Feu dans le désert : Iyad Ag Ghali et le retour du boomerang

10 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Il pleut des bombes au Nord du Mali depuis quelques jours après les affrontements violents entre les djihadistes terroristes d’Ançardine et l’armée malienne. Cet évènement douloureux aura sans doute contribué à la reconfiguration stratégique autant qu’à une mue diplomatico-géopolitique. L’intervention de la chasse française met un coup d’arrêt à l’assaut belliqueux de la galaxie djihadiste et narcotrafiquante. Iyad Ag Ghali croyait encore en son étoile subversive. Et pourtant, il y a encore un mois, les rapports de force militaires (Nord occupé en partie par ses troupes) et donne diplomatique encline à une solution politique négociée lui semblaient être favorables. Un pacifisme que nous avons personnellement dénoncé tant il signifiait clairement que notre État, à genoux, négociât en position de faiblesse.

Iyad Ghali

L’axe Ouaga-Alger, bien que n’opérant pas pour les mêmes raisons encore moins pour les mêmes enjeux, convergeait autour de la solution pacifique. Notre Ben Laden national a cru pousser ses pions, gagner en pression militaire en s’attaquant à la ligne de front. Le «stratège» Iyad, personnage ténébreux, passé maître dans l’art du caméléon, s’alliant au prix d’un compromis dont la charia était le fanion à Aqmi, riche de sa détermination djihadiste et de son commerce juteux d’otages occidentaux, voulait devenir plus incontournable en s’illustrant sur le terrain de la reprise des hostilités. Jeu d’échecs valant des risques car prendre Sévaré puis Mopti, la mitoyenne, ouvrait un boulevard vers Bamako où, sans doute, il trouverait des alliés ombrageux en ce moment où un wahhabisme entend reconfigurer notre séculaire tradition musulmane malékite.

Le retour du bâton n’est pas une légende dans l’histoire. Les académies militaires enseignent autant la prévision, la prospective que l’évaluation des hypothèses, y compris celles prémonitoires. Le grand joueur Iyad qui s’est ravitaillé en carburant en Algérie ces dernières semaines, n’a, sans doute, pas suffisamment mesuré la promptitude et la vigueur d’une réaction française. Surprendre l’ennemie (l’armée malienne) au moment où elle se préparait à laver l’affront avec ou non des aides extérieures, le chef d’Ançardine a réussi à accélérer un agenda international lui revenant avec la pulsion mortelle d’un boomerang. Il a certes encore prouvé sa capacité de nuisance face à notre armée à Konna, où lui-même était un moment présent selon un hebdomadaire international. L’imposture diplomatique qui l’avait transformé en partenaire crédible a échoué et en grande partie, par son dernier acte suicidaire. Il reste un terroriste car ses hommes étaient, avec Aqmi, aux avant-postes dans la tentative d’annexion de Sévaré et de Mopti. Il doit être traité ainsi et ne doit plus bénéficier des privilèges diplomatiques dont il a toujours abusé face à l’État malien. Si nul ne peut rompre ses liens algériens, notre État a enfin l’opportunité historique et stratégique de le traiter comme un terroriste qui a fait déguerpir plus de 400 000 nordistes. Le boomerang comme déluge de feu, il n’est pas encore fini notre drame, mais le temps présent augure d’une reconquête de notre territoire, nos libertés individuelles et collectives. Ce brusque regain de nervosité septentrionale constitue enfin une bouffée d’oxygène pour le président Dioncounda qui en est visiblement le premier gagnant car à notre mal du Nord, certains avaient juré à Bamako d’ajouter une bonne dose politicienne en exigeant la tête du président. Ce qui aurait davantage fragilisé le pays sur le plan institutionnel au moment où tout urgeait au Nord.

Yaya TRAORE

Politiste Consultant

SOURCE:  du   15 jan 2013.    

10 Réactions à Feu dans le désert : Iyad Ag Ghali et le retour du boomerang

  1. Touré Ibrahim

    Qu’il y ait pas de problème touareg au Mali, des Touareg le disent. L’essai d’annexion provient de disciples de Bahanga, soldats libyens et acteurs cherchant à vivre à l’oeil. C’est drôle, mais ils croient vraiment parler du Nord, en annonant à l’insipide Azaouad Azaouad, comme un petit homme vert le mot « schtroumpf ». Allez voir sur Wikipédia cet Azawad. A sa rubrique musique, y a pas Ali Farka. Tombouctou y est ville touareg, Gao presque. Des fois ils parlent de colon noir « primitif » substitué à l’autre colon. Ils réfèrent à l’OCRS, oubliant du projet d’Houphouet, sa majorité algérienne. Veulent-ils occuper le Hoggar et la Kabylie? L’unilatéral et infantile Moussa assarid ne comprendra pas vite que 1 ne devient pas 2 parce qu’on le dit ou désire.

  2. Dr ANASSER AG RHISSA

    Bonjour,
    MERCI A LA FRANCE QUI EST AUPRÈS DU MALI EN CE MOMENT DE GUERRE.

    Merci à tous les pays qui souhaitent envoyer des soldats au Mali pour bouter les terroristes du Mali et à ceux qui l’aideront sur les aspects logistiques et/ou humanitaires.

    Pour une guerre démarrée depuis le 07 Janvier 2013, IL DEVIENT TRÈS URGENT DE DÉPLOYER la force mondiale MISMA pour la mise en œuvre du volet militaire de la résolution 2085 de l’ONU.

    Malgré ce retard du déploiement des contingents alliés à l’armée Malienne pour la reconquête du Nord Mali, L’ORGANISATION ET LA PLANIFICATION DU DÉPLOIEMENT de la MISMA ne doivent pas être faites à la légère.

