Discussions vendredi au Burkina entre Bamako et groupes touareg

12
Unification des mouvements du nord-Mali: Les concertations se poursuivent à Ouaga Mercredi 29 mai 2013
Unification des mouvements du nord-Mali: Les concertations se poursuivent à Ouaga
Mercredi 29 mai 2013

Les autorités maliennes et les groupes armés touareg occupant Kidal (nord-est) se retrouvent vendredi à Ouagadougou pour des négociations sous l’égide de la médiation burkinabè, malgré les derniers combats, a-t-on appris mercredi de source proche de la médiation.

« Le calendrier de la médiation n’a pas changé, ça commence vendredi », a déclaré à l’AFP cette source.

Le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne pour l’Afrique de l’Ouest, « va rencontrer les différentes parties et par la suite il y aura les pourparlers directs », a-t-elle précisé.

Les discussions, lancées par la médiation le 27 mai, sont censées aboutir à un accord sur Kidal, où les groupes touareg refusent le retour de l’armée malienne, afin de permettre la tenue de la présidentielle prévue le 28 juillet dans tout le Mali.

 

 

Tiébilé Dramé, émissaire de Bamako pour le nord du Mali, et la délégation conjointe du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), groupes armés touareg occupant Kidal, doivent participer aux négociations.

Selon des acteurs de ces discussions, l’objectif est de trouver un compromis d’ici le lundi 10 juin.

A l’occasion de rencontres avec les deux camps lundi dans la capitale burkinabè, la médiation et la communauté internationale ont exhorté chacun « à s’abstenir de tout acte ou propos pouvant mettre à mal le processus de paix », a rappelé la source proche de la médiation.

Des combats meurtriers ont opposé mercredi le MNLA à l’armée malienne à Anefis, à une centaine de kilomètres au sud de Kidal, que l’armée malienne ambitionne de reprendre.

 

PARTAGER

12 COMMENTAIRES

  1. Il faut contunuer sur kidal.
    Il faut eliminer ses terroristes touaregs sinon c’est l’existence même du MALI qui est ménacé.
    La meilleure arme reste un peuple uni.
    100% des Maliens derrière l’armée.

  2. On a commencé quelque chose et il faut qu’on l’achève avant d’aller à l’ombre pour une discussion ou un dialogue!!
    Laissz l’armée entrer à Kidal, prendre possession de la ville. Alors on verra ce qu’il faudra faire avec le résidus de MNLA!

  3. D’accord avec vous tous, aucune discussion n’est envisageable maintenant. L’armée n’est pas en route vers Kidal pour une mission humanitaire. Il faut éradiquer le mnla et on verra après ce que nous allons faire du reste des braillards.

  4. Voici des nomades eparpillees sur des milliers de km2,minoritaires parmi les ethnies du Mali,qui se disent blancs , Comme ils ont l’esprit clanique,veulent creer un Etat raciste au bon milieu du XXIeme siècle,en procedant a l’epuration basee sur la couleur de la peau.En foulant aux pieds tous les principes des Nations Unies et les ideaux des Communautes humaines,ils tiennent malgre tout a obtenir l’appui de l’ONU et de la Communaute Internationale pour faire aboutir leurs revendications retrogrades et racistes.Et l’on s’assoit sur une table de negociations avec de tels bandits!Des mecreants qui ont egorge,eventre et tire a bout portant sur des soldats embusques et desarmes.Ils ont transforme des paisibles populations touaregs en voisins haineux,informateurs perfides qui semaient la mort parmi les innocents Ils s’etonnent apres qu’en temps de guerre,ces collabos soient punis.L’armee Malienne est accusee par ces anges bleus.Ces egorgeurs filmes avec des sabres sanglants nient leur crime

  5. COMMUNIQUÉ

    LE MOUVEMENT NATIONAL DE LIBÉRATION DE L’AZAWAD (MNLA) & LE HAUT CONSEIL POUR L’UNITÉ DE L’AZAWAD (HCUA)

    DECLARENT :

    Le MNLA et le HCUA prennent à témoin la médiation, la France et l’ensemble de la communauté internationale face à l’agression délibérément perpétrée par l’armée malienne et ses milices contre leurs positions militaires, ce jour 05 juin 2013, au moment précis où la médiation met la dernière main au démarrage des négociations prévu pour le 07 juin 2013.

    Cet acte d’agression délibéré confirme une nouvelle fois que l’État malien de transition n’est ni pour la paix, ni pour des élections légitimes. Il confirme également que la junte militaire de Bamako n’accorde aucune importance aux efforts de la communauté internationale en faveur d’un règlement négocié à un conflit qui dure depuis plus de 50 ans.

    Le MNLA et le HCUA, ont pour leur part apporté toutes les preuves de leur volonté à mettre fin au conflit qui oppose l’Azawad au Mali et rappellent les deux plus importantes concessions faites jusque-là :

    1) Conformément aux exigences de la communauté internationale, nous avons accepté de surseoir à notre objectif d’indépendance et nous avons reconnu l’intégrité territoriale du Mali, au risque de diviser gravement le peuple azawadien au vu des sacrifices consenti et de la nécessité vitale pour le peuple azawadien à être libéré d’un Etat génocidaire qui pratique l’épuration ethnique depuis plus de 50 ans.

