Cheaka A. Touré, représentant spécial du président de la commission de la Cédéao au Mali : « La Cédéao n’est pas une machine de guerre … »

10

« Le Mali est dans une position de bénéficier de la solidarité des pays membres de la Cédéao, il s’agit d’une obligation morale de venir à son secours, un droit légitime pour les Maliens de se sentir entourés, la logique de l’obligation de solidarité et le devoir de mutualisation de nos forces ».

Cheaka A. Touré

Les rideaux sont tombés sur les assises des régions occupées hier jeudi 4 octobre 2012. Des différents témoignages reçus, il ressort en général que tous sont unanimes sur le caractère profondément humiliant et vexatoire de l’occupation, avec son cortège de frustrations, de viols collectifs, d’atteintes à la dignité humaine. Comme en témoigne ce récit d’un habitant de Tombouctou. « Une femme mariée à un homme, recevait un nouvel  homme dans son lit chaque soir au point qu’elle était obligée de fuir le foyer conjugal ». Bref une situation de négation complète des droits humains fondamentaux. Aussi l’urgence de faire revenir les services sociaux de base apparaissait. Par ailleurs, les participants ont senti l’intérêt de l’intégration nationale, de l’entente entre fils et filles de ce pays, ce qui passe nécessairement par une réconciliation des communautés. Ils ont à la fin mis l’accent sur la gouvernance, l’équité, la responsabilité des pouvoirs publics, de l’élite politique qui sont à corriger. Même si les positions sont partagées quand à un éventuel recours à la force, certains prônant le dialogue, tous sont unanimes qu’il faille aller à la guerre au cas où la négociation n’arrivait pas à bout de l’ennemi.

Le représentant spécial de la Cédéao au Mali, Abdou Touré a ténu à faire trois mises au point au moment de la cérémonie de clôture. D’abord que l’organisation sous-régionale n’est pas une machine de guerre, mais créée pour promouvoir l’intégration économique, sociale et culturelle ; la démocratie, la bonne gouvernance, la paix et la sécurité. « Parce que le Mali est dans une position de bénéficier de la solidarité des pays membres de la Cédéao, il s’agit d’une obligation morale de venir à son secours, un droit légitime pour les Maliens de se sentir entourés, la logique de l’obligation de solidarité et le devoir de mutualisation de nos forces ». Ensuite, que la Cédéao ne discute pas entre le choix du dialogue et de la guerre en matière de crise. « Le dialogue est essentiel et s’impose de par son caractère permanent, à condition de savoir ce que l’on veut en faire ». Et de dire qu’il y a une situation d’insatisfaction généralisée aux conséquences extrêmement graves. Pour lui, s’agissant de crise politique, le débat peut être envisagé. Par contre il y a des gens avec qui le dialogue n’est pas possible. Et si par miracle le dialogue peut les amener à la raison la Cédéao va le faire. Enfin la condition essentielle de sortie de crise est « d’éviter de rester dans la diversion, d’envisager une gestion stratégique de la crise, et d’assurer un leadership unifié ».Les recommandations qui seront finalisées ce vendredi seront restituées au niveau des régions. La cérémonie a pris fin par des prières de l’iman Cherif Ousmane Madani Haidara en faveur de la paix.

Binta Gadiaga

PARTAGER

10 COMMENTAIRES

  1. La Chronique d’une autodestruction d’un peuple: 2ème épisode

    Après 23 ans de médiocrité et de gabegie financière , le peuple malien avait réussi le 26/03/1991 à faire partir un régime corrompu et sanguinaire et instaurer la démocratie pluraliste pour améliorer le bien être des maliens dans un espace de liberté et de justice.

    20 ans plus part, les opportunistes de tout acabit et des ennemis du Mali, ont réussi à maintenir et à renforcer la corruption et l’injustice dans le pays qui touchent désormais toutes les sphères de la vie sociale.

    La passivité et l’insouciance des populations face à ces deux fléaux ont accouché de deux méchantes jumelles:
    L’impunité et la médiocrité .

    Ces jumelles ont maintenu les maliens parmi les nations les plus pauvres du monde malgré un espace de liberté retrouvée et d’estime de l’extérieur liés au mode de gouvernance démocratique du pays.

    Les acteurs politiques ont été les principaux ennemis de la démocratie en tuant tous les contre-pouvoirs indispensables à la bonne gouvernance et en ne dénonçant pas les pratiques et les maux qui gangrènent notre société.

    Alors qu’à tout moment ils pouvaient interpeller nos ministres à l’assemblée nationale, faire des marches de protestation et faire des propositions de lois et exiger par tous les moyens de droit que justice soit faite pour arrêter tous ceux qui impunément détournaient les deniers publics sans vergogne.

