Face à la situation confuse au Nord-Mali : « Un millimètre carré de notre territoire ne serait cédé à qui que ce soit… » prévient Mohamed Salia Maïga

0
2





Le leader de la Coalition des associations de Jeunes pour un Mali Nouveau (CAJ Mali Nouveau), Mohamed Salia Maïga, en compagnie de ses camarades Baba Boubacar Keita et Hama Cissé, a animé le samedi dernier au le siège de la Caj Mali sis à Badalabougou une conférence de presse pour condamner les récents attaques des bandits armés perpétrées contre l’armée malienne dans le septentrion de notre pays dont les échos sont amplifiés par les médias occidentaux. Pour apporter son soutien à notre armée, la Caj-Mali nouveau projette une marche pacifique ce jeudi 2 février sur le ministère de la Défense et des Anciens combattants avec la remise d’une lettre au ministre.

«  Ce n’est pas une rébellion mais des bandits armés ou des mercenaires qui prennent les armes pour un oui ou un non. Le Niger les a maté aujourd’hui, il y’a la paix là-bas, le nôtre doit faire de même pour avoir définitivement  la paix. Le Mouvement des jeunes touaregs du nord vont se joindre à nous pour cette marche pour démontrer que ce n’est pas un conflit régionaliste ni ethnique. Un millimètre carré de notre territoire ne serait cédé à qui que ce soit pour quelque raison que ce soit » a averti Mohamed Salia Maiga, président de la Coalition des associations de Jeunes pour un Mali Nouveau (CAJ Mali Nouveau), d’entrée de la cours de cette rencontre avec les journalistes  le samedi dernier au siège de la Caj Mali sis à Badalabougou pour condamner les récents attaques des bandits armés perpétrées contre l’armée malienne dans le septentrion de notre pays dont les échos sont amplifiés par les médias occidentaux. La Caj-Mali Nouveau veut montrer aux yeux du monde que la situation du nord Mali n’a rien de racial mais que c’est une mise en scène de l’ancienne puissance colonisatrice qui n’est autre que la France.  

La Caj-Mali Nouveau  est un  regroupement de 160 associations toutes détentrices d’un récépissé qui a pour objectifs de mobiliser la jeunesse malienne pour qu’elle participe davantage à la construction nationale et à prendre son propre destin en main. Ses interventions sont axées sur des actions citoyennes et la prise de position sur des sujets d’intérêt national et même international. Cette coalisation citoyenne regroupe à son sein les ressortissants de toutes les régions du Mali y compris les jeunes touaregs du nord. C’est main dans la main que ces jeunes à l’initiative de la Caj-Mali nouveau vont battre le pavé ce jeudi matin. L’itinéraire prévu débutera devant la mairie du district en passant par le grand hôtel de Bamako pour s’achever devant le ministère de la Défense et des Anciens combattants avec la remise d’une déclaration au ministre Natié pléah. Une manière pour soutenir le gouvernement malien sur sa position de fermeté  qui consiste à mater ces bandits armés qui ne résident pas sur notre territoire mais soutenus dans leurs forfaitures par les médias français. Qui donne aujourd’hui une connotation ethnique et régionaliste à cette crise montée de toute pièce pour des raisons inavouées par Sarkozy et ses cliques en mettant notre pays dans la zone rouge.   

Quant à Hama Cissé, président de la commission d’organisation de la marche et membre de la coalition, il dira que  « notre pays le Mali est plus fort quand il est uni.  Le Mali est une part de nous même quand il souffre nous souffrons.  Devoir de génération nous impose de respecter ce legs  qui est notre patrie laissé par les pères de l’indépendance au prix de leur sang.  Quant il est en difficulté on doit se lever, conjuguer les efforts pour montrer notre sympathie à l’Etat. Si le faut ces jeunes patriotes sont prêts à se battre aux cotés de notre vaillantes armées ».

Pour conclure, le président Maiga a assurera que sa coalition jouera sa partition pour la réussite des élections générales de2012   sans prendre position pour soutenir un candidat mais tout en incitant les couche juvénile à accomplir son devoir de citoyenneté pour l’émergence d’un Mali nouveau.

Aliou Badara Diarra

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.