La bataille de Kidal, un mal pour un bien ?

6
La bataille de Kidal, un mal pour un bien ?
Un soldat malien entre Kidal et Gao, en juillet 2013. © Kenzo Tribouillard/AFP

Des soldats envoyés au casse-pipe, d’autres qui fuient avant même qu’un coup de feu ne soit tiré… Les combats de Kidal ont un goût amer de déjà-vu. Pour le chef de l’État, la défaite n’est pas que militaire, elle est aussi politique.

On rigole à l’entrée du ministère de la Défense et des Anciens Combattants. Sur les canapés en cuir qu’occupe une armée de troufions sans armes, on rit de bon coeur et on se chamaille gentiment. Dans quelques minutes, le maître des lieux depuis neuf mois, Soumeylou Boubèye Maïga, démissionnaire, passera le témoin à son successeur, Ba N’Dao, un colonel-major de l’armée de l’air à la retraite. Le premier affiche un sourire de circonstance, une forme de légèreté même, qui ne correspond en rien à l’état d’esprit dans lequel il se trouve à cet instant précis. Le second a l’air grave, un rien emprunté, comme s’il souffrait déjà de l’immense tâche qui l’attend.

Ce 28 mai, une semaine après les affrontements sanglants qui ont opposé, à Kidal, l’armée malienne aux groupes irrédentistes du Nord et qui resteront gravés dans les mémoires comme un nouvel épisode de la descente aux enfers du Mali, le pays semble déjà être passé à autre chose. L’émoi des premiers jours s’est estompé, les manifestations anti-Français et anti-Casques bleus ont fait long feu. L’heure est grave pourtant, et c’est pour cela que Maïga, l’un des ministres les plus importants du gouvernement de Moussa Mara, l’un des plus écoutés par le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), a démissionné le 27 mai. Parce qu’il estime être de son devoir de tirer les conclusions de son échec sur le terrain, mais aussi parce qu’il espère éviter à certains officiers des sanctions qui pourraient bien finir par achever le moral des troupes. Le pays a besoin d’un bouc émissaire, le gouvernement d’un fusible : ce sera donc lui. C’est peut-être injuste, comme le pensent certains de ses proches, mais lui ne le voit pas ainsi. “Ce n’est pas un sacrifice, c’est une issue logique”, dit-il. Le 29 mai, il a été imité par le chef d’état-major général des armées, le général Mahamane Touré.

 

Maïga était de ceux qui pensaient qu’il ne fallait pas que le Premier ministre se rende à Kidal le 17 mai. Il l’avait dit, comme l’avaient répété avec insistance les Français et les responsables de la Minusma, à commencer par le big boss, Bert Koenders, qui s’est battu en vain contre l’initiative de Moussa Mara sur la base de renseignements alarmants. “On savait que cette visite arrivait trop tôt, mais Mara n’en a fait qu’à sa tête”, glisse un diplomate européen en poste à Bamako. Son prédécesseur, Oumar Tatam Ly, avait dû rebrousser chemin en novembre. Il était écrit que Mara, lui, ne transigerait pas. “Kidal est une ville malienne, il est normal que le Premier ministre puisse s’y rendre”, clame son entourage. Une ville malienne certes, mais qui fut le point de départ de toutes les rébellions touarègues et qui abrite plusieurs sites de cantonnement et plus d’un millier de rebelles dont le désarmement n’est qu’une réalité de papier. “Mara a fait comme si de rien n’était”, peste l’un de ses ministres alors que l’opposition exige sa démission.

 

 

 

Une balle dans le coeur

 

Première erreur : envoyer sur place le général El Hadj Gamou et ses hommes, des Touaregs pour la plupart issus de la tribu des Imghad. Gamou, c’est l’ennemi juré des Ifoghas, la tribu qui domine Kidal, et plus encore des Intalla, la famille qui régente la tribu. Deuxième erreur : ne pas avoir programmé de visite de courtoisie à la notabilité locale. Certes, la figure tutélaire des Ifoghas, le vieil aménokal Intalla Ag Attaher, est le parrain du Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), l’un des groupes rebelles. “Mais imagine-t-on se rendre à Kayes ou à Sikasso sans rendre leurs honneurs aux chefs traditionnels ?” s’étonne un diplomate.

 

 

 

 

On sait ce qu’il est advenu. Échanges de tirs devant le gouvernorat où se trouve le Premier ministre (personne ne sait qui a tiré le premier : les soldats maliens ou les rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad [MNLA] ?). Prise du bâtiment par les rebelles. Et des morts. Des exécutions de civils, dont des préfets et des sous-préfets : huit en tout – pas égorgés, comme tentent de le faire croire une partie des hommes du pouvoir, mais abattus d’une balle dans le coeur ou dans le ventre. “La marque des jihadistes”, accuse le gouvernement.