    Un ÉLAN SYNCHRONISÉ GLOBAL doit être SUIVI PAR TOUS pour le déploiement de cette force mondiale dans:

    (1) TOUTES LES RÉGIONS DU MALI avec priorité aux régions du Nord surtout les zones de conflit,

    (2) TOUTES LES FRONTIÈRES DU MALI.

    Il faut une surveillance partout.

    Bien cordialement
    Dr ANASSER AG RHISSA
    EXPERT TIC/GOUVERNANCE
    Webanassane@yahoo.com

  3. Il faut le dire

    Il est tout simplement maudit c’est pour quoi le tout puissant le met sur des voies sans issue. Il va terminer sa vie de la façon la plus horrible vous verrez. Dieu n’aime pas les traitres et lui il en est vraiment un. Wait and see he will die somewherre like a dog.

  4. quiestfou

    Le retour fatal de la manivelle! :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

  5. slate

    Si, si, si, c´est 1 stratége il faut lui reconnaitre cela, pcq l´opération sur KONA á gauche du fleuve Niger et celle de Diabali (elle était en gestation) allaient se converger sur Sévaré,Ségou et Bko.Dc il allait rester uniquemt Kayes et Sikasso, c´était fini…Il a profité des tergiversations de la communauté intle, de l´instabilité politique á Bko et le manq d´inmpréparation de l´armée malienne et ouest-africaine(on le constate encore 1 semaine aprés les attaq aucune n´est lá). Donc, Iyad a été surpris par la promptitude du président francais, il n´avait pas prévu une telle réaction francaise…coe tt Malien d´ailleurs, méme la communauté intle, tt le monde fut surpris, dc Iyad ag lui-méme.Surtt q les approches du MNLA avec la France ne lui permettaient pas de croire que cette méme France allait tourner aussi rapidement la veste, coe Iyad lui l´a fait fréquemmt: Salif Keita a chanté: Ci ban tò de bè maliba kèlè!!! seuls les mourants vont combattre le Mali!!!!!

  6. aliouc9

    Le chef d’Ansar Dine(Iyad Ag Ghaly)n’est nullement un grand stratège sinon il n’envisagerait pas d’occuper la ville de Konna .

  7. algerien_

    En dénonçant l’accord d’ALger signé avec le MNLA, dans lequel il renonçait à la violence et au terrorisme, il a signé son arrêt de mort politique. Il est vrai aussi que le gouvernement malien soutenu par la France(qui voulait à tout prix sa « tempête du désert » french version) tergiversait dans sa volonté d’aller franchement à la négociation.
    Les uns et les autres tenaient à cette guerre. Qu’il en soit ainsi. Mais que chacun s’assume. La France ne restera pas éternellement au Mali. On a vu comment elle et ses alliés ont laissé l’Afghanistan.
    Il est vraiment malheureux que des puissances qu’on a combattues hier, soient rappelées à la rescousse pour nous protéger. Pourquoi avoir revendiqué l’indépendance si on n’est pas capable de l’assumer?
    Seule une vraie solution au problème des touareg du Nord Mali et une coopération plus efficace entre les pays du champs ( un CEMOC réactivé et plus agressif) peut ramener une paix durable au Sahel. En passant par une démocratisation des régimes !

  8. algerien_

    En dénonçant l’accord d’ALger signé avec le MNLA, dans lequel il renonçait à la violence et au terrorisme, il a signé son arrêt de mort politique. Il est vrai aussi que le gouvernement malien soutenu par la France(qui voulait à tout pris sa « tempête du désert » french version) tergiversait dans sa volonté d’aller franchement à la négociation.
    Les uns et les autres tenaient à cette guerre. Qu’il en soit ainsi. Mais que chacun s’assume. La France ne restera pas éternellement au Mali. On a vu comment elle et ses alliés ont laissé l’Afghanistan.
    Il est vraiment malheureux que des puissances qu’on a combattues hier, soient rappelées à la rescousse pour nous protéger. Pourquoi avoir revendiqué l’indépendance si on n’est pas capable de l’assumer?
    Seule une vraie solution au problème des touareg du Nord Mali et une coopération plus efficace entre les pays du champs ( un CEMOC réactivé et plus agressif) peut ramener une paix durable au Sahel. En passant par une démocratisation des régimes !

    • slate

      Il n´ya pas de problémes toureg au Nord-Mali, ils n sont pas les seuls ds ces regions, ils n sont ni majoritaires ni analphabetes que les autres Maliens, à titre d´ex Sikasso est + analphabete que Kidal…c´est vrai les conditions climatiques sont durs…ms c´est les touregs qui pourront rendre le désert verdátre ou quoi? il feront pleuvoir lábas chaq jr ou quoi? ils sémeront le mil et le riz á Kidal ou quoi? Arrétez s.v.p.!!!! Avec 5 á 7/% de la population malienne ils ont occupé tt les postes de resplités au Mali: Ministres, Député, Colonels contrairemt á ce qui pouvait repster proportionnellmt leur nombre total…Et l´Algérie ds tt cela. Combien a-t-elle eu de ministres, député, colonels ds ses rangs?Disons clairemt, c´est 1 peuple trop habitué á a facilité, aux allégences, aux bourses…Qu´ils fassent les concours normalemt coe la masse des Malien et on verra!!!!!!!!!!1

  9. guimbe1

    D’après des sites d’information basés dans l’est de la Mauritanie ,les islamistes ont pris la ville de nioro prés de la frontière mauritanienne,et que des combats violents se déroulent actuellement a djabali entre une force terrestre française et les islamistes qui toujours la ville.
    le président mauritanien aziz a déclaré ce matin après une rencontre avec le président hollande que la Mauritanie est prête a participé a la guerre si les autorités maliennes le lui demande.