Confusion ou Manœuvre dilatoire : Après la Guinée, les adeptes de Chérif Ousmane Madani Haïdara victimes de persécution au Congo

13 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Depuis l’éclatement de la crise du nord marquée par la présence de terroristes et des narcotrafiquants, les adeptes de l’association Ançar Dine internationale de Chérif Ousmane Madani Haïdara font l’objet de persécutions dans certains pays africains. Ils sont accusés à tort  par des personnes malintentionnées d’appartenir au réseau criminel d’Iyad Ag Ghali et sa clique de bandits armés.  Certains membres de l’association vivant à Pointe Noire au Congo ont au lendemain de la célébration du maouloud été arrêtés et écroués.

En prélude à la fête du Maouloud, l’association Ançar Dine a introduit une demande d’autorisation auprès de la mairie de Pointe  Noire pour célébrer la naissance du prophète  Mohamed (psl). Comme elle a l’habitude de le faire depuis des lustres au Congo.  La demande fut acceptée par l’édile de la ville  puis légalisée par le commissariat de police. Lors de la soirée marquant le maouloud, un détachement de la police a même été envoyé par les autorités  sur le site pour encadrer les organisateurs et les milliers de fidèles  ayant fait le déplacement. Tout s’est très bien déroulé.

Le lendemain, les membres d’une secte religieuse  sont allés informer les autorités  que l’association Ançar Dine présente au Congo est une filiale de celle dirigée au Mali par le renégat Iyad Ag Ghaly. Et que si celles-ci ne prenaient garde, le pays risquerait de connaitre les mêmes problèmes que le Mali.  Une véritable calomnie montée de toute pièce  à laquelle les autorités n’ont pas manqué d’accorder la plus grande attention. Les forces de sécurité sans prendre le temps nécessaire qu’il faut pour tirer le bon grain de l’ivraie  ont interpellé les membres de l’association Ançar Dine.

Une situation qui n’a pas manqué de susciter l’ire de beaucoup de personnes éprises de justice qui ont dénoncé avec la dernière rigueur les circonstances de cette arrestation.  Le guide spirituel Chérif Ousmane Madani Haïdara aussitôt  informé  de ce  préjudice   a alerté les plus hautes autorités maliennes afin qu’elles puissent intervenir rapidement.  Deux constats se dégagent : tout d’abord, l’association Ançar Dine de Chérif Ousmane Madani Haïdara existe au Congo depuis plus de deux décennies. Ses responsables sont connus pour leur loyauté et leur  intégrité.   L’association mène des actions citoyennes et des actions de bienfaisance. A aucun moment, elle n’a posé un acte de nature à compromettre la cohésion sociale.  Mieux, ce sont les autorités de la ville qui l’ont autorisé à célébrer le maouloud en sachant bien que c’est une association légale et légitime qui n’a rien en commun avec l’organisation fantoche créée par les bandits du nord Mali. En agissant de la sorte, les autorités congolaises ne font que rendre service aux détracteurs de cette organisation religieuse laïque et pacifique.

Auparavant, ce sont cinq disciples de Chérif Ousmane Madani Haïdara qui avaient été arrêtés,  il y a de cela quelques mois, par les autorités guinéennes.  Il a fallu l’intervention de leurs homologues maliens pour qu’ils recouvrent la liberté. Cependant, en dépit des assurances données sur l’identité de ces personnes,  elles ont été reconduites manu militari sous escorte policière jusqu’à la frontière malienne.

C’est dire donc que depuis l’arrivée des bandits armés dans notre pays, les partisans de Chérif Ousmane Madani Haïdara, font l’objet de persécutions.  La volonté affichée par les bandits armés du nord Mali et de leurs complices du sud  était de nuire à Chérif Ousmane Madani Haïdara en s’emparant du nom d’Ançar Dine, l’association que ses adeptes ont créés entre 1990 et 1991. Cette association se veut avant tout défenseur d’un islam authentique dénué du fondamentalisme religieux et de l’extrémisme.  Décidément, tout le contraire de ce que prétendent instaurer les terroristes et narcotrafiquants qui occupent le nord de notre pays.

Abdoulaye DIARRA

 

SOURCE:  du   29 jan 2013.    

13 Réactions à Confusion ou Manœuvre dilatoire : Après la Guinée, les adeptes de Chérif Ousmane Madani Haïdara victimes de persécution au Congo

  1. Mopti Opti

    Il n’a qu’ changer le nom de sa secte et ne pas l’appeler asardine; on n’a bien fait d’emprisoner les membres de sa secte. Je serai surpris si Haidara ne connait pas ag ghali. Il fallait qu’on arrete HAIDARA, on le juge et on le condamne a’ 35 ans de prison pour association des malfaiteurs et accointance avec ag ghali

  2. Ibou Keita

    (1) M. Haïdara n’a qu’à changer le nom de sa secte, cela évitera les confusions avec l’autre Ansar Dine
    (2) Plus généralement, l’interférence du religieux dans les affaires publiques ne peut avoir pour le Mali que des conséquences néfastes ; finalement, la religion risque de ne servir qu’à accéder au pouvoir politique et aux prébendes qui vont avec.
    (3) les religieux doivent donc rester dans les mosquées (ou les églises / temples), y faire tranquillement leurs dévotions, et ne pas se mêler de la chose publique.