    Il pouvaient le faire dans le cadre du droit et continuer à avoir l’estime et la reconnaissance de la communauté internationale.

    Ils ne l’ont pas fait, le système politique s’est au contraire transformé en système “griot” avec tous mes respects pour les hommes de caste.

    Pire l’école, l’enseignement et l’éducation du peuple ont été relégués au second plan au moment où le chômage et la précarité avançaient à grand pas.

    Amusez vous à faire une comparaison entre une fréquentation d’un site internet d’information malien et sénégalais ou ivoirien, et rapporter cette fréquentation au nombre des populations respectives des trois pays, vous comprendrez l’urgence de l’instruction et de l’accès à l’information dans notre pays.

    Ne faites surtout pas d’étude sur les qualités des articles de presses et le taux d’insultes sur les sites d’informations et de forums internet maliens sinon vous risquez de piquer une syncope, tant le niveau d’éducation est bas.

    Aujourd’hui quand on parle de ressources humaines, il ne faut même pas penser au Mali.

    Quel gâchis!

    Première bombe sociale qu’il fallait désamorcer à temps, mais hélas ça continue avec cette année 15 000 jeunes admis au DEF 2012 non orientés et 78 848 jeunes qui échouent au Baccalauréat 2012 sur 89 968 bacheliers.

    Dans cette situation, la quête effrénée et éhontée du gain facile et non mérité a pris le dessus sur le travail bien fait avec vocation et engagement pour le pays et la nation.

    Tout est du faux, du simple produit à l’étalage dans un marché à l’article d’un journal privé, en passant par la parole d’un ministre, d’une nomination d’un ministre conseiller du premier ministre, ou des grades distribuées dans la police, incapable d’être dans le vrai.

    Cette situation a travesti la démocratie, l’école, la justice, l’administration, l’armée, la police, les partis politiques, les syndicats, les associations, les entreprises, les familles, la société civile bref toute la société sans que cela ne dérange personne.

    Il ne faut surtout pas critiquer, ou dénoncer sinon tu seras tout de suite traité:
    -“d’aigri”,
    -“de réactionnaire”,
    -de “Coguèlè Tigui”
    -de “A ka Kouma ka tian”,
    -de “Malien tè”, etc.
    C’est dans ce climat d’autodestruction programmée entretenue et voulue par tous du genre:
    (“Tiè N’ye N’Tassôrô fin na tiè”),
    (“Tiè N’mafié ko nga villa bana!”),
    qu’on a perdu notre armée, notre police, notre gendarmerie, notre école, notre administration, notre justice, bref on s’est trop égaré errant encore dans l’océan du faux.

    Mais on avait l’estime de l’extérieur qui continuait à nous financer malgré “l’initiative riz”, le “fonds mondial” bien d’autres forfaits des “bouffecrates” la liste est tellement longue que ce n’est même pas la peine d’essayer de les énumérer.

    Perte de temps pour les lecteurs.

    Alors l’aide américaine (militaire et civile), millenium challenge, l’aide chinoise, l’aide japonaise, banque mondiale, Bad, Boad, FMI, et bien d’autres continuaient à nous renflouer comme un enfant gâté.
    C’est pour cela qu’ATT a pu mettre en œuvre son PDES (le programme pas le parti).

    Multipliant ainsi des infrastructures économiques et sociales de base dans le pays.

    Mais on pouvait faire largement mieux si chaque franc dépensé était chaque franc effectivement investi dans des secteurs porteurs de croissance.

    Avec la guerre au nord, les faiblesses de l’armée malienne sortent au grand jour, nous perdons le contrôle des deux tiers du territoire national et quatre cent milles maliens sont déplacés et vivent dans des conditions pénibles des camps de réfugiés dans les pays voisins et de familles d’accueils au Mali, si ce ne sont pas des exactions subies de la part des groupes criminels au nord.
    Mais au sud , les opportunistes du faux, s’opposent à toutes solutions étrangères pour mettre fin aux souffrances inutiles de nos populations.

    Le président Dioncounda tabassé et humilié dans son bureau comme un couple d’amoureux lapidés à Aguelhoc, ou un voleur amputé à Ansongo, si ce n’est un mausolée détruit à Tombouctou, sans que justice soit faite, ni que le mouvement démocratique ne puisse faire quoi que ce soit pour lui, joue la carte de l’effacement pour sauver sa tête.

    Un comité militaire incompétent de jeunes officiers, ayant perdu les chemins du nord du pays, tire chaque jour le pays vers l’abîme avec l’aide d’un premier ministre qui s’adjuge une période d’essai de six mois.

