Crise malienne : La France “restera engagĂ©e” dans la lutte antiterroriste au Mali

0
Le président IBK et François Hollande
Le président IBK et François Hollande

La France “restera engagĂ©e” dans la lutte antiterroriste selon Hollande. Paris, 27 juillet 2016. Photo : ElysĂ©e

Le prĂ©sident français François Hollande a assurĂ© mercredi Ă  son homologue malien Ibrahim Boubacar KeĂŻta reçu Ă  Paris que “la France resterait engagĂ©e aux cĂ´tĂ©s du Mali dans sa lutte contre le terrorisme”.

“François Hollande a confirmĂ© que la France resterait engagĂ©e aux cĂ´tĂ©s du Mali dans sa lutte contre le terrorisme et dans le rĂ©tablissement de sa souverainetĂ© sur l’ensemble de son territoire”, indique un communiquĂ© de l’ElysĂ©e.

Le chef de l’Etat a “saluĂ© les progrès effectuĂ©s dans l’application de l’accord pour la paix et la rĂ©conciliation au Mali tout en rappelant la disponibilitĂ© de la France Ă  poursuivre son soutien pour parvenir Ă  sa mise en Ĺ“uvre dans toutes ses dimensions”.

François Hollande a “rappelĂ© le rĂ´le de la France pour obtenir un mandat et des moyens renforcĂ©s pour la Mission multidimensionnelle des Nations Unies pour la stabilisation au Mali, conformĂ©ment aux souhaits exprimĂ©s par les autoritĂ©s maliennes”, a aussi annoncĂ© l’ElysĂ©e.

Lors de cet entretien, le prĂ©sident Hollande a en outre confirmĂ© les “engagements de la France pris en octobre 2015 en faveur du dĂ©veloppement Ă©conomique et social du Mali”.

L’Ă©tat d’urgence, qui avait expirĂ© le 15 juillet au Mali, a Ă©tĂ© rĂ©instaurĂ© moins d’une semaine plus tard en raison d’une attaque fatale Ă  17 soldats Ă  Nampala (centre), le gouvernement estimant que la “menace terroriste” persistait sur le pays.

Des combats ont aussi opposĂ© Ă  Kidal (nord) un groupe pro-gouvernemental et l’ex-rĂ©bellion, marquant un regain de violences dans ce pays instable.

Ces attaques sont les dernières d’une sĂ©rie de violences contre les forces de sĂ©curitĂ© au Mali -maliennes, de la Minusma comme de la France- depuis le dĂ©clenchement, en janvier 2013, d’une intervention militaire contre des groupes jihadistes, qui se poursuit actuellement.

 La rédaction

PARTAGER