociables ».

Après avoir rappelé son opposition à la  négociation initiée par Blaise Compaoré, avec les éléments du MNLA et ensuite avec ceux de Ancar Dine, le Mouvement VERT JAUNE ROUGE a réitéré son  attachement aux valeurs traditionnelles de dialogue qui ont de tout temps caractérisé le malien. Aujourd’hui, le Mouvement dirigé par Baba Diakité est convaincu qu’ « en lieu et place d’une guerre totale pour la libération des trois régions au nord du Mali, l’on veut imposer d’interminables négociations préalables à notre pays, avec le MNLA et Ancar Dine, qui ont les mains, autant tachées de sang  de maliens que celles du MUJAO et de AQMI ». Le mouvement  attire  «l’attention des autorités  sur le fait que  le Peuple malien n’est plus prêt à voir la signature d’accord du même genre que ceux signés le 4 Juillet 2006 à Alger, suite à l’agression des camps de Kidal et de Ménaka, le 23 mai 2006, par cette autre nébuleuse qui se faisait appeler l’Alliance démocratique du 23 mai pour le changement ». Dans sa déclaration, le Mouvement VERT JAUNE ROUGE a indiqué que l’Etat du Mali a consenti des «  faveurs depuis 50 ans  à la minorité Tamashek ». Selon l’organisation, « ces faveurs  ont fini par donner l’impression aux autres citoyens maliens que les Tamasheks sont les enfants gâtés de la République ». En plus des efforts exceptionnels fournis par l’Etat du Mali depuis des décennies pour le développement des régions nord, le Mouvement VERT JAUNE ROUGE a rappelé la politique de décentralisation qui avait pour but de  permettre aux différentes communautés du pays de participer au  développement accéléré de leur localité. Donc, sur la base de tout cet effort fourni par l’Etat du Mali, le Mouvement VERT JAUNE ROUGE, dans la logique d’une négociation qu’on imposerait au Mali, s’est voulu formel. «  La laïcité, l’unicité et l’indivisibilité du Mali ne sont pas négociables », a-t-il clairement déclaré. Mieux, il a demandé aux autorités maliennes qui seront à la table des négociations de ne privilégier que les intérêts supérieurs de la République du Mali qui s’étend de Kayes à Kidal et de Tinzawaten à Zégoua. A l’intention de ceux qui veulent que le Mali négocie avec «  le MNLA indépendantiste et ANCAR DINE qui veut un Etat, où seule prévaudra la charia », le Mouvement VERT JAUNE ROUGE a attiré l’attention des éventuels négociateurs maliens sur le fait que « les négociations devront porter seulement, sur  la réintégration  des apatrides du MNLA et de ANCAR DINE dans la jouissance de la nationalité malienne qu’ils ont volontai- rement choisis de perdre en créant un Etat chimérique dont ils sont les seuls à savoir prononcer le nom ». Tout compte fait, au cas où les négociations devraient aller au-delà, le Mouvement VERT JAUNE ROUGE demande aux autorités maliennes de prendre toutes les dispositions utiles pour une large concertation du Peuple malien, avant de signer quoi que ce soit.                                                                               Assane Koné

 

PARTAGER