    Les gesticulations et les verbiages inutiles contre la Cedeao se sont avérés du vent, et on ne jure plus que par une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu pour délivrer le pays du délire islamiste.

    Mais l’Onu, c’est en réalité les états-unis d’Amérique à 80 %.

    Et les américains ne supportent pas du tout le théâtre dramatique de Cheick Modibo Diarra et de ses copains à reculons de Kati.

    Alors par la voix de leur ambassadeur à Bamako, ils réclament une élection d’un président de la république car certainement outrés par la stratégie de l’effacement de Dioncounda, lâché par les partis politiques du FDR, eux mêmes sous anesthésie (étrange manière de purger leur peine de 20 ans de mensonges).

    La musique patriotique bat son plein dans le bal des opportunistes à la sauce Copam, Yerewoloton et Mp22, où les acteurs de théâtre dramatique sur scènes sont les seuls à penser qu’il suffit de débloquer quelques armes maliennes aux ports de Conakry et Dakar, pour que les fantassins des grands manguiers de Kati retrouvent subitement le chemin de Douentza.

    Un deputé SADI s’arrête subitement de ne pas danser la musique patriotique de son parti l’appelant à quitter l’assemblée nationale de peur d’avoir une overdose patriotique.

    La supercherie fait tellement tomber de haut que des policiers du Groupement Mobile de Sécurité commencent à se tirer dessus à balles réelles et en plein jour (progrès notable par rapport à la guerre nocturne des bérets) pour s’adjuger la paternité voire la maternité des grades de commissaires trafiquées jusque dans le bureau du président de l’effacement.

    Après tout si l’opportunisme donne de la promotion politique et militaire pourquoi pas le far west pour la promotion policière tant qu’on y est!
    Alors on marche contre une intervention militaire étrangère au Mali, on magnifie son soutien à l’armée malienne trop vigilante sur le Dawa à Diabali et totalement aveugle sur le Mujao à Douentza.

    Peut être que Diabali a la chance de bénéficier des armes débloquées et qu’en réalité Douentza n’est pas qu’à 170 km de Sevaré, principale base militaire de l’armée malienne avant le nord.

    Entre temps l’enlisement constaté par le président par Intérim de l’Assemblée nationale en personne, Younoussou Touré, retarde toutes décisions de l’Onu, ronge comme un cancer l’économie nationale et la societé malienne et renforce les islamistes au nord.

    Les populations déplacées ne savent plus à quels saints se vouer.
    Et pourtant les acteurs du théâtre dramatique de l’autodestruction du peuple, nominés aux oscars du ridicule 2012, continuent de croire, dur comme fer, que le Mali peut s’en sortir sans aide financière et militaire étrangère rien qu’avec des bénédictions et des négociations du HCI, d’un ministère du culte, d’un comité militaire de l’effacement des pouvoirs légaux.

    Qui aurait cru que le pays de Soundiata Keita et de Modibo Keita peut tomber aussi bas rien qu’en s’auto détruisant!

  2. Merci beaucoup de dire: l’organisation sous-régionale n’est pas une machine de guerre, mais créée pour promouvoir l’intégration économique, sociale et culturelle ; la démocratie, la bonne gouvernance, la paix et la sécurité.

    moi aussi j’ai dit la même chose quand j’ai écrit ceci à l’Union Africaine et la CEDEAO

    Chers,

    Comprenons ce que la France prépare au Mali: la guerre entre les Noirs et Arabes. Ces guerres-là sont déjà préparées depuis des siècles par les Illuminati: les guerres entre les peuples, les guerres entre les États, entre les régions, entre les continents, entre les religions et les guerres mondiales qui ont éliminé le peuple Juif. La France et l’Angleterre vivent des guerres sans travailler. Après avoir tué les libyens, ils veulent tuer tous les Arabes d’Afrique du nord. Ils savent que quand le monde aura la paix ils ne pourront pas imposer leur Monnai. Que fait l’ONU, que font les autres Pays, que fait le Pape pour résoudre la question entre les noirs maliens et les Touaregs d’Azawad. On ne peut pas nous imposer les guerres pour resoudre nos propres problemes internes.
    Les Noirs ont réclamé l’indépendance avec le capitaine Sanogo. Les Touaregs ont réclamé l’indépendance le 6. Avril 2012. Tous les peuples africains veulent leurs propres indépendances pour reconstruire l’Afrique qui a été ruiné par esclavage, par le colonialisme, par la franceafrique et par les ONG qui alienent nos enfants.

