Créée suite à la longue occupation des régions du nord par les jihadiste : Les jeunes patrouilleurs de Gao présentent le bilan de leurs activités

2
Le président de la brigade de vigilance, Sidi Cissé (c) lors de la conférence de presse
Le président de la brigade de vigilance, Sidi Cissé (c) lors de la conférence de presse

Créée suite à la longue occupation des régions du nord par les jihadistes qui ont fait subir aux populations résidentes d’énormes exactions, la brigade de vigilance connue sous l’appellation  des jeunes patrouilleurs de Gao, vient de souffler sa 1èrebougie. Pour commémorer l’évènement, ses membres ont animé le samedi 13 avril à la maison de la presse, une conférence pour présenter le bilan des activités menées.

Quatre avril 2012-quatre avril 2013, voilà un an déjà que le mouvement “  les jeunes patrouilleurs de Gao ” ou brigade de vigilance ou encore mouvement des jeunes résistants à la crise du nord, a été créé.  Cela, en protestation contre les agissements des occupants qui se cachent derrière la religion pour faire subir aux paisibles populations, des exactions. En leur confisquant du coup, leurs droits.  De sa création jusqu’à maintenant, la brigade de vigilance a mené plusieurs activités. Des actes à la fois louables et salutaires, qui ont couté la vie à certains d’entre eux. Il s’agit entre autres de l’organisation des marches de protestation, l’entretien de l’hôpital régional et des grandes artères de la ville, l’organisation d’un match de football malgré l’interdiction imposée par les envahisseurs, la saisie des véhicules et munitions des jihadistes, à la suite de la reconquête de la zone etc.

Aux dires du président de la brigade de vigilance, Sidi Cissé, la première marche ayant eu lieu le 14 mai 2012, a été organisée suite à l’agression de certains jeunes de la région et à la  destruction de leurs matériels de jeu par des éléments armés.

Après consultation et analyse de la situation, les jeunes ont décidé de faire une marche de protestation pour manifester leur mécontentement. Cette marche, dit-il, a pris le départ à la coopérative de Gadeye pour se terminer au gouvernorat de la région qui servait de QG au MNLA. ” Arrivés là, les hommes du MNLA n’ont pas hésité à ouvrir le feu sur les jeunes qui n’étaient pourtant munis d’aucune arme, faisant du coup, plusieurs blessés et des arrestations  parmi eux” a-t-il ajouté. Selon toujours M.Cissé, la deuxième marche de la brigade de vigilance a eu lieu suite à l’assassinat du conseiller municipal en la personne d’Idrissa Maïga par des éléments du MNLA.  Selon le président des jeunes patrouilleurs, l’assassinat de cet homme qui était également un conseiller spirituel des patrouilleurs, a fait révolter une fois de plus la jeunesse qui réclamait que justice soit faite. Suite au refus catégorique du MNLA de leur rendre les coupables, les jeunes ont une fois de plus manifesté le bilan fut très lourd. En plus  de faire des blessés par balle, cette marche a couté la vie à 3 jeunes patrouilleurs.

Pour sa part, le porte parole de la brigade, Hamil B.Touré, a déploré le manque de reconnaissance de l’Etat malien à l’endroit de leur mouvement qui, en l’absence de toute autorité, a maintes fois bravé le danger en tenant tête aux occupants pour protéger les populations en combattant l’injustice.

La brigade de vigilance, selon toujours son président, envisage de s’ériger en association avec comme objectifs principaux, d’assurer la protection des jeunes et de leurs biens, d’aider l’armée dans sa mission de reconquête et lutter pour leur insertion socioprofessionnelle.

Ramata S KEITA

Stagiaire

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. ils sont à encourager certe, mais ils sont de gao et c’est leur ville qu’ils ont defendus. bravo à eux. ils sont peut etre la releve politique de gao mais qu’ils restent les pieds sur terre. A bon entendeur salut!

    • Gao n’appartient pas seulement a la jeunesse de Gao,il appartient a la jeunesse du Mali donc ces jeunes ont fait oeuvre nationale qui merite un encouragement au plus haut niveau. Et ceux ayant perdus la vie doivent etre considerer comme des martyrs.

Comments are closed.