    2) Conformément aux souhaits de la communauté internationale, nous avons acceptés le principe de la tenue d’élections présidentielles dans l’Azawad, alors-même que l’armée malienne poursuit quotidiennement ses crimes sur les populations civiles de l’Azawad, et ce au vu et au su de toutes les parties engagées dans le processus de préparation des élections et des négociations avec le Mali.

    Cependant, au vu de la flagrante disparité des droits et des devoirs accordées aux uns, au détriment des autres, le MNLA et le HCUA informent la France et la communauté internationale qu’ils ne sont plus tenus de respecter le cessez-le-feu proclamé par le MNLA.

    Le cessez-le feu ayant été violé par les troupes maliennes aujourd’hui à Anefis, le MNLA et le HCUA se réservent le droit de se défendre contre une armée ethnocidaire assistée par des milices ethniques parfaitement connues et identifiées. Les instances militaires de l’Azawad se considèrent désormais en état de légitime défense et engageront les actions militaires nécessaires pour refouler l’armée malienne au-delà des positions qu’elle a réoccupées à la faveur de l’opération Serval.

    Par ailleurs, c’est avec grand regret que le MNLA et le HCUA constatent que la France, informée de l’épuration ethnique menée par l’armée malienne et ses milices, vient de condamner officiellement la simple arrestation des militaires maliens qui se sont infiltrés à Kidal en vue d’y préparer la prise de Kidal, alors-même qu’elle s’est abstenue d’élever la moindre protestation contre le massacre quotidien, et maintes fois prouvé, des civils touaregs et maures notamment à Sevaré, Diabaly, Konna, Léré, Gossi, Tombouctou dans le sillage même de l’opération Serval.

    C’est encore avec grand regrets que le MNLA et le HCUA constatent que,

    – pendant que le MNLA et le HCUA tentent malgré tout de se maintenir disponibles aux négociations afin de mettre fin au calvaire que vivent les populations civiles de l’Azawad depuis 50 ans,

    – pendant que l’armée malienne poursuit impunément son épuration ethnique sans que cela n’ait, à aucun moment, fait l’objet d’une condamnation officielle de la communauté internationale, à l’exception des Organisation de défense des droits de l’Homme (Amnesty et Human Rights Watch) qui ont effectivement établi le constat macabre des crimes commis par l’armée malienne,

    – pendant que l’armée malienne, obnubilée par « kidal », viole le cessez-le-feu et attaque à l’arme lourde une ville sans tenir compte des habitations et des populations civiles,

    La France demande par la voix de son porte-parole au ministère des affaires étrangères au MNLA et au HCUA de déposer les armes et de poursuivre les négociations.

    Le MNLA et le HCUA informent l’ensemble des parties engagées dans la crise multidimensionnelle que traverse le Mali et l’Azawad, que ni le MNLA, ni le HCUA ne déposeront les armes avant le règlement définitif du statut de l’Azawad et se réservent le droit de riposter aux agressions de l’armée malienne et de ses milices.

    En revanche, le MNLA et le HCUA maintiennent leurs engagements auprès de la communauté internationale et restent disposés aux négociations politiques dans l’objectif de trouver une solution négociée qui soit pérenne, juste et équitable.

    Fait à Ouagadougou, le 05 juin 2013

      • Hi bro Lynx22, ca fait vieux. Vraiment tres heureux de te revoir sur le forum. Tu etais en reflexion avec des yeux et oreilles de lynx ou quoi? Ou en meditation 😆 😆 😆 . Je content de te revoir. Bref, je pense l’armee doi aller jusqu’au bout cette fois ici jusqu’a kidalavant le 10juin et laissez la politique et la diplomatie faire leur boulot dans les salons climatises. Point a la ligne.

  6. MON MESSAGE POUR LE MNLA:

    1) DEPOSEZ LES ARMES.
    2) ON NE PREND PAS JAMAIS DES ARMES CONTRE SON PROPRE PAYS POUR DES REVENDICATIONS POLITIQUES.
    3) VOUS ETES MALIEN ET LE MALI VOUS APPARTIENT AUSSI CAR LE MALI C’EST VOTRE PAYS.
    4) SOYEZ FIERS DE VOTRE PAYS

    MON MESSAGE FINAL* (LE PLUS IMPORTANT) POUR LE MNLA:

    NE VOUS DEMANDEZ PAS QU’EST CE QUE LE MALI A FAIT POUR VOUS? MAIS DEMANDEZ VOUS QU’EST CE QUE VOUS AVEZ FAIT POUR LE MALI?

    *COURTESY OF JFK.

  7. Maintenant qu’il sente la fin venir ceux qui prétendaient mourir jusqu’au dernier son pressés de négocier.
    De toutes façons, il n’y a plus rien à négocier.
    Seul ceux qui ont déposés les armes peuvent négocier.
    Le groupe armée MNLA a quitté Kidal caché dans les montagnes en direction de l’Algérie.
    Il ne reste que le vieux Intalla avec son nouveau HCUA.

    Date butoir de fin des négociations le 10 juin donc dans 4 jours.
    Le 11 l’armée doit être à Kidal.

  8. personne ne bouge be Bamako,pour ce negociation inutil à ouaga,MNLA est tombe dans sa propre piège par ses multiples provocation.

  9. Négocier ?? 🙄 🙄 Plutôt foncer sur Kidal et les y chasser comme les chiens qu’ils sont.
    La seule chose qui reste a négocier c’est balle dans la tete ou balle dans le coeur ou a défaut retour en Libye ou prison au Mali !!! 😆 😆

Comments are closed.