    Il faut penser très loin et se demander pourquoi la démocratie en Afrique ne fonctionne pas. C’est la France et les colonialistes depuis l’indépendance qui sont obstacle. qui a arrêté Gbagbo? Qui a arrêté JP Bemba. Peuvent- ils organiser leurs partis dans les prisons? Non. L’ Afrique est mûre cette fois- ci à changer les gouvernements sans verser le sang. Comme ça les partis qui n’ont pas gagné les élections vont restructurer leurs partis pour les prochaines élections. En Europe, on le fait, alors pourquoi ils viennent chez nous tuer nos dirigeants? L’ Afrique, la Banque Africaine dirigée par le Rwandais Dr. Kaberuka doivent aider les partis à toujours exister.
    Sie dans un pays par exemple on organise les élections chaque parti doit avoir le montant d’argent suivant son pourcentage. Les fonctionnaires des partis doivent avoir un salaire mensuel pour ne pas adherer le Parti gagnant. Sinon, la question serait: pourquoi ils ont fondé leurs partis? Leurs idées finissent par les élections?

    Mag. Rwamapfa

  3. la leçon de morale va de soi même, le respect aussi va de soi même rien ne vaut la reconnaissance de soi toutes les difficultés qui pèsent sur le Mali proviennent de nous même et dans ce cas il est de notre devoir de revenir à nous même et de compter sur nos propres sources de revenu que ça soit sur le plan militaire voire sur le plan social pour débarrasser le Mali ce joug. je vous remercie vraiment

  4. la leçon de morale va de soi même, le respect aussi va de soi même rien ne vaut la reconnaissance de soi toutes les difficultés qui pèsent sur le Mali proviennent de nous même et dans ce cas il est de notre devoir de revenir à nous même et de compter sur nos propres sources de revenu que ça soit sur le plan militaire voire sur le plan social qui débarrasser le Mali ce joug. je vous remercie vraiment

  5. S.O.S POUR LES 263 MALIENS RADIES DE LA FONCTION PUBLIQUE :Monsieur le ministre vous etes la dans un gouvernement de transition donc un gouvernement temporaire qui devrait tout faire pour creer l’union de tout les Maliens vue la situation si speciale que nous vivions tous en ce moment.C’est pas une decision sage,ni quelque chose qui pourra nous aider a liberer le nord.Le probeme de notre pays d’aujourd’hui est l’occupation du nord et non ces 263 innocents Maliens.Une nouvelle crise dans la situation actuelle n’arrangera personne et dans ce cas le president de la republique,le premier ministre,la societe civile et toutes les bonnes volontes doivent agir pour le faire revenir sur sa decision et laisser cette affaire au prochain gouvernement qui sera issu des prochaines elections.

    • Malheurement, je ne crois pas qu’un citoyen credible puisse vous aider dans votre forfaiture.

  6. Voila deh! Tous ceux qui ont profere toute sorte d’insulte envers nos militaires, sous pretexte que c’est la CEDEAO qui est la solution, vous avez entendu le message? « La Cédéao n’est pas une machine de guerre … ». La CEDEAO ne controle que le Mali, elle ne peut decider pour elle meme. Ce combat c’est celui des maliens, qu’on soit “pro” ou “anti” putch. Tout ce qu’on a a faire c’est soutenir notre armee moralement pour s’organiser et faire face a ce desordre.

  7. Le prophète (paix et bénédictions sur lui) à dit un jour : : L’ennemi n’aura jamais le dessus sur vous, plutôt l’ennemi sera issu de vous. ( Boukhary).

    et vous (gouvernement et certaines personnes) combattez ceux qui donnent leurs temps, leurs biens et leurs vie pour que la parole d’Allah soit la plus haute.sincèrement je vous souhaite la guidé, q’Allah vous guide!

  8. ‎” Et ne tends point tes yeux vers ce dont Nous avons donné jouissance temporaire à certains groupes d’entre eux, comme décor de la vie présente, afin de les éprouver par cela. Ce qu’Allah fournit (au Paradis) est meilleur et plus durable “.

    Coran, sourate (Ta-Ha), verset 131.

  9. ‎” Les gens vivront des années pleines de tromperies ; on accordera du crédit aux menteurs et on traitera les gens sincères de menteurs, on confiera le dépôt aux traîtres et on traitera le digne de confiance de traître, et on donnera la parole au “ ruwaybidah ”.

    Que signifie ruwaybidah ? demanda-t-on.

    L’homme incapable et insensé parlera au nom du peuple. ”

    (Ahmad, Ibn Mâjah)

    et c’est ceux qui se passe malheureusement qu’Allah la oumma et l’éloigne de ces hypocrites.

Comments are closed.