 

 

 

Maïga n’était pas non plus favorable à la riposte du 21 mai. Une débâcle militaire puis politique qui a coûté la vie à une quarantaine de soldats. Qui a vu le Mali perdre pour longtemps le contrôle de Kidal et, temporairement, d’un certain nombre d’autres villes-garnisons du Nord. Et qui, enfin, a ressuscité des images que l’on croyait appartenir au passé, montrant des soldats apeurés fuir au premier sifflement de balle et des fonctionnaires faire leurs valises sans attendre que l’ennemi arrive. À Ménaka, 500 soldats se sont réfugiés dans le camp de la Minusma sans qu’un coup de feu soit tiré. À Aguelhok, ils sont 290 à s’être repliés dans le camp qu’occupent les Casques bleus tandis que d’autres prenaient la route de l’Algérie. À Andéramboukane, ils ont fui vers le Niger. À Ansongo, vers Gao…

 

 

 

La veille, IBK avait juré à plusieurs de ses visiteurs qui le pressaient de jouer l’apaisement qu’il ne lâcherait pas les brides d’une armée vengeresse. Il savait que ses soldats n’avaient aucune chance de l’emporter. Mais, comme l’admet l’un des hommes les plus influents dans le Mali d’IBK : “Nous étions dans un contexte de guerre et, dans ce contexte-là, on ne maîtrise pas tout.”

 

 

 

 

Qui a donné lo’rdre d’attaquer ? Secret-défense

 

Non, le président n’a pas manqué à sa parole. Il n’a pas donné l’ordre de lancer l’assaut – plusieurs sources de haut niveau l’attestent. Mais c’est tout comme : IBK a laissé son Premier ministre annoncer, le 18 mai, que le pays était en guerre, et n’a rien dit quand l’état-major de l’armée communiquait plus que de raison sur les renforts envoyés à Kidal. Le 16 mai, on comptait 160 soldats maliens dans le camp 1, à l’entrée sud-ouest de la ville. Le 20, ils étaient près de 1 500. “Ce n’est peut-être pas un feu vert, mais c’est un feu orange. Envoie-t-on autant d’hommes pour ne rien faire ?” remarque un général malien.

 

 

 

Qui a donné l’ordre d’attaquer le 21 mai ? Le président malien a la réponse. La France aussi. Et la Minusma très certainement. Mais le commun des mortels n’en saura peut-être jamais rien. “Secret-défense”, nous rétorque-t-on. Selon une source militaire, l’initiative serait venue des officiers qui assuraient le commandement sur le terrain. Peut-être du chef d’état-major général des armées, le général Mahamane Touré, qui se trouvait à Gao. Peut-être de son adjoint, le général Didier Dacko, qui dirigeait les opérations à Kidal. “Depuis deux jours, explique notre source, ils observaient des pick-up venir de partout. Ils se sont dit : “Si on ne fait rien, il sera trop tard, c’est maintenant ou jamais.” Ils n’ont pas attendu le feu vert de l’autorité civile, comme les soldats américains n’attendent pas le feu vert du président Obama quand ils sont en opération en Afghanistan.”

 

 

 

Mais il était déjà trop tard. Ils pensaient trouver face à eux 400 ou 500 hommes, ils en ont affronté peut-être un millier. Des combattants connaissant parfaitement les ruelles de Kidal, bénéficiant du soutien de la population et maîtrisant le maniement des armes depuis leur enfance. Là encore, images de déjà-vu : des soldats qui fuient en ordre dispersé, qui laissent leurs armes (des mitrailleuses mais aussi un orgue de Staline) et même leurs véhicules (dont des semi-blindés et plusieurs 4×4) à l’ennemi.

L’entourage du président pointe du doigt la passivité de la force Serval et de la Minusma

 

Le soir même, IBK a compris qu’il a perdu gros. À commencer par une partie de son crédit. Non pas vis-à-vis de son peuple : dans le Sud, une majorité de Maliens apprécient toujours la fermeté de celui qui promettait, durant la campagne électorale, de “rendre leur honneur aux Maliens”. L’entourage du président, dont une frange se nourrit aux thèses complotistes, a pointé du doigt la “passivité” – voire la “complicité” avec les rebelles – de la force Serval et de la Minusma.

 

 

 

Mais c’est une autre paire de manches vis-à-vis de la communauté internationale. “Cette histoire lui fait mal”, admet l’un de ses proches. “Soit il a menti, soit il ne tient pas son armée”, résume un diplomate qui croit, comme ses homologues en poste à Bamako, à la deuxième version, ce qui ne le rassure guère. Celui qui était, avant son élection, le chouchou de la communauté internationale est aujourd’hui perçu par une partie du corps diplomatique comme un “roi isolé et trop éloigné de certaines réalités”. Un diplomate rappelle que, deux jours avant la visite de Mara à Kidal, le pouvoir avait perdu une bataille d’un autre genre : celle de la bonne gouvernance. Le 15 mai, irrité par l’opacité qui entoure certaines dépenses (l’avion présidentiel, l’achat de matériel de guerre, etc.), le Fonds monétaire international (FMI) a décidé de reporter sine die sa mission de revue. Résultat : tous les programmes d’appui budgétaire menés par la Banque mondiale, la France ou encore l’Union européenne sont aujourd’hui gelés. Le manque à gagner est considérable : plusieurs centaines de millions d’euros.

