Pour complicité avec les rebelles : Menace de boycott des produits français au Mali

12

sofasRéunis lundi lors d’une assemblée générale extraordinaire, les animateurs du Collectif pour la défense de la République ont envisagé trois mesures pour soutenir les autorités dans leurs efforts de libération de la région de Kidal : le boycott des produits des entreprises françaises au Mali, la tenue régulière de sit-in devant les locaux de la Minusma et l’organisation d’une marche nationale ce samedi.

Les recettes des entreprises françaises au Mali pourraient connaître une faible rentabilité dans un très bref délai dans notre pays. La décision a été prise à l’unanimité lors de l’assemblée générale extraordinaire du Collectif pour la défense de la République. Cette mesure concerne toutes les localités où les entreprises françaises sont implantées. Il s’agit pour les administrateurs de dénoncer la mauvaise foi manifestée par la force Serval et la Minusma lors de la visite de 48 h du Premier ministre dans la partie septentrionale de notre pays.

“Ce qui s’est passé à Kidal le week-end dernier nous renvoie au traumatisme de 2012. Le 25 janvier 2012, les troupes du MNLA et leurs alliés jihadistes ont pris le camp militaire d’Aguelhok. Ils ont assassiné froidement, avec de nombreux cas d’égorgement. Un odieux crime qui est resté jusqu’à présent impuni et personne ne pensait que ce genre de tragédie aurait pu se reproduire, même à une échelle moindre, en un laps de temps”, a déploré le porte-parole du Collectif, Mohamed Youssouf Bathily.

En prenant d’assaut le gouvernorat de Kidal samedi, et une trentaine d’otages, après avoir fait de nombreux morts dans les combats, le MNLA, qui se fait passer pour un groupe fréquentable, vient de s’illustrer dans la barbarie la plus méprisable, a fulminé M. Bathily.
“Six officiels et deux civils maliens ont été pris au piège dans le bâtiment administratif et égorgés. Ils signent avec leurs alliés terroristes des crimes inhumains et imprescriptibles. Le scénario était connu d’avance et bien préparé. Lors de sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale, le Premier ministre avait signalé son intention de se rendre à Kidal”, a-t-il martelé. Avant de dire que depuis cette déclaration, les groupes armés terroristes ont commencé à s’agiter et à organiser un plan machiavélique. Ainsi, du 29 avril au 2 mai 2014, le MNLA a organisé à Kidal sa rencontre de concertation interne, avec plusieurs centaines de délégués venus d’un peu partout.

“Quelques jours plus tard, le HCUA organisera, au même endroit, son 2e congrès ordinaire, avec aussi des centaines de délégués. Tout cela en complicité avec les forces amies du Mali. La Minusma et les forces Serval ont laissé librement entrer les fameux ‘délégués’ sans aucune méfiance et qui ne sont d’ailleurs pas ressortis”, a-t-il ajouté.

Et de dire qu’il s’agissait plutôt de combattants venus avec armes et bagages pour attendre la venue du Premier ministre. “C’était donc un plan bien réfléchi et diaboliquement exécuté, car ils savaient que le détachement de militaires maliens présents dans la ville était en nombre insuffisant. Mais la surprise a été la mauvaise foi manifestée par la Minusma. La manière de dénoncer ces crimes odieux en dit long sur leur sentiment de culpabilité. Et la réaction de la France n’a pas été rapide. Lorsque les partisans du MNLA diffusent des photos de civils maliens tués sur les réseaux sociaux, personne n’a condamné l’acte. Ce qui veut dire que la communauté internationale semble avoir un sacré problème avec le bon sens”, a-t-il dénoncé.

Pour dénoncer cette complicité avec les groupes armés du Nord, le Collectif pour la défense de la République va entamer une vaste campagne de boycott des produits des sociétés françaises au Mali.

“L’Etat français met la pression sur nos autorités sans défense, le peuple malien doit mettre la pression économique sur la France en boycottant les prestations de la société Orange-Mali avec l’abandon d’utiliser de tous les SIM Orange et en mettant une croix rouge sur les stations Total jusqu’à la libération totale de Kidal. La souveraineté appartient au peuple. L’unité du pays et sa cohésion ne pourront être réalisées tant que cette situation de zone de non-droit continuera à exister à Kidal. Tant qu’un groupe d’hommes, constitués en bandes armées continueront à bénéficier d’un laisser-faire d’une grande puissance et de négocier d’égal à égal avec un Etat, de tels actes horribles seront monnaie courante”, a souligné le porte-parole.

Et de conclure que ce boycott sera suivi d’une marche nationale le samedi prochain et de sit-in devant les locaux de la Minusma à travers le pays.

