Crise du nord : Cri du cœur d’un compatriote

0
0

o    « Je suis de Léré et actuellement je suis en formation en France. Depuis les événements survenus à Léré, mes parents sont coincés dans leur village car n’ayant aucun autre lieu où aller(car fondateurs du village) et sans aide, ni appui. Pendant toute la durée du siège des rebelles, je ne pouvais pas les joindre à travers le réseau téléphonique du village de DIANKE. Depuis hier 08 février 2012, les bandits armés ont coupé les deux réseaux de ce village, isolant d’avantage les populations de Léré. Ne croyez vous pas que la guerre psychologique a plus d’impact que celle des obus? De la prise de Léré à hier matin, aucune autorité, aucune aide, aucun organisme (CICR, HCR) n’est venu au secours de ces populations. Quand les bandits disent qu’ils ne touchent pas aux civils, le fait de ne pas savoir dans quel état se trouve nos parents: s’ils ont mangé ou pas?, s’ils vont bien ou pas? n’est il pas pire qu’une mort certaine par les balles d’une kalache. Donc dites aux autorités de prendre leurs responsabilités. Je fini par ceci: « le bon Dieu dit dans le saint coran qu’il ne pardonnera jamais à un dirigeant qui a abandonné son peuple par le seul fait de son orgueil et de son égoïsme. Merci ! »

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.