 

 

 

Mais le plus grand perdant dans cette affaire, c’est l’armée. Encore une fois, elle s’est montrée indisciplinée et incapable de défendre son territoire, et il n’est pas sûr que les démissions de Maïga et de Touré ne soient pas suivies de sanctions disciplinaires. “Le plus grave, observe un expert militaire, ce n’est pas tant la défaite de Kidal. C’est le fait que des centaines de soldats aient fui les combats, et surtout que la chaîne de commandement soit passée outre les directives.” Dans les casernes, “le moral est à zéro”, admet un sous-officier. “Si la force Serval n’avait pas été sur le terrain et si les officiers français n’étaient pas intervenus auprès du MNLA pour stopper son offensive, les rebelles auraient peut-être poussé jusqu’à Gao et Tombouctou, comme il y a deux ans.” Quand le Mali passait pour un État failli.

 

 

 

Bien obligés de négocier

Paradoxalement, la bataille de Kidal pourrait se révéler être un mal pour un bien. “Le pouvoir a compris qu’il ne pouvait plus espérer l’emporter par les armes et est résolu à négocier”, confie un diplomate malien. Au cessez-le-feu arraché le 23 mai par le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, devrait succéder le premier vrai round de négociations depuis les accords de Ouagadougou de l’année dernière. Le président malien, qui a longtemps hésité, signifiant, à chaque avancée, qu’il n’était pas question de négocier avec des groupes armés, semble avoir mis de l’eau dans son bissap. Quant aux groupes irrédentistes, quoique encore très divisés, ils ne demandent que cela, maintenant qu’ils sont en position de force. Le 3 juin, les rebelles se retrouveront à Alger pour tenter de s’entendre sur une plateforme de revendications. À condition de s’accorder sur un lieu (Bamako exige que cela se fasse au Mali, les groupes rebelles à l’extérieur), les négociations pourraient débuter dans les semaines qui viennent.

 

 

Lire l’article sur Jeuneafrique.com 

PARTAGER

6 COMMENTAIRES

  1. Une chose est a saluer cest la vérité caché sur ce dossier kidal qui est a une partie mis en lumière, serval a la minusma et les mensonges aux peuples entre amis de la france élyséenne a koulouba. La lumière est faite au moins aujourd’hui on s est qui est maitre a kidal? On attend la partition officielle du mali par les vrais amis du mali raison de ces agitations et intimidations sans compter la stratégie de détérioration de la situation. J ai l impression que les populations maliennes ne voient pas comment ils sont rouler dans la farine et depuis avant serval que de mensonges en attendant un jour d autres dessous de cette intervention serval et la présence de la minisma les deux forces interpositions déguisées.

  2. Rassurez vous. Beaucoup de jeunes de Gao se forment au Ghana, au Tchad et au Niger, aujourd’hui pour assurer la sécurité du pays Songhay. Seul la terreur peut vaincre la terreur. L’armée peut fuir jusqu’en Guinée. Elle constitue d’ailleurs l’insécurité au nord car on ne peut compter sur elle.

  3. la leçon a tirer est qu’il faut que notre region ait les moyens de se defendre,je suis persuadé qu une armee locale composee de combattants issus de gao ne fuiraient pas ni n abandonneraient ses positions au premier coup de canon la future decentralisation doit tenir compte de ce facteur, L ALLEMAGNE HITLERIENNE A GAGNE SES COMBATS PAR SA CAPACITE A AVANCER ET L URSS A GAGNE LA BATAILLE DE STALINGRAD PAR SA DETERMINATION A MOURIR PLUTOT QUE DE RECULER

  4. Mes parents à Gao me disent que ce tue encore,c’est quand on dit que l’armée a fui.
    Les populations se voient sans soutien et complétement abandonnées à leur triste sort.
    Vous savez que les groupes touaregs armés sont tristement célèbres pour leurs actions macabres:vols,viols,règlements de compte,pillages,massacres massifs de civils.
    Les rébellions armées touaregues constituent les véritables entraves au développement du Nord du Mali.
    Lorsqu’un groupe mène des luttes,c’est seulement pour sa tribu.

  5. Ah belle analyse et sans complaisance…. On n’est plus que jamais la risée du monde. Pour remonter sur notre piédestal mmaintenant, il va falloir bosser dur.. et comme on n’aime pas la vérité dans ce pays avec son népotisme et sa corruption, on est donc mal barré pour l’instant. 👿 👿 👿

  6. Je vous conseille de ne pas lire les conneries de jeune Afrique qui défend comme toujours ses vrais maitres au détriment de l’Afrique

Comments are closed.