Commission dialogue et réconciliation (CDR) : Le Coren exige sa recomposition

7

coren« Au regard de la liste des membres de la Commission Dialogue et Réconciliation, le COREN ne peut dissimuler son scepticisme quant au respect de certains principes édictés comme l’impossibilité de discuter avec les terroristes, leurs complices, leurs collaborateurs. Il est à parier que le gouvernement cherche à négocier, au nom de la réconciliation, avec le MNLA qui n’a pas encore renoncé à ses velléités indépendantistes, ANSARDINE, le MUJAO et les trafiquants de drogue et dont certains membres et suppôts figurent, hélas, au sein de la CDR. C’est pourquoi le COREN se démarque de cette Commission dans sa configuration actuelle ». C’est en substance ce qu’a déclaré le président du Collectif des ressortissants du nord du Mali (Coren), Malick Alhousseini Maïga au cours d’une conférence de presse qu’il a animée le vendredi 12 avril 2013 au siège du collectif au quartier Baco Djicoroni ACI de Bamako. 

Furieux de la composition de la toute nouvelle Commission dialogue et réconciliation car leurs propositions n’ont pas été prises en compte, les responsables du Coren ont exprimé leur ras-le-bol au cours d’une conférence de presse. Selon Malick Alhousseini Maïga, par décret N° 2013-325/P-RM du 10 avril 2013, le Président de la République par intérim, Son Excellence le Professeur Dioncounda TRAORE, a achevé l’architecture de la Commission Dialogue et Réconciliation en procédant à la nomination des 30 commissaires (6 femmes et 24 hommes). Cela fait suite à la nomination le 30 mars dernier du Président et des deux Vices Présidents de la Commission. Le COREN, estime que la moralité des hommes et des femmes devant siéger à la Commission doit être irréprochable. Mais « Au regard de la liste des membres de la Commission Dialogue et Réconciliation, le COREN ne peut dissimuler son scepticisme quant au respect de certains principes édictés comme l’impossibilité de discuter avec les terroristes, leurs complices, leurs collaborateurs. Il est à parier que le gouvernement cherche à négocier, au nom de la réconciliation, avec le MNLA qui n’a pas encore renoncé à ses velléités indépendantistes, ANSARDINE, le MUJAO et les trafiquants de drogue et dont certains membres et suppôts figurent, hélas, au sein de la CDR. C’est pourquoi le COREN se démarque de cette Commission dans sa configuration actuelle », a déclaré le président du Coren. Avant d’ajouter que le dialogue et la réconciliation ne peuvent être envisageables sur l’impunité. Pour lui, la CDR dont la vocation première est d’aider les Maliens à se retrouver pour la paix, pour la vérité, doit être représentative afin de préserver sa crédibilité. Donc la moralité de ses membres doit être irréprochable. Le COREN qui a salué la décision du gouvernement de lancer un mandat d’arrêt international contre des criminels appartenant à certains groupes terroristes et rebelles se demande si les autorités de la Transition voudraient aller jusqu’au bout de leur logique. « Envisager la possibilité de discuter avec les criminels, les violeurs, les narcoterroristes, équivaudrait à préparer le lit d’une cassure définitive de la République. Le premier jalon pour un dialogue fécond et une réconciliation vraie consisterait à écouter les populations du nord. Toute autre démarche serait une perte de temps, une débauche inutile d’énergie et un gaspillage de ressources financières », a dit Malick Alhousseini. Avant de signaler que le COREN relève, avec amertume, que les critères avoués et non avoués ayant servi de socle à la nomination des membres de la CDR portent en eux les germes de l’arbitraire, de la discrimination, du manque d’objectivité, et d’une grave complaisance qui ont fini par ôter à la commission ainsi créée toute sa quintessence la réduisant ainsi à un simple strapontin. Le conférencier a noté que la réconciliation nationale se fera dans le cadre d’un dialogue inter et intracommunautaire sur une base saine et inclusive de respect, de mérite à l’égard de la patrie, de vérité et de justice. Malick Alhousseini a indiqué que l’objectif primordial du Coren est la cohésion sociale entre les communautés du Nord et travaille à la réconciliation depuis la libération des régions occupées. « La composition du CDR a été dictée par le Mnla qui n’est pas représentatif. Nous avons les preuves d’êtres exclus de cette CDR car c’était une conditionnalité du Mnla. Nous pensons qu’il y’a un projet d’autonomisation voire même de fédéralisme au Mali »,  a conclu le conférencier.

Aguibou Sogodogo

PARTAGER

7 COMMENTAIRES

  1. Je pense sincèrement qu’il est judicieux que le COREN préserve son indépendance par rapport à la Commission de réconciliation. PRECISEMENT POUR POUVOIR CRITIQUER HAUT ET FORT LES VELLEITES D’AMINISTIE, D’IMPUNITE, VOIRE DE RECOMPENSES QUI NOUS ONT AMENES DANS LE PETRIN ACTUEL…

  2. Le COREN a deux membres au gouvernement actuel, qu’est ce qu’il cherche. IL ne peut pas être exécutif et société civile. L’erreur a été de faire partie du gouvernement, comme quoi, il faut savoir ce qu’on veut. Qu’il rende d’abord compte de toutes les aides reçues en nature et en espéce.

  3. Vous savez, c’est la multitude des touré et l’absence au moins d’un maïga qui mettent en colère noire le président du coren. Je pense qu’il est temps de se ressaisir et de voir la réalité en acceptant que seule la création d’une république fédérale pourra nous sauver. Il faut que les communautés comme la façon de le manifester du coren, prennent en main le développement de leurs localités. Il faut créer 24 Etats et un District. N’ayons pas peur, rentrons de l’espérance.

  4. Le coren n’a toujours pas compris qu’au Mali, les décisions ne sont pas prises selon son humeur à lui. Hier, il(le coren) était monté au créneau pour critiquer par voie de presse un gouvernement qui avait été mis en place et dont aucun membre n’était sonrahï. Aujourd’hui,il demande une commission dialogue et réconciliation à son image. Le coren doit comprendre une fois pour toute, que la cdr concerne tout le le pays, pas seulement le nord et ses réssortissants. Nous avons tous perdus quelque chose ou un être qui nous est cher. LE MALI AVANT LE COREN ET LE MALI APRES LE COREN.

  5. dincounda et le gouvernement nauseros pas negocier avec les groupes armees comme le mnla mujao et ansar dne pas questions, apres gagner la guerre avec beacoup de perte humaine et des soldats maliens tchadiens francais togolais tout ses hommes tomber pour une seul cause remettre le mali sont integriter eyt se debarrasser des bandits armer. aujourdhui que la comuneautee international nous ont liberer le gouvernement de la transition n’auserons faire aucune reconciliation.aussi je suis avec le coren il faut bien revoir cette comission et inpliquer les nordistes en plein. celui qui auseras signer une autonomie pour kidal ou celui qui negocieras avec les groupes armee arons affaire aux maliens.

  6. Le destin du Mali n’est pas lié au Coren, donc le chien aboie et la caravane passe. Nul n’est indispensable à la vie d’une nation. Le Mali se fera avec ou sans eux. Ça se voit que c’est une affaire de personne et non de pays. N’importe quoi.

  7. C’EST SIMPLE: SI DIONCOUNDA ET SA BANDE TRAHIT LE MALI LE PEUPLE MALIEN VA S’OCCUPER DE LUI.

Comments are closed.