Face au projet de partition du Mali présenté par les séparatistes aux pourparlers d’Alger : Les Maliens ont manifesté hier contre toute idée de fédéralisme, d’autonomie ou de statut particulier des régions nord du Mali

1

Face au projet de partition du Mali présenté par  les séparatistes aux pourparlers d'Alger Pour réaffirmer avec force le caractère un et indivisible, la société civile malienne avec à sa tête le groupement des leaders religieux du Mali du très influent Ousmane Chérif Madani Haïdara, guide spirituel de Ançardine internationale a organisé, hier après-midi, une grande marche de protestation contre toute idée d’autonomie, de fédéralisme, d’indépendance ou de statut particulier des régions nord du pays.

 

Ils étaient des milliers personnes, toutes sensibilités confondues, à participer à cette grande manifestation qui a pris le départ à la Place de la liberté, aux environs de 16 heures, et a pris fin au Monument de l’Indépendance.

 

 

Tout au long de l’itinéraire, les manifestants ont scandé des slogans tels que: “Pas de statut particulier au Nord “, ” pas d’autonomie, ni fédéralisme, le Mali est un et indivisible “, ” non à la partition du Mali “, ” vive le Mali un et indivisible “. Sur place (au Monument de l’Indépendance), les marcheurs ont été accueillis par une kyrielle de personnalités. On pouvait remarquer la présence de membres du gouvernement comme le ministre de la Justice, des droits de l’homme, garde des Sceaux, Mohamed Ali Bathily et celui des affaires religieuses et du culte, Thierno Amadou Omar Hass Diallo. Plusieurs députés y ont aussi pris part pour dire non à toute idée de partition du Mali. Les membres des différents cabinets ministériels ne sont pas restés en marge de cet évènement. Premier à prendre la parole, le président de la Coordination nationale de la société civile malienne, Ibrahim Allaye Touré, s’est dit conscient que le Mali est une nation millénaire unie dans sa diversité et riche de son brassage démographique, de sa culture et de son patrimoine reconnu à l’échelle mondiale. Il s’est dit également conscient des risques et des enjeux nationaux, régionaux et internationaux de la crise malienne et de ses répercussions sur la sécurité et la paix dans la sous-région. Aussi a-t-il tenu à exprimer l’engagement du peuple malien à œuvrer pour la paix et celui de la communauté internationale à travers les différentes résolutions pour la sauvegarde de l’intégrité territoriale, de la laïcité et de la forme républicaine de l’État du Mali. Il a réaffirmé l’engagement de la société malienne dans toutes ses composantes à veiller et à rester fidèle à la devise du Mali : ” un peuple, un but, une foi“.

 

 

Lui succédant au micro, le garde des Sceaux a rendu un vibrant hommage aux initiateurs de cette manifestation contre un complot de partition de notre pays. Un plan de partition du Mali est en cours avec le MNLA et ses soutiens occidentaux. Ces puissants continuent toujours de les soutenir à Alger. Selon lui, l’idée de fédéralisme est un piège dans lequel le peuple malien ne doit pas tomber. Car, dit-il, si le mouvement séparatiste obtient le fédéralisme aujourd’hui, demain, avec le soutien de ses complices, il aura l’indépendance.

À sa suite, le président du Haut conseil islamique, Mahamoud Dicko, a remercié les organisateurs de cette marche. Il a appelé les Maliens à l’union sacrée pour faire échec à tout projet de division du Mali. Il a également insisté sur la cohésion entre tous les fils du Mali pour que les vœux de voir un Mali réunifié soit une réalité.

 

 

Quant à Ousmane Chérif Madani Haïdara, il a déclaré que cette manifestation est une petite partie de l’iceberg. Il a précisé que tout bon croyant doit aimer le Mali. À ses dires, une commission, composée de toutes les organisations de la société civile, est en réflexion sur un mémorandum sur la sortie de crise qui sera remis au président de la République.

 

            Boubacar PAITAO  

PARTAGER

1 commentaire

  1. Nous sommes a un moment critique de l’histoire du pays.Nous sommes contraints devant l’Histoire de construire les moyens de notre victoire sur nos ennemis avec l’appui de nos Allies indefectibles,ceux qui ne nous ont jamais trahis,avec lesquels nous pouvons signer un pacte durable pour sortir notre pays de la domination et de l’humiliation. Nos gouvernants doivent etre resolus a tenir tete a tout complot visant a diviser le Mali pour servir les interets etrangers sordides contre toute justice etablie.Quelle que soit la gravite de notre decision, notre determination sera mesuree d’abord par un jugement d’appreciation juste porte sur les pays qui supportent les rebelles.Nous devrions etre convaincus que personne ne peut servir a la fois Satan et le Createur.On ne pactise pas avec l’ami de ses ennemis.Tu seras trahi ou tu te trahiras toi-meme.Le Mali a defini sa position.Il a indique jusqu’ou les institutions d’un Etat unitaire peuvent assumer de maniere a affermir la coherence de l’Etat au lieu de l’affaiblir.Au dela de cela,nous sommes sur un terrain glissant ou l’Etat ne doit pas s’engager.En second lieu,notre determination doit nous emmener a obtenir l’assistance sincere de nos vrais Allies.Cette assistance doit re-pondre aux besoins du moment.Quand l’existence de la France etait menacee en 1939,les Allies ont accouru pour chasser les nazistes.Apres la victoire ,le plan Marshal a ete mis en place.Ne mettons pas la charue avant les boeufs. Les milliards offerts par la Chine doivent d’abord financer l’equipement complet d’une vraie armee Malienne capable d’assurer sa mission de defense nationale et d’etablir la stabilite d’un pays divers.

Comments are closed.