Cheaka Abdou Touré, représentant spécial de la CEDEAO à Bamako lors d’un point de presse

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

« Malgré les moyens limités, les troupes de la Misma sont en train d’être déployées sur le terrain »

Le siège de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) sise au quartier Badalabougou de Bamako a servi de cadre le mardi 29 janvier 2013 à la tenue d’un point de presse animé par le colonel Ivoirien Yao Aldjoumani, porte parole de la Misma au Mali. Il avait à ses cotés le représentant spécial de la Communauté économique des États de l’Afriques de l’ouest (Cedeao) à Bamako, Cheaka Abdou Touré. Au cours de ce point de presse, il a été décidé d’organiser chaque mercredi à 10 heures un point de presse sur la situation au nord du Pays.

« Nous avons la volonté de communiquer : c’est la raison pour laquelle un point de presse sera organisé chaque mercredi à 10 heures pour faire un point sur la situation au nord du Pays. Contrairement à ce que les gens disent, la rapidité du déploiement des troupes de la Cedeao est assez appréciable car à moins de deux semaines 71% de l’effectifs sont déjà déployés sur le terrain ». C’est en ces termes que le représentant spécial de la Communauté économique des États de l’Afriques de l’ouest (Cedeao) à Bamako, Cheaka Abdou Touré,  a commencé son allocution. Selon lui, transporter les troupes et les équipements prend du temps.

Malgré les difficultés, malgré les moyens limités, les troupes de la Misma sont en train d’être déployées sur le terrain, a-t-il dit. Outre les troupes de la Cedeao, les Tchadiens et les Français sont également sur le terrain, a précisé Cheaka Abdou Touré. Selon le porte parole de la Misma au Mali, le colonel Ivoirien Yao Aldjoumani, l’effort consenti par les chefs d’État de la Cedeao et par le comité des chefs d’État major dans la résolution de la crise malienne se concrétise aujourd’hui sur le terrain. Il a souligné que le commandant des forces a été installé le 15 janvier dernier. Il a fait savoir que plusieurs pays sont mobilisés à envoyer des troupes au Mali pour lutter contre le terrorisme tels que Benin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo. Beaucoup de contingents sont déjà arrivés et les prochains jours les autres seront présents, a-t-il indiqué.

Le colonel Yao a souligné que le comité des chefs d’État major est à pied d’œuvre pour l’accomplissement rapide cette mission. « Aujourd’hui, il y a environ 1428 soldats de la Cedeao qui sont sur le terrain sans compter les troupes du Tchad et de la France », a-t-il dit. En ce qui concerne les refugiés, le conférencier a noté que des dispositions sont prises pour solutionner le coté humanitaire. En réponse aux questions des journalistes, le porte parole a rassuré que les relations entre les différentes forces sont au beau fixe car il existe de part et d’autre des détachements de liaison pour juguler d’éventuels problèmes. « Nous n’avons pas changé de costume. Le militaire exécute les ordres de la hiérarchie. Notre objectif est la reconquête du nord du Mali. Nous sommes là pour libérer notre pays, le Mali. Nous aimons le Mali », a conclu le conférencier.

Aguibou Sogodogo

 

SOURCE:  du   31 jan 2013.