Coalition pour le Mali : Le bilan de l’occupation

1

Comment l’occupation est vĂ©cue dans rĂ©gions du Nord du Mali?,  Quelles solutions de sortie de crise prĂ©conisent-elles ? Pour rĂ©pondre Ă  ces questions brulantes de l’heure, la Coalition pour le Mali (CPM), a tenue, le 3 et 4 octobre 2012, Ă  l’HĂŽtel Laico AmitiĂ© de Bamako, les assises de l’occupation des rĂ©gions du Nord du Mali. Trois semaines aprĂšs, le rapport de synthĂšse de cette rencontre capitale qui a rĂ©uni la sociĂ©tĂ© civile, les dĂ©lĂ©guĂ©s des diffĂ©rentes rĂ©gions du nord, l’association Ginna Dogon, les personnalitĂ©s indĂ©pendantes, le collectif des dĂ©putĂ©s des rĂ©gions de Sikasso, de SĂ©gou, les Hauts conseils de collectivitĂ©, Islamique, le bureau du vĂ©rificateur, les Ong fĂ©minine, les leaders politiques, le Coren, les association du sahel occidental, les diplomates, les reprĂ©sentants de la Cedeao, etc., a Ă©tĂ© dĂ©voilĂ© le 24 octobre 2012, Ă  la Maison de la Presse de Bamako par les membres de la coalition lors d’une confĂ©rence de presse.

Le but des assises Ă©tait d’amener les acteurs Ă  confronter leur lecture et leurs diagnostics et ont proposĂ© des voies de sortie de crise aux autoritĂ©s afin d’impulser les actions Ă  entreprendre pour la sauvegarde de l’intĂ©gritĂ© territoriale, de la cohĂ©sion nationale, de la paix et de la stabilitĂ©,  gages essentiels du dĂ©veloppement.

Il ressort des synthĂšses qu’à Gao, les populations vivent de l’occupation. Les uns et les autres souhaitent ĂȘtre libĂ©rĂ©s mĂȘme si les avis restent partagĂ©s sur la maniĂšre. Certains demandent une intervention militaire pour ĂȘtre dĂ©livrĂ©, d’autres recommandent la prudence quant aux consĂ©quences d’un conflit armĂ© dont on ne maitrise ni la durĂ©e, ni la violence, ni mĂȘme les acteurs. Gao a proposĂ© de tenir un forum Ă  Gao pour donner une chance Ă  la nĂ©gociation. L’existence d’institutions fortes, d’hommes forts, d’un Ă©tat fort solide a Ă©tĂ© fortement sollicitĂ©e par la rĂ©gion Gao.

En ce qui concerne la RĂ©gion de Kidal, les solutions proposĂ©es Ă  moyen terme sont: de nĂ©gocier les forme et contenu d’une rĂ©publique du Mali IntĂ©grale, laĂŻque et plurielle, assurer une bonne gouvernance au niveau central et local, assurer une meilleure distribution de la justice au niveau central et local, approfondir la dĂ©centralisation par une  meilleure dĂ©concentration (transfert de prĂ©rogatives et  de ressources). Il a aussi Ă©té  demandé  de crĂ©er de nouvelles entitĂ©s (communes, cercles, rĂ©gions) prenant en compte les aspects gĂ©ographiques et sociaux pour rĂ©duire l’ñpre compĂ©tition politique qui sĂ©vit dans le Nord Ă  l’occasion des Ă©lections; d’assurer une gestion Ă©quitable des affaires publiques, et introduire dans les services publics comme privĂ©s et au niveau des campagnes des activitĂ©s renforçant le Civisme et l’Esprit RĂ©publicain. Pour la rĂ©gion de Mopti, on retient que Mopti vit les mĂȘmes difficultĂ©s que les trois rĂ©gions concernĂ©es par la crise.

Pour ce qui est de la RĂ©gion de Tombouctou, le sentiment gĂ©nĂ©ral qui se dĂ©gage est l’abandon des populations Ă  leur triste sort. Les populations reconnaissent cependant la part de responsabilitĂ© de tout un chacun dans cette crise, mĂȘme si le laxisme des autoritĂ©s quant Ă  la gestion du problĂšme du nord ne fait  l’ombre d’aucun doute. Comme propositions de solutions, la majoritĂ© des intervenants  de la rĂ©gion de Tombouctou prĂ©conise une intervention armĂ©e trĂšs rapide pour bouter les occupants en dehors de notre territoire. D’autres souhaitent de les rencontrer, de leur parler, de dialoguer, mais Ă©tant en position de force. Identifier tous les coupables des exactions et les traduire devant les tribunaux pour ĂȘtre jugĂ©s et condamnĂ©s pour les crimes commis, a Ă©tĂ© aussi demandĂ©.

Sikasso a demandĂ© qu’il n’y ait plus d’intĂ©gration dans les forces armĂ©es et de sĂ©curitĂ©, des Ă©lĂ©ments de la rĂ©bellion, dĂ©chĂ©ance de la nationalitĂ© malienne de tous les Ă©lĂ©ments du Mnla, Mujao et autres mouvements jihadistes et indĂ©pendantistes. Et SĂ©gou demande la  sĂ©curisation des zones frontaliĂšres avec la Mauritanie.  Le reprĂ©sentant de la Cedeao a mis l’accent sur l’essentiel qui est de  dominer les forces du mal.

Hadama B. Fofana

PARTAGER

1 commentaire

  1. CONTES DES 1000 ET UNE NUITS : ALADIN, OU LA LAMPE A HUILE MAGIQUE QUI CONTENAIT UN GENIE

    2 copains sous la douche aprÚs un match de foot

 Le premier remarque que le second a un énorme bouchon enfoncé entre les fesses.

    Il lui dit :
    – Dis donc, t’as vu ? T’as un bouchon dans le c
 !

    – M’en parles pas, je sais ! » rĂ©pond l’autre en soupirant. Ça date d’avant-hier, je m’étais engueulĂ© avec ma femme et je suis sorti faire une balade pour me calmer. Et en marchant, j’ai machinalement bottĂ© dans une vielle lampe Ă  l’huile toute rouillĂ©e.

    – Et alors ?

    – Alors, un drĂŽle de type est sorti de la lampe et s’est mis Ă  gueuler « Bonjour, je suis Aladin, le gĂ©nie
 tu m’as libĂ©ré  je t’accorde un voeu. »

    – Et alors ?

    – Alors, Ă©nervĂ© comme j’étais, j’ai rĂ©pondu comme un con : « Ah me fais pas chier, OK! » 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀

Comments are closed.