Bréhima Sogoba

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

12 COMMENTAIRES

  1. La force d un pays c sa jeunesse au lieu d aller au front vous êtes assis sous les arbres a raconter des bêtise de boycott des produits français dans ce ça il faut boycotte même les dons d’argent et les médicaments la jeunesse maliennes doit se réveiller trop de bla bla il faut des preuves de patriotisme ses facile d aller manifester devant l’ambassade de France ses a kidal que le mali a besoin de sa jeunesse et pas au carrefour des jeunes les combattants de mnla ce sont des jeunes comme vous Mohamed youssouf bathily et sa bande votre place ses au front parle c facile il faut des gestes

  2. Tres bonne initiative – Chacun doit partciper au combat – la part du peuple c’est vraiment des initiatives comme ca- je soutiens tres vivement l’idee. J’ajoute l’arret et interdiction d’operer sur le territoire malien de toutes les societes franciaises jusqu’a liberation total de kidal.
    Nous demondons solennellement a la MINUSMA, SERVAL de quitter notre territoire, puisqu’elles sont inutiles. Nous allons nous battre nous meme. Tchiad en a fait.
    Nous demanderons seulement l’appui de nos freres Tchiadiens si necessaire.
    Le Mali ne doit plus jamais compter sur quelqu’un pour defendre son territoire.
    Vive le Mali de Soudiata Keita, Biton Coulibaly, Samory Toure etc….
    la patrie ou la mort, nous vaincrons.

  3. blanche neige,je ne sais pas ce qui se cache lâchement derrière ce pseudo pour dire des insanités,mais vos propos en disent long sur votre personnalité.Vous ne pouvez être qu’un pauvre clochard dont le cerveau est pourri par l’alcool.

  4. Salut les PANOUS PANOUS !!!!

    Vous allez taquiner le MNLA…. vous en prenez plein la gueule, mais c’est la faute des autres qui n’ont pas voulu nous défendre.
    assumez vos conneries et ne faites pas chier le monde.
    Bomber le torse c’est bien mais en dessous il faut des couilles pour que ça marche !!!!!

    😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

  5. en tant que citoyen du monde je soutient le peuple malien dans sa lutte pour la liberté et l’égalité lorsque l’opération serval a debuté toute l’afrique plus partuculierement le mali voyais la France comme sauveurs aujourdh’ui on sais rendu counte que c’etait une invasion nous somme tous prèt derienne le peuple malien vive le MALI dans une afrique uni et solidaire

  6. Très bonne initiative,

    les dignes fils du pays vous soutiennent…

    dès aujourd’hui, moi personnellement, je n’achète plus de crédit téléphonique Orange…et je ne vais plus à la station total (d’ailleurs ils st plus chers par rapport aux autres opérateurs, quand on compare ce que marque leurs compteurs et ceux des autres)…

  7. Absence d’État et désarroi d’un peuple

    Samedi dernier le premier ministre malien Moussa Mara comptant naïvement sur des forces étrangères présentes au nord du Mali dans le cadre de la Minusma, s’est rendu à Kidal alors que les préalables de sa propre sécurité et de celle de sa délégation n’étaient pas réunis.

    S’étant affaibli tout seul en mentant devant les députés sur l’achat inutile et inopportun d’un avion présidentiel, il a voulu joué un coup politique pour raviver la fibre patriotique des maliens sur l’affaire de Kidal mais Mara a ignoré totalement les B.A-BA de la sécurité publique.

    “On a été surpris” a-t-il dit à Gao de retour de Kidal, avec un air bonasse.

    En effet, la région de Kidal est truffée de bandits armés qui collaborent étroitement avec ceux que le Mali appelle des “partenaires” (les soldats français de Serval et onusiens de la Minusma).

    Ceux-ci n’ont jamais caché depuis janvier 2013 leur traitement de faveur à un groupe armé indépendantiste devenu autonomiste qui s’appelle le Mnla et qui est fortement implanté en Europe.

    Ces “partenaires” du Mali, se basent sur une vision ethnique et culturelle du Mali basée sur la couleur de peau pour justifier ce traitement de faveur qu’ils veulent coûte que coûte accorder aux touareg et aux arabes maliens au nord du Mali.

    “Kidal fief des touareg” revient constamment dans le discours des politiques, des médias et des militaires français sur le Mali alors que le président Hollande avait justifié l’intervention militaire de l’armée française au Mali en janvier 2013 comme étant une opération devant “aider un pays ami à recouvrer son intégrité territoriale”.

    Ce Mali qui est présenté comme le seul succès de la politique extérieure voire de la politique tout court du régime de François Hollande est en réalité un chaudron aujourd’hui aussi brûlant qu’en janvier 2012.

    La seule différence entre 2014 et 2012 c’est que des troupes étrangères sont présentes et sont témoins de l’impuissance actuelle de l’état malien comme c’était d’ailleurs le cas du temps d’ATT en 2012.
    Sinon les bandits armés sont tout aussi lourdement armés et sont tout aussi libres de leurs mouvements qu’il y a 2 ans.

    Dans ces conditions seule une armée malienne forte et combattante peut aider le Mali à s’en sortir sinon il court directement vers une autonomie de ces régions nord ou tout au moins de celle de Kidal.

    Les images de l’arrivée de la trentaine de personnel administratif de Kidal à Bamako Senou et les assassinats lâches et hautement symboliques des préfets des différents cercles de la région de Kidal est la pire manifestation de l’impuissance de l’État malien et une cuisante défaite d’IBK semblable à Waterloo.

    Alors que ces groupes armés qui défont régulièrement nos forces armées à Kidal ont été battu à quatre reprises par le Mujao (dont les combattants sont constitués de quelques centaines de bergers) à Gao, Ansongo, Menaka et El Halil entre juin 2012 et janvier 2013 au point qu’ils s’étaient réfugiés au Burkina Faso et en Mauritanie.

    On se pose la question pourquoi un État malien avec plus de 175 milliards de FCFA annuels de budget de défense est incapable de mettre sur pied une armée de combat pour se défendre et défendre son intégrité territoriale après deux ans de crise?

    On n’a tous compris le laxisme et la naïveté du régime ATT dans la gestion de la crise du nord et dans sa gestion de l’armée malienne.

    Mais après l’humiliation de 2012 et 2013 nous ne comprenons pas le passivité et le suivisme du régime IBK dans sa gestion du nord et de l’armée malienne alors qu’il a bénéficié de la confiance de 77% de l’électorat malien pour rendre au Mali son “honneur”.

    Nous avions tous compris après 2012 que notre armée malienne avait besoin d’une restructuration complète et urgente (recrutement, formation, équipement, commandement, gestion des carrières, avancement en grade, logistique, renseignement, stratégie, conditions de vie et de travail de nos troupes au front, etc).

    Mais après deux ans et surtout autant d’aides étrangères, nous n’avons pas compris pourquoi cela ne s’est pas fait ni sous Dioncounda ni sous IBK.

    Nous avons vu un Dioncounda se cacher derrière une bande de soldatesque de Kati qui s’autoproclamait soldats de la “restructuration”de l’État et “reformateurs” de l’armée, alors qu’elle s’est avérée être une jouisseuse assassine championne du monde des charniers qu’autre chose.

    Nous avons vu un IBK et son Boubeye se cacher derrière des missions de formation militaire de l’union européenne, tout en se hissant en destructeurs attitrés de missiles défectueuses de l’armée sans jamais changer en profondeur cette armée et le transformer en armée de combat.

    En même temps, on a vu, la promotion éhontée de la famille et belles familles IBK et son goût inconsidéré et indécent pour le luxe clinquant et les dépenses inutiles au sommet de notre État.

    Depuis septembre 2013, l’État malien ne s’est donc pas intéressé à l’essentiel c’est à dire se doter d’une armée de combat pour l’affirmation de sa souveraineté perdue.

    IBK et son régime ont privilégié des voyages et des communications tape à l’œil au détriment du renforcement de l’État malien et de ses moyens de défense.

    Alors qu’en même tant nos ennemis continuent de se renforcer au nord et étoffent leurs liens diplomatiques et militaires dans le monde.

    Quand l’ennemi se renforce il faut que nous nous renforçions aussi.

    Mais ni IBK ni Boubeye ni Sada Samaké ni Mara n’ont pas compris cela.

    Ils ont choisi de compter sur les autres forces étrangères au Mali et se sont fier aux beaux discours des étrangers à travers leurs interminables voyages inutiles dans le monde.

    Ils ont oublié nos soldats et leurs conditions de travail et de vie.

    Le chef d’état major des armées d’IBK, en tournée au nord, a même craché au visage de nos troupes que l’une de leurs primes allait disparaître.

    Cela n’est pas rassurant et cela ne rassure pas nos soldats déjà dans des conditions précaires qui affrontent l’ennemi avec des moyens limités.

    Il fallait corriger cela et renforcer nos troupes à Kidal et rendre la sécurité optimale en leur mettant dans les conditions idoines et en alerte maximale avant de s’y rendre.

    Mais Moussa Mara et Boubeye ne l’ont pas fait.

    Ils ont préféré le tape à l’œil à Kidal ils ont eu le tape à la tête et c’est le Mali entier qui est humilié en voyant ces administrateurs revenir de l’enfer de Kidal sur le tarmac de l’aéroport de Bamako Sénou.

    J’espère très sincèrement que nos autorités tireront les leçons de cette épisode malheureuse de cette crise et commenceront vraiment à mettre sur place une vraie armée de combat au lieu de se blottir contre des négociations et des dialogues politiques dont tout le monde sait qu’ils ne mèneront à rien dans cette crise sauf à humilier davantage le Mali.

    Wa salam!

  8. quand je pense à ses porcs de négros qui chiaient encore dans leurs pantalons il y a moins d’un (pour ceux qui en portent un) parce qu’ils avaient peur de se faire découper en rondelles par les barbus et que des soldats français sont morts pour eux ,on peut penser que le mot reconnaissance n’existe pas dans le vocabulaire bambara 👿 👿 👿 👿 👿 si seulement Hollande avait des couilles et par mesure de rétorsion renvoit au Mali tous les crève misère qui vivent à nos crochets ,çà vous permettrait de vous empoisonner avec les produits de vos amis chinois :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    • euh … par produits chinois vous entendez les obus et roquettes de fabrication chinoise trouvées par Serval lors de l’opération Gustav ?

      Ou les milliers d’armes qui nourrissent tous les conflits Africains ?

      😀

      Bon, faut reconnaitre a l’heure actuelle ils ont des problèmes avec les adresses de livraison

Comments are closed.